samedi 18 février 2017

Samedi en musique #50... Jouer le jeu - The Pirouettes

Ou quand deux gamins qui pourraient être les tiens te propulsent plus de 30 ans en arrière...


Les deux gamins en question, j'espère qu'ils me pardonneront cette appellation un peu familière mais bien affectueuse, ce sont Vickie Chérie et Leo Bear Creek, alias The Pirouettes.

Une rencontre au lycée, un jeu de séduction et la réalisation d'un fantasme au sujet des années 80, tous synthés dehors, c'est un rapide résumé de leur histoire, de leur credo.
Leur truc, c'est la synth-pop. La définition est dans le nom : du synthé et de la pop. C'est frais, c'est malin, ça nous raconte la vie des jeunes d'aujourd'hui, c'est effectivement tout à la fois furieusement 80 et terriblement 2017. Un son à part dans le paysage musical actuel.
Pour les dinosaures dans mon genre, certains titres, certaines ambiances évoqueront forcément des artistes tels qu'Élie et Jacno... Paie ta claque !

Du talent, ils en ont à revendre, la valeur n'attend pas le nombre des années. The Pirouettes, c'est la jeunesse sans l'arrogance mais avec la liberté. On les sens inspirés par certains de leurs aînés, mais aussi assez malins pour jouer la différence.
À la fois auteurs-compositeurs et interprètes, ces deux-là sont complices, en phase et lorgnent vers un avenir commun. Une chose est sûre : ils prennent un plaisir fou à ce qu'ils font. Tout ça se ressent quand on les écoute et donne très envie d'en découvrir plus.


Leur premier album, Carrément Carrément, est une réussite. Douze titres décalés, bien arrangés, et produits avec talent par Jérémy Rassat et Stéphane "Alf" Briat (Air, Arnaud Fleurent-Didier, La Femme, Mustang, Phoenix).
Tu as peut-être déjà entendu L'escalier, le titre a pas mal tourné, entêtant et léger, moi, j'adore.

Depuis quelques semaines, c'est au tour de Jouer le jeu de nous régaler les oreilles. bah, en fait, j'adore aussi...!

"... J’ai vu l’avenir
Allumer les écrans
Beau comme ton sourire
Réveillez les enfants
L’aube d’une nouvelle ère
Brille sous tes paupières
Je me sens déjà différent...
"


Ils sont actuellement en tournée en France et en Belgique, voici les dates à venir :
25 février : Reflektor / Liège
03 mars : Le Manège / Lorient
11 mars : Le Poste à Galène / Marseille
16 mars : Le Grand Mix / Tourcoing
08 avril : Festival Mythos / Rennes
20 avril : Le Printemps de Bourges / Bourges
05 mai : La Laiterie / Metz
11 mai : La Cigale / Paris
13 mai : Premices Festival / Lausanne
20 mai : West Rock / Cognac
03 juin : Le Bikini à Toulouse
Si tu souhaites en découvrir plus, n'hésite pas à fouiner un peu sur YT. Comme toujours, on y trouve des pépites. Mention plus que spéciale pour une excellentissime reprise d'une de mes chansons préférées du grand Yves Simon, Qu'est-ce que sera demain. Un duo à suivre !


*** Mon Samedi en Musique pour BBB's Mum qui célèbre aujourd'hui le 200ème numéro de ce joli rendez-vous. ***

*

dimanche 12 février 2017

Mon Année Bonheur 2017 {#5 Une après-midi en bibliothèque}


Aaahhh... la bibliothèque Alexis de Tocqueville...! Depuis que je l'ai découverte, je me dis qu'il faut absolument que je lui réserve un billet ici. Mais que veux-tu, procrastination est un peu mon deuxième prénom en ce moment. Il faut dire que, dans la vraie vie, je suis particulièrement accaparée par la plus mignonne des vacancières et ça, ça n'a pas de prix !

Cette semaine, elle m'a réclamé à aller passer un moment au milieu des livres et nous nous sommes régalées.

Nous nous sommes éclatées à rendre mes précédents emprunts et à suivre leur trajet dans le système automatisé qui les réintègre en stock. Nous avons feuilleté de superbes ouvrages jeunesse avec vue sur le port de Caen, bien au chaud grâce au soleil d'hiver qui cognait sur les vitres. Nous nous sommes installées en hauteur, sur les immenses marches réservées à cet effet, afin de lire quelques BD, tout en observant la façon dont ce lieu incroyable vit. Nous nous sommes vautrées dans les Fat Boy sous les yeux amusées de quelques mamies, inutile de préciser que l'une de nous deux en est sortie bien plus facilement que l'autre...!
Bref, nous avons passé une après-midi de rêve !!!

Et accessoirement, la bibliothèque m'offre une excellente raison de descendre un peu plus souvent sur Caen. 😉

http://mamanbobo.fr/2017/01/02/annee-bonheur-2017/

*

samedi 11 février 2017

Samedi en musique #49... My sway - Slow Joe & The Ginger Accident

Aujourd'hui, je vais te raconter une histoire que je trouve belle et incroyable. Celle d'un personnage hors norme, d'une vie qui ne l'est pas moins et d'une rencontre inouïe qui a tout changé pour lui.


Le personnage en question, c'est Slow Joe. Originaire de la région de Goa, en Inde, il chante depuis toujours. Dans un registre plutôt désabusé : perte de l'amour, rêveries sombres, incapacité à trouver sa place dans la société. Il mène une vie à la fois d'errance et de poésie, avec les drogues, la rue et la solitude pour compagnes. Un clochard céleste en quelque sorte.

En 2007, il croise la route d'un musicien français, Cédric de la Chapelle. Ce dernier tombe aussitôt sous le charme de sa voix profonde et vibrante et rentrera en France avec des heures d'enregistrement a capella dans ses bagages. À son retour, il n'aura de cesse d'arranger les chanson de son ami et d'enregistrer des maquettes. En 2009, ces dernières sont parvenues jusqu'à Jean-Louis Brossard, le directeur des Transmusicales de Rennes, un dénicheur de talent hors pair. C'est un coup de foudre : il veut Slow Joe à l'affiche de son festival. Cédric retourne donc à Goa chercher le chanteur.
Mais il faut convaincre l'administration indienne de redonner une identité à ce dernier, cela fait des décennies qu'il vit sans papier. Cela prendra des mois, mais Slow Joe pourra finalement honorer l'invitation des Transmusicales.

À son arrivée, il découvre que Cédric lui a taillé un quatuor sur mesure afin de l'accompagner sur scène, The Ginger Accident. La magie opère instantanément. Et cela marque le début d'une très belle aventure de création puisqu'ils se produiront ensemble sur scène plus de 300 fois, et sortiront deux albums.
Il ne quittera plus la France, s'installera à Lyon sur les pentes de la Croix-Rousse, dont les commerçants et les habitants étaient devenus pour lui une nouvelle famille.

Hélas, en mai dernier, alors que Let me be gone, leur troisième album, est en cours de finalisation, Slow Joe est emporté par une rupture d'anévrisme. C'est donc de façon posthume que le disque est sorti la semaine dernière.
On y découvre dix titres extrêmement marqués par les influences indiennes, l'existence et les rêves de l'artiste. Il s'y livre sans fard, entre blues et spiritualité indienne. C'est tout à la fois magnifique et poignant. Un peu comme si ces chansons résonnaient à la façon d'un testament.

Dans My Sway, l'extrait que je te propose d'écouter aujourd'hui, il évoque une relation entre deux personnes à la fois complices et contraires. Quand on connaît son histoire, on ne peut évidemment s'empêcher de penser qu'il parle là de Cédric de la Chapelle et de lui-même.

"... I was made for you
And you were made for me..."


Petit plus : une tournée hommage, certainement des plus émouvantes, offrira plusieurs dates à travers la France dans les semaines qui viennent. En voici quelques unes :
04.03 Poligny (39) - Le Moulin de Brainans 
18.03 Champ sur Drac (38) - Salle Navarre 
28.03 Paris - Le Café de la Danse 
14.04 Romans (26) - La Cordonnerie
18.08 Annemasse (74) - Festival Les Musical’été

*** Mon Samedi en Musique pour BBB's Mum. ***

*

lundi 6 février 2017

Le dimanche...


On se lève un peu tard... Parfois avec un peu mal à la tête, ça dépend de ce qui s'est passé la veille au soir. En tout cas, pour ma part, avec systématiquement les cheveux hyper en pétard, une des grandes joies des coupes courtes, ma moitié est habituée.
On paresse au lit, parfois dans un demi-sommeil, parfois en discutant, en bouquinant. Toujours avec Chiffon à nos côtés, en mode pot-de-colle. Mais si, tu sais, Chiffon, ce chat auquel on a imaginé un temps interdire l'accès à la chambre...

Souvent, on brunche. Après une virée au marché Saint-Pierre. Des œufs frais, du fromage, du pain tout chaud, des yaourts, un bon café et un jus de fruit. Des pancakes ou un gâteau si j'ai eu le temps/le courage. Et puis, il arrive qu'on reçoive le midi. C'est rare, ça perturbe notre gentille routine dominicale bien huilée, mais ça arrive. Dans ce cas-là, point de brunch évidemment, mais un MariChéri en tablier et de bonnes odeurs gourmandes qui s'échappent de la cuisine.

L'après-midi est, lui, un peu tributaire de la météo. Balade, chaise longue, sieste, c'est selon. Le bon bol d'air de bord de mer reste quand même un grand classique. Avec l'appareil-photo en bandoulière. Parfois, cette promenade, on l'écourte, parce qu'on a présumé de la météo, qu'on ne s'est pas assez couvert, qu'on a la goutte au nez, mais on ne revient jamais sans avoir glissé quelques coquillages dans le tote-bag qui ne nous quitte jamais. Et on rentre alors à la maison avec du sable plein les Converse, en songeant aux bottes de pluie qu'on se promet d'acheter depuis des années...

On se réchauffe alors avec un bon thé, devant un match de rugby, des chats sur les genoux, en reprenant la lecture interrompue le matin. On laisse aller, on laisse couler, souvent dans le plus grand calme, l'important c'est d'être ensemble.

Quand vient le soir, on a un autre rituel culinaire : #lacuisinedumondedudimanchesoir. On l'avait un peu abandonnée ces temps derniers mais on y revient avec plaisir. Pas encore avec assiduité, ça viendra. Ce repas est aussi souvent l'occasion de revenir sur l'organisation de la semaine à venir, j'ai beau avoir un cerveau et un agenda, je m'emmêle toujours les pinceaux dans les dates et lieux de déplacement de mon Cher & Tendre, une piqûre de rappel n'est jamais de trop. Même si, je l'avoue, je préfèrerais m'en passer et le garder près de moi.

Et la journée se termine comme elle a commencé, doucement. En attendant de basculer dans le premier des six jours nous séparant de la prochaine fois où nous pourrons à nouveau prendre le temps...
 
 *** Mon Lundi à Deux pour Alice et Zaza. ***

*

dimanche 5 février 2017

Mon Année Bonheur 2017 {#4 Les DIY de Lilly}


Ma nièce est arrivée à la maison vendredi soir pour passer ses vacances avec nous. Elle est arrivée dans une forme plus qu'olympique et chargée comme une mule. Dans ses bagages, de quoi retourner la maison, et des tonnes d'idées d'occupations pour les dix jours à venir.

Nous avons attaqué dès samedi, vu que nous étions seules toutes les deux une bonne partie de la journée et qu'il pleuvait comme-vache-qui-pisse, un truc à calmer tes envies de balade, de nature et de bon air.

Ambiance papier crépon et déco de mariage, avec ces jolies fleurs qu'elle m'a appris à faire. J'avoue que j'ai amèrement regretté qu'elle n'ai pas été en âge de les faire lors de notre mariage. Parce qu'elles sont quand même super jolies et m'auraient probablement coûté moins cher que celles que la flemmarde que je suis a achetées à l'époque. 😉

Moi, je me suis couchée moins bête et je peux organiser une fiesta quand je veux, j'ai toute la déco pour !

http://mamanbobo.fr/2017/01/02/annee-bonheur-2017/

*

samedi 4 février 2017

Samedi en musique #48... Make this right - Albert Fallen

Aujourd'hui, je te propose d'écouter quelque chose de très différent de ce que j'ai pour habitude de publier ici chaque samedi, puisque je t'emmène dans un univers très électro, un peu expérimental et d'inspiration deep-house mais rock aussi. Tout un programme !

Derrière Albert Fallen, il y a Arthur et Rachid. Ils créent ensemble depuis 2011 un univers mélodique lancinant et minimaliste. Ce que moi j'appelle de la "musique nocturne". Ne cherche pas à comprendre, c'est juste que je trouve que ce genre de son s'apprécie encore plus de nuit. Idéalement dans la nature au milieu de nulle part, ou au volant. Mais ça, c'est mon délire à moi, hein, n'y vois là aucune obligation.

Bref. Leurs influences sont diverses. Nés à la fin de la période new wave, ils ont été biberonnés à coup de rock alternatif des années 1990-2000, et sont marqués par les scènes électro londonienne et berlinoise. Et tout ça leur permet de proposer un fort joli combo qui me ravit tellement que je le partage avec toi aujourd'hui.

Albert Fallen, c'est tout à la fois entêtant et planant, nerveux et élégant, mélancolique et dansant. Multiple. Tout ce que j'aime.


Leur nouvel EP, Impressions, sort le 10 février prochain. Il est composé de quatre titres à la fois hypnotiques, lascifs et entêtants. Make this right en est le premier extrait et c'est une petite merveille. À écouter sans modération !


*** Mon Samedi en Musique pour BBB's Mum. ***

*

jeudi 2 février 2017

Mes plaisirs de janvier


✔︎ Un très joli pendentif gagné sur IG.
Cette petite merveille signée Delphine Pariente résume tout mon programme pour l'année à venir en un mot : renaître.

✔︎ Le Showeb Séries.
L'occasion de découvrir ce qui sera diffusé sur les différentes chaînes de télé dans les mois à venir. Une petite édition, sans grande annonce, en tout cas rien qui ne m'ait fait frémir. Excepté la saison 2 d'Au service de la France qui est actuellement en post-production. J'ai hâte.
Et puis... Bon allez, j'avoue, le Showeb, c'est aussi et surtout un prétexte pour passer une chouette journée avec ma copine Sophie. 😉

✔︎ Un resto en amoureux.
Presque un pèlerinage puisqu'il s'agit d'un des tout premiers endroits où MariChéri m'a emmenée lorsque nous nous sommes connus. En l'occurrence, le Silk & Spice, excellente table thaïlandaise qui se trouve dans l'un des quartiers de Paris que je préfère, Montorgueil. Nous n'y étions jamais retournés et quel plaisir que de retrouver cette cuisine si fine, si délicieusement épicée. Une adresse que je te recommande volontiers.

✔︎ Découvrir la très attendue bibliothèque Alexis de Tocqueville.
Des mois et des mois que les Caennais n'avaient plus de bibliothèque principale, tu comprendras donc à quel point on lorgnait sur son ouverture... Pour être tout à fait honnête, jusqu'à présent, je n'allais pas jusqu'à la grande ville pour satisfaire mes envies de bouquins, ce que j'avais autour de moi me suffisant largement. Mais voilà, j'ai été victime d'un véritable coup de foudre ! Ce lieu est juste ma-gique. À découvrir absolument si tu n'y es pas encore allé traîner tes guêtres.

✔︎ La galette !
Mais avec extrêmement de modération. Crois-moi ou non, mais nous n'en avons mangé qu'une. Si si. Ça change de certaines années où le boulanger était déjà en train de l'emballer quand il nous voyait franchir la porte de son magasin. Boulanger qui, au passage, doit se demander si nous ne sommes pas morts, vu que nous avons (aussi) mis le holà sur le pain... Mais ça, c'est une autre histoire.

✔︎ Le froid, le givre, l'hiver.
Je suis une fille du froid, rien ne me ravit plus que d'avoir à sortir pulls, bonnets et écharpes. Que veux-tu, personne n'est parfait ! Et on peut dire que janvier m'a gâtée. Les températures sont restées négatives pendant de longs jours, j'ai ressorti ma houppelande et mon petit manteau de chaperon rouge/Mère Noël (au choix), et j'ai eu tout le loisir de m'émerveiller devant mon jardin givré, devant ma voiture givrée (c'est joli et rigolo dans la mesure où tu n'as pas besoin de t'en servir), devant la nature givrée... J'ai d'ailleurs un billet spécial "émerveillement givré" dans les tuyaux, il faudrait que je trouve quelques instants pour le terminer.

✔︎ Des soirées cocooning.
C'est un peu le pendant du froid, et je trouve ça vachement chouette. Un bon bouquin, une bougie, un ou des chat(s) dans le lit, et hop, c'est parti. Je ne me rends pas vraiment compte mais il semblerait que j'en aie abusé, vu que mon compteur de livres lus depuis le début de l'année annonce le chiffre-record de 24.

✔︎ Une petite virée à Port-en-Bessin.
Là encore, ça faisait longtemps... Et quel bonheur, quelle magie que cette belle lumière d'hiver ! Pas grand monde, quasiment tous les magasins fermés, hors-saison, c'est ainsi. Mais ça ne nous a pas empêchés d'en profiter.

✔︎ Hema enfin à Caen.
Ça ne t'aura probablement pas échappé si tu nous suis, mes copines blogueuses et moi-même sur les réseaux sociaux. Depuis le temps qu'on attendait ça, nous n'avons pas boudé notre joie. Une soirée d'inauguration au top, un magasin superbe, sur deux étages, de quoi faire bien des folies. Mais des folies raisonnables, des folies à la mode Hema, quoi ! Mention spéciale pour toute la papeterie, à laquelle je suis addict de chez addict.
Si tu souhaites aller t'y perdre toi aussi, c'est aux Rives de l'Orne que ça se passe.

*

dimanche 29 janvier 2017

Mon Année Bonheur 2017 {#3 Le petit chemin qui sent la noisette}


Il y a énormément de lieux que j'aime, ici, sur ma terre d'adoption qu'est la Normandie. Tellement que je ne suis pas certaine de pouvoir les lister un jour. De toute façon, soyons clairs, je suis certaine que je ne les connais pas tous encore.

Parmi mes préférés, il y a ce que j'appelle le "petit chemin qui sent la noisette", souvenir des chansons que me chantaient ma Grand-Mère dans mon enfance.
Il a tout ce qu'il faut pour me plaire : les champs, les pommiers, le ruisseau et l'église dans le fond. Encore plus joli quand il est sous le soleil comme cette semaine. Parfois, quand on a de la chance, on peut même y voir et des vaches et des chevaux, c'est te dire !

Presque à chaque fois que je l'emprunte, je ne résiste pas à l'envie de l'immortaliser... Parfois de façon fort peu académique. Mais bon, c'est si joli qu'on peut dire qu'il y a prescription, non...?

http://mamanbobo.fr/2017/01/02/annee-bonheur-2017/ 

*

samedi 28 janvier 2017

Samedi en musique #47... Samedi soir à la violence - Klô Pelgag

Inclassable. C'est le moins que l'on puisse dire de l'artiste que je te propose d'écouter aujourd'hui.
Elle s'appelle Klô Pelgag, nous vient du Québec et prépare-toi à en prendre plein les mirettes et les esgourdes avec elle. Oui, je t'ai prévenu, inclassable, ce n'est pas la pochette de son album à sortir qui me contredira. Elle est même beaucoup beaucoup plus que ça, la Demoiselle !

Multi-primée/décorée, elle a notamment reçu le Prix Barbara du Ministère de la Culture en 2015, cette jeune artiste originaire de Gaspésie est à la fois auteur, compositeur et interprète. Guitariste et pianiste, elle puise son inspiration à la fois dans l'art et dans le quotidien, la nature notamment, pour nous offrir des chansons inspirées, à la limite entre le baroque et l'absurde. Avec elle, rien n'est figé. Les diktats, les règles, elle s'en affranchit joyeusement et très artistiquement. Son univers est foisonnant et décalé, d'une poésie rare. J'ai lu quelque part que ses chansons étaient comme des lanternes qui se déploient, l'image est belle. Et très parlante.


Son nouvel album, L'Étoile Thoracique, sort vendredi de la semaine prochaine, le 3. J'ai la chance de pouvoir l'écouter depuis quelques jours déjà et je te garantis que j'ai rarement connu voyage comparable à celui dans lequel il t'emmène.
Je te propose de découvrir aujourd'hui Samedi soir à la violence, le premier titre qui en est extrait.

"J'entends souvent cette voix
Celle qui habitait en toi
J'les entends toujours tu vois
Tes éclats de rire figés par le froid..."



Klô Pelgag est actuellement en tournée, voici quelques dates qui te permettront, je l'espère de pouvoir découvrir son univers à nul autre pareil sur scène :
03/02 : Vendenheim (67) - Centre Culturel
04/02 : Genève (Suisse) - Le Chat Noir
08/02 : Paris (75) - Café de la Danse
09/02 : Chatenay Malabry (92) - Le Pédiluve
10/02 : Gignac (34) - Le Sonambule

Et si elle ne vient pas vers chez toi, je te recommande vivement d'aller traîner sur YT si tu souhaites lever le voile sur le joli mystère Klô Pelgag : il y a des pépites à y regarder. Notamment des prestations pour la télévisions québecoise qui ne laissent aucun doute sur son immense talent.

*** Mon Samedi en Musique pour BBB's Mum. ***

*

mercredi 25 janvier 2017

Rouelle façon pulled pork d'inspiration Stéphane Reynaud

Quand je passe un moment avec Meyilo, la gourmandise n'est jamais loin. La semaine dernière, pour le coup, il était plutôt question de livres puisque nous nous retrouvions pour aller découvrir la nouvelle bibliothèque de Caen, je t'en reparle très vite. Quoique... ça, c'était avant la délicieuse galette aux noisettes et éclats de gianduja de chez C&Choux !

Bref, nous avons beaucoup parlé bouquins. De cuisine notamment. Et elle m'a fait découvrir une merveille : Un couteau, un plat, une cocotte, le dernier livre de recettes de Stéphane Reynaud.


Oui, je t'entends déjà... Un Stéphane Reynaud que je n'ai pas dans ma bibliothèque gourmande... C'est assez rare pour être signalé !

En bonne gourmande, Meyilo l'avait déjà patiemment feuilleté, copieusement annoté et avait même déjà testé certaines recettes. Et s'il y a bien un point qu'on a en commun, elle et moi, parmi beaucoup beaucoup d'autres, c'est que, quand on aime, on partage. C'est comme ça que je me suis trouvée en possession de la recette de pulled pork de mon maître à cuisiner du 9-3. Que je me suis empressée de reproduire à ma façon à la faveur d'un week-end en amoureux bien gla-gla.


Le pulled pork, qu'est-ce que c'est ?

Une recette typiquement américaine. Parce que décidément, ces gens-là ont une façon de préparer et manger la viande vraiment différente de celles qu'on connaît et pratique chez nous.
Sur le principe, il s'agit de faire cuire très longtemps et à température modérée une pièce de porc marinée. Souvent avec de la sauce barbecue et du ketchup. Et c'est en ça que cette recette diffère un peu : la viande n'est pas marinée à proprement parler mais simplement enduite d'un mélange d'huile, d'épices et de légumes. Je t'explique ça juste après.

En principe, la pièce de porc utilisée pour cette recette, c'est la palette. Mais Stéphane Reynaud utilise, lui, de l'échine, probablement l'une des pièces que je préfère dans l'animal. Moi, j'avais une très belle rouelle dans mon congélateur, j'ai donc tenté le coup avec et le résultat était top.
Le but de la recette et de cette cuisson lente, c'est d'obtenir une viande fondante et moelleuse, qui s'effiloche à la fourchette. Un genre de gigot de sept heures façon cochon !

Allez, trêve de bla-bla, passons aux choses sérieuses.


Ingrédients (pour 4 personnes)
1 rouelle de porc (1,5 kg environ)
2 oignons
1 cuillerée à soupe de graines de coriandre
1 cuillerée à soupe de cumin
1 cuillerée à café de mignonnette de poivre
2 cuillerées à soupe de concentré de tomate
3 cuillerées à soupe d'huile d'olive
Fleur de sel

Même avant cuisson, c'est beau !

Préchauffer le four à 130°C.
Éplucher et hacher grossièrement les oignons.
Les mélanger avec les épices, l'huile d'olive et le concentré de tomate.
Places la rouelle dans une cocotte et la recouvrir du mélange ainsi obtenu.
Assaisonner avec de la fleur de sel.
Fermer la cocotte et enfourner pour... 5 heures !
C'est prêt quand la viande s'effiloche à la fourchette.

Mes petits trucs en plus :
✔︎ La mignonnette de poivre, c'est tout simplement du poivre concassé grossièrement, la plupart du temps du poivre noir. Facile donc à faire chez toi si tu n'en as pas. Il te suffit d'un bon pilon, ou même juste d'un moulin à poivre sur lequel tu peux régler la taille de la mouture.
✔︎ Oui, je sais, 5 heures de cuisson, c'est beaucoup et tu ne te vois pas te lever aux aurores pour préparer le repas en famille du dimanche midi. Rien ne t'empêche de commencer ta cuisson la veille, de laisser ta viande dans le four toute la nuit, et de finir de la cuire avant le repas. J'ai lu quelque part, je ne sais plus où, que ça la rendait encore plus moelleuse. Personnellement, je testerai la prochaine fois.
✔︎ L'idéal, pour cette recette, c'est d'utiliser une cocotte américaine. Idéal, c'est moi qui le dit, ça doit être lié à mon addiction pour cet ustensile. Et en même temps, recette Us et cocotte Us me semblent plutôt faire bon ménage ! Mais une bonne cocotte en fonte de grand-mère fera tout aussi bien l'affaire, hein.
✔︎ Outre-Atlantique, on mange souvent cette viande dans des buns, un peu façon hamburger. Plus raisonnablement, tu peux l'accommoder de légumes ou de féculents. Ici, on a opté pour des petites pommes de terre à l'eau, parce qu'on adore ça, mais tu peux varier les plaisirs à l'infini. Tiens, avec une bonne salade verte par exemple.

Bon appétit !


*