samedi 28 mai 2016

89 mois - Caroline Michel


Quatrième de couverture :

"J'ai trente-trois ans, ça y est. À quarante ans et des poussières, mon corps sera hors jeu. Il me reste donc sept grosses années pour faire un enfant, soit quatre-vingt-neuf mois. Un chiffre minuscule. À peine deux mille sept cents jours.
Que peut-on faire en deux mille sept cents jours ?
Rien. J'en ai déjà mis cinq à construire trois meubles Ikea."

Jeanne, célibataire, contrôleuse de train sur la ligne Paris-Auxerre, n'a qu'une obsession : devenir maman avant que le temps la rattrape. Elle a fait une croix sur le couple, il lui faut simplement un géniteur. Sa décision ne fait pas l'unanimité auprès de ses amis, et, même si parfois elle doute, elle est déterminée à surveiller son cycle, à provoquer les rencontres, à boire des potions magiques et à lever les jambes après chaque rapport, sait-on jamais.

Avec ce premier roman empreint d'humour et de tendresse, Caroline Michel offre un portrait de femme d'aujourd'hui jubilatoire et émouvant, tout en posant la question du choix personnel dans une société conventionnelle.
Une nouvelle voix de la littérature féminine, d'une spontanéité rafraîchissante, avec laquelle il faudra désormais compter.

***

Mon avis :

Je ne t'apprendrai rien, la blogo regorge de talents. Caroline, alias Ovary, je la lis depuis un moment déjà, occasionnellement certes, mais toujours avec plaisir, elle fait partie de ces plumes qui me ravissent. Et j'aime la douceur et l'acuité du regard qu'elle pose sur le monde qui l'entoure.
Alors quand j'ai appris que son premier roman était sur le point de paraître et qu'en plus, on m'a donné l'occasion de le découvrir, j'en ai été ravie.

Bon, pour tout t'avouer, je me suis demandé si c'était réellement une bonne idée, de me lancer dans cette histoire à base de "bébé à tout prix", vu le rapport douloureux que j'entretiens avec le désir de maternité. Et puis, très vite, je me suis dit que ce serait peut-être aussi l'occasion de me sentir enfin en paix et qu'il ne fallait surtout pas que je me prive d'un bon moment de lecture. Alors j'ai plongé. et je ne le regrette pas.

Jeanne m'a littéralement emportée dans le tourbillon de sa vie, elle m'a offert un vrai bain de jouvence. Je me suis revue à mes trente ans, en galère sentimentale, tiraillée entre l'envie de profiter de la vie et celle de me poser et de construire enfin. Les personnages sont attachants, j'ai eu l'impression qu'on faisait partie de la même bande de potes.
Et puis, derrière, plus sérieusement, se pose la question des conventions. Une question qui me parle, moi qui me suis si souvent oubliée au prétexte que "ça ne se fait pas" ou en me demandant ce qu'on allait penser de moi. Jeanne m'a donné une belle leçon sur ce plan-là, même si je reconnais que j'y travaille au quotidien, hein. C'est pour soi qu'il faut vivre. Et ce très joli roman plein d'optimisme m'a confortée dans cette idée.

*** Le Samedi, on Lit chez Virginie. ***

*

Samedi en musique #19... Côte Concorde - Feu! Chatterton

J'avoue, j'ai séché le rendez-vous la semaine dernière. J'étais perchée tellement haut sur mon petit nuage festivalier, et accessoirement aussi encore en train de dormir, que j'ai zappé. Et pourtant, de la musique, j'en avais plein la tête, de la très bonne en plus.

C'est donc tout naturellement que je reviens aujourd'hui avec mon plus gros coup de cœur du week-end dernier. Plus qu'un coup de cœur même, une révélation, une claque, un sentiment que je n'avais pas connu depuis bien longtemps. Les responsables : Feu! Chatterton.
J'en avais entendu le plus grand bien sans jamais les avoir entendus eux-mêmes. J'ai donc eu très envie d'assister à leur prestation depuis le tout premier rang et crois-moi, aujourd'hui, avec le recul, je m'en félicite car c'était probablement l'un des tous meilleurs concerts auxquels il m'ait été donné d'assister, et Dieu sait si j'en ai fait !

Musicalement, c'est prodigieux. Les paroles, elles, sont un vrai régal pour qui, comme moi, aime la langue française, elles sont à la fois poétiques et puissantes. Quant à leur présence sur scène, c'est proche de la perfection, mention spéciale pour Arthur, le chanteur dandy aux allures de poète maudit à l'incroyable présence. Un univers vraiment unique, je suis tombée in love.

Alors tu t'en doutes, au moment de choisir une chanson pour ce billet, j'ai écouté, ré-écouté, hésité. J'en ai choisi une, puis une autre, j'ai essayé de me souvenir des sensations qui ont été les miennes à la première écoute, ce soir-là. En gros, j'ai hésité entre cinq et c'est Côte Concorde qui a fini par l'emporter. Parce qu'arriver à transformer le naufrage du Costa Concordia en une chanson d'une telle puissance, c'est juste du grand art et moi je ne m'en lasse pas.

"Du ciel tombent des cordes
Faut-il grimper ou s'y pendre ?"


*** Mon Samedi en Musique pour BBB's Mum. ***

*

vendredi 27 mai 2016

Que faire à Caen ce week-end #1

Des semaines que l'idée de ce rendez-vous me traîne dans la tête, il était temps que je passe à l'acte. Mieux vaut tard que jamais...
Tous les vendredis, je ferai en sorte de vous proposer des idées de sortie pour le week-end à venir. Sur Caen bien évidemment, mais aussi dans les environs. Ce sera loin d'être une liste exhaustive, juste une sélection d'évènements, salons, spectacles qui me tentent.

Que faire à Caen ce week-end, c'est parti !

***


Le Marché aux Puces de Caen.
Si tu aimes chiner, si tu es à la recherche d'un joli petit meuble vintage, de livres anciens ou d'une pièce inédite pour compléter une collection, ou même simplement si tu as envie de te balader au milieu de jolis objets, c'est demain aux Fossés Saint-Julien que ça se passe, entre 8h et 18h.

***


La Marche des Fiertés de Caen.
Un grand rassemblement autour de la cause LGBT avec pour mot d'ordre cette année : "les droits des trans sont une urgence". Un défilé dans les rues de Caen, un village associatif installé sur la place du théâtre qui proposera informations, prévention, dépistage anonyme, gratuit et rapide du VIH...
Une journée qui se terminera en apothéose par une grande fête au Cargö, à partir de 22h. Plus d'infos ici.

***


Époque, le salon des livres qui éclairent notre temps.
C'est déjà la deuxième édition de ce salon qui a remplacé le Salon du Livre. Ce rendez-vous a été créé dans un esprit de partage afin de réfléchir ensemble aux questions d'aujourd'hui, le tout guidés par la parole des écrivains.
Des rencontres, des lectures, des débats, des concerts, entre autres. Pour les grands et les petits. Autour d'une question, d'un thème principal choisi cette année : "Faire corps : comment vivre ensemble aujourd'hui ?". Ça a commencé aujourd'hui, se prolonge jusqu'à dimanche soir, c'est gratuit et tu trouveras tous les détails par ici.

***


Le D-Day Festival.
Afin de célébrer le 72e anniversaire du Débarquement, de très nombreux évènements sont organisés dans bien des communes le long du littoral, de demain jusqu'au 12 juin. Des randonnées, des rencontres, des visites, des repas, des conférences, des expos, des fêtes, des concerts, des reconstitutions, il y en a pour tous les goûts et chacun y trouvera forcément son bonheur puisque c'est près de 130 manifestations qui vous attendent dans le cadre de ces célébrations. Le programme complet est disponible sur le site du festival.

***

Il ne me reste plus qu'à vous souhaiter un bon week-end, non...? ;-)

*

mardi 24 mai 2016

Mes Papillons de Nuit

Les jolis moments ont ça de particulier qu'on les attend pendant un temps qui nous semble s'étirer à l'infini et qu'une fois qu'ils sont là, ils passent à la vitesse d'un claquement de doigts. Ce week-end de festival n'aura pas échappé à la règle.

Alors pour être fidèle à moi-même, je te livre mes impressions en vrac... Oui, en vrac, comme mes photos, qui ne suivent pas forcément le fil du texte, je dis ça parce que j'entends d'ici les récriminations de MariChéri. Go !


✔︎ Le site, absolument top. Non seulement le coin est adorable, du genre qui donne envie d'y revenir rien que pour se balader, mais il est surtout vallonné ce qui en fait le lieu idéal où organiser des concerts. Même si tu n'as pas mangé assez de soupe quand t'étais môme, même si tu es loin de la scène, tu vois et c'est extra.

✔︎ Pouvoir voir l'envers du décor, profiter des lieux vides avant tout le monde, quel pied !

✔︎ Top le principe du bracelet Pay&Play qui te permet de te payer une binouze, de t'offrir un tee-shirt et de grignoter un truc sans avoir d'argent à sortir de ta poche.

✔︎ Deux énormes coups de cœur : The Goaties et Feu! Chatterton.
Les premiers ont ouvert le festival et je suis tombée instantanément dingue de leur univers aussi riche que barré. Tu mélanges rock, punk et ska, tu ajoutes une touche de cirque, une autre de spectacle de rue, des visages fardés de blanc, des vestes de dompteurs de lions, tu glisses le tout dans des pantalons d'équitation blancs taille 14 ans et tu kiffes !!!! Ces gamins ont une énergie de dingue et elle est communicative, crois-moi.
Les deuxièmes, j'avoue, à ma grande honte, je ne les connaissais que de nom. Là encore un très bel univers, un chanteur dandy avec une présence et un charisme incroyables, et des textes ciselés, le tout mis en valeur par des jeux de lumière super chiadés. De futurs très très grands.

The Goaties / Jahen Oarsman

✔︎ Coup de cœur aussi pour la jolie émotion de Broken Back. Il n'avait jamais joué devant autant de monde.

✔︎ Qui dit coups de cœur dit aussi hélas regrets et j'avoue, j'en nourris quelques uns. Avoir préféré L.E.J. à Nach (c'est un peu le souci avec les festivals, tout est question de choix et sur ce coup, j'ai fait le mauvais), avoir loupé Thylacine et Jabberwocky (mais on commençait à sentir venir la fatigue et il nous restait 125 bornes de route à faire pour rentrer) et avoir dû jeter l'éponge le dimanche (on fera mieux la prochaine fois).

✔︎ Trois concerts au premier rang, tout contre les crash-barrières, de l'inédit pour moi !

✔︎ Indochine sur scène, ça valait le coup d'attendre ça pendant 35 ans. Je ne suis pas une groupie mais
Et là, tu comprends pourquoi ils durent, les mecs... Tout tient dans un seul mot : gé-né-ro-si-té. J'en ai vu, des concerts, dans ma vie, mais rarement une telle connexion entre les artistes et leur public.
Mention spéciale aux petits clins d'œil faits à Bowie et Prince.

✔︎ La jolie folk de Jahen Oarsman et sa voix à la Ben Harper m'ont enchantée.

✔︎ J'avais pas vraiment prévu la crème solaire, il faut dire que la météo ne m'y avait pas incitée. Alors du coup, ma joue et mon bras gauches se souviennent bien de la chouette après-midi de samedi.

✔︎ Qui l'eut cru : Nekfeu, c'était bien mieux que je ne l'aurais imaginé.

Rover / Louise Attaque
Nekfeu


✔︎ C'était une chouette idée les chaussures de rando, pour le deuxième jour. Oui parce que je suis cette fille qui est rentrée chez elle dans la nuit de vendredi à samedi avec une grosse ampoule sous chaque pied, ça faisait tellement longtemps que je n'avais pas dû rester debout tout une journée !

✔︎ Banban, mon petit chat, j'espère que tu as retrouvé tes copains et que ta fin de festival a été à la hauteur de tes attentes !

✔︎ Les paroles de chansons, c'est un peu comme le vélo, ça ne s'oublie jamais tout à fait.

✔︎ J'ai fini mon samedi en mode "dance like nobody is watching you". Un truc impensable ne serait-ce qu'il y a deux mois de ça, qui a bien fait marrer MariChéri qui ne m'avait jamais vue comme ça. Et p*tain, qu'est-ce que c'est bon !!!

✔︎ Jeanne Added est juste phénoménale. La voix, l'énergie, tout prend une autre dimension sur scène. J'aurais voulu que ça ne s'arrête jamais. Un concert qui trouve incontestablement sa place dans mon Top 5 du week-end.

Broken Back / Jeanne Added
Indochine / Feu! Chatterton

✔︎ Au taquet quand même l'ambiance champêtre, villageoise et familiale qui contribue à garder à ce grand rassemblement (66.000 personnes sur trois jours quand même) sa dimension humaine. J'ai adoré.

✔︎ Louise Attaque m'a emmenée au vent... Graaaaave !!!

✔︎ Les rencontres, les échanges. Qu'il s'agisse de trois mots vite fait, d'un coucou dans la foule sur fond de fou rire ou d'essayer en chœur d'attraper le même ballon à quinze. Ça me réconcilie avec les gens des moments comme ça.

✔︎ Quand la petite qui était à côté de moi pendant le concert d'Indochine a dit à sa copine que je lui faisais penser à sa mère, j'ai spontanément opté pour le côté "cure de jouvence" de la soirée plutôt que "coup de vieux", ce vers quoi je serais naturellement allée il y a quelques mois. Y'a du mieux.

✔︎ Je suis certaine que j'en oublie, ça me reviendra probablement plus tard...

En conclusion, un top moment que nous avons savouré, MariChéri et moi, les Papillons de Nuit m'ont comme-qui-dirait réconciliée avec les festivals. La prochaine édition aura lieu du 2 au 4 juin 2017 et, à moins d'un coup dur, il y a fort à parier que j'y serai. On s'y retrouve ?
D'ici là, tu peux revivre ce week-end de folaïe un peu partout sur le net, il suffit d'un bon moteur de recherche, mais aussi sur les blogs des copains-copines qui y sont allés eux aussi, je mettrai à jour les liens au fur et à mesure des publications.

*** Un grand merci à Papillons de Nuit et à l'agence Éphélide qui ont rendu tout ça possible. ***

*

vendredi 20 mai 2016

Seuls/Ensemble, exposition à l'Artothèque de Caen


Cette année a lieu la troisième édition du Festival Normandie Impressionniste. Nous sommes en plein dedans et le succès de cette jeune manifestation ne se dément pas, bien au contraire elle est en passe de devenir un incontournable de la culture dans notre région. Comme son nom l'indique, ce festival met en avant l'impressionnisme, le thème choisi cette année est le portrait.

Une thématique tellement riche et multiple qu'elle a permis à l'Artothèque de Caen de la mettre en avant avec l'exposition Seuls/Ensemble, le portrait à l'œuvre dans l'art contemporain. Une belle façon de faire le pont entre impressionnisme et art contemporain.
Le XIXe siècle a été une période de profonds changements sur un plan sociétal, des changements qui ont nourri l'art de l'époque. Aujourd'hui, notre société connaît à nouveau d'importantes mutations et il convient de s'interroger sur la place de l'individu en son sein. Ces interrogations ont inspiré dix-huit jeunes artistes 

Peinture, dessin, sculpture, photo, vidéo... La diversité des techniques utilisées ainsi que l'unicité de chaque regard offre un formidable panorama sur l'art d'aujourd'hui, tout en invitant à la réflexion.
Je te rassure, il n'est point besoin d'être un expert en art contemporain pour apprécier cette expo. L'art, c'est avant tout une histoire de sensations et j'imagine mal qu'on puisse ne pas être sensible à tous ces portraits. Si tu veux en savoir plus ou pousser plus avant l'observation, tu peux profiter de la présence et du savoir de toute l'équipe du lieu, toujours disponible pour te guider et répondre à tes questions.

Une exposition à ne pas manquer. Et dont je te rappelle qu'elle est totalement gratuite, une raison de plus de venir la découvrir.

Thomas Lévy-Lasne

Gaël Davrinche

Iris Levasseur

Alexis Debeuf

Mohamed Bourouissa

Laura Henno, Jean Bonichon, Charles Fréger

Seuls/Ensemble, le portrait à l'œuvre dans l'art contemporain
Du 23 avril au 24 septembre 2016

*

jeudi 19 mai 2016

L' Artothèque de Caen, l'art à la portée de tous


Samedi dernier, j'ai découvert un haut lieu de la culture ici à Caen, l'Artothèque. Il était temps, depuis presque six ans que je vis dans le coin, moi la grande amatrice d'art. Attention, hein, j'ai dit "amatrice", pas "spécialiste", j'en suis loin ! Il n'empêche que je suis boulimique de découvertes en la matière, que je passe mon temps dans les musées quand je joue les touristes que ce soit en France ou n'importe où ailleurs dans le monde, que je pourrais regarder des tableaux sur internet pendant des heures rien que pour le plaisir et j'en passe. Pour tout te dire, je n'y connais pas forcément grand chose, tout ce que je sais, c'est que l'art m'émeut. Et c'est bien là le plus important.


Bref, assez parlé de moi, revenons à l'Artothèque.
Une artothèque, qu'est-ce que c'est ? Il s'agit d'un extraordinaire outil culturel dédié à l'art contemporain permettant la mise en relation d'œuvres d'art avec le public. Elle est tout à la fois un lieu de diffusion, de travail, d'exposition, entre autres.
À Caen, elle vient de fêter ses trente ans. Initialement installée dans les locaux du Théâtre, puis dans le superbe Hôtel d'Escoville, elle occupe aujourd'hui le Palais Ducal, une splendide bâtisse datant du XIVe siècle, récemment réhabilitée et dont je n'ai même pas pris la moindre photo, j'avais dû laisser ma présence d'esprit à la maison. Son fonds, originellement constitué d'environ 200 œuvres, en compte aujourd'hui plus de 2.500.

L' Artothèque de Caen, lieu de sensibilisation et de promotion.
L'art contemporain n'est, de toute évidence, pas le plus abordable des arts. Il propose de plus une grande diversité de techniques et de supports (vidéo, installation, peinture, photo...) qui peut troubler le visiteur non initié. La vocation de l'artothèque est de présenter l'art de notre temps aux personnes de notre temps. Avec pour étai un important travail de médiation.
Ainsi sont notamment proposées :
- des visites accompagnées de l'expo en cours tous les derniers samedis du mois, de 15h à 16h. (entrée libre),
- une découverte de l'art en famille autour d'un goûter tous les premiers mercredis du mois à partir de 15h, un très chouette rendez-vous pour les plus jeunes (2€ par personne).


L' Artothèque de Caen, lieu de travail et d'aide à la création.
Le lieu accueille aussi de jeunes artistes en résidence, jusqu'à quatre par an, et accompagne ainsi le début de leur vie professionnelle. Il donne ainsi au public l'opportunité de côtoyer le processus de création au quotidien.
Actuellement, c'est Thomas Lévy-Lasne qui occupe l'atelier, je suis tombée sous le charme de ses tableaux hyper réalistes.


L' Artothèque de Caen, lieu de diffusion et d'exposition.
Et c'est là que ça devient particulièrement intéressant, en tout cas, c'est ce petit plus qui m'a totalement séduite. Parce que, pour faire court, l'artothèque est à l'art ce que la bibliothèque est aux livres. Tu peux donc y emprunter des œuvres d'art que tu installeras chez toi pendant une durée de deux mois. Une façon idéale de te familiariser avec l'art contemporain au quotidien, en quelque sorte un moyen de t'approprier une œuvre à moindre coup, l'abonnement ne coûtant que 65€ par an. Tu trouveras toutes les informations sur le site de l'Artothèque. Je trouve le principe génial et je pense qu'on se laissera tenter dès que ce sera possible.
Quant aux expos, je t'en ai déjà tellement dit aujourd'hui qu'il te faudra attendre demain pour tout savoir. Je te parlerai de Seuls/Ensembles, l'exposition en cours dans le cadre de Normandie Impressionniste jusqu'au 24 septembre prochain.

L' Artothèque, Espaces d'Art Contemporain
Palais Ducal, Impasse Duc Rollon
14000 CAEN
Tél : 02 31 85 69 73
Entrée gratuite
Horaires :
Exposition : du mardi au samedi, 14h00 à 18h30
Galerie de prêt : mardi, jeudi, samedi 14h00 à 18h30
                            mercredi et vendredi 11h30 à 18h30
Fermé les dimanches, lundis et jours fériés.

*** Un très grand merci à Claire TANGUY et ses équipes pour l'accueil qui nous a été réservé à Morning Culture, C-Line's Box, French Caen Caen, Une Pincée de Safran, Maman Double Mixte et moi-même. ***

*

mardi 17 mai 2016

lundi 16 mai 2016

Mes coups de cœur de la semaine #5

La dernière fois que je suis venue te parler de mes coups de cœur, c'était l'année dernière. Déjà je remettais en cause mon assiduité, ou plutôt mon manque d'assiduité, et évoquais la possibilité de rebaptiser ce rendez-vous. Force est de constater qu'il va falloir que j'y pense très sérieusement.

Je fais en sorte de ne plus passer autant de temps sur mon ordinateur ou devant la télévision, ce qui a quelque peu tendance à limiter les opportunités de croiser sur l'écran des trucs sympas. Mais j'ai quand même deux-trois bricoles à te montrer aujourd'hui.

***


Citizenfour, l'excellentissime documentaire oscarisé de Laura Poitras sur Edward Snowden.
À l'heure où les révélations en tous genre fleurissent telles des pâquerettes en plein soleil, et où on s'interroge sur le sort réservé aux lanceurs d'alerte, un heureux hasard m'a amenée à regarder ce film que je vous recommande vivement. J'ai été happée dès la première minute. C'est super bien construit, haletant comme un roman d'espionnage et même si on en connaît tous le dénouement, on va de surprise en surprise. Pas toutes bonnes, tu l'auras compris. C'est terrifiant mais passionnant.
Les personnes comme cet homme sont rares et précieuses.

***


Les extraordinaires gâteaux miroirs d'Olga Noskova.
Non, je ne suis toujours pas branchée sucré mais là, je suis bien obligée de m'incliner, on est face à de véritables œuvres d'art. La pâtissière russe doit avoir un véritable secret pour que son glaçage brille autant. Elle ne le partage bien évidemment pas, contrairement aux clichés de ces superbes réalisations gourmandes. À dévorer, des yeux seulement hélas, sur Instagram.

***


Un tee-shirt parfait pour les globe-trotters.
Il est signé IconSpeak, a été créé par trois amis suisses fans de voyages, et peut remplacer un guide de conversation ou un dico qui pèsent lourd dans un sac à dos si tu décides de tailler la route pendant un certain temps. Les trente-neuf icônes qu'il porte te permettront de communiquer plus facilement quand tu te trouves en présence de personnes dont tu ne parles pas la langue, tout du moins pour la majeure partie des actions du quotidien. Trouver une chambre où passer une nuit, te déplacer en train ou savoir si tu peux prendre une photo. Entre autres. Une idée que j'ai trouvée géniale.

***

Ironic, vingt ans plus tard.
Pas véritablement une nouveauté mais je ne l'ai découverte que récemment. L'an dernier, pour fêter le vingtième anniversaire de cette chanson, son premier grand succès, elle l'a reprise dans un late-night show américain, celui de James Corden en l'occurrence. Le petit plus, c'est qu'elle en a revu les paroles en les adaptant à la vie d'aujourd'hui, elle y parle donc notamment de Facebook, de Netflix, d'Amazon et autres Uber. C'est tout à la fois très drôle et très fidèle à la chanson originelle. Qui reste toujours aussi bonne, on a du talent ou on n'en a pas.



***


Vingt-cinq calligraphies toutes plus belles les unes que les autres.
Moi qui suis parfois capable d'écrire comme un goret, qui suis mariée à un homme qui a parfois lui-même du mal à se relire, je suis tombée en arrêt devant cet article du Huff. C'est tout simplement beau et fascinant.

***

Et puis aussi...

L'harmonie qui règne au sein de ma tribu de félines. Ça n'a l'air de rien comme ça, mais c'est vraiment très reposant. Les conditions de leur cohabitation s'améliorent de jour en jour. Probablement que l'arrivée des beaux jours et le fait qu'elles peuvent passer bien plus de temps à l'extérieur n'y sont pas étrangers. Toujours est-il que ça dort ensemble, ça se fait la toilette mutuellement, ça se balade côte-à-côte. Et moi je n'en reviens pas...

Constater que j'avance. Tout ne se fait pas sans peine, je sais que c'est un travail de longue haleine, mais voir qu'il commence à porter ses fruits est plutôt motivant.

La chouette après-midi passée en compagnie de Meyilo. Depuis le temps que nous en parlions ! Une passionnante visite de trois églises du centre de Caen afin d'en découvrir les vitraux, moment riche et culturel que nous avons prolongé par une petite pause papotage entre filles devant un café gourmand au Dolly's. À refaire très vite.

La visite de l'Artothèque de Caen. Une superbe découverte pour moi. Cet espace d'art contemporain est un haut lieu de la culture caennaise et je me demande encore comment j'ai fait pour attendre tout ce temps avant d'y mettre les pieds... Ce moment m'a par ailleurs permis de faire de jolies rencontres, je t'en reparle très vite ici-même.

Le pantagruélique petit-déjeuner d'hier. Nous avons eu la bonne idée d'aller au marché à jeun. Pour acheter des légumes, et des œufs aussi. Et puis on a aussi pris de la teurgoule. De la terrine de lapin. Des baguettes bien fraîches. Autant de tentations auxquelles nous avons bien eu du mal à résister une fois de retour à la maison. Le petit-déjeuner a pour le coup franchement pris des allures de brunch salé et, histoire de rattraper le coup, on n'a plus remangé avant le soir. Faut savoir ce qu'on veut, dans la vie.

*