Réapprendre à vivre ensemble

by - vendredi, février 26, 2016

Aujourd'hui, ça fait déjà neuf jours que la maison compte un habitant de plus. Une habitante pour être plus précise. Mon Bouchon est revenue vivre avec moi. Huit ans après m'avoir quittée.

Oui, parce qu'il y a huit ans, Mademoiselle a décidé que vivre avec moi, ça ne lui allait pas. Enfin, à vrai dire, ce n'était pas réellement moi le problème, mais plutôt la compagnie féline que je lui imposais. Nous vivions à l'époque chez mes parents et si la présence de Toupie ne l'a jamais dérangée, ces deux-là s'ignorant superbement, il n'en était pas de même ni avec sa fille, la guerre ayant été déclarée dès le sevrage deux ans et demi plus tôt, ni surtout avec Melissa, mon chat-sœur, dominante sur son propre territoire, un peu, et acariâtre, beaucoup.
Bref, Bouchon a traversé le jardin pour aller s'installer chez ma tante. Seule. Au calme. On n'a jamais su quelle avait été sa vie avant que je ne la ramasse dans la rue mais, avec le véto, et pour tout un tas de raisons un peu longues à exposer ici, on a longtemps soupçonné que c'était un chat de vieux, un de ceux dont les héritiers ne s'encombrent pas quand Papy ou Mamie casse sa pipe... Pour le coup, chez ma tante, elle retrouvait une vie probablement très proche de celle qui avait été la sienne avant que nos routes ne se croisent. Seule, dorlotée, ayant tous les droits. Reine du pétrole, quoi !

Et puis, il y a deux-trois semaines, ma tante a eu un souci de santé et a dû être hospitalisée. Probablement durablement. Mes parents ont pris le relais quelques jours. Mais j'ai rapidement décidé de rapatrier la Demoiselle en Normandie. Elle retournera auprès de sa maîtresse d'adoption si la santé de celle-ci lui permet de regagner son domicile. Mais, en attendant, il a fallu réapprendre à vivre ensemble.

Lui installer une chambre rien que pour elle, histoire qu'elle se sente en sécurité, et l'y rejoindre pour lire à ses côtés dans l'après-midi.
Jouer les casques bleus pour chats et ménager chacune des membres de ma petite tribu féline afin que la cohabitation se passe au mieux.
Retrouver sa petite démarche claudicante et les drôles de positions qu'elle est obligée de prendre pour dormir du fait de sa patte folle.
M'émerveiller devant son pelage, si doux, les cils si longs qui ourlent son regard et cette jolie perle brune au milieu du vert, juste sous sa pupille gauche.
Lui trouver des tas de points communs avec sa fille, comme par exemple cette manie de jouer comme une folle dans les draps propres.
Savourer à nouveau ses câlins, les étranges bruits qui lui servent de miaulements et ses ronrons qui ressemblent plus à des roucoulades.
La voir faire son numéro de charme avec MariChéri, quand elle grimpe sur ses genoux alors qu'il travaille, ou avec Mademoiselle A. sur le canapé.
Craquer sur cette façon qu'elle a de me mordiller tout doucement la main pour me signifier qu'elle en a marre de mes caresses.
M'étonner de la vitesse à laquelle elle s'adapte et du coup, balayer toutes les craintes qui étaient les miennes.
Avoir mon cœur de mémèràchats comblé : toutes mes petites sont enfin là. Réunies. Avec moi.

*

You May Also Like

10 commentaires

  1. Mon petit coeur fond à cette lecture ❤
    Plein de caresses à tes félines et des tas de bisous à toi!

    RépondreSupprimer
  2. Miaouuu ! quel bonheur de lire ça ! Je t'imagine si bien en casque bleu pour les matous ^^

    RépondreSupprimer
  3. Je ne commente presque jamais mais là, il fallait que je le dise, combien cette histoire me touche, tant j'ai souffert de devoir faire adopter quelques jours après, le petit chat dont ma Poilue ne voulait pas, sur les conseils d'un véto. Je lis tant d'Amour dans ce billet et je ressens tellement ce que tu écris.
    PS :je souhaite un bon rétablissement à ta Tante.

    RépondreSupprimer
  4. Bon courage à ta tante, et ravie de lire tant d'amour de chat dans cet article !

    RépondreSupprimer
  5. parfois difficile la cohabitation, c'est ce qui me freine pour prendre un deuxième chat !

    RépondreSupprimer
  6. Votre billet m'a réchauffé le cœur. Je suis aussi une mémèrauxchats et je sais combien la coexistence est parfois tout sauf pacifique. J'aime tant les états d'âme de ces petites créatures! J'espère que votre tante se porte mieux. J'aime votre blog.

    RépondreSupprimer
  7. Il me semblait bien que j'en voyais 4 d'un coup : voilà l'explication ! chaque chat a son caractère, c'est ce qui fait son charme. Apparemment, elle s'est bien adaptée !

    RépondreSupprimer

Et si tu me laissais un petit mot...?