lundi 24 novembre 2014

#blackandwhitechallenge

Le Black& White Challenge est un petit défi qui se balade sur IG en ce moment. Perso, j'y ai été invitée par SandieLéane et je l'en remercie. Parce que je ne publie pour ainsi dire jamais de photo en noir et blanc, que, pour le coup, ça m'a demandé un peu de réflexion et qu'au final, ça m'a beaucoup amusée.

Étonnamment, j'ai facilement trouvé l'inspiration même si la réalisation n'a pas toujours été à la hauteur de ce que j'aurais espéré. C'est difficile pour moi de prendre une photo autrement qu'en couleur. Pour des raisons super compliquées et pas forcément passionnantes, qui sont tellement bien enfouies dans ma têtes qu'elles n'en sortiraient que difficilement.

Voici donc mes cinq photos postées la semaine dernière.

#teatime

#dansmonsalon

#siestefeline

#fruitsdautomne

#macampagne

Et cela dit, je ne suis pas certaine qu'il faille absolument être invité pour participer. Rien ne t'empêche de toi aussi te lancer. Tu reviens me le dire ici ou sur IG si tu sautes le pas...? ;-)

*

Signopaginophilie

*Source*

En français dans le texte, je collectionne les marque-ta-page. Enfin, je collectionne, c'est un bien grand mot.

D'abord parce que je te rappelle que je me mets quasiment systématiquement à collectionner tout objet dès lors que je le possède en deux exemplaires. Avec plus ou moins de succès, avec plus ou moins de constance, avec plus ou moins d'intérêt.
Et ensuite parce que, ce qui me plaît dans cette collection, c'est de ne jamais acheter quelque pièce que ce soit qui pourrait venir l'agrandir, mais de me contenter de ceux que l'on m'offre, de ceux que je trouve dans certains bouquins, de ceux qui servent de support publicitaires et que l'on peut se procurer dans les offices de tourisme, les magasins, les lieux de spectacle ou autres.

Toujours est il que j'en ai des dizaines et des dizaines. Beaucoup qui me restent de ma période libraire. Énormément reçus de mes copines toulousaine et bordelaise. De très jolis avec des fleurs ou des chats, mais d'autres animaux aussi, hein, je ne suis pas monomaniaque à ce point-là. Et même un qu'une adorable postcrosser m'a fait parvenir d'Australie. De très jolis, certains dont je n'oserais même pas me servir tellement je les trouve beaux, d'autres bien plus ordinaires. Ça fait longtemps d'ailleurs que la jolie boîte en fer dans laquelle je les range n'en a pas accueilli de nouveau.

Tout ça pour, quand je lis, garder trace de là où j'ai arrêté ma lecture avec le bandeau du bouquin plié en deux, un ticket d'entrée au Stade de France, une plume ramassée sur la plage, une vieille liste de courses, ou n'importe quel autre truc bien inavouable... Oui, je sais, je suis irrécupérable !

*** Pour Alice et Zaza. ***

*

dimanche 23 novembre 2014

En vrac #132


Mes déboires avec Miss KK, même si ce n'était que la batterie, ont sonné le glas de mon escapade montpelliéraine...
Mes ongles rouges, ça faisait tellement longtemps que je ne suis plus habituée.
Totalement envoûtée par le style de Wassmo.
Je ne dormais toujours pas à 5 heures du mat', il faut vraiment que je trouve une solution.
J'ai enfin réussi à poser un filtre protecteur sur un portable sans qu'il soit constellé de bulles, je suis une winneuse !
L'Irlande troisième du classement IRB, je suis sciée.
Tu regarderais quoi, toi, comme film, pour une soirée filles...?
L'hiver approche, Chiffon revient dormir entre nous dans le lit, fan du concept de l'oreiller vivant.
Mon nouveau meuble de cuisine est dans la place, je le surkiffe !
Une envie folle de revoir Miami.
Un je-ne-sais-quoi me dit que j'aurais mieux fait de rester couchée aujourd'hui... :p
Ça fait plusieurs fois que je le dis mais il serait temps de préparer les listes au Père Noyël !!!

*

Bagels, beaujolais et coloriage

Ma semaine en Instagram #110

Une jolie semaine toute calme, qui s'est écoulée à un rythme presque paresseux. Ça fait du bien de temps en temps.

Dimanche

Depuis des mois que je leur en parlais, nous sommes enfin passés à l'acte : Mademoiselle A. et son père les ont enfin eus, leurs bagels ! Une recette toute simple et rapide qui, je crois que je peux le dire, a été approuvée par nous tous. Du classique fromage frais - saumon fumé - concombre, de l'italien pesto - mozzarella - tomates séchées - jambon cru... Une tuerie !!!

#lacuisinedumondedudimanchesoir

Lundi

Enfin reçu le livre que je dois lire dans le cadre des Matchs de la Rentrée Littéraire organisés par Price Minister. Pas celui que j'avais choisi à l'origine, il est en rupture éditeur, mais je me délecte à l'avance de cette escapade dans le Grand Nord. Je fais en sorte de t'en reparler très vite.

À nous deux, les #MRL2014 !!!

Mardi

Des rubans adhésifs, de quoi réaliser des cartes de vœux, du papier cadeau et de petits présents, le tout à des prix absolument imbattables. Razzia chez Lidl en mode Noël, un vrai lieu de perdition, incontournable à cette période de l'année.

En mode Noël !

Mercredi

Une très jolie carte dans ma boîte aux lettres aujourd'hui. Elle me vient de Russie et me dévoile un tout petit bout d'un lieu que je rêve de pouvoir découvrir un jour : le musée de l'Ermitage à Saint-Petersbourg. Mon voyage immobile du jour.

La petite évasion du jour.

Jeudi

Le beaujolais nouveau, c'est pas très bon, mais c'est convivial ! Je crois que d'ailleurs, je cède au rituel chaque année. Je suis toujours très amusée par ceux qui lui trouvent un petit goût de banane ou des arômes de fruits rouges... Moi, je me contente de le trouver un peu râpeux, mais l'aime beaucoup parce que je le bois toujours en très bonne compagnie ! ;-)
*** Modération, si tu m'entends...! ***

Rituel de novembre.

Vendredi

Début du marathon pâtisserie que Mademoiselle A. s'impose pour ce week-end. Y'a du gâteau d'anniversaire dans l'air !

Oh le joli gâteau !

Samedi

Je me suis offert une pause d'une demi-heure en compagnie de mon cahier de coloriage et de mes crayons de couleurs. Oui, j'ai un niveau digne d'un enfant de cinq ans, j'assume. L'essentiel, c'est que ça me permette de me défouler !

Le coloriage zen du jour.

Sinon, ici, cette semaine, on a aussi rêvé de soirées au coin du feu. Je t'ai révélé dix choses un peu inavouables me concernant. Il y a eu du vrac, une fondue pas comme les autres et de jolis souvenirs de cueillette. Et j'ai fini la semaine en chanson, histoire de me défouler.
Si tu souhaites me suivre sur Instagram, c'est toujours par là !

Passe une jolie semaine.

*** Pour Madame Parle et sa Semaine en Instagram. ***
*** Pour VirginieB et ses 365 photos du quotidien. ***
*** Et pour Maud et ses Petits bonheurs de la semaine ! ***

*

samedi 22 novembre 2014

Samedi en musique #2... Unkle - Burn my shadow

Hier, j'ai fini ma journée de façon on-ne-peut-plus merdique. Pas très envie de revenir dessus, si tu me suis sur FB, j'en ai parlé alors tu sais. Dans le cas contraire, tu survivras sans savoir, fais-moi confiance ! Bref, hier soir, j'étais super à cran.

Et moi, quand je suis à cran, pour me calmer, j'écoute de la musique qui bastonne. Un peu. Beaucoup.
Et s'il y a dans ma discothèque un album parfait pour ça, c'est War Stories d'Unkle. Il est sorti il y a déjà sept ans, je l'ai écouté des dizaines et des dizaines de fois, mais je ne m'en lasse toujours pas, j'ai l'impression de le redécouvrir à chaque fois que je le glisse dans un lecteur.
Il est sombre, pour ne pas dire noir, un peu violent. Et offre la particularité d'accueillir plusieurs chanteurs venus d'horizons différents, et aux univers très différents eux aussi. Mention spéciale, à mes yeux et surtout mes oreilles, pour Ian Astbury, le chanteur de The Cult, que l'on retrouve sur deux titres et dont la voix, grave et enveloppante, me transporte. Et comme je t'ai déjà parlé de When things explode, je t'offre aujourd'hui Burn my shadow. En espérant t'avoir donné envie d'en découvrir plus !

Sur ce, je te laisse, je vais m'occuper de ma voiture en panne, abandonnée dans un parking du centre de Caen... :/


*** Mon Samedi en Musique pour BBB's Mum. ***

*

jeudi 20 novembre 2014

Jolie cueillette

Projet 101/1.001, objectif #30 : ramasser des mûres.

Un billet pas véritablement de saison, mais me pencher sur mon projet la semaine dernière m'a permis de réaliser que j'avais atteint certains objectifs sans même prendre la peine de venir le dire ici... Et quand je parle d'objectifs atteints, pour certains, c'est bien au-delà de mes espérances, le ramassage de mûres en est le parfait exemple.

La cueillette de la photo date d'un peu plus d'un an. Une chouette après-midi passée avec mon Amoureux dans la campagne normande, au sud de Caen, à cueillir ces petits fruits le long d'une route déserte, avec deux troupeaux de vaches pour seuls témoins. Un moment parfait, exactement comme je les aime : Lui, moi, la nature, des animaux, quelques rayons de soleil, beaucoup de photos et une jolie balade derrière ça.
De retour à la maison, avec notre belle récolte, je me suis demandé ce que j'allais en faire. Réflexions que j'ai évité de faire durer trop longtemps, sous peine que ça me laisse le temps de les grignoter une par une jusqu'à la dernière. Bien sûr, nous avons cédé à cette tentation, et aussi à celle d'en plonger quelques unes dans nos yaourts maison. Mais je me suis finalement lancée dans un genre de face nord pour moi : la confiture.

Je te passe les détails, comme par exemple ma benoîte assurance héritée d'un moment passé à admirer Francis Miot confiturer avec talent, tout m'avait alors paru si simple. J'ai même cru jusqu'au dernier moment qu'en refroidissant, la substance très liquide qui se trouvait dans ma casserole finirait par devenir gelée... Penses-tu...! Mais peu importe, même liquide, c'était délicieux. On a d'ailleurs terminé le dernier pot il n'y a pas si longtemps.

Et si, cette année, nous ne sommes pas retournés au même endroit, nous avons quand même pu cueillir des mûres à chaque fois que nous sommes allée en week-end chez mes parents. Les ronces ont envahi toute une partie du jardin de ma tante et ont commencé à donner des fruits très tôt dans l'été. Bien sûr, celle qui en a le plus profité, c'est Lilly, mais on a réussi à la convaincre de nous en laisser quelques unes !

Un plaisir simple que j'avais à cœur de connaître.

*

mercredi 19 novembre 2014

Shabu-shabu fait la viande qui plonge dans le bouillon

Mercredi gourmand #139
*** Un tout petit Mercredi Gourmand aujourd'hui, j'ai été obligée de changer mon fusil d'épaule à minuit passé, incapable que j'étais de remettre la main sur les photos que je souhaitais partager avec toi... La louse ! ***

La cuisine du monde du dimanche soir, c'est bien sympa mais il faut savoir se renouveler. Et comme on n'est pas les rois de l'organisation, c'est un truc qui se fait souvent à la dernière minute. Ou sur un coup de tête.
Le coup de tête d'il y a trois semaines, c'était le shabu-shabu, une variante japonaise de la fondue chinoise. Il s'agit de préparer un bouillon de viande et de légumes, parfois d'algues, et d'y plonger un assortiment de bœuf, de tofu et de légumes variés. J'ai découvert ça dans un reportage à la télévision et j'ai aussitôt été séduite à la fois par son côté convivial et bien moins calorique qu'une fondue bourguignonne, que j'adore par ailleurs.

*Source*

Nous, je t'avoue que, dans le doute, on a choisi de customiser ce plat à notre idée.
En fait de bouillon, nous avons préparé une soupe miso, celle de MariChéri est terrible. Et pour ce qui est des ingrédients à plonger dedans, nous avons acheté du bœuf, des grosses crevettes, des noix de pétoncles, des champignons, des carottes. Nous avons même achevé ce qu'il restait de bouillon en trempant des nouilles udon dedans, un régal ! Un régal peut-être pas très académique mais qui a satisfait tout le monde autour de la table. Et ça nous a tellement bien occupés que personne n'a même songé à prendre une photo de ce chouette repas, c'est te dire.
Pour finir, et si tu te demandes ce qui m'a pris au moment de rédiger le titre de ce billet, sache que shabu-shabu est l'onomatopée japonaise qui correspond au bruit que fait la viande quand elle rentre en contact avec le bouillon chaud. Il faut avoir de l'imagination, c'est vrai, on ne l'a pas entendu ici mais, à l'occasion, on essaiera d'aller dans un véritable resto traditionnel afin de vérifier ça.

Et toi, tentée par cette fondue aux saveurs de l'Asie...?

***

De la gourmandise, tu en trouveras aujourd'hui aussi chez...

- Les délices d'Anaïs qui partage une recette chère à son cœur et c'est très émouvant.
- Maud qui nous invite à customiser son gâteau d'Halloween pour Noël.
- Alice en mode "je décore des gâteaux au chocolat et j'aime ça" !
- Virginie B avec un plat de lasagnes tout simple mais très original.
- Lalydo qui nous présente une Thé Box sous le signe de l'automne.
- Maman@Home dont les muffins pomme-miel me donnent envie de traverser l'écran.
- Ptisa qui a cédé à l'appel du riz au lait aux épices.
- SysyInTheCity avec un défi brillamment relevé.
- Choupie qui nous livre enfin les secrets des Reese's, ces gourmandises stars du oueb.
- Ava qui n'a pas eu le temps de cuisiner et a choisi de nous régaler les yeux à la place.
- Liza avec un intriguant gâteau-patate.
- Arlette et toute sa famille réunie autour du gâteau d'anniversaire de Clara.
...

Et, si tu n'en fais pas encore partie et que tu souhaites nous rejoindre, le groupe FB, c'est par là !
*

mardi 18 novembre 2014

En vrac #131


 Tu la connais, la fille qui a réussi à perdre ses deux boucles d'oreilles hier en faisant les courses...?
 Tricoter, c'est bien, prendre le temps de bloquer ses ouvrages, c'est encore mieux.
Trouvé le vieux buffet de cuisine de mes rêves sur LBC, hâte qu'il soit mien.
Ras-le-bol du démarchage téléphonique, on reçoit jusqu'à cinq-six appels dans la journée, c'est insupportable.
Manger des sardines avec Couscous dans les pattes, c'est du sport.
Va vraiment falloir que je m'active un peu concernant le cadeau d'anniversaire de ma sœur !
Envie de plage de sable blanc et de mer chaude, c'est normal docteur ?
Les gens sont des porcs, particulièrement celui qui a laissé son chien chier dans mon jardin devant la boite aux lettres.
Tu crois que Mademoiselle A. nous réclamera encore un calendrier de l'avent à 25 ans ???
"Tout bien considéré", je kiffe cette expression !
Si seulement je pouvais me poser cinq minutes pour me mettre du vernis à ongles.
 F*ck la remise de 15% aux GL qui va me passer sous le nez parce qu'on est en fin de mois et que j'ai plus de sous...

*

Dix choses que tu ne sa(va)is pas sur moi

Mais ça, c'était avant que tu ne lises ce billet...

Je suis phobique des bulbes d'étrave.
Et c'est tellement crétin, comme phobie, que je n'ai jamais réussi à en découvrir le nom, à croire que je suis la seule à en souffrir. Et là, tu te dis, "pas grave, on n'est quand même pas confronté à des bulbes d'étrave tous les jours". Sauf que j'habite dans la commune qui abrite le port commercial de Caen et que, neuf fois sur dix, quand je veux partir de chez moi, je dois prendre la quatre-voies et que l'entrée sur celle-ci m'offre un panorama frontal sur les étraves des cargos à quai... Ma vie est tout à fait terrifiante !

J'ai été somnambule.
Je me risque à mettre cette phrase au passé parce qu'à priori, personne depuis mon enfance ne m'a relaté une quelconque envie aussi subite qu'impérieuse d'aller travailler à 23 heures en hurlant hoquetant la tête coincée dans la manche de mon sous-pull. Pas plus que de pipi dans un tiroir ou dans le frigo en me cachant derrière la porte. Mes plus beaux faits d'armes en la matière !!! Que l'on m'a racontés, évidemment, je ne me souviens de rien.

Je n'entrave rien aux règles du rugby.
Pourtant, c'est de loin et depuis toujours mon sport préféré, j'y ai même joué, c'est te dire si cette révélation est grave. Dans le même temps, il semblerait que je sois loin d'être la seule, y'a même des entraîneurs de Top 14 qui font des boulettes, alors... Près de quarante ans que je suis scotchée à la télé dès qu'ils diffusent un match et, si les grandes lignes ne m'échappent pas, je ne suis quand même pas un boulet à ce point-là, il y a tout un tas de subtilités qui me passent loin au-dessus de la tête. Résultat des courses, je gue*le quand il n'y a pas lieu, je balance des noms d'oiseau à l'arbitre pour que dalle, mais au moins, je fais rire MariChéri ! Et n'allez surtout pas me dire que c'est parce que je regarde plus les joueurs que le jeu... :p

Je conserve précieusement les vibrisses de mes chats.
Il y avait Jane Birkin et les croûtes de ses filles, il y a aujourd'hui moi et mes vibrisses !!! Au départ, une simple fascination pour cet organe, qui est bien plus qu'un poil. D'abord, je trouve ça joli. Et puis, j'adore son côté à la fois souple et très dur. La fascination je te dis ! Et puis, tu me connais, moi, la fille qui commence une collection dès lors qu'elle possède un truc en deux exemplaires, j'en ai gardé une, j'en ai gardé deux, et puis, j'ai fini par trouver une boîte dans laquelle les ranger. Une boîte qui se remplit dès que j'en ramasse une sur le canapé, dans un plaid ou par terre, j'ai l'œil acéré, je ne les rate que très rarement ! Aujourd'hui, il doit bien y en avoir une centaine dedans. Avec leurs dents de lait aussi. Et tu sais quoi...? Parfois, je me fais peur !

J'ai failli m'appeler Hanelore.
C'est ainsi que mes parents voulaient que mon prénom soit orthographié, rapport à une femme pilote de course allemande qui sévissait dans ces années-là. Pas de bol, l'employé d'état civil de ma commune de naissance n'a pas jugé bon d'accepter cette fantaisie. Et ce qui m'a toujours mise en colère, c'est que j'ai connu plus tard une fille, née 5 jours avant moi, au même endroit, et pour qui c'était passé comme une lettre à la poste. Avec le recul, je crois que j'aurais préféré, vu toutes les galères que j'ai rencontrées avec mon prénom composé.

J'ai vécu près de huit ans avec un fan de Johnny Hallyday.
Mais un vrai, hein, du genre pour qui le 15 juin, jour anniversaire de l'Idole, devrait être un jour férié, qui est capable de reconnaître une image de son Dieu dans la seconde et de te dire de quel concert elle est tirée, qui serait fichu d'appeler ses enfants David ou Laura si un jour il en a. J'ai tout supporté : la poupée de Johnny sur une étagère dans mon salon, les livres sur Johnny dans ma bibliothèque, même le buste de Johnny posé sur sa table de chevet. Mais j'ai mis le holà le jour où un livreur a sonné à notre porte avec un immense cadre contenant un disque d'or de Johnny, il voulait l'accrocher au-dessus du canapé... P*tain, mais comment j'ai fait pour tenir tout ce temps...???

J'ai participé à quatre jeux télévisés.
Si mes souvenirs et mes comptes sont bons, j'ai donc dû passer neuf fois à la télé. Bon, sur les quatre, deux n'existent plus, et un ne veut plus de moi parce que j'ai gagné à plusieurs reprises. Concernant le quatrième, auquel j'ai participé à deux reprises, à la fin du siècle dernier, j'avoue, j'y retournerais bien, je me tâte comme on dit par chez moi.

Je souffre de brachymétatarsie.
Attention, minute glam' ! Il s'agit d'une malformation des orteils, les petits chez moi en l'occurrence. En un mot comme en cent, j'ai les cinquièmes métatarsiens trop courts et, du coup, mes petits orteils grimpent allègrement sur leurs voisins. Ça n'est pas douloureux à proprement parler, juste très chiant puisque, du coup, je suis obligée d'y regarder à deux fois avant d'acheter chaussures et chaussettes. Accessoirement, ce n'est pas non plus très joli. Mais bon, Jennifer Garner vit très bien avec ce petit défaut, il n'y a pas de raison que je sois incapable d'en faire autant.

J'ai eu les cheveux rouges.
Il y a une grosse dizaine d'années de ça. Avec une coupe toute courte qui plus est. Aux antipodes donc de ce que je suis actuellement, si tant est que tu sais à quoi je ressemble actuellement ! Le court, au départ, c'était suite à un pari perdu, une décision que je n'ai jamais regrettée tellement ça m'allait bien. Le rouge, par contre, je ne sais pas ce qui m'a pris, on va dire que j'étais jeune, même si ce n'est pas tout à fait vrai ! C'était rigolo. Juste rigolo.

Je me suis retrouvée en culotte à l'aéroport JFK à New York.
J'ai un souci dont j'ignore l'origine : je bippe quand je passe sous un portique détecteur de métaux. On n'a jamais ni su ni compris pourquoi. Sauf que, quand tu dois quitter les États-Unis en pleine période de psychose concernant les attentats, que tu bippes une fois, deux fois, trois fois, en ayant retiré tous tes bijoux et ta ceinture, qu'on te somme, arme au poing, de repasser le portique pour la quatrième fois, mais les mains en l'air et que ton pantalon est trop grand pour toi... Ça se termine en culotte devant des centaines de personnes, dont accessoirement tes camarades de classe et tes profs, sympa comme fin de séjour linguistique ! Oui, je sais, call me chat noir !!! Cela dit, aujourd'hui, je ne bippe plus, ça a disparu aussi vite que c'était arrivé, et loin de moi l'idée de m'en plaindre.

Voilà, j'ai un peu levé le voile sur des souvenirs, mêlés de petites manies honteuses, qui le sont pour le coup beaucoup moins, maintenant qu'elles ont fait leur coming-out. Je termine ce billet éreintée, fouiller dans les souvenirs n'est pas de tout repos, et un peu amusée aussi, ce serait mentir que dire le contraire. Cela dit, à la relecture, je comprends mieux pourquoi je ne me penche pas plus souvent sur certains trucs...!

*** Sur une idée de Sabine et Associés, et trouvé chez les copines montpelliéraines, Selky et Maman@Home. Et maintenant, à toi de jouer ! ***

*

lundi 17 novembre 2014

Au coin du feu

*Source*

Un canapé, un plaid en polaire, un bon bouquin, une grosse paire de chaussettes aux pieds et une tasse de thé fumant sur la table basse, un chat pelotonné sur l'accoudoir, une atmosphère givrée au dehors, un grand pull en laine bien chaude, la lueur tremblotante des bougies, des coussins tout autour de moi... Tous les ingrédients pour une séance cocooning réussie, je les connais par cœur, et tous ensemble ou indépendamment, je les mets souvent à contribution ici. Ça fonctionne plutôt pas mal, force est de le reconnaître.

Mais il m'en manque un. Et pas n'importe lequel : une cheminée.

Parce que rien ne me réchauffe autant que le feu. Parce que j'adore la sensation de sa brûlure sur mon visage. Parce que je pourrais regarder les flammes et leur danse fascinante pendant des heures sans jamais m'en lasser. Parce que j'aime l'odeur et la chaleur enveloppante qui s'en dégagent. Parce que ça me rappelle des souvenirs de mon enfance. Parce que je suis certaine que les chats adoreraient.

Aaahhh... Si seulement...!

*** Pour Les Lundis à Deux d'Alice et Zaza. ***
*** Une certaine idée du cocooning que je partage avec Maud aussi. ***

*