Morning Glory, récap' #8



Une semaine de statuts matinaux sur FB.

***

Lundi 18 novembre

8h56

Y'a des matins comme ça... où c'est juste un immense grand bordel dans ma tête... estime-toi heureux, je te fais grâce de l'état de mon cœur... l'impression qu'ils sont l'un et l'autre bien trop étriqués pour tout ce que j'essaie d'y faire entrer... parfois un peu désespérément comme en ce moment...

J'aurais adoré venir ici deviser sur la notion de rituel. À vrai dire, c'est ce que j'avais prévu de faire. Parce que ça n'a pas l'air comme ça, mais les mots que je dépose ici chaque matin, ils ne sortent pas de nulle part, ils sont sous-tendus par un minimum de réflexion. Bon parfois un strict, facile et minable minimum, mais un minimum quand même.

Bref.

L'idée première était de broder sur l'idée du rituel. Parce que c'est un fait, j'aime bien les rituels, tu sais, les petits trucs qui se répètent comme des repères, les petits trucs que l'on répète comme pour s'y accrocher et ainsi se rassurer et avancer.

Je n'avais juste pas prévu une chose : que le plus précieux, le plus réconfortant, le plus doux de ces rituels aurait justement choisi la nuit dernière pour se faire la malle. Ajoutant ainsi un peu au joyeux bordel en gestation dans ma tête. Joyeux, tu l'auras compris, étant ici chargé de toute l'ironie dont je suis capable, ce qui reste bien moins que certains chez qui elle semble faire office de seconde nature mais pas mal quand même.

C'est ainsi. C'est la vie.

Et hop, une reprise démente pour essayer de gommer toute cette frustration au dégueulasse goût de tristesse.

Ce lundi sera joli.

Promis.

🎶 I fell into that burnin' ring of fire
I went down, down, down
And the flames got higher
And it burns, burns, burns
That ring of fire
The ring of fire
🎶

#labandesondujour -> Eric Burdon & The Animals - Ring of fire (Johnny Cash)

***

Mardi 19 novembre

11h22

Y'a des matins comme ça, oui, je sais, encore, des matins comme ça où rien ne me vient...

Parce que tout est encombré et à la fois tellement évident.
Parce que je ne peux m'empêcher de me dire que #ceuxquisaventsavent.
Parce que peut-être, parfois, il n'y a pas de mots... non... certaines choses savent exister bien au-delà de tout ça...


C'est étrange la façon dont la sérénité survient parfois. Et cette manière, si diamétralement opposée à l'image qu'on peut avoir d'elle, qu'elle a de tout paralyser, de tout nimber d'un voile opaque ascendant sombre mais néanmoins douillet.

C'est étrange, la notion de certitude.
C'est étrange, là où nous emmènent certains imperceptibles glissements.
C'est étrange, la vie et cette façon qu'elle a de nous faire des cadeaux tout en étant capable de les reprendre aussitôt.

Parfois vaut-il peut-être mieux ne surtout pas chercher à comprendre...

Tant que cela ne t'empêche pas de passer un joli mardi !

#labandesondujour -> Beth Hart - Caught out in the rain

***

Mercredi 20 novembre

10h32

Hop hop hop... à l'arrach' ce matin !

Je dois être dans une demi-heure à l'autre bout de Caen, ceux qui sont du coin sauront apprécier le challenge, mon café au lait est encore bien trop chaud pour que je puisse l'avaler dans me brûler la langue, avoue que ce serait dommage, moi, je ne suis toujours pas démaquillée d'hier, et je ne retrouve évidemment pas mes p*tains de clés de voiture.

Tu l'auras compris, je suis lâââârge, Florence Foresti style !!

Alors en guise de Morning Glory et une fois n'est pas coutume, je jette tout ici en vrac. Je te fais une absolue confiance pour ce qui est de tout remettre dans l'ordre. Du moins dans un ordre susceptible d'offrir assez de cohérence pour s'approcher de la réalité. Quand bien même ma réalité n'est pas des plus à l'aise avec l'idée d'être approchée...

Bref.

Au menu ce matin, des restes de rêves, accroche-toi, certains valent leur pesant de... de... enfin, tu vois quoi, encore un peu de la chaleur de la couette, je l'emporterais volontiers avec moi, un voile de dentelle noire, du soleil, si si je t'assure, des tonnes d'envies furieuses au premier rang desquelles celle qu'a mon stylo de courir sur le papier. Et cette chanson que je n'avais finalement pas oubliée.
C'est fou comme, des années après, on peut se laisser aller à la tendresse en repensant à des choses dont on a bien cru sur le moment qu'elles nous briseraient à jamais.

Et que je t'enrobe le tout d'un petit peu de Shakespeare, parce que ça n'a jamais fait de mal à personne.
"We are such stuff as dreams are made on, and our little life is rounded with a sleep."

Passe une belle journée, Toi.

#labandesondujour -> Paul Collins - Flying high

***

Jeudi 21 novembre

5h29

Non, surtout, ne me fais pas remarquer que 5h30, c'est un poil tôt pour se réveiller... parce que figure-toi que ce que moi j'aimerais bien, c'est juste pouvoir m'endormir...

Pour la peine, petit plaisir nocturno-matinal, je te laisse choisir l'adjectif qui convient selon le côté de la barrière où tu te trouves, et égoïste puisqu'il doit en être ainsi, j'ai choisi une chanson qui a tout de la berceuse idéale. Une voix qui a tout de la caresse idéale.

Écoute.
Savoure.
Apprécie.
Moi je vais essayer de dormir enfin.

And if my heart is like paper...

Bref.

#labandesondujour -> Ray Lamontagne - Such a simple thing

***

Vendredi 22 novembre

12h10

Hello You !

T'en veux, une sacrée nouvelle...?!?

Note pour toi-même : tu peux toujours essayer de répondre non, tu l'auras quand même !!

J'ai dormi.
Dormi une vraie nuit. Normale. Juste un léger sursaut autour de 4h07, léger étant ici chargé de bien plus que sa signification anodine ne peut le laisser entendre mais c'est là un autre débat.

Bref.

À part ce frisson de 4h07, rien d'autre qu'un bon gros sommeil paisible et réparateur.

Au passage, que ceux qui s'inquiètent pour mon sommeil ne s'inquiètent pas tant que ça. Parce que, quand j'utilise le terme insomnie, ce n'est pas super conforme à la réalité : en fait je vis la nuit. Et mon souci, au final, ne provient que du fait que pendant ce temps-là, la terre continue de tourner et que mes obligations diurnes n'en disparaissent pas pour autant.

Toujours est-il que cette nuit, j'ai tellement bien dormi que je me retrouve en train de rédiger ces quelques lignes sur un parking entre deux rendez-vous tout en dérogeant à ma règle première concernant les Morning Glories : ne jamais publier quand ce n'est plus le morning. Basique, simple.

Faut croire qu'il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis.

Maintenant, on peut toujours prendre les paris : vais-je ou non arriver à caser tout ce que je souhaiterais caser dans la suite de cette journée...?

Non... ne dis rien...!

TGIF 🤣🤣

#labandesondujour -> Steve King - Satan is her name

***

Samedi 23 novembre

5h58

Mardi dernier, à mon atelier d'écriture, nous avons travaillé sur une notion qui m'est chère, celle de frontière. À entendre bien évidemment au sens très large du terme et c'est d'ailleurs ce qui a rendu l'exercice absolument passionnant.

Tu me connais, quand 80% de mes petits camarades ont choisi de nous parler de migrants, il faut dire qu'on est particulièrement concernés dans la région, et bien moi, j'ai opté pour une toute autre idée : la frontière psychologique.

Je sais. Je ne fais jamais rien comme les autres. Et tu sais ce qu'il y a de bien ? C'est qu'avec le temps, je l'assume totalement. Suis même à deux doigts d'en être fière, c'est te dire !

Donc mardi soir, j'ai écrit sur ces barrières qui nous enferment, sur ces blocages qui nous tétanisent, sur nos paralysies et nos peurs... et c'était bien.
Ça m'a aussi amenée à penser à des questions que je me suis moi-même beaucoup posées.

Pourquoi t'as peur ?
De quoi t'as peur ?
Tu sais que si tu n'essaies pas, tu ne sauras pas ?
Et si ça ne marche pas, est-ce vraiment si grave que ça ?

Bien avant d'y trouver des réponses, ces questions m'ont fait grandir, m'ont aidée à avancer juste parce que j'ai su prendre le temps de me les poser. Les réponses, elles, elles sont venues un peu comme une cerise confite bien moelleuse, bien luisante viendrait poser ses petites fesses joufflues sur un épais lit de chantilly bien ferme on top of a cake... je pense que t'as saisi l'image ! 😜

Alors j'espère que si tu te sens coincé(e), tu te sens néanmoins prêt(e) à te les poser, ces questions. Elles ne te changeront peut-être pas la vie mais je n'ai aucun doute, elles ont la valeur de clés.

Et que ton samedi soit joli...

#labandesondujour -> Macy Gray - I try

***

Dimanche 24 novembre

9h40

Bonjour bonjour !!

Je préfère te prévenir, ça va être dense, ça risque aussi de partir un peu dans tous les sens et tu sais quoi ? J'adore les dimanches qui commencent comme ça !!!

Hier dans la journée, grise et pluvieuse, comme un samedi de novembre en Normandie, je me suis surprise à penser à un truc tout simple, que j'adore mais que je n'ai pas : un bon feu de cheminée.

C'est pas l'image parfaite du bonheur simple, un moment au coin du feu ?!
Si si, je t'assure... ferme les yeux... laisse-toi aller...

Tu la sens, la douce chaleur qui t'enveloppe et te fait monter le rouge aux joues...?
Tu la sens, cette envie furieuse de te mettre à ronronner, tout alangui que tu es sur ton canapé ou mieux, sur ta peau de bête...?
Tu la sens, la vague irrésolue de torpeur et de bien-être, tellement puissante que seulement tenter d'y résister te pomperait toute ton énergie...?
Tu les sens, la caresse brûlante et son cortège d'idées incandescentes...?

Si. Déconne pas. Je suis sûre que tu le sens, tout ça.

*soupir*

Et... dis... pour la peine... tu remettrais pas une bûche dans la cheminée, Bébé...?!?

😜

Note pour toi-même : sur un plan musical, quand bien même l'idée du feu de forêt est discutable, je me suis dit que je ne pouvais décemment pas t'imposer du Johnny Hallyday au réveil. M'en voudrais de te pourrir ton repos dominical ! Et puis bon, Lloyd Cole, c'est un peu toute ma jeunesse alors j'ai pas pu lui résister bien longtemps.

Note pour toi-même 2 : finalement, c'est pas tant parti dans tous les sens que ça !!

Note pour toi-même 3 : cheminée ou pas, passe un très bon dimanche.

#labandesondujour -> Lloyd Cole and the Commotions - Forest fire

*

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Rassurez-moi, vous dites bonjour à vos voisins, vous...???

Oh purée... Eric Forrester va mourir...