dimanche 26 février 2017

Mon Année Bonheur 2017 {#7 Quatre filles et une étoile}


Passer du virtuel au réel, ça faisait des mois que je ne l'avais pas fait et j'avoue, ça me manquait.
Oui parce que les blogs, les réseaux sociaux, on a beau en penser ce qu'on veut, c'est devenu une façon comme une autre de faire de belles rencontres. Ça m'a en tout cas permis, à moi, de faire de très belles rencontres. J'y ai même trouvé un mari, c'est te dire...!

C'est à la table d'Anthony Caillot, chef étoilé caennais, que nous nous sommes retrouvées jeudi midi Isabelle, Mathilde, Muriel et moi-même pour un excellent moment de gourmandise, de partage, de convivialité toussa toussa et même bien plus encore !
Un repas exceptionnel dont j'essaierai de te reparler plus en détail dans les jours qui viennent. D'ici là, il y a déjà quelques photos sur les IG ou les pages FB des unes et des autres, enfin surtout chez les Filles, beaucoup plus douées en photo que moi. Et tu en verras passer d'autres très vite.

Bref, cette semaine, le virtuel a une fois de plus volé en éclat. Des copines, une bonne table, qu'est-ce que c'était chouette !!!

http://mamanbobo.fr/2017/01/02/annee-bonheur-2017/

*

samedi 25 février 2017

Samedi en musique #51... Musonsu - Jupiter & Okwess feat. Damon Albarn

* Le Congo, autrement. *

En matière de musique aussi, l'Afrique est une terre de contrastes. Aujourd'hui, je te propose d'en découvrir une facette, que dis-je, mille facettes à la fois avec un incroyable groupe congolais, Jupiter & Okwess.
On les a découverts en 2006 grâce à Jupiter's Dance, un docu sur le renouveau de la scène musicale de Kinshasa signé Florent de La Tullaye et Renaud Barret.

À leur tête, Jean-Pierre "Jupiter" Bokondji, fils d'attaché d'ambassade, né à Kinshasa mais qui a grandi entre Dar-es-Salam en Tanzanie et Berlin-Est, au gré des affectations de son père. Fan de tout ce que la soul américaine a pu produire de génial depuis les années 60, de James Brown aux Jackson Five, en passant par les Temptations ou Kool and the Gang, il est aussi profondément attaché à ses racines congolaises.
Et au Congo, si la rumba domine incontestablement la scène musicale et festive depuis plus d'un demi-siècle, nombre de rythmes et de styles végètent dans son ombre. Le pays est vaste comme la moitié de l'Europe, et des centaines d'ethnies s'y côtoient, avec chacune une identité, musicale notamment. Une extraordinaire richesse. D'où l'idée qu'a eue Jupiter de mélanger tout cela jusqu'à façonner son propre mode d'expression musicale.



À ses côtés, son groupe, Okwess, ça veut dire "la bouffe" en langue kibunda, lui est resté fidèle contre vents et marées. Une formation qui a beaucoup évolué au fil des années mais aujourd'hui composée de cinq musiciens : Montana à la batterie, Yendé à la basse, les guitaristes Eric et Richard, ainsi que Blaise aux percussions et aux chœurs.
Ils seront de retour dans les bacs dès le 3 mars avec leur second album, intitulé Kin Sonic.


Avec des featurings de fifou : Damon Albarn, le violoniste Warren Ellis, membre des Bad Seeds de Nick Cave, ou encore 3D de Massive Attack, qui signe aussi la pochette du disque. Des featurings qui sont d'ailleurs bien plus que de simples collaborations, puisque ces rencontres ne datent pas toutes d'hier et ont donné naissance à de véritables amitiés.
Pour le coup, avec Kin Sonic, entre rumba, rythmes ethniques et vibrations électro-urbaines, c'est dans une véritable transe que tout ce beau monde nous emmène.

En grande fan de Blur et Gorillaz, je n'ai bien évidemment pas résisté à te faire écouter un titre sur lequel on retrouve Damon Albarn.
Bon voyage !


À mon avis, ça mérite grandement d'être apprécié en live. Et ça tombe bien, une grande tournée débute le 15 mars prochain, en voici les dates :

15 mars : La Carène - BREST (29)
16 mars La Sirène - LA ROCHELLE (17)
17 mars : La Nouvelle Vague - SAINT-MALO (35)
18 mars : La Nef - ANGOULÊME (16)
23 mars : Ab Club - BRUXELLES (Belgique)
24 mars : EMB - SANNOIS (95) *Mes cop's de ma vie d'avant, si vous me lisez...!*
25 mars : 46ème Rugissant - FIGEAC (46)
30 mars : La Chabada - ANGERS (49)
31 matrs : Le Tetris - LE HAVRE (76)
1er avril : La Source - FONTAINE (38)
3 avril : Treibhaus - INNSBRÜCK (Autriche)
8 avril : La Grange à Musique - CREIL (60)
14 avril : Cave à Musique - MÂCON (71)
18 avril : Printemps de Bourges - BOURGES (18)
22 avril : Centre FGO Barbara - Paris (75)
25 avril : Les Mardis du Grand Marais - RIORGES (42)
27 avril : Centre Paul B - MASSY (91)
28 avril : Maison Daniel Ferry - NANTERRE (92)
29 avril : Festival Complet' Mandingue - SAINT-BRIEUC (22)

*** Mon Samedi en Musique pour BBB's Mum. ***

*

vendredi 24 février 2017

Trois mois de JolieBlanquette...

* A-t-on vraiment toujours besoin d'un plus petit que soi...? *


JolieBlanquette, si tu n'as pas tout suivi, n'est pas à moi. C'est la minette du fils aîné de MariChéri, elle est chez nous temporairement, le temps que son maître achève une formation. Du temporaire qui dure depuis début décembre et encore prévu pour un bon mois. Nous allons donc bientôt passer la barre des trois mois, le moment parfait pour commencer à dresser un bilan...

Trois mois de JolieBlanquette, c'est donc :

- dix petites griffes avant pointues qui rentrent dans le tissu/le cuir/la peau comme dans du beurre
- l'obligation de planquer tout ce qui peut représenter une tentation
- l'obligation d'accepter l'idée que tout, absolument tout représente une tentation !
- un surnom complètement débile, comme j'en ai seule le secret : Mimouche
- des premières chaleurs survenues à la veille d'un week-end alors que le véto était charrette
- un sabotage en règle du pansement post-stérilisation, puis des points de suture en-dessous
- une collerette vécue comme une punition mais dont on a usé et abusé
- de multiples réveils nocturnes pour cause de bagarre féline
- des fils tirés sur les housses de couette, j'ai compris, je mets toujours la même maintenant
- une très vieille minette sur le point de virer neurasthénique
- une Zhu-Zhu qui la considère encore comme un envahisseur et grogne dès qu'elle la voit
- des heures dehors sous la pluie pour 'Scous, tout plutôt que rentrer dans la maison avec cette folle
- des voilages bons à jeter, au point où ils en sont, on préfère la laisser les achever maintenant
- au moins quinze grands bols d'eau fraîche renversés dans la cuisine
- d'innombrables vols de nourriture sur le plan de travail à la vitesse de l'éclair
- un petit tapis censé se trouver dans l'entrée mais qui explore régulièrement tout le rez-de-chaussée
- des kilos de litière éjectés du bac au moment du nettoyage post-popo
- le revêtement en jonc-de-mer de l'escalier qui appelle au secours
- une superbe série de trous de griffes sur le dessus d'une de mes bottines préférées
- l'impossibilité de lire tranquille : une page qu'on tourne = un jouet
- deux minutes de répit avant que ma belle orchidée ne commence à être attaquée
- tout ce que j'oublie et qui me reviendra à coup sûr une fois que ce billet sera publié
- une phrase répétée à l'envi : "Nooooooon Blanquette !!!!"


Mais c'est aussi... et surtout :

- des siestes tendres mais surtout réparatrices, pour tout le monde
- des centaines de fous-rires à chaque fois qu'elle descend l'escalier en courant
- un regard de chat potté que même celui de Mademoiselle A. ne lui arrive pas à la cheville
- des plongeons bien plus que des sauts, la maladresse personnifiée
- des câlins et du fluff à n'en plus finir
- une chouette bouillotte quand elle s'aventure sous la couette
- des moments de calme et de paix inespérés
- un cabinet vétérinaire qui a tout du siège d'un fan-club
- de jolis méli-mélos de pattes de chats sur le fauteuil depuis quelques jours, je fonds !
- un amour de bestiole, un peu comme l'enfant terrible mais chéri dans une fratrie
- un sacré vide en perspective quand elle ne sera plus là...






*

mercredi 22 février 2017

J'ai testé pour toi... le nettoyant vitrocéramique écologique Chez Moi

* Aujourd'hui, je ne fais pas la cuisine, je nettoie ma cuisine ! *


Oui, parce que c'est bien beau, les pots-au-feu, les soupes, #lacuisinedumondedudimanchesoir, toussa toussa, mais une fois que tu en as bien fichu partout, il faut redonner aux lieux une apparence la plus proche possible de la normalité. Pas la partie la plus agréable du truc, j'en conviens.

Aujourd'hui, je te présente mes nouveaux alliés pour ce faire : Chez moi et son nettoyant vitrocéramique écologique.


Chez moi, c'est qui, c'est quoi ?

Une marque made in Normandie, qui porte donc très bien son nom de mon point de vue.😉
Derrière elle se trouve la société SODEL, une PME implantée dans la région de Lisieux spécialisée dans les produits d'hygiène, au départ pour les professionnels. C'est 45 ans de savoir-faire qui se mettent aujourd'hui au service des particuliers avec une gamme très complète de produits d'entretien pour la maison.

Pour faire simple, Chez moi, c'est deux grandes familles de produits :
- les produits parfumés avec une gamme étendue, tant en type de produits (liquide vaisselle, nettoyant sol et surfaces, parfums d'ambiance...) que de senteurs (citron vert, violette, mangue... sans oublier le divin coquelicot dont je suis fan). Chacun y trouvera forcément son plaisir.
- et les produits écologiques, ce qui nous intéresse aujourd'hui. Des produits qui, s'ils ne sont pas parfumés à proprement parler, laissent quand même une bonne odeur de propre après leur utilisation.

Je les ai découverts grâce à un concours organisé par la belle Ingrid du blog Dress-ing. Un vrai coup de cœur.
Alors tu penses bien que, quand la marque m'a proposé de tester ce nettoyant pour plaques vitrocéramique, je n'ai pas dit non. D'autant plus que, mes antiques plaques, elles ont vécu et avaient bien triste mine...


Le nettoyant vitrocéramique et induction écologique

Dégraissant surpuissant, il désincruste en profondeur les surfaces et leur redonne un brillant éclatant. Le tout sans rayer.
Écologique comme son nom l'indique, il est élaboré sur une base d'alcool d'origine végétale et ne contient ni phosphates, ni phosphonates, ni EDTA*, ni NTA*, ni CMR*. Aucun de tous ces trucs barbares qui ne veulent du bien ni à toi, ni à ton environnement.

Question utilisation, c'est simplissime : tu vaporises sur tes plaques, tu laisses agir quelques minutes, et tu rinces avec une éponge. Pour encore plus de brillance, tu peux fignoler à l'aide d'un chiffon doux.
Ici, on partait de loin, de très loin, et aujourd'hui, je ne me lasse pas de constater que, mes plaques, on pourrait presque se voir dedans...! Et ça fonctionne aussi pour l'induction, qu'on se le dise.


***

J'ai aimé :
- le fait qu'il soit respectueux et de l'environnement, et des utilisateurs.
- bien sûr, le côté made in Normandie. Pas seulement par chauvinisme régional, mais aussi parce que, pour le coup, ça permet de réduire l'impact des transports sur l'environnement.- son côté pratique : un liquide à vaporiser, c'est quand même beaucoup plus simple d'utilisation et carrément plus économique qu'une crème, comme j'ai pu en utiliser par le passé...
- son parfum : oui, je t'ai dit plus haut qu'il n'en avait pas dedans, mais il reste après son utilisation une bonne odeur de "fraîcheur propre" que j'adore.
- son efficacité : elle m'a littéralement bluffée ! Et pourtant, depuis plus de quinze ans que je possède mes plaques, j'en ai essayé, des produits en tout genre, de toutes marques, à tous les prix. C'est tout simplement le premier qui me donne entière satisfaction. À mon avis, utilisé sur des plaques neuves, il leur garantit une longue vie.

J'aime moins :
- bah rien à vrai dire... Si je chipote, je pourrais peut-être évoquer le fait qu'on ne le trouve pas encore partout. Mais c'est vraiment pour chipoter, hein, parce que le site internet nous renseigne super bien sur les magasins où la marque est disponible. C'est par là que ça se passe -> clic-clic.

En conclusion, une très chouette découverte pour moi qui ne connaissais pas du tout cette marque locale, et qui étais à la recherche d'une solution, sinon miraculeuse, du moins la plus efficace possible pour mes vieilles plaques vitrocéramique. Plus question d'aller chercher ailleurs pour moi.
D'autant plus que j'ai découvert d'autres produits de la marque et qu'ils m'ont tout autant convaincue. je t'en reparle très vite.

Nettoyant vitrocéramique et induction Chez moi
Flacon 250 ml
Prix indicatif : 3,29€

*
* EDTA = acide éthylène diamine tétraacétique
* NTA = acide nitrilotriacétique
* CMR =  cancérogène, mutagène et reprotoxique
Produit offert

lundi 20 février 2017

Tout le monde n'a pas eu la chance de rater ses études - Olivier Roland

* Attention, ce livre peut vous changer la vie ! *


Il est parfois des ouvrages que l'on qualifie de livre de chevet, voire même de bible si on a, comme moi, un peu tendance à l'excès. Celui d'Olivier Roland en fait assurément partie, il n'y a qu'à voir la façon dont il me suit partout, et celle dont je l'ai annoté/marque-ta-pagé dans tous les sens.
Si tu me connais bien et sais le soin avec lequel je traite chacun des habitants de ma bibliothèque, j'imagine que ça doit un peu te surprendre.

Mais quand je dis qu'il peut te changer la vie, je pèse mes mots : ce bouquin est une révélation.
Je te lis la quatrième de couv' et reviens te dire ce que j'en pense juste après...

***

Quatrième de couverture :

Vous en avez assez du métro-boulot-dodo, ou de ces études interminables dans lesquelles vous apprenez surtout des choses qui ne vous serviront pas ? Brisez la routine et réussissez en dehors du système en suivant cette méthode étape par étape basée sur l'expérience de centaines d'entrepreneurs et appuyée par plus de 400 références scientifiques.

Comprenez les limites du système éducatif et pourquoi il est de plus en plus obsolète, hackez votre éducation en boostant votre QI, apprenez comment vraiment apprendre efficacement et devenez libre en créant une entreprise qui soit au service de votre vie, plutôt que votre vie au service de votre entreprise... bref, rejoignez le mouvement grandissant des rebelles intelligents !

Pour vous épanouir (enfin) en dehors du système.

Olivier Roland est entrepreneur depuis l'âge de 19 ans, blogueur, YouTubeur, archéologue amateur, plongeur, pilote d'avion, globe-trotter et conférencier international, parmi ses nombreuses casquettes. Il est suivi, tous réseaux confondus, par plus de 250.000 fans convaincus par sa méthode !

***

Mon avis :

Soyons clair : entrepreneuse, je ne le serai jamais. À moins que je ne parvienne à juguler mes tendances permanentes à l'angoisse du lendemain. Il n'empêche que le propos de cet ouvrage m'a interpelée. Et pour plusieurs raisons :
- parce que je suis convaincue que notre système scolaire/universitaire a ses limites (et quelles limites...),
- parce que, pour moi, un diplôme ne fait pas tout,
- parce que l'expérience de la vie est une richesse incomparable,
- parce que je suis, hélas, excessivement bien placée pour te dire que la souffrance au travail, c'est invivable et que rien ne la mérite ni ne la justifie,
- parce que la solution est en toi, toujours,
- et peut-être aussi parce que finalement, il paraît qu'il ne faut jamais dire jamais. 😉

Bref, bien avant d'en tourner la première page, j'étais convaincue.

Le livre s'articule autour de deux grandes parties.
 ✔︎ La première concerne l'apprentissage, les mille et une façons de le booster et comment devenir un rebelle intelligent. La plupart des conseils que tu y trouveras est assez simple à mettre en application et demande juste un peu de volonté.
✔︎ La seconde propose, quant à elle, de réfléchir à la création d'entreprise. Pas que d'y réfléchir d'ailleurs, de la mettre en pratique surtout. Et c'est là que je suis bluffée, parce qu'il a réussi à faire taire certaines de mes peurs, à répondre à certaines de mes interrogations, bref à me rassurer. On partait de loin pourtant, je te rappelle.

Tout est argumenté, étayé. Par l'expérience de l'auteur bien évidemment, mais aussi grâce à de nombreuses références, à des témoignages et des exemples précis, empruntés à de nombreux domaines, de celui de l'entreprise évidemment mais aussi celui du sport par exemple.
Bien sûr, Olivier Roland ne prétend pas avoir en main LA solution mais il t'offre là de multiples pistes de réflexion qui peuvent t'emmener vers de nouveaux horizons prometteurs.

On ne va pas se mentir, ce pavé de 500 pages ne se lit pas en un week-end. Et puis de toute façon, ce n'est selon moi pas un ouvrage qui se lit à proprement parler. Il se feuillette, se picore, s'annote. Pas besoin de passer du temps dedans pour y glaner une idée ou de l'inspiration. Je ne vais d'ailleurs pas moi-même te mentir, je ne l'ai pas encore terminé. Mais j'en ai déjà tiré bien des enseignements.

Passionnant, nul doute qu'il sera le compagnon indispensable pour qui souhaite changer de vie.


Tout le monde n'a pas eu la chance de rater ses études
Olivier ROLAND
Éditions Alisio / Leduc
ISBN 979-10-92928-22-8
25€

*

dimanche 19 février 2017

Mon Année Bonheur 2017 {#6 L'orchidée}


Cette semaine, pendant que les réseaux sociaux roucoulaient à-tout-va, saint-Valentin oblige, moi, je larvais en pyjama, MariChéri en vadrouille professionnelle oblige. Et puis, de toute façon, quand bien même il aurait été là que nous n'aurions pas plus fêté... On n'a pas spécialement besoin d'une date fixe pour se dire que l'on s'aime. Ce qui en soit tombe plutôt bien puisqu'on n'avait pas les moyens de prévoir quoi que ce soit, pas même le plus petit des petits cadeaux.
*** Ça n'est pas grave, hein, on vit ça bien. Aussi bien que possible. ***

Heureusement, pour mettre du soleil dans ma journée, il y a eu les jolies fleurs de l'orchidée offerte par mes beaux-parents deux jours auparavant.

Depuis le temps que je n'en avais plus à la maison. Je sens venir les heures de contemplation béate. Enfin, si JolieBlanquette ne la bouffe pas avant...!

http://mamanbobo.fr/2017/01/02/annee-bonheur-2017/

*

samedi 18 février 2017

Samedi en musique #50... Jouer le jeu - The Pirouettes

* Quand deux gamins qui pourraient être les tiens te propulsent plus de 30 ans en arrière... *


Les deux gamins en question, j'espère qu'ils me pardonneront cette appellation un peu familière mais bien affectueuse, ce sont Vickie Chérie et Leo Bear Creek, alias The Pirouettes.

Une rencontre au lycée, un jeu de séduction et la réalisation d'un fantasme au sujet des années 80, tous synthés dehors, c'est un rapide résumé de leur histoire, de leur credo.
Leur truc, c'est la synth-pop. La définition est dans le nom : du synthé et de la pop. C'est frais, c'est malin, ça nous raconte la vie des jeunes d'aujourd'hui, c'est effectivement tout à la fois furieusement 80 et terriblement 2017. Un son à part dans le paysage musical actuel.
Pour les dinosaures dans mon genre, certains titres, certaines ambiances évoqueront forcément des artistes tels qu'Élie et Jacno... Paie ta claque !

Du talent, ils en ont à revendre, la valeur n'attend pas le nombre des années. The Pirouettes, c'est la jeunesse sans l'arrogance mais avec la liberté. On les sens inspirés par certains de leurs aînés, mais aussi assez malins pour jouer la différence.
À la fois auteurs-compositeurs et interprètes, ces deux-là sont complices, en phase et lorgnent vers un avenir commun. Une chose est sûre : ils prennent un plaisir fou à ce qu'ils font. Tout ça se ressent quand on les écoute et donne très envie d'en découvrir plus.


Leur premier album, Carrément Carrément, est une réussite. Douze titres décalés, bien arrangés, et produits avec talent par Jérémy Rassat et Stéphane "Alf" Briat (Air, Arnaud Fleurent-Didier, La Femme, Mustang, Phoenix).
Tu as peut-être déjà entendu L'escalier, le titre a pas mal tourné, entêtant et léger, moi, j'adore.

Depuis quelques semaines, c'est au tour de Jouer le jeu de nous régaler les oreilles. bah, en fait, j'adore aussi...!

"... J’ai vu l’avenir
Allumer les écrans
Beau comme ton sourire
Réveillez les enfants
L’aube d’une nouvelle ère
Brille sous tes paupières
Je me sens déjà différent...
"


Ils sont actuellement en tournée en France et en Belgique, voici les dates à venir :
25 février : Reflektor / Liège
03 mars : Le Manège / Lorient
11 mars : Le Poste à Galène / Marseille
16 mars : Le Grand Mix / Tourcoing
08 avril : Festival Mythos / Rennes
20 avril : Le Printemps de Bourges / Bourges
05 mai : La Laiterie / Metz
11 mai : La Cigale / Paris
13 mai : Premices Festival / Lausanne
20 mai : West Rock / Cognac
03 juin : Le Bikini à Toulouse
Si tu souhaites en découvrir plus, n'hésite pas à fouiner un peu sur YT. Comme toujours, on y trouve des pépites. Mention plus que spéciale pour une excellentissime reprise d'une de mes chansons préférées du grand Yves Simon, Qu'est-ce que sera demain. Un duo à suivre !


*** Mon Samedi en Musique pour BBB's Mum qui célèbre aujourd'hui le 200ème numéro de ce joli rendez-vous. ***

*

dimanche 12 février 2017

Mon Année Bonheur 2017 {#5 Une après-midi en bibliothèque}


Aaahhh... la bibliothèque Alexis de Tocqueville...! Depuis que je l'ai découverte, je me dis qu'il faut absolument que je lui réserve un billet ici. Mais que veux-tu, procrastination est un peu mon deuxième prénom en ce moment. Il faut dire que, dans la vraie vie, je suis particulièrement accaparée par la plus mignonne des vacancières et ça, ça n'a pas de prix !

Cette semaine, elle m'a réclamé à aller passer un moment au milieu des livres et nous nous sommes régalées.

Nous nous sommes éclatées à rendre mes précédents emprunts et à suivre leur trajet dans le système automatisé qui les réintègre en stock. Nous avons feuilleté de superbes ouvrages jeunesse avec vue sur le port de Caen, bien au chaud grâce au soleil d'hiver qui cognait sur les vitres. Nous nous sommes installées en hauteur, sur les immenses marches réservées à cet effet, afin de lire quelques BD, tout en observant la façon dont ce lieu incroyable vit. Nous nous sommes vautrées dans les Fat Boy sous les yeux amusées de quelques mamies, inutile de préciser que l'une de nous deux en est sortie bien plus facilement que l'autre...!
Bref, nous avons passé une après-midi de rêve !!!

Et accessoirement, la bibliothèque m'offre une excellente raison de descendre un peu plus souvent sur Caen. 😉

http://mamanbobo.fr/2017/01/02/annee-bonheur-2017/

*

samedi 11 février 2017

Samedi en musique #49... My sway - Slow Joe & The Ginger Accident

Aujourd'hui, je vais te raconter une histoire que je trouve belle et incroyable. Celle d'un personnage hors norme, d'une vie qui ne l'est pas moins et d'une rencontre inouïe qui a tout changé pour lui.


Le personnage en question, c'est Slow Joe. Originaire de la région de Goa, en Inde, il chante depuis toujours. Dans un registre plutôt désabusé : perte de l'amour, rêveries sombres, incapacité à trouver sa place dans la société. Il mène une vie à la fois d'errance et de poésie, avec les drogues, la rue et la solitude pour compagnes. Un clochard céleste en quelque sorte.

En 2007, il croise la route d'un musicien français, Cédric de la Chapelle. Ce dernier tombe aussitôt sous le charme de sa voix profonde et vibrante et rentrera en France avec des heures d'enregistrement a capella dans ses bagages. À son retour, il n'aura de cesse d'arranger les chanson de son ami et d'enregistrer des maquettes. En 2009, ces dernières sont parvenues jusqu'à Jean-Louis Brossard, le directeur des Transmusicales de Rennes, un dénicheur de talent hors pair. C'est un coup de foudre : il veut Slow Joe à l'affiche de son festival. Cédric retourne donc à Goa chercher le chanteur.
Mais il faut convaincre l'administration indienne de redonner une identité à ce dernier, cela fait des décennies qu'il vit sans papier. Cela prendra des mois, mais Slow Joe pourra finalement honorer l'invitation des Transmusicales.

À son arrivée, il découvre que Cédric lui a taillé un quatuor sur mesure afin de l'accompagner sur scène, The Ginger Accident. La magie opère instantanément. Et cela marque le début d'une très belle aventure de création puisqu'ils se produiront ensemble sur scène plus de 300 fois, et sortiront deux albums.
Il ne quittera plus la France, s'installera à Lyon sur les pentes de la Croix-Rousse, dont les commerçants et les habitants étaient devenus pour lui une nouvelle famille.

Hélas, en mai dernier, alors que Let me be gone, leur troisième album, est en cours de finalisation, Slow Joe est emporté par une rupture d'anévrisme. C'est donc de façon posthume que le disque est sorti la semaine dernière.
On y découvre dix titres extrêmement marqués par les influences indiennes, l'existence et les rêves de l'artiste. Il s'y livre sans fard, entre blues et spiritualité indienne. C'est tout à la fois magnifique et poignant. Un peu comme si ces chansons résonnaient à la façon d'un testament.

Dans My Sway, l'extrait que je te propose d'écouter aujourd'hui, il évoque une relation entre deux personnes à la fois complices et contraires. Quand on connaît son histoire, on ne peut évidemment s'empêcher de penser qu'il parle là de Cédric de la Chapelle et de lui-même.

"... I was made for you
And you were made for me..."


Petit plus : une tournée hommage, certainement des plus émouvantes, offrira plusieurs dates à travers la France dans les semaines qui viennent. En voici quelques unes :
04.03 Poligny (39) - Le Moulin de Brainans 
18.03 Champ sur Drac (38) - Salle Navarre 
28.03 Paris - Le Café de la Danse 
14.04 Romans (26) - La Cordonnerie
18.08 Annemasse (74) - Festival Les Musical’été

*** Mon Samedi en Musique pour BBB's Mum. ***

*

lundi 6 février 2017

Le dimanche...


On se lève un peu tard... Parfois avec un peu mal à la tête, ça dépend de ce qui s'est passé la veille au soir. En tout cas, pour ma part, avec systématiquement les cheveux hyper en pétard, une des grandes joies des coupes courtes, ma moitié est habituée.
On paresse au lit, parfois dans un demi-sommeil, parfois en discutant, en bouquinant. Toujours avec Chiffon à nos côtés, en mode pot-de-colle. Mais si, tu sais, Chiffon, ce chat auquel on a imaginé un temps interdire l'accès à la chambre...

Souvent, on brunche. Après une virée au marché Saint-Pierre. Des œufs frais, du fromage, du pain tout chaud, des yaourts, un bon café et un jus de fruit. Des pancakes ou un gâteau si j'ai eu le temps/le courage. Et puis, il arrive qu'on reçoive le midi. C'est rare, ça perturbe notre gentille routine dominicale bien huilée, mais ça arrive. Dans ce cas-là, point de brunch évidemment, mais un MariChéri en tablier et de bonnes odeurs gourmandes qui s'échappent de la cuisine.

L'après-midi est, lui, un peu tributaire de la météo. Balade, chaise longue, sieste, c'est selon. Le bon bol d'air de bord de mer reste quand même un grand classique. Avec l'appareil-photo en bandoulière. Parfois, cette promenade, on l'écourte, parce qu'on a présumé de la météo, qu'on ne s'est pas assez couvert, qu'on a la goutte au nez, mais on ne revient jamais sans avoir glissé quelques coquillages dans le tote-bag qui ne nous quitte jamais. Et on rentre alors à la maison avec du sable plein les Converse, en songeant aux bottes de pluie qu'on se promet d'acheter depuis des années...

On se réchauffe alors avec un bon thé, devant un match de rugby, des chats sur les genoux, en reprenant la lecture interrompue le matin. On laisse aller, on laisse couler, souvent dans le plus grand calme, l'important c'est d'être ensemble.

Quand vient le soir, on a un autre rituel culinaire : #lacuisinedumondedudimanchesoir. On l'avait un peu abandonnée ces temps derniers mais on y revient avec plaisir. Pas encore avec assiduité, ça viendra. Ce repas est aussi souvent l'occasion de revenir sur l'organisation de la semaine à venir, j'ai beau avoir un cerveau et un agenda, je m'emmêle toujours les pinceaux dans les dates et lieux de déplacement de mon Cher & Tendre, une piqûre de rappel n'est jamais de trop. Même si, je l'avoue, je préfèrerais m'en passer et le garder près de moi.

Et la journée se termine comme elle a commencé, doucement. En attendant de basculer dans le premier des six jours nous séparant de la prochaine fois où nous pourrons à nouveau prendre le temps...
 
 *** Mon Lundi à Deux pour Alice et Zaza. ***

*