samedi 20 décembre 2014

Samedi en musique #5... Idées noires - Bernard Lavilliers & Catherine Ringer

Cette chanson a un peu plus de trente-et-un ans... Paie ta claque de bon matin !
Elle me fascinait quand j'étais gamine et je suis ravie de la réentendre aujourd'hui. Autrement. Catherine Ringer a remplacé Nicoletta, sa voix n'a pas la même puissance, loin de là, mais le résultat ne manque pas de charme. Et puis, j'aime l'idée de ces chansons qui traversent le temps sans prendre une ride, dont on pourrait croire qu'elles ont été écrites hier.

Il y a aussi ce noir, lancinant, comme le rythme de la musique, les paroles, dénuées d'espoir, aux frontières de la folie. Il y a des chansons qui parlent. Bien mieux qu'on ne pourrait le faire. Qui distillent des atmosphères, familières mais si difficilement descriptibles. Tout est dans le titre, quoi.

"Je fais des mauvais rêves, j'suis sur un mauvais câble
Dans la paranoïa, pas de marchand de sable
J'vois en panoramique urgente et désirable
Une blonde décapitée dans sa décapotable..."


La prochaine fois que je reviendrai en musique, je tâcherai d'être plus gaie. ;-)

*** Mon Samedi en Musique pour BBB's Mum. ***

*

jeudi 18 décembre 2014

Libérée... Délivrée !

Projet 101/1.001, objectif #83 : en finir définitivement avec ma tendance à l'achat compulsif de vernis à ongles.

Avant toute chose, surtout, ne me remercie pas pour le titre de ce billet, j'ai eu peur que tu sois en manque de cette formidable chanson que tu entends régulièrement depuis un peu plus d'un an maintenant. Mais revenons à nos moutons...!
Ce vernis, celui-là, sur la photo, n'est pas n'importe quel vernis : il est le dernier que j'ai acheté. Jusque là, rien de bien original. Attends, tu ne vas pas en revenir. C'est le dernier que j'ai acheté et c'était il y a plus de deux mois. Il n'y en a eu aucun autre qui soit venu agrandir ma collection depuis.
Et pour toute personne me connaissant bien, ça a la saveur d'un véritable record.

Tu l'ignores peut-être mais je me suis rongé les ongles durant la plus grande partie de ma vie, ça fait à peine quatre ans que je me suis enfin et, à priori, définitivement débarrassée de cette très vilaine habitude. Pour sombrer quasi aussitôt dans un autre travers : dépenser presque sans compter pour du vernis à ongles.
Bon, pour être tout à fait honnête, presque sans compter, c'est plutôt exagéré, mais je suis très souvent revenue de virée shopping avec deux, trois ou quatre nouveaux flacons, parfois même bien plus. J'en ai de toutes marques et évidemment, de toutes les couleurs. J'ai arrêté de compter un peu avant la barre des 200, barre que je m'étais promis de ne jamais franchir, c'est certainement d'ailleurs pour ça que mes comptes se sont arrêtés à ce moment-là.
Il y a des grands classiques totalement incontournables, des couleurs que je ne porte pour ainsi dire jamais, celles que je ne mets que sur mes orteils, d'autres que j'ai achetées sur un coup de cœur mais très difficiles à porter et quelques rares flacons qui sont sur la fin, pas d'affolement, on les compte sur les doigts d'une main. Et je ne suis pas la seule responsable, Mademoiselle A. m'a donné un sacré coup de main dans cette accumulation.
C'était plus fort que moi. De l'ordre de l'incontrôlable. Déraisonnable, oui, mais je n'arrivais pas à rectifier le tir.

Et puis les choses se sont faites naturellement. Au fil du temps, j'ai remarqué que je portais toujours les mêmes couleurs : des rouges, des taupes, des nude et des coloris très foncés, tout près du noir. Que de toute façon, j'avais de plus en plus la flemme d'en changer. C'est tout juste si le plaisir d'avant ne s'est pas transformé en corvée. Pour te dire, j'ai quand même réussi à me marier avec simplement du vernis incolore sur les ongles, et je n'ai fait que deux manucures sur le mois qui vient de passer.

Je touche du bois, j'ai attendu avant d'oser faire ce coming-out d'une absolue futilité, mais tu vois, là, je crois bien que je suis libérée... Délivrée... Guérie du vernis quoi !!!

*

mercredi 17 décembre 2014

Petites pitas apéritives

Mercredi gourmand #143

Moi, j'aime bien préparer mes biscuits apéritifs moi-même. Tout d'abord parce que ça change, mais aussi parce que c'est quand même 'achement meilleur que ceux que tu achètes au supermarché.
Pour m'aider, j'ai investi dans une bible.


J'y trouve des tas de recettes déclinables quasiment à l'infini, que des choses faciles à réaliser et qui font leur effet une fois servies à mes invités.

Hier soir, c'est nous qui étions invités. Et je me suis dit qu'en plus de la bouteille que nous avions prévue d'apporter à notre hôte, une belle assiette de petits gâteaux salés à grignoter ne serait pas de trop.
Mon choix s'est porté sur des mini-pitas au chèvre, que j'ai, comme d'habitude, un peu recustomisées à ma façon. Enfin, surtout en fonction de ce que j'avais à disposition dans mes placards, je te passe le moment où j'ai découvert qu'il n'y avait plus la quantité de farine nécessaire, les mots qui sortaient de ma bouche étaient alors des plus fleuris...
Bref, voici donc la recette intégrant les changements que j'y ai apportés.


Ingrédients :
100 g de farine
L'équivalent du volume de 50 g de farine en maïzena
1/2 sachet de levure chimique
1 grosse cuillerée à café de thym
50 g d'olives vertes grossièrement hachées
100 g de chèvre frais
3 cuillerées à soupe d'huile d'olive
2 cuillerées à soupe d'eau
Sel

Dans le bol du robot, mélanger la farine, la maïzena, la levure, le thym, les olives vertes hachées et un peu de sel. Y intégrer le fromage de chèvre émietté puis verser l'huile et mélanger.
Ajouter l'eau pour lier le tout et obtenir une pâte homogène. Pétrir quelques instants puis former la pâte en boudin. La mettre une vingtaine de minutes au réfrigérateur afin qu'elle durcisse et soit un peu plus facile à travailler.
Détailler la pâte en mini-pâtons de la taille d'une petite noix. Les étaler aux doigts sur une plaque recouverte de papier cuisson, jusqu'à former de petites galettes d'environ 3-4 millimètres d'épaisseur.
Enfourner à 200°C pour 5 minutes.


Mes astuces :
Le coup de la maïzena, c'était parce que je n'avais pas le choix, mais finalement, c'est bien : ça donne de la légèreté au résultat final.
Former les mini-pitas à la main, ça, par contre, c'est un choix. J'aime bien les choses un peu roots, pas trop régulières, je suis très moyennement adepte du calibrage en cuisine, et pour le coup, j'ai été servie.
Idéalement, à déguster tièdes. Nous les avons mangées telles quelles mais elles doivent être vraiment terribles tartinées de tapenade, d'anchoïade ou même de chèvre frais écrasé à la fourchette avec du thym, histoire de rappeler les saveurs des pitas elles-mêmes.

Et toi, tenté(e) de faire tes biscuits apéritifs toi-même...?

***

Et aujourd'hui, tu trouveras de la gourmandise chez...

...

N'oublie pas, tu peux nous rejoindre au sein du groupe FB dédié aux Mercredis Gourmands. Plus on est de fous, plus... on est de fous...! :p

*** Et oui, je sais, j'ai merdoyé la semaine dernière en terme de récap', j'essaie de me reprendre dans la journée ! ***
*** Dernière chose : PAS DE MERCREDI GOURMAND LA SEMAINE PROCHAINE !!! De toute façon, à peu de choses près, nous aurons ce jour-là toutes le nez dans la dinde ou dans la bûche, alors... On se retrouve mercredi 31, pour le dernier jour et par conséquent, le dernier rendez-vous de l'année. Si d'ailleurs vous pouvez ce jour-là montrer vos gâteaux de fête, je pense que Sysy et Mam'Zelle A en seraient ravies. Joyeux Noyël les Gourmandes ! ***

*

mardi 16 décembre 2014

Ma Wish-List {Si On Sortait}

Pour Noyël, ou toute autre occasion au cours de l'année, je suis une fervente adepte du cadeau immatériel. Parce qu'un cadeau ne doit pas forcément être un truc que tu ne vas savoir où poser/ranger dans ta maison.
J'en ai déjà offert, souvent même. Cours de cuisine, billet de spectacle, dîner au restaurant. J'en ai reçus aussi et j'adore ça, ça crée des souvenirs.

D'où cette mini-sélection de petits trucs qui pourraient trouver leur place dans une enveloppe au pied de mon sapin. Euh... Avec mon nom dessus, hein, l'enveloppe !

Tout d'abord, un peu de danse. Enfin, beaucoup de danse. Parce que j'adore ça et que ça fait bien longtemps que je n'ai eu l'occasion d'aller en voir, une dizaine de mois, ça n'a pas l'air comme ça, mais ça fait long quand on aime.
Philippe Decouflé et la Compagnie DCA seront de retour au Théâtre de Caen en juin prochain avec Contact, leur nouvelle création.

*Source*

Je suis absolument fan de son univers, à la fois d'une incroyable richesse et complètement barré. J'ai eu la chance de voir Octopus et Panorama, et je me suis promis de ne plus rater aucune de ses représentations caennaises. Tu l'auras compris : si je ne le trouve pas au pied du sapin, celui-là, je me l'offrirai moi-même !


Contact 2014 from Compagnie DCA/Philippe Decoufle on Vimeo.

Le Béjart Ballet Lausanne ensuite. La compagnie créée par le grand Maurice Béjart en 1987 s'offre une petite tournée française en avril prochain, avec Le Presbytère n'a rien perdu de son charme, ni le jardin de son éclat.

*Source*

Une pièce datant de 1997, sur fond de Mozart et de Queen, à ne rater sous aucun prétexte si on aime la danse contemporaine selon moi. Même si les prix défient l'entendement pour une représentation dans un Zénith, pas vraiment le type de salle que j'affectionne pour y voir de la danse. Reste la possibilité d'envisager Paris et le Palais des Congrès, à peine plus cher et tellement mieux !


Béjart Ballet Lausanne - Ballet for Life - Le Presbytere n'a rien perdu de son charme, ni le jardin de son éclat from Béjart Ballet Lausanne on Vimeo.

Une autre personne que je rêve de voir sur scène : François Morel. Je suis une inconditionnelle de ses chroniques sur Inter, de ses écrits, du personnage tout simplement. Je le trouve éminemment touchant et j'aime la façon dont il arrive à mettre de la poésie et de la tendresse dans le quotidien. Personne ne sait si bien que lui me faire rire tout autant que pleurer.

*Source*

La fin du monde est pour dimanche est son dernier spectacle, cela fait déjà vingt mois qu'il arpente les routes de France et je pourrais me passer la bande-annonce en boucle tellement j'y trouve tout ce que j'aime. Par contre, Monsieur Morel, c'est plus souvent que vous devriez revenir jouer dans votre région natale parce que ça fait des mois que j'attends une date normande, et que je n'en vois point venir. Tu me diras, il y a toujours Paris. Mais Paris, on en revient toujours au même, c'est cher, pourquoi on n'irait pas vous voir en mars à Fougères...?



Sinon, tu sais que tu me feras forcément plaisir en me trouvant un billet pour assister à un match du XV de France ou du Pays de Galles pendant la prochaine Coupe du Monde de Rugby. Je ne dis pas non non plus à n'importe quel match de la phase finale ! Oui, je sais, je rêve. Mais ça ne coûte rien, de rêver.


Et dernière note pour toi-même, si tu es dans la peau d'un Père Noyël zélé : oublie Archive... En bonne groupie, je me suis jetée sur les places dès qu'elles ont été mises en vente !


Et si tu ne trouves pas ton bonheur dans tout cela, stay tuned, la prochaine wish-list sera girly. Ouais, tout ça in english in the text !!!

Plus de Wish-Lists :

*

Vive le vent, vive le vent...

*Source*

La guirlande clignote dans le sapin, j'ai les pieds constamment gelés et Love Actually passait hier soir à la télé, il n'y a aucun doute, l'hiver est là ! Avec quelques jours d'avance sur le calendrier. Et à ma plus grande joie.

Parce que, comme j'aime le cocooning, l'idée de me replier sur moi-même, en un mot comme en cent, j'aime l'hiver. Je dois avoir du sang de marmotte qui coule dans mes veines ! J'aime l'hiver et tout ce qui va avec. Les soirées canapé avec un plaid sur les genoux. Les gros pulls qui remplissent à nouveau mes placards. Les gants dans mon sac à main. Le pare-brise de la voiture tout gelé le matin. Les envies de bons plats roboratifs et très chauds qui reviennent au galop. Ma Toup' qui a regagné son panier devant le radiateur. Les sorties avec le bonnet sur la tête. Le nez qui coule et les mouchoirs en papier à l'eucalyptus. Pouvoir changer d'écharpe, de snood ou de châle tous les jours si je veux. Les téléfilms à base de bluette de Noyël l'après-midi. Le soleil qui se couche tôt. La buée qui te sort de la bouche quand tu parles. Tout ça, ça me fait triper. Plus ou moins. Plutôt plus que moins. Autant de petits plaisirs simples qui m'aident à traverser sereinement ces mois de froidure.

Même s'il en manque un petit peu. Oui, parce que moi, je voudrais aussi de la neige, du feu dans la cheminée, boire du lait de poule ou du vin chaud, voir les cimes enneigées par ma fenêtre, avoir une jolie couronne de houx accrochée à ma porte, pouvoir patiner sur un lac gelé. Des trucs que je n'ai pas au fin fond de ma Normandie. Bon, OK, le lait de poule et le houx, ça peut s'arranger. Mais à la base, point de tout cela chez moi !

Pour aimer autant l'hiver, parfois je me dis que j'ai dû être jurassienne ou suédoise dans une vie antérieure !!!!

*** Pour Maud. ***
*** Mon Mardi tout Doux pour Maman@Home. ***

*

lundi 15 décembre 2014

Instant T. #79

Oh pétard... Ma petite sœur a 40 ans ! - jeudi 11 décembre

Avec mes plus douces pensées pour Nikita.


*

samedi 13 décembre 2014

Samedi en musique #4... The water - Johnny Flynn & Laura Marling

Pas beaucoup de mots aujourd'hui, à peine plus qu'hier en fait... Malade, le moral en berne, j'ai eu envie d'un peu de légèreté.

J'ai découvert cette jolie chanson il y a peu. Et je l'écoute régulièrement depuis.
J'aime follement la façon dont les voix des deux interprètes se marient, c'est plein de douceur, tout en charme et en délicatesse. Je ne m'en lasse pas.


*** Mon tout petit Samedi en Musique pour BBB's Mum. ***

*

jeudi 11 décembre 2014

J'ai testé pour toi... Madame Pop and Kids

Mon niéçou est une artiste. Je ne dis pas ça parce que je suis sa tante, c'est juste une évidence, cette enfant a un sacré coup de crayon. Témoin cette très belle œuvre réalisée à l'occasion de notre mariage !


Figure-toi que, l'œuvre en question, on m'a donné l'opportunité de la transformer en quelque chose d'exceptionnel. Enfin, quand je dis on, il s'agit plus précisément de Madame Pop and Kids, le site qui métamorphose les dessins d'enfants en objets personnalisés et par conséquent uniques. En résumé, le principe est d'imprimer sur un objet le dessin, après qu'il ait été sublimé par Madame Pop et son équipe de lutins-dessinateurs.
Je suis ravie de te raconter mon expérience aujourd'hui. Surtout si tu cherches encore des idées originales de cadeaux à faire à Noyël.

Le plus dur, je préfère te prévenir, c'est de choisir l'objet idéal.
Non seulement parce que le choix est immense, mais aussi et surtout parce que, quand tu parcours le site, tu as juste envie de tout. Pour ma part, j'ai longuement hésité. Je voulais quelque chose que j'aurais pour ainsi dire toujours sur moi. Mon TéléPomme étant sur le point de rendre l'âme, exit la super coque personnalisée, j'ai opté pour une trousse à maquillage.

Et là, pour le coup, tout est devenu très simple. Hop hop hop je glisse la jolie trousse dans mon panier. Hop hop hop je télécharge un scan du dessin de Lilly. Hop hop hop je choisis une couleur de fond. Hop hop hop je décide de signer tout ça du prénom de l'artiste accompagné de la date du Jour J.


Après, j'ai attendu. Fébrilement. Et en me posant des tas de questions, même.
Comment font-ils pour sublimer le dessin ? Est-ce que le résultat va me plaire et ne pas trop le dénaturer ? Les couleurs, comment sont-elles choisies ? Et si jamais ça ne me plaisait pas ? Est-ce que j'aurai assez des trois corrections offertes ?
Bon, je n'ai pas eu à attendre trop longtemps pour trouver une réponse à toutes ces questions puisque 48 heures plus tard, je recevais mon premier bon à tirer.


Très réussi. Sauf que je ne suis fan ni du rouge, ni du orange, ni du jaune. Alors, tout en craignant de passer pour une chieuse, ce que je suis de toute façon dans le fond, j'ai décliné ce bàt. En précisant ce que je voulais changer. Et là, moi, je te dis qu'ils sont super forts, chez Madame Pop and Kids, parce que les corrections ont été faites en un temps record et au beau milieu de la nuit, ils doivent être insomniaques comme moi, c'est pas possible autrement ! ;-)

Partant de là, les dés étaient définitivement jetés, y'avait plus qu'à attendre. En même temps, tu n'attends pas dans le vide puisque sur la fiche de chaque article sur le site, on t'indique avec précision les délais de création, de fabrication puis de livraison. Une semaine après avoir validé le bon à tirer, je trouvais ma troussette dans ma boîte aux lettres. Allez, j'arrête de te faire languir, je te la montre. Tâââdâââm...!

Hé, on n'est pas grave beaux, mon MariChéri et moi-même...???

Je suis en-chan-tée du résultat, totalement conquise et ma trousse ne me quitte plus. Il ne reste plus qu'à voir la tête de mon niéçou quand elle la découvrira. Et ça, à mon avis, connaissant la loustiquette, ça va valoir son pesant de cacahuètes, je reviendrai te raconter.

J'ai adoré :
- le concept, mais ça, c'est une évidence, je crois que tu l'as compris !
- le choix de supports : tu ne peux pas ne pas trouver l'objet parfait.
- la simplicité d'utilisation du site : passer une commande est juste un jeu d'enfant.
- la sublimation du dessin : les ombrages apportés lui donnent réellement vie, c'est stupéfiant.
- la possibilité de changer par trois fois la création : parfait pour avoir vraiment ce que tu souhaites.
- le délai : on-ne-peut-plus raisonnable pour un article personnalisé.
- la qualité d'impression : rien à redire, on touche à la perfection.
- les détails du suivi : tu sais précisément où tu en es à chaque étape de ta commande.
J'ai moins aimé :
- les couleurs : un peu moins éclatantes sur l'objet fini que sur le site et sur les bons à tirer, mais je suis certaine que ça dépend de la nature du support, et le résultat n'en reste pas moins superbe.

En conclusion, je n'ai qu'un conseil à te donner : fonce !!! Il faut faire vite mais il n'est pas trop tard si tu souhaites mettre un cadeau très original au pied du sapin. C'est chez Madame Pop and Kids que ça se passe !

*
Trousse offerte

mercredi 10 décembre 2014

Ma Wish-List {Mug Addict}

Des addictions, je ne t'apprends rien si tu es un(e) fidèle des lieux, j'en ai des tonnes. Parmi lesquelles une que mes copines Alice et Sandy ont bien entretenue dernièrement, celle qui concerne les mugs. Je n'ai qu'une bouche et deux mains, ne bois qu'un café au lait le matin, un ou deux thés dans l'après-midi et éventuellement une infusion en soirée, mais j'ai un placard entier rempli de mugs. Principalement avec des chats dessus. C'était d'ailleurs l'unique sujet de cette collection au départ.
Et puis, j'ai craqué au boulot sur un mug Poudlard, mes parents m'ont rapporté deux petites merveilles du Pays de Galles, mon groupe préféré s'est lancé dans le merchandising, ma Cathy m'en a envoyé un très joli de Bretagne... Je suis bel et bien perdue !

Alors, des mugs, il y en a toujours quelques uns pour me faire de l'œil. Voici donc une petite sélection loin d'être exhaustive.

Le mug qui coûte moins cher qu'un billet d'avion pour la Nouvelle Zélande
*Source*


Le mug des filles qui, comme moi, ne grandiront jamais tout à fait
*Source*

Le mug qui dit tout
*Source*

Le mug tout en raffinement, pas comme moi quoi !
*Source*

Le mug qui a le mérite de combler deux addictions à la fois
*Source*

Si avec ça, le Père Noyël ne trouve pas l'inspiration...!
Et qu'il s'accroche, le vieux bonhomme en rouge, parce qu'il va y en avoir un paquet d'autres, des wish-lists dans les jours qui viennent !!!

Plus de Wish-Lists :
*

Petites langues de chat

Mercredi gourmand #142

Bon, je t'avoue que, la langue de chat, ce n'était pas mon idée initiale pour ce cent-quarante-deuxième rendez-vous. J'ai préparé dimanche une divine terrine de saumon, que j'avais étrennée le jour de notre mariage. Mais je n'en ai malheureusement pris qu'une photo, bien mauvaise au demeurant. Et puis, en en cherchant une qui pourrait faire l'affaire sur le net, je suis tombée sur ma recette, enfin la même que la mienne. Une fois, deux fois, dix fois. Au passage, j'aime bien celles qui tentent de bricoler un peu pour s'approprier le truc, pour donner l'impression qu'elles ont eu une idée géniale pour lui apporter un petit plus, alors qu'elles se sont contentées de recopier une recette tirée d'un antique numéro de Femme Actuelle.
Bref, une recette qui a fait quinze fois le tour de la blogo, culinaire mais pas que, sans photo pour l'illustrer, c'était plutôt moyen. Je me suis donc vue dans l'obligation de changer mon fusil d'épaule. Un petit tour dans mes archives et hop, le tour est joué.

Voilà comment et pourquoi je me retrouve à te parler saumon après avoir titré petits gâteaux !


Passons donc aux choses sérieuses ! Les langues de chat, c'est résolument le biscuit de mon enfance. Je t'avoue, à la maison, celles que je mangeais, elles venaient tout droit du supermarché. Alors que c'est à la fois si facile et si rapide à faire... Mais j'ai retrouvé il y a quelques années une recette dans le carnet de cuisine de ma Mamie et depuis, je n'en achète plus.
Elles sont idéales pour servir avec le café ou le thé, en accompagnement d'une salade de fruit ou d'un sorbet

Ingrédients :
60 g de beurre
60 g de sucre en poudre
60 g de farine
2 blancs d'œuf
1 sachet de sucre vanillé

Préchauffer le four à 200°C.
Travailler le beurre jusqu'à le rendre bien mou, il faut qu'il blanchisse.
Y ajouter le mélange sucre + sucre vanillé, puis la farine.
Monter les blancs d'œuf en neige ferme et les incorporer au mélange beurre-sucre-farine.
Étaler la pâte en bâtonnets bien espacés sur une plaque soit beurrée et farinée, soit recouverte de papier sulfurisé, et enfourner pour 7 à 8 minutes.
Les consommer très rapidement par la suite, afin qu'elles conservent bien leur croustillant.

Franchement, c'est l'affaire d'un quart d'heure. Elles ne sont certes pas super régulières, je ne suis pas vraiment la reine de la poche à douille, mais elles ont leur charme et surtout, elles sont délicieuses. 
Et toi, tentée par ces langues de chat maison...?

***
Parmi les gourmandes du jour, tu trouveras...
...

Et si tu souhaites nous rejoindre au sein du groupe FB dédié aux Mercredis Gourmands, n'hésite pas à venir toquer à sa porte !

*