Articles

Affichage des articles du juillet, 2017

#jesuisunetatiequidéchire, mode d'emploi

Image
Comme je l'ai évoqué hier , les vacances de mon niéçou en Normandie se sont achevées en fin de semaine dernière. Deux semaines au top, remplies de rire, de complicité et de chouettes moments. Je ne remercierai jamais assez ma sœur et mon beau-frère de nous permettre de partager autant de temps ensemble, c'est le plus inestimable des cadeaux pour la tatie-gâteau que je suis. Ces deux semaines m'ont tenue éloignée de mon ordinateur, mais j'ai quand même pris le temps de partager quelques moments avec vous, via Instagram notamment. Des photos marquées du très modeste hashtag #jesuisunetatiequidéchire ... Cela dit, de l'avis de la principale intéressée, ça n'est pas tout à fait faux. Et j'aime autant te dire que, sur ce coup-là, le roi n'est pas mon cousin !!! Voilà pourquoi je partage aujourd'hui avec toi quelques unes des astuces qui me permettent d'atteindre ce degré de performance en tant que tante. À consommer et à utiliser sans a

Mon Année Bonheur #28 {Une semaine entre filles} et #29 {Un joli coup de cœur beauté}

Image
Les vacances de mon niéçou en Normandie se sont achevées vendredi dans la soirée... Et comme à chaque fois, elles ont eu pour moi et pour le blog valeur de faille spatio-temporelle. Me revoici donc. Doucement. Avec mes bonheurs des deux semaines passées. *** Une semaine entre filles MariChéri s'est envolé pour le Maroc (pour le travail) dès le dimanche 16 juillet. Nous nous sommes donc retrouvées toutes les deux , mon niéçou et moi-même, à vivre notre vie, avec les chattes, et parfois Mademoiselle A. de passage à la maison. Des grasses matinées et des petits-déjeuners sur mesure, des battles de Wii endiablées, des virées à droite à gauche, toujours dans la bonne humeur, des bons gueuletons, une glace devant le soleil qui se couche dans la mer, une après-midi à la plage qui s'est terminée sous la pluie et dans les embouteillages sur la route du retour, de l'escalade, et des fous rires mémorables dans les magasins, des câlins à n'en plus finir, des jeu

Samedi en musique #71... A walk - Mélie Fraisse

Image
Une jolie découverte électro-pop , ou pop-électro, c'est comme tu préfères, que je partage avec toi aujourd'hui. Tardivement, oui, je sais. C'est que j'avais un replay de Fort Boyard à regarder, moi, ce soir... te dira la tatie-gâteau qui sommeille en moi. Bref, j'ai encore fait une bien belle découverte. Son nom, c'est Mélie Fraisse , son premier EP est disponible en digital depuis le 7 juillet dernier et moi, j'aime beaucoup. Mélie Fraisse, c'est un Premier Prix de violon , puis un diplôme d' ingénieur du son obtenu au CNSM de Paris, la menant en douceur de l'univers de la musique classique à celui des musiques que l'on appelle actuelles pour lequel elle nourrit désormais une fascination qui semble sans limites. Ses influences sont des plus variées, allant de Pink Floyd à Prokofiev, en passant par Beth Gibbons, J.S. Bach ou The Doors... Mélie Fraisse aime la chanson pop. Pop comme dans "populaire", celle que l'o

Mon Année Bonheur #27 {Cabourg en coup de vent}

Image
Le bonheur tient parfois à peu de chose... Un trajet de vingt minutes en voiture, une place de stationnement gratuite trouvée presque sans la chercher et à seulement deux pas de mon lieu de destination, comme un air de vacances déjà en place dans cette jolie station balnéaire, franchir la porte du casino pour la toute première fois et surtout, surtout, surtout, une très jolie rencontre. De celles que l'on a fortement attendues, parfois ratées et mille fois vécues en rêve. Mardi, je suis allée à Cabourg à l'occasion de Lire à Balbec , le salon du livre local. Et j'y ai (enfin !) rencontré Clarisse . C'est elle qui a compté : cela fait bien six ans que nous échangeons sur les réseaux sociaux, chacune depuis notre bout de la France. Et si elle a eu l'occasion de venir plusieurs fois à Cabourg, notamment pour recevoir le Prix du Livre Romantique qui lui a été décerné pour son premier roman, Les lettres de Rose , c'était toujours très en coup de vent, p

Samedi en musique #70... Le temps d'une nuit - Vincha feat. Alma

Image
Pas super présente par ici ces derniers jours... Les contingences de la vraie vie, les histoire de clavier récalcitrant le-retour-de-la-revanche, toussa toussa... J'essaie de trouver un semblant d'organisation mais pour l'instant, force est de constater que mes méthodes semblent faire chou blanc. Pas grave, je m'accroche quand même. Fort heureusement, j'ai toujours le temps d'écouter de la musique, et de découvrir de nouveaux artistes. Aujourd'hui, je te présente Vincha , Vincent Brion à la ville, "le rappeur le moins hardcore du 93". Je ne m'en suis jamais cachée, le rap est loin d'être mon style de musique favori. Mais le rap de Vincha est un peu à part. D'abord parce qu'il se marie avec la chanson française : les textes sont soignés, servis par des mots justes et chaque chanson t'embarque dans une petite histoire. Ces histoires sont tour à tour drôles, désabusées, remplies d'émotion et j'en pas

En vrac #161

Image
✔︎ Alleluia, MariChéri a trouvé un moyen pour que je puisse enfin bloguer sinon correctement, du moins d'une façon la plus acceptable possible... Ça tiendra ce que ça tiendra mais je dois t'avouer que je ne boude pas mon plaisir. Même si taper sur un clavier de PC sur lequel les touches réagissent comme sur celui d'un Mac me perturbe quelque peu. Quand j'aurai définitivement capté que pour obtenir un point d'exclamation, je dois en fait taper un underscore , ça ira à peu près...! ✔︎ Des années que nous sommes en contact virtuellement, que nous communiquons avec plus ou moins d'assiduité, des années que j'admire son courage et aujourd'hui, sa réussite... Elle est arrivée en Normandie cet après-midi et demain, nous nous rencontrons enfin ! Je suis partagée entre l'envie qu'il y ait beaucoup de monde à ce salon du livre et qu'elle ait des dizaines et des dizaines de signatures à faire, et l'idée qu'elle ait un peu de

Mon Année Bonheur #26 {Une journée à Nantes}

Image
La Terre où les arbres rêvent, Laurent Pernot - Place Royale, Nantes Il ne t'aura pas échappé que MariChéri est souvent sur la route pour son boulot. C'est ainsi, ça nous convient à tous les deux même si je dois bien reconnaître que parfois, ses absences tombent mal. Juin a été particulièrement "compliqué", puisque j'ai bien dû passer une vingtaine de jours seule à la maison. Alors parfois, quand son planning lui en offre la possibilité, il me glisse dans son coffre et m'emmène avec lui. On ne va pas se mentir, c'est rarissime. Et puis, l'air de rien, j'ai aussi quelques impératifs ici. Mais cette semaine, Nantes m'a tendu les bras ! Tu me diras, mais pourquoi donc partir avec lui si, une fois là-bas je ne peux profiter de rien en sa compagnie ? Je comprends. Et c'est vrai qu'entre ses rendez-vous professionnels et ses repas d'affaire, il ne lui reste guère que la nuit et le petit-déjeuner à passer avec moi. Et bie

Samedi en musique #69... Cold little heart - Michael Kiwanuka

Image
Dernier artiste de la programmation de Beauregard 2017 que je te fais découvrir aujourd'hui. Oui, j'ai décidé de mettre prématurément fin à ces mises en avant unilatéralement avec moi-même, un peu aussi avec la complicité du clavier de Monsieur Mac et de deux-trois autres bricoles dont je ne parlerai pas ici. Je compte sur toi et ta curiosité naturelle pour aller jeter un œil au site du festival si tu souhaites en découvrir encore plus. Michael Kiwanuka est né au nord de Londres en mai 1987. Ses parents, ougandais, se sont installés en Angleterre afin de fuir le régime d'Idi Amin Dada. Très tôt, il se montre attiré par la musique. Le rock tout d'abord, il écoute notamment Nirvana et Radiohead, puis ses goûts s'ouvrent au jazz et à la soul. Musicien doué, il suit les cours de l'Académie Royale de Musique. Tout d'abord guitariste auprès d'autres artistes, il est repéré, rapidement signé par un label et assigné aux premières parties d

Le son de Beauregard #3... Panama - MPL (Ma Pauvre Lucette)

Image
Ma Pauvre Lucette est né en 2012, suite au décès de Lucette, une amie commune à plusieurs des membres du groupe. Ils se réunissent et commencent à bidouiller des morceaux dans leurs caves, dans leurs greniers. Chaque création est le prétexte à la réalisation d'un clip, le plus souvent à base d'humour noir et de chorégraphie improbable... Tout ce que j'aime, tu le sais ! Et ça fonctionne, probablement au-delà de leurs espérances puisqu'ils reçoivent le Prix Claude Nougaro dès l'année de leur formation. Très axés chanson française à leurs débuts, ils s'ouvrent alors à bien d'autres genres musicaux, comme la pop et le rap. Mais tout en conservant ce qui apparaît comme leur marque de fabrique : des textes ciselés. Un véritable bonheur pour qui aime la belle langue qui est la nôtre.   Leur univers est aussi riche que barré, les mélodies sont simples et efficaces, c'est joli de vivre le deuil comme ça... MPL (Ma Pauvre Lu

Le son de Beauregard #2... Love's a stranger - Warhaus

Image
Continuons à découvrir ensemble la programmation de Beauregard 2017. Après Møme hier soir, j'ai choisi aujourd'hui de te présenter Warhaus . Il s'agit d'un projet mené en parallèle par Maarten Devoldere , le chanteur flamand du groupe belge Balthazar . Simplement une envie d'évoluer en solo et de sortir un peu des sentiers qu'il battait avec son groupe. Un soupçon d'esprit sixties, de l'exotisme et une nonchalance toute  gainsbourienne , ça, c'est pour l'inspiration. Gainsbourg qu'il cite d'ailleurs volontiers, aux côtés de Leonard Cohen, Lou Reed ou encore Bob Dylan. Musicalement, il ne craint pas la contradiction, bien au contraire, elle le nourrit, et il balaie avec son premier album cinquante ans d'histoire de la musique. We fucked a flame into being doit son titre à une citation extraite de L'Amant de Lady Chatterley , le roman de D.H. Lawrence, sulfureux à sa sortie. Un titre fort bien trouvé qui dit bie

Le son de Beauregard #1... Why is it - Møme feat. Merryn Jeann

Image
Comme je te l'ai promis lundi , je reviens en musique afin de te faire découvrir quelques uns des artistes faisant partie de la programmation de Beauregard cette année. Ceux qui m'ont tapé dans l'œil l'oreille en fait. On commence aujourd'hui avec Møme . Jérémy Souillart de son vrai nom est originaire de Nice. Il y a appris le piano au conservatoire, puis a décidé de jouer de la guitare dans un groupe éminemment rock. Au fil du temps, les machines, les logiciels et les synthés prennent une part de plus en plus importante dans le travail de composition qu'il effectue pour ce groupe. Ce sont les fondements de Møme. S'ensuit alors un interlude en Australie , sur la côte est, où il surfe, produit et compose dans son van transformé en home-studio, savoure les grands espaces, fait de multiples rencontres qui viennent nourrir son inspiration. Du rock, il est passé à la chillwave . Avec succès comme en témoignent Eclipse , Cosmopolitan et Aloha , s

En juin, j'ai lu et adoré...

Image
J'avais initialement prévu de venir te parler de mes dernières lectures hier. Et un imprévu, plutôt joli, tu le sais si tu me suis sur IG , est venu quelque peu chambouler ces plans. Parce que, oui, on ne se refait pas, au bout de plus de dix ans de blogouillage, je continue de bouder la programmation des billets. Disons que je ne l'utilise pas autant que je le pourrais. Mais ça ne me ressemble tellement pas que je n'arrive pas à mettre un semblant d'organisation en place à ce sujet... Qu'à cela ne tienne, si toi, lecteur/trice, est prêt(e) à t'accommoder du rythme quelque peu erratique de mes publications, c'est bien là l'essentiel ! Trêve de bla-bla, voici les quatre bouquins qui m'ont le plus plu en juin , sur les seulement huit que j'ai lus... * Ma part de Gaulois - Magyd Cherfi Magyd Cherfi , son nom écrit comme çe ne te dit peut-être rien mais tu l'as forcément déjà entendu, lui. Il s'agit en effet du chanteu

Mes plaisirs de juin

Image
* ✔︎ P2N17 ... Encore une édition au top ! Et même si nous n'y avons passé qu'une soirée, le vendredi en l'occurrence, je trouve toujours autant de charme à ce festival hétéroclite, bon enfant et à dimension humaine. Nous avons slalomé entre les averses, la photo que j'ai choisie ne le montre pas, mais la soirée a été excellente. Point d'orgue : le grand retour de Matmatah . Juste l'impression de me retrouver vingt ans en arrière, p*tain qu'est-ce que c'était bon !!!  ✔︎ Un excellent week-end à Bagnoles-de-l'Orne . C'était à l'occasion de la fête des plantes organisée chaque année dans le parc du château-hôtel de ville de la commune. Nous nous sommes vraiment régalés. Tout d'abord parce que ça m'a permis de revenir dans cette ville où je n'avais pas mis les pieds depuis... 46 ans ! Oui parce que figure-toi que c'est le premier endroit où mes parents m'ont emmenée après ma naissance, pour rendre visite

Dernière ligne droite avant Beauregard...

Image
Le temps passe super vite et nous voici déjà arrivés en juillet. Et qui dit juillet, les amateurs de musique du coin le savent bien, qui dit juillet dit Festival de Beauregard . La neuvième édition a lieu le week-end prochain et elle promet une fois de plus des moments incroyables. Si tu ne connais pas ce festival, sache qu'il s'agit du plus important du Calvados et même de Normandie en terme de fréquentation. Il se tient dans un lieu d'exception : le domaine de Beauregard, un magnifique parc arboré situé au pied d'un château, à même pas un kilomètre de chez moi  mi-chemin entre Caen et la mer. Pendant trois jours, un peu plus maintenant qu'il y a un before mais je ne vais pas commencer à t'embrouiller... bref, pendant trois jours, musique, fête et bonne ambiance sont au rendez-vous. Une programmation éclectique, c'est ce qui fait le charme de Beauregard. Trente artistes  sont au programme cette année. L'affiche parle d'ell

Mon Année Bonheur #25 {Retrouver une amie}

Image
Parfois, sans qu'on le veuille, on a beau s'aimer très fort, il arrive que la vie nous sépare . La distance, les circonstances, la vie tout simplement... Autant de raisons qui peuvent sembler anodines, qui le sont en fait. Mais le temps qui passe et les contraintes du quotidien font leur œuvre, insidieusement. Et puis le petit silence de quelques jours "fête" sa première semaine, puis sa deuxième... Un jour, le silence affiche plusieurs mois au compteur. Des mois sans paroles échangées mais pas sans pensées. Presque tous les soirs, au moment de s'endormir. La nuit, dans les rêves. À chaque fois qu'on croise un truc pour lequel on a (je ne peux me résoudre à écrire "avait") un intérêt commun : de jolies fleurs, un auteur de romans noirs, un air de musique, des paysages époustouflants, des beaux mecs sur IG, bah oui, avec mes copines, je regarde aussi les beaux mecs sur IG ! 😉 Des mois à me dire, au coucher : "Demain, je lui écris u