lundi 26 janvier 2015

Mes maîtres à siester


La sieste, ici, c'est sacré ! Et nous avons chacun notre rituel.

MariChéri, c'est à la va-vite, dans le canapé, après le repas du midi, un peu l'air de rien en somme. Il s'installe devant le 13 heures et finit par céder à l'appel du sommeil (les ronflements sont le signal). Alors, invariablement, je lui dis de s'allonger confortablement, lui demande l'heure à laquelle il veut être réveillé et mets la télé en sourdine, pas que d'ailleurs, je mets aussi mes activités en sourdine. Dans la minute qui suit, il se transforme en coussin à chat, enfin un coussin à Toupie très précisément, et sa petite sieste devient un gros truc collectif. Qu'a l'air vachement bien d'ailleurs, vu l'air détendu des dormeurs, et les petits soupirs d'aise que j'entends parfois sortir de cet amas mi-humain mi-félin.
Mademoiselle A., elle, c'est dans sa chambre, dans son lit, dans le noir. Avec la musique dans ses écouteurs, ou devant une série. Et pendant des heures et des heures.Aaahhh l'adolescence et ses mystères...!
Quant à moi, a priori, je n'ai aucune préférence. Pourvu que ce soit agréable, réparateur, et qu'on me fiche la paix pendant ce temps-là. Souvent, ça commence avec un bon bouquin, sur lequel je finis  par m'effondrer, parfois même très rapidement. Quant au lieu, j'avoue que, les jours de grisaille, j'aurais plutôt tendance à me mettre au lit. De même que je privilégie la sieste en chaise longue quand le temps le permet.

Cela dit, il faut bien se rendre à l'évidence, aucun de nous n'arrive à la cheville de nos petites félines, qui ont érigé la sieste en véritable art-de-vivre. Tu as l'impression que le monde pourrait s'écrouler autour d'elles, rien ne les empêcherait de savourer ce moment de félicité. Non seulement ça doit être un truc fabuleux à vivre, même si, ça, no toi ni moi ne le saurons jamais, mais c'est aussi et surtout pour nous un spectacle formidable. L'abandon, les improbables positions dans lesquelles le sommeil les surprend, les ronflements légers, les petits spasmes des pattes dont on aime à penser qu'ils ont un quelconque rapport avec des rêves de chasse, l'air ahuri au réveil et les bâillements à s'en décrocher leurs petites mâchoires de chat.
Y'a pas à dire, un chat, c'est fait pour siester !

Sur ce, je te laisse... C'est bientôt l'heure...!

*** Pour Alice et Zaza. ***

*

Instant T. #82

Nature givrée - Normandie du Bas, jeudi 22 janvier.

Pour Nikita, avec mes plus douces pensées et toute mon affection.


*

dimanche 25 janvier 2015

Rouge

Si je suis en train de me sevrer non seulement de l'achat mais aussi de l'usage de vernie à ongles, il n'en reste pas moins une couleur à laquelle j'ai bien du mal à résister : le rouge. Pas la couleur la plus représentée dans ma vernithèque, le bleu arrive étrangement loin devant alors que j'en mets plutôt rarement, mais celle dont je sais que je pourrais la porter en toutes circonstances.
Je n'ai jamais trouvé qu'elle faisait trop da-dame comme on l'entend souvent dire. Mais il est certain qu'elle apporte indéniablement une touche de classe quand on l'a au bout des doigts, même si, je te rassure, ou pas, je suis loin de me considérer comme classe.
Accessoirement, c'est aussi, et surtout, la seule couleur que j'aie jamais vue sur ma mère, sur les ongles des pieds exclusivement.

Ma vernithèque rouge est donc particulièrement fournie. Ce qui en soi justifie la grosse flemme intergalactique que j'ai ressentie au moment de sortir tout ça pour la photo, tu n'auras donc le droit d'en voir qu'une partie. Cela dit, contrairement à ce que mon MariChéri croit, un rouge n'est pas qu'un rouge. Il peut être vermillon, carmin, bordeaux, coquelicot, cerise, sang, écarlate, rubis, brique, garance ou cardinal. Entre autres !
Et mon préféré sur la photo, c'est incontestablement le Rouge Pop-Art de chez Saint-Laurent, une merveille, un genre de quintessence du rouge, enfin, ça, c'est moi qui le dit...!


On se retrouve la semaine prochaine pour parler d'un truc de circonstance : le Froid !

Pour Milie.

*

vendredi 23 janvier 2015

En vrac #135


À l'heure qu'il est, mes parents sont quelque part en Afrique-du-Sud, les chanceux.
 Aujourd'hui est un grand jour : j'ai enfin terrassé ma flemme de la lessive, et je ne te dis pas tout ce que j'ai à rattraper !
Je t'ai dis que j'étais en train de me tricoter des guêtres ?
Couscous a annexé le lit d'une des chambres d'amis, 2,80 mètres carrés rien que pour elle, ça va la vie !!!
Préparer une blanquette de veau sans bouquet garni, c'est une pure hérésie à mes yeux.
Si un jour je gagne au loto, je fait privatiser le Musée des Arts Forains pendant tout un week-end.
 Quelqu'un pour expliquer à Christophe Michalak que le verbe "soupoudrer" n'existe pas...?
 Totalement in love des quelques articles shoppés en soldes chez Asos.
Très pressée que mon libraire revienne de vacances, que je puisse enfin commander le roman de Ginie !
Les gens me gavent en ce moment, j'essaie de faire avec mais c'est d'un p*tain de pénible...
En très bonne voie pour mon new tattoo, ça commence sérieusement à prendre forme.
J'aime bien les semaines où mon Chéri n'est absent que pour une soirée !

*

jeudi 22 janvier 2015

@hollysisson {l'IG que j'aime #1}


Instagram, c'est incontestablement la pire de mes addictions de geekette. Non seulement j'y publie énormément, sans aucune prétention, juste en m'en servant un peu comme d'un bloc-notes, mais aussi et surtout je pourrais y passer des heures à traîner, à sautiller de compte en compte, en y faisant de formidables découvertes. D'où l'envie que j'ai eue de partager celles que j'aime, ces IGers qui me ravissent, jour après jour, de leurs photos

Holly Sisson est photographe à Toronto, photographe professionnelle s'entend. Elle photographie un peu de tout, des gens surtout. Mais son compte IG est principalement dédié à ses clichés d'animaux et de paysages. De vraies merveilles. D'autant plus que c'est actuellement l'hiver à Toronto, qu'il y est autrement plus rigoureux qu'ici et que le blanc va très bien à ses photos. Je ne m'en lasse pas.


Si tu souhaites toi aussi la suivre :
son IG
☞  sa page FB

*

mercredi 21 janvier 2015

Mamie...

Tu t'emmêlais souvent les pédales dans les prénoms de tes quatre petites-filles, je ne compte plus le nombre de fois où tu m'as appelée Laurence.

Tu nous remplissais d'eau de grandes bassines en zinc, où nous barbotions des après-midi entières les chaudes journées d'été.

Il y avait, dans un tiroir de ta salle-de-bain, un tube de Rouge Baiser qui devait dater des années 50, tellement vieux en tout cas qu'il tenait plus de la craie que du rouge à lèvres. Et dans le même temps, je ne t'ai jamais vue porter la moindre trace de maquillage.

Tu supportais, tous les mercredis matins, que ma pie salisse les vitres de ta cuisine, toute excitée qu'elle était de me retrouver pendant que je déjeunais.

Je n'ai jamais mangé de meilleure gelée de groseilles que la tienne. Même si, pour ça, il nous fallait passer des heures de cueillette au jardin.

Tu parlais l'anglais de ton enfance, celui qu'il te restait de tes quelques années de vie au Pays-de-Galles quand tu étais toute petite, et tu nous éclatais avec ça !

Tu dessinais tellement bien que je te demandais toujours de m'aider à illustrer mon cahier de poésie.

Tu nous achetais du bain moussant dans des flacons en forme de pingouins, on jouait avec pendant des heures dans la baignoire une fois qu'ils étaient vides.

Les coquillettes que tu nous préparaient le mardi soir étaient toujours trop cuites, beaucoup trop cuites, c'était des Rivoire et Carret et moi, je viens de découvrir que la marque existe toujours.

Tu avais les mains toutes abîmées, à force de jardiner, de bricoler, mais je n'ai jamais rien connu de plus doux que leurs caresses.

Le seul produit de beauté que je t'aie jamais vue utiliser, c'était du lait pour bébé Mustela.

Tu as refusé de porter la robe que Papy t'avait achetée pour l'occasion, le jour de vos 50 ans de mariage, parce que la couleur ne te plaisait pas, et c'est bien la seule fois où je t'aie vue lui tenir tête.

Tu tricotais et cousais des robes pour nos poupées, j'en ai encore quelques unes aujourd'hui.

Le dimanche midi, il y avait invariablement des œufs mimosa et un gâteau renversé à l'ananas à ta table.

Tu allais chez le coiffeur, faire ta mise en plis, le vendredi matin et, immanquablement, tu nous achetais des Kinder Surprise, sur le chemin du retour, même quand on est devenues bien trop grandes pour ce genre de chose !

Tu allumais toujours une bougies quand on faisait des crêpes, tu disais que ça empêchait les odeurs de se répandre dans la maison.

Tu adorais les améthystes, c'était d'ailleurs la seule pierre que tu portais.

Tu étais obligée de planquer le Calcigénol, pour ne pas que je le sirote en douce, comme une gourmandise, c'était pourtant un médicament.

Tu nous préparais de petits gâteaux individuels aux zestes de citron pour le goûter du mercredi après-midi.

Je te revois, avec tes grands yeux bleus émerveillés, à DisneyLand, à l'autre bout du monde, tu m'as donné l'impression d'avoir cinq ans ce jour-là.

Tu étais la seule personne de la famille à tout savoir de toutes les autres. Parce que tu étais la discrétion faite femme. Jamais je n'ai connu une personne inspirant autant confiance.

Tu m'as appris à broder et à tricoter. J'aime toujours autant le faire aujourd'hui.

Il y avait, dans ton salon, près du canapé, une boîte métallique toujours remplie de caramels au lait Lutti.

Tu n'avais pas ton pareil pour allonger la durée de vie des vêtements qu'on adorait, dont on ne parvenait pas à se séparer malgré l'usure du temps. Tu faisais du neuf tellement beau avec notre vieux.

Tu regardais toujours Tournez Manège en préparant le repas du midi. Tu avais toujours un avis sur les candidats, sur les candidates surtout. Et tu kiffais Charly Oleg.

Tu me laissais parfois tourner la manivelle de ton hachoir à viande quand tu préparais ta délicieuse terrine de foie.

Tu chantais Le Temps des Cerises en repassant, en boucle, pendant des heures, et tu n'as même jamais réussi à m'en dégoûter.

Tu n'aimais pas quand je portais du rouge, en fait, je n'en ai jamais porté qu'une fois en ta présence, ta réaction m'a dissuader de réessayer.

Tu attendais mon retour, tous les après-midi, quand j'étais à la fac, avec mon goûter tout prêt. Et nous faisions ensemble une grille de mots croisés avant que je ne rentre à la maison.

Tu aurais adoré mon Mari, même si je suis certaine que tu aurais trouvé le moyen de l'appeler Bertrand ou Bernard, au lieu de Bruno. Et Lui te l'aurait bien rendu, je n'en doute pas. L'amour, hein, pas le prénom-à-côté-de-la-plaque.

Tu aurais eu cent ans aujourd'hui et tu as été la meilleure grand-mère dont une petite-fille puisse rêver. Tu m'as offert de grandir dans un environnement privilégié, un environnement tout fait de confiance et d'amour, tout ce dont un enfant a besoin pour pousser sereinement.
Voilà aujourd'hui plus de vingt-trois ans que tu es partie. Vingt-trois ans que tu me manques et que je me dis que j'aurais bien besoin de toi à mes côtés. Vingt-trois ans que chaque jour je pense à toi. Vingt-trois ans que je donnerais tout pour que tu me prennes dans tes bras.
Je voudrais que tu me tiennes la main, Mamie, encore, encore. Et pour toujours.

*

lundi 19 janvier 2015

Belle pour les fêtes...


C'est un peu la promesse qui m'était faite quand j'ai trouvé non pas au pied du sapin, mais dans ma boîte aux lettres, ce joli pochon aux couleurs traditionnelles de Noël, c'était dans le courant du mois de décembre. Et honte à moi, le tourbillon des fêtes, le coup de moins bien de ce début d'année, le temps qui file, toussa toussa, je n'avais pas encore pris la peine de venir t'en parler, de Ma Boîte à Beauté.

***

Hand and body lotion - NevO
flacon 230 ml
Cette crème lotion pour le corps et les mains est un mélange unique aux vingt-six minéraux de la mer Morte. Reconnus dans le monde entier pour leurs propriétés bénéfiques sur la peau, les minéraux et sels hydratent, lissent, et adoucissent la peau et la rendent souple et fraîche.
 Son parfum fruit de la passion n'est pas vraiment de saison, du moins, dans mon esprit. Alors, pour le coup, je pense la conserver pour l'arrivée des beaux jours. Mais je n'ai pas résisté à la tentation de l'essayer un tout petit peu. Et elle a laissé ma peau toute douce et vraiment agréablement parfumée. Quant aux bienfaits des minéraux de la mer Morte, ils ne sont plus à prouver. Je suis donc convaincue.

Gel fermeté contour des yeux - Skincode
tube 20 ml
Ce gel très léger a pour mission de raffermir la peau délicate du contour des yeux. Il réduit les poches de fatigue tout en hydratant les couches supérieures de l'épiderme sans laisser de film gras. Testé ophtalmologiquement.
Excellent timing puisque je suis sur le point de terminer mon précédent contour des yeux. Un geste dont je ne peux plus me passer. Je suis plus habituée aux crèmes que j'utilise d'ordinaire mais ce gel est très agréable à l'utilisation. Sensation de fraîcheur, effet tenseur et lissant immédiat, je pense que je vais l'adopter même si je suis vraiment peu fan de sa texture.

Sérum cheveux aux cinq huiles précieuses - KOS Paris
flacon 30 ml
Composé d'huiles de camélia, kukui, argan, jojoba et buriti, ce sérum nourrit et répare la fibre capillaire. Il fortifie et donne, instantanément, de l'éclat à la chevelure. Il s'applique en masque avant le shampooing ou par petites touches sur les pointes.
Mes cheveux et moi, on est passablement fâchés en ce moment. Alors bon, je désespère de voir un quelconque produit  y changer quoi que ce soit un jour. En fait, tu vois, je suis dans un genre de désespérance capillaire... Alors je suis ravie qu'on me propose une énième solution pour les rendre moins moches. Pourvu que ce soit la bonne ! En tout cas, après quelques usages, c'est plutôt plaisant. Et le parfum, juste divin.

Mademoiselle Paris - Fragonard
vaporisateur 50 ml
Promenade olfactive sur les bords de Seine en passant par le marché aux fleurs, une eau de toilette fruitée en tête de mandarine et de néroli, exhalant un cœur de jasmin sambac, de magnolia et de fleur d'oranger sur un fond de santal et de musc fruité de pêche.
Du parfum dans une box, moi je dis pourquoi pas. Mais je pense surtout que c'est risqué. Le parfum, c'est un truc tellement personnel, il y a tellement de chance de tomber à côté de la plaque. Et pour le coup, effectivement, je pense que celui-ci et moi ne passerons pas nos vacances ensemble. Je suis très difficile en la matière et plus que mes goûts, c'est ma tête qui décide : plus de 95% des parfums du marché me collent la migraine. Et c'est hélas aussi le cas de celui-ci. C'est bien dommage parce qu'il est composé de notes que j'apprécie particulièrement, notamment la mandarine, le néroli et le musc, qu'il sent très bon et est vraiment original. Un coup de jeune pour la maison Fragonard qui avait à mes yeux une image un peu désuète.

Crème de Laponie - Polaar
pot 50 ml
Cet onguent de beauté concentre en sa formule des milliers d'actifs qui agissent comme de parfaits petits boucliers protecteurs de la peau. Cette crème aux trois baies arctiques dorlotte et réconforte tous les épidermes, même les plus fragiles.
Les produits Polaar, quand on y a goûté, on n'a qu'une envie : y revenir ! Les textures, les odeurs, je suis fan. Et cette crème, un best-seller de la marque, ne déroge pas à la règle. Super agréable à l'application, elle laisse la peau toute souple, divinement douce et fraîche, délicatement parfumée. Je ne suis pas à l'abri d'une addiction de plus, moi...

Correcteur illuminateur de teint - Serge Louis Alvarez
pot 4g
D'une texture crémeuse, confortable et douce, cet illuminateur unifie, sublime et illumine le teint. D'une couvrance exceptionnelle, à l'huile de sésame et à la cire d'abeille, il vous donnera un éclat naturel et un teint parfait.
L'illuminateur de teint, j'ai découvert ça récemment, j'en ai acheté un juste avant le mariage. Et comme je l'ai trouvé un peu trop liquide, je suis ravie de recevoir celui-là aujourd'hui. La teinte me semble pas mal par rapport à ma carnation, et j'aime bien son aspect crémeux. Ayant été satisfaite des produits SLA reçu dans de précédentes boxes, j'étais plutôt confiante. Avec raison puisque j'en suis ravie, il fait le job comme on dit, et largement !

Peeling végétal - Joveda
pot 100 g
Ce soin naturel rénovateur est conseillé pour nettoyer la peau en profondeur. Composé d'un mélange de poudres végétales (riz, avoine, amande, henné, santal) et de poudres minérales dont le kaolin (argile), il aide à affiner et resserrer le grain de peau.
Typiquement le produit qui me plait mais dont je sens qu'il va être galère à utiliser... En fait, il s'agit simplement d'une poudre et c'est à toi d'y ajouter de l'eau pour en faire une pâte exfoliante. Je me connais, ça va m'amuser deux ou trois fois et il y a des chances que je finisse par abandonner. À moins que ça ne soit une véritable révélation et que ça me motive à faire régulièrement ma tambouille devant mon lavabo. Mais pour l'instant, et pour être tout à fait honnête, je ne me suis pas encore décidée à l'utiliser.

***

Définitivement à mes yeux la meilleure box beauté du marché. Une fois de plus une belle sélection de produits, même si je trouve plutôt risqué d'y inclure du parfum, il y a selon moi trop de chances de tomber à côté. Certaines marques ont déjà été présentes dans précédentes boîtes, et c'est un vrai plaisir de les retrouver et de pouvoir ainsi découvrir d'autres produits de leur gamme. Et du coup, j'en arrive à être séduite par des trucs dont je n'aurais pas vraiment eu l'idée de les acheter.
Le gros avantage, en tout cas, c'est que ça m'a donné le goût de m'occuper un peu plus de moi, de ma peau, et que j'ai la faiblesse de croire que ça se voit !

Si elle te plaît, il est malheureusement trop tard pour la commander. Mais sa petite sœur, La Coquette est dors et déjà disponible sur le site, elle te sera expédiée au mois de février.
Dans un chouette carton qui après que tu l'aies vidé, sera parfait comme panier pour ton chat... C'est pas moi, c'est Couscous qui le dit !!! :p


*
Box offerte

dimanche 18 janvier 2015

Geek

Geek, moi ? Si peu !!!

Deux ordis, une tablette, un notebook, deux téléphones, un kindle, deux appareils photo, une caméra, un lecteur MP3, des clés USB par dizaines, une grosse grosse poignée de cartes SD, cinq consoles... Une douzaine de blogs, dont certains en coma dépassé mais je n'arrive pas à me résoudre à les supprimer, trois profils FB, quatre-mille-deux-cent-cinquante-trois photos postées sur Instagram, un disque dur externe au bord de l'implosion... Mille-trois-cent-onze badges dans Pearl's Peril, des heures passées à jouer à Duel Quiz aux toilettes, un mari qui passe un temps fou à mener des campagnes, à contracter des alliances, bref, à faire la guerre sur le net...
Et surtout, Sheldon Cooper, vénéré geek en chef, pour surveiller tout cela, confortablement installé sur le bord de mon bureau !


On se retrouve la semaine prochaine autour d'une couleur que je porte très peu mais que j'adore, le Rouge.

Pour Milie.

*

samedi 17 janvier 2015

Le dernier Lapon - Olivier Truc


Quatrième de couverture :

Depuis quarante jours, la Laponie est plongée dans la nuit. Dans l'obscurité, les éleveurs de rennes ont perdu un des leurs. Mattis a été tué, ses oreilles tranchées - le marquage traditionnel des bêtes de la région. Non loin de là, un tambour de chaman a été dérobé. Seul Mattis connaissait son histoire. Les Lapons se déchirent : malédiction ancestrale ou meurtrier dans la communauté ?

Journaliste depuis 1986, Olivier Truc vit à Stockholm depuis 1994 où il est le correspondant du Monde et du Point. Spécialiste des pays nordiques et baltes, il est aussi documentariste pour la télévision.

"Ambiance polaire, traditions religieuses et querelles d'éleveurs, le Français Olivier Truc réussit un étonnant thriller qui n'a rien d'une promenade exotique."
Télérama.

***

Mon avis :

Ce roman, je ne l'ai pas choisi, MariChéri me l'a offert à Noël sur les conseils de notre libraire. Un excellent choix ! En même temps, je dévore des polars, je suis toujours curieuse de découvrir d'autres cultures, je suis fascinée par les pays nordiques, ça faisait pas mal d'indices qui laissait entendre qu'il allait me plaire. En fait, il ne m'a pas plu, il m'a en-chan-tée. Je l'ai refermé en ayant la sensation de revenir d'un voyage lointain et enrichissant, et remplie d'émotion à l'idée de laisser derrière moi des personnages auxquels je m'étais attachée.

Je suis tombée sous le charme de l'atmosphère distillée par l'auteur au fil des pages, j'ai vraiment eu l'impression de vivre en pays sami le temps de ma lecture. La nature, brute, inhospitalière, semble au fil des pages, dicter sa loi aux hommes, si tu me connais bien, tu sais que ce n'est pas pour me déplaire. Et puis, il m'a vraiment semblé ressentir l'alternance jour, toujours trop court / nuit, qui semble ne jamais vouloir finir.
J'ai aussi particulièrement aimé la galerie de portraits qu'il nous offre là. Les personnages sont à la fois très différents les uns des autres, plutôt fouillés, une réussite même si certains peuvent paraître un peu caricaturaux.
Sur le plan culturel enfin, on sent que l'auteur maîtrise son sujet. J'ai appris des tas de choses à la fois sur le mode de vie des habitants du Grand Nord, sur la culture et les traditions chez les Samis, sur l'élevage de rennes.

L'intrigue policière, quant à elle, est de facture plutôt classique, c'est véritablement l'environnement, au sens large, dans lequel elle prend place qui lui donne toute sa dimension. La fin m'a quelque peu laissée sur ma faim, mais, de toute façon, je deviens véritablement difficile à contenter à ce sujet, je ne m'en formalise plus !

En conclusion, un excellent polar ethnique, dépaysant à souhait, que je te recommande on-ne-peut-plus vivement.

*** Le Samedi, On Lit chez Virginie. ***

*

lundi 12 janvier 2015

Comme une berceuse... What a wonderful world


Parce que j'ai dû me faire violence pour venir ici ce soir et que j'ai trouvé dans cette chanson un formidable encouragement. Parce que je sens que je vais avoir un mal fou à retrouver un semblant de légèreté. Parce que le monde autour de moi est loin d'être à l'image de celui dans lequel je voudrais vivre, mais que j'ai entrevu hier un début d'éclaircie.
Parce que j'aimerais croire que demain sera vraiment un autre jour.

Bonne nuit !

*