Jamais assez maigre, journal d'un top model - Victoire Maçon Dauxerre

by - samedi, mai 14, 2016


Quatrième de couverture {spoiler inside, je préfère prévenir, même si ce n'est pas un bouquin à suspense, loin de là} :

À dix-sept ans, en pleines révisions du bac,Victoire fait du shopping à Paris, quand elle est repérée par un chasseur de mannequins. Engagée par l'agence Elite, elle mesure 1,78m et pèse 56 kg. Trop grosse ! Ou pas assez maigre. Elle va perdre 9 kilos en ne mangeant que trois pommes par jour, afin de répondre aux exigences tyranniques des maisons de couture.

En septembre, elle atteint la taille 32, sésame indispensable pour briller lors des castings, et participe avec succès à sa première fashion week à Nex York. Avec Milan et Paris, elle enchaîne vingt-deux défilés pour les plus grands créateurs : Céline, Alexander McQueen, Miu Miu, Vanessa Bruno... Elle entre dans le Top 20 des mannequins les plus demandés.

Mais derrière la soie et les paillettes, Victoire découvre un système inhumain : des adolescentes que l'on prend pour des femmes sont traitées comme des objets. La sélection est impitoyable et la maigreur devient une obsession. Elle est emportée dans la spirale de l'anorexie. Sept mois après ses débuts fracassants, elle fait une tentative de suicide et passe des podiums à l'hôpital.

Un récit sans fard de la vie d'un top model d'aujourd'hui. Un témoignage bouleversant.

***

Mon avis :

La mode est un univers qui ne m'intéresse pas particulièrement, qui ne m'a jamais attirée. À aucun niveau. Je n'aurais donc probablement jamais ouvert ce bouquin si je n'étais tombée un jour sur une interview de son auteur à la télévision : la jeune femme était radieuse et avait visiblement une tête fort bien faite à en juger par ses propos. Et pour cause, Victoire était une étudiante on-ne-peut-plus brillante et préparait, en plus du bac, le concours d'entrée à Sciences Po lorsqu'elle a été repérée par un talent scout. Elle a su me donner envie de découvrir son expérience.

Bien sûr, cet ouvrage ne nous apprend pas grand chose sur la dictature de la minceur qui a cours dans ce milieu, si ce n'est qu'il nous permet de la voir de l'intérieur. Je crois qu'on a tous compris depuis longtemps que les mannequins n'étaient guère que des cintres et que les créateurs souhaitaient les voir disparaître derrière les vêtements qui doivent être les seules vedettes de leurs défilés.
J'avais, je l'avoue, un peu peur que tout le livre tourne autour de ce seul sujet, comme son titre pouvait le laisser entendre. Mais fort heureusement, c'était loin d'être le cas. D'ailleurs, ce qui m'a le plus frappée, c'est la façon dont on traite ces toutes jeunes femmes, sur le plan humain. Ça tient à la fois de l'esclavage et du marché au bestiaux, les personnes qui ont de la considération pour elles se comptent sur les doigts d'une main... Pas de bonjour, parfois même aucun regard, aucun respect des horaires et j'en passe. J'ai véritablement trouvé ça terrifiant et, révélation après révélation, j'ai finalement dévoré ces 265 pages en à peine quelques heures.

Alors bien sûr, je suis ressortie de cette lecture en ayant encore moins envie de m'intéresser à ce monde vraiment particulier. Je pense que Victoire a eu une chance inouïe d'être merveilleusement entourée par sa famille, ses parents, ses deux frères, ses grands-parents. C'est très certainement ce qui lui a permis de sortir de cet enfer en y laissant le moins de plumes possible. Ça n'a hélas pas été le cas pour toutes ces jeunes femmes.

*** Le Samedi, on Lit chez Virginie. ***

*

You May Also Like

2 commentaires

  1. Ce livre doit être intéressant à mettre dans les mains de ceux que ce monde fascine pour bien comprendre les dérives de cet univers basé sur le superficiel...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que tu as raison !
      J'ai trouvé ça d'une violence...

      *

      Supprimer

Et si tu me laissais un petit mot...?