Jaune Caravage - Gilda Piersanti

by - mardi, mai 25, 2010


Rome, 2006. La Nuit Blanche fait place à l'aurore. Les bruits de la fête se sont évanouis. pour Eva aussi, la fête est finie : sur les bords du Tibre gît l'adolescente, fauchée au printemps de sa vie, un matin d'automne romain.
Arrachée au plus bel âge de la vie, vraiment ?
Mariella De Luca en doute fort : au fur et à mesure de son enquête, l'inspecteur principal prend conscience des errements d'une génération déboussolée. Cellules familiales éclatées, sexe, drogues, trahisons, fascinations gothiques pour la mort... La jeunesse italienne n'est pas en reste de blessures, de perversités. Victimes et bourreaux s'échangent souvent les masques - et si la vie est un jeu, le crime, lui, ne connaît pas de gagnant...

"Une écriture précise, qui frappe droit au but, mais sans sècheresse, qui n'esquive aucun détail sanglant mais contourne le sordide avec élégance." M.P. - Les Échos

***
Après Rouge abattoir, Vert Palatino et Bleu catacombes, voici enfin le quatrième et dernier volet des Saisons Meurtrières de Gilda Piersanti sorti en poche !
J'avais littéralement dévoré les trois premier sur un seul week-end, j'attendais donc la suite et la fin avec une grande impatience...
Peut-être trop grande me direz-vous parce que, du coup, je l'ai trouvée un peu fade, pas assez fouillée, presque superficielle... :-(

Pour l'aspect "polar", c'est une fois de plus une réussite, je ne peux pas dire le contraire.
L'ambiance est malsaine à souhait, l'intrigue super bien ficelée, Rome comme à son habitude est un personnage à part entière du roman... Tout ça, c'est OK !

Ce que j'ai moins aimé, c'est la façon dont est traité le "fil rouge" de cette tétralogie, à savoir les relations entre Mariella De Luca et la famille de son patron...
J'en attendais beaucoup, l'auteur avait réussi dans les premiers tomes à créer un véritable suspense quant au mystère du fils disparu. Suspense qui a, semble-t-il, été complètement laissé de côté cette fois-ci.
Vraiment dommage, il y avait probablement mieux à faire.

Il reste que cette série est vraiment très bonne, à conseiller et à consommer sans modération !

*

You May Also Like

0 commentaires

Et si tu me laissais un petit mot...?