jeudi 28 août 2014

Une après-midi aux courses

C'est jeudi, c'est Normandie ! #1

Comme je le faisais remarquer lundi, la Normandie du Bas est une terre de cheval, LA région du cheval par excellence. Quelques chiffres : cela représente plus de 12.000 emplois, qui génèrent plus d'un milliard de chiffre d'affaire. Un pur-sang sur deux naissant en France est bas-normand, ainsi que 13 des 15 meilleurs éleveurs de trotteurs français. Sans parler de la formation, d'un nombre impressionnant d'épreuves, toutes disciplines confondues, organisées chaque année, et de la qualité des pôles de compétence. Si tu veux d'autres chiffres, je te recommande de visiter le site du Conseil des Chevaux de Basse-Normandie, c'est absolument passionnant.


Bref, le week-end dernier, je te l'avoue, nous avons fui Caen et la folie des Jeux Équestres Mondiaux pour aller nous exiler au calme au fin fond du pays d'Auge. Et dimanche, nous avons passé l'après-midi aux courses à Saint-Pierre-sur-Dives. Tu me croiras ou pas mais j'ai grandi et passé près de trente-neuf ans de ma vie à moins de 5 kilomètres d'un des plus grands hippodromes français, je vis aujourd'hui et depuis 4 ans dans le Calvados, et jamais je n'avais assisté à des courses de chevaux. Une énorme lacune que j'ai eu la chance de combler dimanche.


L'hippodrome de la Dives est un petit hippodrome de catégorie 3, sa piste en herbe mesure très précisément 1.120 mètres de long. On est arrivés peu avant la quatrième course, sous un ciel un peu maussade mais malgré tout, plus clément que la veille. Beaucoup de monde, une ambiance très bon enfant, très couleur locale, moi qui adore regarder les gens, j'ai adoré ! Et là, mon Chéri me pose la question qui tue : "On joue ?"...


La raison aurait voulu que je réponde non mais j'avais le programme dans les mains, annoté de tas d'abréviations auxquelles je n'entravais que dalle, et malgré ça, je sentais l'envie monter. Je lui ai fait remarquer que nous n'y connaissions rien, ce qu'il m'a confirmé, qu'on n'avait pas de fric, ce qu'il n'a pas eu besoin de confirmer. Mais, pour mon plus grand malheur, mes yeux se sont posés sur la liste des partantes du prix de Villeneuve-sur-Lot : la jument arborant le numéro 13 portait aussi le prénom de ma nièce, j'ai pensé, avec la naïveté de la béotienne, que ça ne pouvait pas nous porter malheur. Nous avons donc misé sur Victory Lily. Placé, gagnant, je n'en sais rien, je n'y comprends rien, mais mon Chéri s'en est allé parier avec la promesse de ne pas miser plus de 2€.


Pendant ce temps-là, j'ai admiré les trotteurs qui s'échauffaient sur la piste. J'ai pris de nombreux clichés, au moins une bonne cinquantaine avant de me rendre compte qu'en mode "sport", ça serait quand même mieux...! Yogi L., le copain avec qui nous étions, m'a fait remarquer que ma jument, c'était loin d'être une winneuse, vu ses performances indiquées sur le programme. "Oh tu sais, au pire, on perdra deux euros ! Et puis, je ne pouvais pas ne pas choisir celle qui portait le prénom de mon niéçou."... Ça l'a fait marrer, il s'est replongé dans l'étude des cotes, du pédigrée de chacune des partantes, se décidant finalement à parier sur la 8.
Là-dessus, Petit C. est revenu avec un air coupable : il avait misé le double de ce dont nous avions convenu.



Et puis la course est partie.
Le trot attelé, c'est juste fascinant. Rien que l'idée de pousser un cheval à une vitesse folle mais à une allure qui n'est pas naturellement pour lui la plus rapide, je n'ose imaginer les heures et les heures de travail derrière tout ça. Toujours est-il qu'au premier passage, j'ai été impressionnée par la puissance se dégageant du peloton. Un peu moins par Victory Lily, qui pointait nonchalamment à l'avant-dernière place.


Au deuxième tour, elle avait un peu remonté ses concurrentes par l'extérieur. Approximativement, elle devait être septième ou huitième.


Et puis, à l'amorce de la dernière ligne droite, elle a fourni son effort. Elle l'a tellement bien fourni qu'elle a... gagné !!!!! Je n'imagine même pas les effets qu'ont pu avoir mes cris hystériques sur les oreilles de mes voisins de champ de courses !


Appelle ça comme tu veux, la chance du débutant ou n'importe quoi d'autre, toujours est-il que, hiiiiiiiiii, on a gagné aux courses !!!


On est restés perchés sur notre petit nuage, avons encore regardé deux ou trois courses, dont une de poneys. Car la valeur n'attend point le nombre des années. Peut-être se cache-t-il, derrière ces petits cavaliers, un futur grand jockey. En tout cas, ils étaient à fond, les mômes, c'était craquant.



Une très belle expérience, que je te recommande vivement. J'ai particulièrement apprécié la dimension humaine de ce petit hippodrome de campagne et, du coup, la proximité avec les chevaux et les jockeys, puisque tu peux déambuler comme tu le souhaites au milieu des vans des participants.


D'ailleurs, je n'ai pas omis d'aller féliciter/remercier Victory Lily avant de repartir après cette très chouette après-midi.


Pour finir, sache que, demain soir, c'est la fin des Estivales de Cabourg, de chouettes courses en nocturne accompagnées d'animations pour toute la famille. Tu trouveras tous les renseignements ainsi qu'une invitation à télécharger sur le site de l'hippodrome. Et moi, s'il fait beau, il y a des chances que j'y sois ! Ouais, parce que j'y ai pris goût figure-toi !!!

*

mardi 26 août 2014

Un week-end au coin du feu

Oui, tu as bien lu : un week-end au coin du feu.
Tu sais, ce truc qui te fait kiffer l'automne, qui va avec le grand pull torsadé en laine irlandaise, les chaussettes bien épaisses qui te tombent en accordéon sur les chevilles, le vin chaud excessivement chaud et éventuellement la peau de bête à fantasmes.
Tu regardes par la fenêtre, tu vois au loin, par-delà les champs des volutes de fumée s'échapper des cheminées alentour, tu souffles sur les vitres qui se couvrent instantanément de buée, si tu as gardé ton âme d'enfant, tu dessines des petits cœurs dedans.
Tu sens la bonne odeur de la tarte aux abricots en train de cuire dans la cuisine, tu songes à ton repas du soir, tu glisses tes pieds sous le bidon du chien qui sommeille devant les flammes.
Tu songes à la soirée entre copains qui s'annonce, te demandes combien de temps il va falloir laisser les patates dans la cendre et si vous terminerez à coups de Scrabble ou de calva.
Tu t'interroges sur le temps qu'il fera demain, espère un rayon de soleil pour te balader au bourg voisin, cueillir des mûres, prendre un café en terrasse, aller aux courses, t'éclater à prendre des photos, tout simplement profiter de ce joli moment en pleine campagne.
Définitivement, tu kiffes l'automne. L'automne et ces superbes vacances de la Toussaint...

Et d'un seul coup d'un seul, tu te souviens que l'automne, il va te falloir encore quelques semaines avant de pouvoir en profiter. Qu'en fait, on est le 23 août et que l'année dernière, à cette même date, tu luttais pour que les chats ne te piquent pas ta place sur ta chaise longue dans le jardin. Que la dernière fois que tu as vu le soleil, au point d'en profiter, c'était il y a approximativement un mois.
Pinaise, on est en plein mois d'août et ta vie n'est faite que de pluie, de pulls, de repas roboratifs et de boissons chaudes. Heureusement qu'il y a la douceur du feu pour faire passer le truc...!

*** Pour Maman@Home. ***

*

lundi 25 août 2014

mercredi 20 août 2014

En vrac #123


OMG, mon voisin nettoie ses outils de jardinage et la calandre de sa bagnole à la lingette...
Kiffe ma bibliothèque en mode été : j'emprunte autant de livres que je veux et pour une durée de deux mois, le pied !
Ce qu'il y a de bien, quand tu es grosse, c'est que tu as moins de rides que les maigres de ton âge...!
Mais pourquoi n'ai-je pas eu l'idée de donner des noms un peu classe à mes chats ???
Parfois je passe de longues heures à imaginer à quoi ressemblera mon niéçou quand elle sera grande.
J'ai testé pour toi : la pierre d'alun, ça casse comme du verre.
Mouahahah, je me suis pris une leçon de conduite à grands coups de doigts d'honneur par un mec en voiture sans permis !
Le temps me donne grave envie de ressortir mes aiguilles à tricoter. 
Ne pas pouvoir décrocher d'un roman et lire toute la nuit, ça faisait longtemps que ça ne m'était pas arrivé.
Souvent je repense, émue, à cette époque où mon Chéri et moi, nous nous vouvoyions.
Euh, c'est moi ou on peut compter le nombre de barbecues faits cet été sur les doigts d'une main même pas complète...?
Je sens que le week-end qui se profile va être terrible !

*

mardi 19 août 2014

Renversante reprise

Cela fait quelques jours que la vidéo tourne un peu partout sur les réseaux sociaux et je dois l'avouer, je n'avais pas encore osé la regarder. Parce qu'oser reprendre Creep, qui est probablement ma chanson préférée de Radiohead, c'est à la limite du sacrilège. Ça a d'ailleurs déjà été fait un certain nombre de fois, pas toujours de façon très heureuse, mais il y a quand même, parmi ces covers quelques pépites qui trouvent grâce à mes yeux oreilles, je pense notamment à celle de Macy Gray. Là, pour le coup, quand j'ai vu que c'était Tori Amos qui s'y était attaquée, ça a piqué ma curiosité, s'il y a une artiste qui a un immense talent et peut pour ainsi dire tout chanter, c'est bien elle. Il m'a certes fallu plus de dix jours pour cliquer sur play, mais je ne le regrette absolument pas. Du coup, si toi tu es passé(e) à côté, je te l'offre sur un plateau aujourd'hui... Attassion, prépare-toi, c'est de la balle atomique !


*** Une douceur que je partage un peu tardivement avec Maman@Home ! ***

*

dimanche 17 août 2014

Raisin, parquet et élastiques

Ma semaine en Instagram #96

Une semaine d'août qui a tout d'une semaine de novembre : en plus de la pluie, on a le droit aux températures pourries maintenant. Mais on garde le cap, on trouve de quoi s'occuper, on prend notre mal en patience, on ira à la plage en septembre...!

Dimanche

Toujours un temps d'automne en Normandie du Bas (j'en profite d'ailleurs, un jour, je ne pourrai plus écrire ça !). Bref, du coup, j'ai mis du rose, du pamplemousse rose en l'occurrence, dans mon verre. On fait ce qu'on peut avec ce qu'on a !

Du rose dans mon verre

Lundi

Me voilà dans mon 9-5 natal, histoire de passer deux jours chez mes parents. Une excellente idée de mon Petit C., comme il en a souvent il faut le reconnaître. Du temps passé à bricoler avec ma Maman, qui a parfois bien du mal à se faire assister de mon père, du temps passé à jacter entre nanas, du temps passé à me faire chouchouter aussi, même si, ici, tout se fait sans un mot, je le sais, je le sens, c'est bien là l'essentiel.
Et si je suis heureuse de ma vie normande aujourd'hui, je ne cesse jamais de m'émerveiller devant ce qui a été mon cadre de vie pendant mes presque quarante premières années de vie. Cette ville qui m'a vu naître, cette maison que j'aime plus que tout, le jardin, un véritable havre de paix au beau milieu de la banlieue. Même le raisin s'y plaît, la preuve, il pousse jusque dans la rue, partant à l'assaut des poteaux télégraphiques, recouvrant presque les panneaux routiers, c'est te dire s'il y fait bon vivre !

Raisin des villes

Mardi

Un joli bout de mon adolescence s'en est allé aujourd'hui, j'ai appris au réveil le suicide de Robin Williams. Je ne suis pas du genre à pleurer quand une célébrité disparaît mais là, je dois reconnaître, cette nouvelle m'a ébranlée. Puissiez-vous enfin trouver la paix là où vous êtes, ô Capitaine mon capitaine...

Ô Capitaine mon capitaine !

Mercredi

La carte postale de la semaine : un joli morceau de Provence dans mon courrier du jour. ♥︎ sur toi, ma Stephanie que j'aime !!!

Un air de Sud dans ma boîte aux lettres

Jeudi

Ma boîte aux lettres ne désemplit pas. Avec aujourd'hui un colis rempli de soleil. Enfin, plutôt de tout ce qu'il faut pour pouvoir passer un bon été en sa compagnie ! J'ai eu la chance de gagner ces superbes produits solaires chez La Mite Orange, un grand merci à elle et aux Labos Pierre Fabre, son partenaire. Je n'attends plus maintenant qu'une météo favorable pour pouvoir en profiter ! ;-)

Il ne manque plus que le soleil !

Vendredi

Journée bricolage chez mes beaux-parents. Petit C. au parquet dans une des chambres, son père à la peinture dans la salle de bains et les nanas, à savoir ma belle-mère, Mademoiselle A. et moi, au vidage de cartons et au papotage dans la cuisine : un parfait travail d'équipe !

Le King du parquet !

Samedi

Tout est bon pour entretenir mon âme d'enfant. Et bien sûr, depuis que mon niéçou m'a fait découvrir l'art du bracelet en élastiques, je n'en finis plus de m'éclater. Je suis passée au stade supérieur, je bricole maintenant des petits trucs en relief, des cœurs, des animaux. Totalement inutile mais hyper relaxant.

#jaisixansdansmatete

Passez une jolie semaine !

*** Pour Madame Parle et sa Semaine en Instagram. ***
*** Pour VirginieB et ses 365 photos du quotidien. ***
*** Et pour Maud et ses Petits bonheurs de la semaine ! ***

*

samedi 16 août 2014

Happy chat-niversaire ma Chiff' !!!


Neuf belles années déjà que tu partages ma vie, ma petite féline ! Je ne vais pas encore une fois raconter comment tu y es rentrée, je crois que j'ai déjà tout dit. C'est juste qu'il paraît que, quand, comme moi, on collectionne les chats, il arrive une fois dans une vie de tomber sur un matou d'exception, un avec lequel on tisse un lien particulier, un que l'on portera dans son cœur bien au-delà des années de vie partagée avec lui. Et ça peut sembler très idiot à certains, mais je sais que tu es ce chat-là.

Quand je repense à la relation qui a été la nôtre dès le départ alors que ta maman-chatte te rejetait, aux jolis moments qu'ont été ces trois mois de tourbillon au cours desquels tu as retourné l'appartement avec tes sœurs, à ta tête le soir où je t'ai trouvée sur le canapé de retour à la maison après l'échec de l'adoption...!
À cette façon que tu as de t'abandonner complètement dans mes bras dans tes moments câlins, de me suivre partout dans la maison en me racontant des tas de trucs que je ne comprends pas mais qui ont l'air d'avoir tellement d'importance pour toi, de venir te glisser sous la couette entre ton maître et moi en poussant les ronronnements de contentement à leur maximum.
J'aime ta compagnie évidemment, te savoir là, comme si tu pouvais veiller sur moi, la douceur de ton pelage, la chaleur qui émane de toi quand tu joues les garde-malade tout contre moi. Quand je suis loin de toi, c'est comme s'il me manquait un truc vital, ça peut probablement paraître complètement fou à ceux qui ne connaissent pas ça, moi je sais que j'ai des circonstance atténuantes, qu'il y a des choses dans ma vie qui justifient cet attachement.

Bref, aujourd'hui, c'est ton anniversaire, ce soir, je sortirai du congélo un esquimau à la fraise, comme tous les 16 août depuis au moins huit ans, tu le dévoreras sur le canapé en ronronnant, et quand il sera terminé, on repartira pour une année de douceur et de mémèràchaïsation intensive. Normal quoi !


*

jeudi 14 août 2014

En vrac #122


J'ai été l'esclave de ma mère pendant deux jours en début de semaine et, contre toute attente, j'ai adoré ça.
Bien envie de me remettre au latin, il faudrait peut-être que j'arrête de lire des polars ésotériques.
Aaahhh ces électeurs de droite qui conspuent l'assistanat mais excellent en matière de fraude aux allocs...!
Marre de faire des rêves à la con, je préfèrerais que mon sommeil soit calme et, du coup, réparateur.
Kiffe Couscous et sa manie de venir s'endormir sur mes genoux pendant que je suis aux toilettes !!!
Bah voilà, ma tête est colonisée par les cheveux blancs et je crois bien que je n'ai aucun courage de leur faire la guerre.
Super heureuse : c'est chez nous que toute la famille va se retrouver pour fêter l'anniversaire de mon niéçou !
Une furieuse envie de montagne, ça, c'est à cause des photos des copines sur IG...
Grrr les gens qui commencent leur mail par "bjr", c'est trop compliqué "bonjour" en toutes lettres et avec une majuscule ?
Mon Chéri me sidère : il n'utilise jamais de marque-ta-page.
 Évidemment déçue par la défaite des Bleues hier soir, mais quel beau moment de sport nous ont-elles encore offert !
RENDEZ-NOUS LE SOLEIL !!!!!!!!!!

*

mardi 12 août 2014

Les champs, le soir

J'ai la chance d'habiter, non pas dans les champs, mais en lisière de ceux-ci. Les champs, c'est pour moi, la fille de la ville, un genre de paradis sur Terre, un émerveillement sans cesse renouvelé. Plus de cinq ans que je vis ici, c'est exactement autant de temps passé à les admirer à toute heure du jour ou de la nuit, à les photographier mois après mois. Je les adorés plantés de lin la toute première année, depuis ils se sont convertis au blé, en plus de faire mon plaisir, ça fait celui des chats, tu parles d'un terrain de jeu hors normes !!!

Dimanche dernier, après notre journée déménagement, la soirée était douce, le soleil se couchait paresseusement, enflammant les blés coupés, nous avons décidé d'aller marcher quelques instants, histoire d'achever de nous fatiguer ! Histoire aussi de savourer encore un peu plus ce cadre de vie que je chéris. Et de rapporter quelques photos.





La fleur d'hier, à un autre stade de sa floraison, pour toi, Lalydo !

*** Une petite douceur, un bout de mon quotidien pour Maman@Home. ***

*