mardi 24 février 2015

Tu me manques, qu'elle m'a dit...

C'était il y a une quinzaine de jours, elle passait le week-end chez ses grands-parents et me téléphonait pour me remercier de lui avoir fait envoyer un sweat Reine des Neiges trouvé à un prix imbattable pendant les soldes. Elle est tombée sur le répondeur, a hurlé un grand "Merci Nanoutte !" qui m'a à demi arraché l'oreille. Et puis j'ai entendu la voix de Papy qui lui disait "Vas'y parle ! raconte-lui quelque chose, à Nanoutte !".
Et c'est à ce moment précis que mon petit cœur a chaviré. "Ça fait longtemps que je ne vous ai pas vus, j'aimerais bien vous voir, moi. Tu me manques."...

Il y a fort à parier qu'elle a, en substance, répété la même chose à sa mère qui m'a rappelée quelques jours plus tard pour me demander si, éventuellement, je pourrais lui ouvrir ma porte pendant la deuxième semaine des vacances scolaires. Tu me connais, je n'ai pas réfléchi plus de trois secondes. Oui bien sûr. Oui évidemment. Oui oui oui, mille fois oui !


Elle est arrivée hier soir, avec un sourire édenté à faire fondre le plus dur des cœurs, a réclamé un apéro que nous n'avons finalement pas pris. Elle m'a fait remarquer que je n'étais que très moyennement performante en matière de puzzle de cent pièces, on a mangé des pieuvres et des coquillettes, elle a tenté de me prouver par A+B que la compote en pot, ça n'avait rien à voir avec la compote en gourde, j'ai dû lui expliquer ce qu'était le viagra, elle m'a assuré que Top Chef, c'était beaucoup mieux cette année, parce que les chefs "étaient dans le concours" (sic). On a pété les scores à Paf le Chien, elle m'a confié que, même si un garçon était gentil, il fallait qu'il soit un minimum beau pour qu'elle envisage de l'embrasser. On s'est couché un petit peu tard, après deux histoires, avec la dent tombée bien calée sous l'oreiller, des fois que la petite souris n'ait que ça à foutre que de passer une troisième fois, et surtout, la porte de la chambre fermée de chez fermée, histoire que les chattes ne viennent pas croquer le petit rongeur pourvoyeur de sous-sous.

Un je-ne-sais-quoi me dit que cette semaine va m'épuiser mais quel bonheur de l'avoir à mes côtés. Mon niéçou adoré...!

*** Ma douceur pour Maman@Home. ***

*

lundi 23 février 2015

Jamais sans mon appareil-photo

*Source*

Oui, c'est un fait : je suis capable de partir de chez moi pas maquillée, sans argent ou en ayant oublié mes papiers d'identité, mais jamais sans mon appareil-photo. Et quand je dis 'mon appareil-photo', peut-être devrais-je me risquer à utiliser le pluriel.
Je n'ai en aucun cas la prétention d'être une bonne photographe, bien au contraire, mais je ne désespère pas. Une chose est certaine, j'ai toutes les cartes tous les appareils en main pour y  parvenir un jour ou l'autre.

Il y a Canon Boy, mon reflex. Lui, il est de toutes les sorties à la mer, de tous les voyages, de toutes les balades, de tous les levers de soleil. Je l'ai reçu en cadeau pour mes 40 ans et il n'a jamais eu le temps de se reposer depuis.
Il est fièrement secondé par un petit APN de la même marque, ultra-pratique mais qui peine à me faire oublier mon Mister Lulu, semi-décédé suite à une chute que je lui aurais volontiers épargnée. Une chute doublement rageante parce que je suis d'ordinaire quelqu'un de très soigneux, et parce que jamais un appareil-photo ne m'avait autant satisfaite que celui-là. *** Note pour moi-même : racheter un Lumix dès que possible ! ***
Pour les jours de plage, j'ai un petit truc qui fait office à la fois de caméra et d'appareil-photo, étanche et anti-choc. Comme ça, il peut nous suivre à la piscine ou dans la mer, et aussi éventuellement résister aux velléités photographiques de mon niéçou.

Et au quotidien, il y a bien sûr mon TéléPomme. Que je suis obligée de purger régulièrement tant je prends de photos avec. Des photos qui me servent de mémo, des photos de chats, des photos que je prends sur le vif, des photos en rafale, histoire d'être à peu près sûre d'en avoir une correcte, des photos jusque depuis le fond de mon lit, n'y vois rien d'inconvenant, je me contente dans ces cas-là de shooter la couverture du livre que je suis en train de lire avant de m'endormir dessus.
Le problème, avec le TéléPomme, c'est que, s'il est performant côté photo, il commence à avoir de franches faiblesses en terme de téléphone. J'ai bien essayé de le remplacer en novembre dernier mais mon minuscule budget ne me permettait pas de faire des folies et, même si j'ai choisi le remplaçant sur la promesse d'une fonction appareil-photo de qualité, ça a quand même été très loin de me satisfaire concrètement. Résultat des courses, le remplaçant, Lenny de son petit nom, dort dans un tiroir de mon bureau et moi, je ne peux pas passer d'appel durant plus de 38 secondes... Par contre, je continue à prendre de chouettes clichés !

*** Oui, je donne des noms aux objets ! Et... Non, je ne me soigne pas...! ***
*** Pour Alice et Zaza. ***

*

dimanche 22 février 2015

Famille

"On choisit pas ses parents, on choisit pas sa famille..."... Maxime Le Forestier n'avait pas totalement tort et moi, j'ai quand même eu vachement de bol : je n'ai, certes, comme tout le monde, pas choisi mais je suis assurément bien tombée !

Ma famille, c'est ma vie. Mon univers, mon tout, mon point de repère. On n'est pas toujours d'accord, il y a même eu des moments difficiles, pas souvent, pas beaucoup mais intenses, c'est la vie. Et puis, c'est trop monotone quand on est toujours d'accord... Quand je dis "famille", j'entends mes parents, ma sœur, mon beau-frère et ma nièce, deux tantes auxquelles je suis attachées et pis c'est tout. Et ça me suffit. J'ai d'autres tantes, des oncles, des cousines, auxquels je suis plus ou moins attachés, avec qui j'ai plus ou moins d'atomes crochus, on ne se voit pas souvent, ascendant jamais concernant certains, dire que ça me manque serait mentir.
Et puis, vas'y, tu peux me détester mais figure-toi que je suis deubeul chanceuse : non seulement ma famille est top, mais ma belle-famille l'est tout autant. Enfin mes beaux-parents et leurs petits-enfants, y'a eu un bug dans la matrice à un moment donné mais on s'en fout, on sait ce qu'on vaut et on ne se laisse emmerder par personne ici !

Mon seul regret, c'est de ne pas avoir mes parents au quotidien à mes côtés. D'autant plus que je me dis souvent qu'ils ne seront pas là éternellement. Je sais que c'est idiot, mais je ne parviens pas à me raisonner, et ça me plonge dans des abîmes d'angoisse et de tristesse.
Quoi qu'il en soit, heureusement qu'il y a les photos pour que je les aie toujours avec moi !


On se retrouve la semaine prochaine en Strass et paillettes !

Pour Milie.

*

Cette semaine, j'ai...


... Kiffé regarder ma Toupie s'endormir. On était tranquillement installés dans le canapé, devant Top Chef, elle est venue s'installer dans les bras de MariChéri, visiblement bien plus confortables que les miens. Je pense qu'elle était fatiguée, de toute façon un chat, c'est toujours fatigué. Mais, étrangement, elle mettait toute son énergie à tenter de lutter contre le sommeil. Et moi, je me suis marrée à la prendre en photo sous toutes les coutures alors qu'elle avait les paupières lourdes, lourdes, lourdes...!

... Ressorti mon Dutch Tulips. Mon vernis chouchou de chez OPI, un très joli rouge avec une pointe de rose que j'adore porter aux beaux jours. C'est pas qu'on soit encore au printemps mais nous avons déjà eu la chance d'avoir de très belles journées ici, en Normandie du Bas. Ça m'a donné des envies de couleur. Au bout de mes doigts.

... Instauré un nouveau principe de lecture. En l'occurrence une alternance livre de jour / livre de nuit. Oui parce que mes lectures très noires ont la fâcheuse tendance à avoir un effet négatif sur mes nuits, entre cauchemars et insomnies. Et c'est encore pire quand MariChéri est en déplacement. Du coup je les réserve à la journée. Moi qui suis moyennement fan du fait d'avoir deux bouquins en route, voilà que je fais fi de tous mes principes !


... Acheté de très jolis timbres sur internet. La faute à mon incompétent bureau de poste qui, depuis la hausse de tarif du 1er janvier, ne propose plus à la vente que de vilaines Marianne. Et prétend aussi que les anciens timbres ne peuvent plus être utilisés, même en complétant leur valeur à coup de 5 ou 10 centimes. Au moins, sur internet, je commande ce que je veux comme je veux.


... Pris l'apéro. Tom Collins, olives et surimi. Avec MariChéri tranquillement installés sur la canapé dans un premier temps, puis, par un genre de contagion dont seuls les réseaux sociaux ont le secret, avec tout un tas de copines via Instagram. Quel bonheur que ces plaisirs simples de la vie ! Sur ce, je te laisse, je vais vérifier s'il n'y a pas encore moyen de trinquer.

*

samedi 21 février 2015

Maîtres du jeu - Karine Giébel


Quatrième de couverture :

Il y a des crimes parfaits.
Il y a des meurtres gratuits.
Folie sanguinaire ou machination diabolique, la peur est la même. Elle est là, partout : elle s'insinue, elle vous étouffe... Pour lui, c'est un nectar. Pour vous, une attente insoutenable.
D'où viendra le coup fatal ? De l'ami ? De l'amant ? De cet inconnu à l'air inoffensif ? D'outre-tombe, peut-être...

Ce recueil comprend les nouvelles Post mortem et J'aime votre peur.

***

Mon avis :

J'ai découvert ce tout petit recueil en allant à ma bibliothèque. Figure-toi que Karine Giébel y sera présente le 24 mars prochain pour une soirée qui s'annonce passionnante et que, par conséquent, ses ouvrages sont mis en avant en ce moment. Je n'ai pas tout lu d'elle mais je lui trouve un immense talent, je garde notamment un souvenir terrifiant mais néanmoins impérissable de Meurtres pour rédemption. Je n'ai donc pas laissé passer l'occasion de découvrir ces deux nouvelles.

La première, c'est l'histoire d'une actrice qui touche un mystérieux héritage, à la mort d'un homme qu'elle ne connaît pas. Dérangeant et machiavélique à souhait, bourré de rebondissements, une vraie réussite. Bon, j'avoue, j'ai malgré tout trouvé le twist final superflu, je suis certaine qu'il y aurait eu d'autres façons de parvenir au même résultat.
La seconde nous offre de suivre un criminel échappé d'un hôpital psychiatrique qui trouve refuge dans un centre de colonie de vacances. Là encore, l'auteur nous emmène sur une fausse piste, distille une ambiance oppressante et joue avec les sentiments. Redoutablement efficace.

En résumé, des intrigues bien ficelées, qui nous tiennent en haleine de la première à la dernière page, ça en est même étonnant de pouvoir passer par autant de sentiments en si peu de pages, 128 pour être précise. Évidemment, ça te fera un déjeuner de soleil mais pour 2,90€, ça ne vaut vraiment pas la peine de t'en priver !

*** Le Samedi, on lit chez Virginie. ***

*

jeudi 19 février 2015

Coquette, va !


La Coquette s'est posée dans ma boîte aux lettres juste avant la Saint-Valentin, un peu comme un joli cadeau. Bon, je t'avoue que, malade comme je l'étais la semaine dernière, il m'a fallu attendre quelques jours avant de pouvoir pleinement en apprécier son contenu.
Ma Boîte à Beauté, j'adore, c'est l'équivalent adulte et girly de la pochette-surprise que ma grand-mère m'achetait chez le boulanger en revenant de chez le coiffeur quand j'étais toute gamine.

Cette fois-ci, elle me propose de sublimer ma beauté, tout un programme, de réveiller mes sens et ma coquetterie, rien que ça.
Pas de panique, on a du pain sur la planche, mais je débriefe tout ça pour toi.


***


Gel douche Côte d'amour - Britanie
flacon 50 ml
Ce gel douche à la fleur de bleuet, que l'on peut trouver sur les sentiers côtiers, résiste au sel et aux embruns. Riche en tanins, cette plante adoucit la peau. Délicatement parfumé, ce gel qui porte bien son nom, procure une sensation de fraîcheur. Fabriqué en Bretagne et certifié Bio.
Très fan des produits de cette marque que j'ai déjà eu la chance de tester, je suis ravie d'avoir trouvé ce gel douche dans ma box. Très doux et avec une délicieuse odeur naturelle, il m'a charmée !

Sérum Algoressence - Algovital
flacon-pompe 30 ml
Les huiles de Rosier muscat et d'Argan biologique ont des propriétés bien connues réparatrices et régénératrices. Ce nouveau sérum d'Algovital est à la fois raffermissant, assouplissant, nutritif et protecteur. Vous ne pourrez bientôt plus vous en passer. Certifié Bio.
Chouette, un sérum ! Je viens tout juste de terminer celui que j'avais en cours, qui provenait d'ailleurs d'une précédente boîte. Algovital est une marque que j'apprécie, la certification Bio étant indéniablement un plus à mes yeux. Très agréable tant à l'odeur que sur la peau, ce sérum fera ses preuves sur le long terme j'en suis convaincue.


Check matte - oOlution
tube 30 ml
Ce soin du visage multi-actions et sur mesure vous garantit une peau nette en toutes circonstances. Il rendra votre peau plus sereine, pure et lumineuse. Crème fluide avec un touché poudré, elle matifie, régule, affine, lisse et corrige les imperfections. Certifié Bio.
Deuxième produit que je reçois de cette marque, j'espère qu'il me satisfera autant que le premier, une crème contour des yeux en l'occurrence. Parfum agréable, texture fondante et véritable effet matifiant, les premières impressions sont plutôt positives.

Lotion de défense Total Protect - CHI
flacon-pompe 59 ml
La lotion de défense Total Protect protège les cheveux contre les rayons ultra-violets qui peuvent affaiblie les pigments. La lotion apporte aussi hydratation et douceur aux cheveux agressés par la pollution.
Mes cheveux sont totalement réfractaires aux produits de soin, tout ce qu'ils supportent, ce sont des shampooings très naturels. Les soins, quels qu'ils soient et crois-moi, j'en ai testé un paquet, bref, les soins ont toujours tendance à les alourdir, à les graisser, pour un bénéfice qui n'en vaut vraiment pas la peine. Me voici donc avec un énième soin en plus, d'une marque reconnue pour la qualité de ses produits certes, mais qui ne servira probablement jamais. Ce dont je suis d'autant plus sûre que son odeur, pour être réellement agréable, n'en reste pas moins vraiment trop forte et entêtante à mon goût.

Eyes EFFECT - Nature Effiscience
flacon-pompe 15 ml
Ce soin spécifique et complet des yeux prévient aussi bien les signes de fatigue (poches et cernes) que les signes de vieillissement (rides). Il s'adapte à toutes les peaux, même les plus sensibles et convient au maquillage en le maintenant en place. De la haute cosmétique certifiée Bio.
La crème pour les yeux, c'est devenu mon indispensable geste beauté. J'en vois les bénéfices depuis un peu plus d'un an que je ne l'oublie jamais, je suis donc fan de ce genre de soin. Celui-ci a vraiment l'air haut-de-gamme, je suis certaine qu'il va me satisfaire.


Rouge à lèvres - Terre d'Oc
tube 4g
Au Maroc, les femmes utilisent le aker, petite coupelle de terre cuite enduite de poudre de coquelicot et d'écorce de grenade pour orner leurs lèvres d'un rouge profond et sensuel. Ce rouge à lèvres aux teintes essentielles et naturelles, allie l'huile et le beurre d'argan pour sublimer les lèvres tout en les nourrissant.
J'ai découvert le aker il y a peu de temps, dans Les Reines du Shopping, ne te marre pas ! Fondamentalement, je ne vois pas trop le rapport que ça peut avoir avec ce rouge à lèvres, hormis la composition naturelle. Parce qu'en terme de couleur, on en est loin, très loin. Il s'agit plutôt d'un coloris "mûre", dans une version pas très pigmentée. Mais très agréable à porter et d'une tenue correcte, je l'adopte sans hésiter.

Vernis - Gouiran
flacon 10 ml
Découvrez vite la gamme de vernis à ongles Gouiran. Des teintes acidulées, chics, tendres, sombres ou lumineuses. Un vrai vernis de qualité, longue tenue. Près de 80 teintes n'attendent que vous afin de sublimer vos ongles.
Bon, c'est le jeu ma pôv' Lucette me diras-tu mais là, pour le coup, je n'ai vraiment pas de bol : j'ai réussi à recevoir la seule couleur que je ne porte jamais, un moche rose. Alors que j'avais passé une semaine à baver devant le somptueux rouge sombre nacré que certaines ont eu la chance de trouver dans leur box. Je ne l'essaierai même pas, vu à quel point me faire les ongles relève de la corvée en ce moment. Tant pis.

***

En conclusion, quelques déceptions parmi la sélection de produits cette fois-ci. Mais je le prends bien, c'est absolument inhérent au principe même de la box : en admettant l'idée de surprise, on admet forcément qu'il y a un risque ! Et, en toute honnêteté, deux trucs qui ne me conviennent pas sur sept, ça ne vaut vraiment pas la peine d'en être fâchée, je trouverai de toute façon bien quelqu'un dans mon entourage à qui ça fera plaisir.
Et puis, franchement, recevoir pour plus de 177€ de produits de beauté en n'en dépensant que 32,90, ça vaut quand même grâââve le coup !

Si tu es tentée toi aussi, tu peux la commander ici, elle est encore disponible. Tu peux aussi rameuter les copines car de superbes offres te sont proposées pour l'achat de 3 boîtes, à toi de voir.
Moi, je te laisse, je retourne me pomponner !

*
Box offerte

mardi 17 février 2015

Ma garde-malade


Chiffon est une top garde-malade.

Quand la grippe nous tombe dessus, elle est là. Quand la bronchite vient en remettre une couche, elle est là. Quand l'asthme fait son retour après dix ans d'absence, elle est là.

Mais quand je dis là, c'est là, là, exactement là, hein, genre collée-serrée. Dans le lit, tout contre nous, si possible sous la couette et tous ronrons dehors. Avec une petite étincelle d'inquiétude dans l'œil. Mais contente en même temps. Oui, ravie de pouvoir paresser au lit en notre compagnie.
Et autant elle est chiante en temps normal, à ne pas tenir en place, à miauler pour réclamer des trucs que nous, pauvres humains, ne comprenons pas, à tenter des trucs interdits, genre la léchouille sur la visage de son maître, à tout faire pour faire régner sa loi dans notre lit... Oui, autant elle est pénible le reste de l'année, quand on est en pleine forme, autant elle devient un genre de chat idéal dès que la maladie pointe le bout de son nez, nous avons encore pu l'expérimenter la semaine dernière. Elle fait doudou, elle fait bouillotte, elle fait présence réconfortante, elle fait tout ce qu'on peut rêver qu'un chat fasse dans de telles conditions.

Et son pépère et sa mémèràchats adorent ça !

Ça ne change pas grand chose, fondamentalement, on sait bien que ça ne nous guérira pas. Mais on sent sa présence et c'est fou ce que ça fait du bien.
Cette fois-ci, nous avons été malades à deux, c'est assez rare pour être souligné. Nous nous sommes donc mutuellement tenu compagnie dans cette galère, galère dans laquelle, au passage, je ne me suis trouvée embarquée que grâce à la générosité de MariChéri, mon Amour, si tu me lis, je ne sais comment te remercier... Notre garde-malade féline n'a donc pas eu à palier le fait que le valide des deux n'a pas que ça à faire que de s'occuper du mourant. Elle n'a pas pris son rôle par-dessus la patte pour autant, elle a été juste par-faite.

Et moi, j'espère bien qu'elle ne s'en lassera pas, tout du moins pas tout de suite, parce que je ne suis pas encore totalement remise !

*** Ma douceur pour Maman@Home. ***

*

dimanche 15 février 2015

Mon Amour

Mon Amour...  Je pourrais en parler pendant des heures, aligner des phrases et des phrases pour te dire à quel point il est merveilleux, comment il a changé ma vie et combien je l'aime. Mais comme une photo vaut souvent bien plus qu'un long discours, je te montrerai juste la fierté qui est la mienne aujourd'hui : être enfin sa femme. Mon Amour à moi...


On se retrouve la semaine prochaine pour parler Famille.

Pour Milie.

*

Cette semaine, j'ai...

... Battu un genre de record. Je m'en serais bien passée. Deux fois la grippe en à peine plus de dix mois, même mon médecin a apprécié la performance. Le hic, c'est que, cette fois-ci, je n'ai pas daigné prendre le taureau par les cornes, en l'occurrence consulter dès les premiers signes. J'étais absolument convaincue que c'était tout ce qu'il y a de plus impossible, que ça ne devait être qu'un simple rhume, que MariChéri m'aimait bien trop pour s'être permis de me refiler une m*rde pareille... Perdu ! Mais alors perdu de chez perdu... :/


... Mangé un excellent éclair. Que mon Chéri a trouvé sur son chemin entre le cabinet médical et la pharmacie. Façon tarte au citron meringuée, mon dessert préféré. Bon, la meringue était un tout petit peu trop sucrée et la crème au citron pas assez acide à mon goût mais l'idée était très bonne.

... Renoué avec deux vieux potes à moi. Je ne les avais pas vus depuis bien longtemps, une dizaine d'années. Ils s'appellent bronchite et asthme et m'ont mené la vie dure, enfin surtout la nuit. Deux nuits blanches passées à errer dans la maison, terrorisée à l'idée de m'étouffer si je m'allongeais, c'était cher payé les retrouvailles. Aujourd'hui ça va mieux, on est sur le point de se séparer et je prie pour qu'ils ne me retrouvent jamais.


... Bu, énormément. Des boissons chaudes principalement, histoire de tenter de soulager mes maux. Jus de citron chaud en tête, c'est bien, un sympathique remède de grand-mère, mais ça n'a pas pu grand chose contre le combo grippe-bronchite qui nous a attaqués. Entre ça et la soupe, un peu de thé pour mon Chéri, on s'est retrouvé à faire tourner des lave-vaisselle presque uniquement remplis de mugs et de bols. Heureusement, on a fini hier soir sur du mojito. Ouais, ça va mieux !!!


... Attaqué un pavé. Le dernier Dantzig que j'avais en stock à la maison. Après m'être délectée de son Pourquoi lire ? fin janvier, je me suis jetée avec plaisir dans cet énorme essai, 1.142 pages d'éblouissante érudition. Quand je repense au temps où je me contentais de mettre en rayon ces gros bouquins qui me faisaient un peu peur, ignorant tout le plaisir que j'aurais un jour à me glisser dedans... Une lecture qui te mènera aux antipodes de l'ennui et que je te recommande évidemment. Sur ce, je te laisse, je retourne lire.

*

samedi 14 février 2015

Les anges aquatiques - Mons Kallentoft


Quatrième de couverture :

Patrick et Cecilia sont assassinés dans leur jacuzzi à Linköping : leur fille adoptive, Ella, est portée disparue. L'enquêtrice Malin Fors, consciente qu'elle n'aura jamais d'enfant après sa blessure en service, met toute sa rage à la retrouver. La fillette est-elle vivante, entre les mains du meurtrier ? Le fleuve rendra-t-il son corps sans vie ? Ella ne réapparaît pas et la pression croît...

Mons Kallentoft est un journaliste et auteur suédois. Après le succès de Hiver, Été, Automne et Printemps et La 5e saison (disponibles en Points), Malin Fors revient pour une sixième enquête placée sous le signe de l'eau.

"L'une des héroïnes les plus convaincantes qui soient nées d'une plume masculine." The Guardian.

***

Mon avis :

J'avais beaucoup aimé les cinq premiers volets des enquêtes de Malin Fors, c'est donc avec plaisir même si tout à fait par hasard que j'ai découvert que ce sixième tome était déjà sorti en poche. De l'inconvénient de ne plus être dans le circuit, je traduis pour ceux qui débarquent ou ne suivent qu'à moitié : de l'inconvénient de ne plus être libraire.
Bref, j'ai été ravie de pouvoir me replonger dans les écrits de Kallentoft. Tellement ravie que même la maladie ne m'en a pas empêchée.

Avant toute chose, je me réjouissait de retrouver Malin, cette enquêtrice hors normes, comme le laisse entendre le critique du Guardian en quatrième de couverture. Enquête après enquête, elle s'impose comme un personnage majeur du roman noir.
C'est particulièrement torturée qu'elle se montre ici, en permanence sur le fil, prête à basculer à chaque instant. Mais, toujours guidée par les morts qui lui parlent, elle dispose de bien des ressources qui lui permettent de toujours se remettre en selle, sans jamais rien lâcher.

Tout au long du roman, l'auteur aborde les thèmes de la famille, de la parentalité en général, de la maternité en particulier. Et de l'adoption. Des choses qui, pour moi, sont douloureuses. Alors, en toute logique, j'ai versé bien des larmes au cours de ma lecture.
L'enquête en elle-même est de facture plutôt classique, m'a presque paru relever du prétexte pour s'attarder justement sur les thèmes dont je viens de te parler, ainsi que sur la vie du commissariat de Linköping et de ses équipes. Des personnages auxquels je me suis attachée au fil de mes lectures et dont il est agréable de voir que l'auteur creuse encore et toujours leur psychologie. Une vraie réussite pleine d'humanité.

En conclusion, un très bon roman que je recommande particulièrement à ceux qui ont lu les cinq précédents, pour l'intérêt que l'on peut trouver dans l'évolution des personnages. Si tu veux te lancer, la série commence par Hiver.

*** Le samedi, on lit chez Virginie ! ***

*