De l'art d'être marâtre

by - mardi, décembre 14, 2010


Avant toute chose, et surtout avant de rentrer dans le vif du sujet, il y a une chose que je voudrais absolument "dépoussiérer" : y'en a marre de toutes les c*nneries auxquelles veulent nous faire croire les contes de fées !
Une marâtre n'est pas une vilaine-mauvaise-affreuse-méchante belle-mère... Non !
Marâtre, étymologiquement, ça ne signifie rien d'autre que "deuxième femme du père". Et c'est ce que je m'applique à être au quotidien. Ni plus, ni moins.

Parce que, si j'ai brillamment passé mon double diplôme de tatie-marraine, celui-là, je n'y étais pas préparée, n'ayant même pas la chance d'être Maman...
Alors, je tâtonne, je fais ce que je peux, sans jamais baisser les bras devant l'échec parce que, oui, dans ce domaine-là, ça existe aussi. Cent fois sur le métier je remets l'ouvrage et j'ai aujourd'hui atteint un certain niveau de qualification, dont je ne suis pas mécontente, je le reconnais.

Pour être une "bonne" marâtre, il faut :
- avoir la volonté d'apprendre à les connaître, à identifier leurs goûts, leurs habitudes, leurs qualités et défauts
- comprendre qu'ils étaient là bien avant vous dans le cœur de leur Papa et que leur place y est unique et incompressible
- savoir garder la porte ouverte pour eux
- toujours se refuser à dire du mal de leur mère même si, parfois, on a bien de la peine à résister, mais là, on aborde un autre sujet !
-  écouter, conseiller, tout en se souvenant qu'on a eu leur âge
- se rappeler qu'à une époque, on n'a été pas trop mauvaise à l'école et proposer de les aider
- prendre du temps pour parler cinéma avec l'un, jeux-vidéo avec un autre et maquillage avec la petite dernière
- les gâter, tant que faire se peut, mais ne pas les pourrir
- toujours faire bloc avec leur père, même dans les moments difficiles
- leur accorder du temps, partager des moments avec eux, cuisine, shopping, ou juste une discussion
...

Mais aussi...
- rester calme quand vous découvrez que les quinze canettes de sodas que vous venez d'acheter ont disparu en un week-end, et ce, sans que vous n'en ayez avalé la moindre goutte
- ne pas s'étonner quand, après avoir refusé de dîner avec vous et vos invités, après avoir passé la soirée enfermé dans leur chambre, sous prétexte qu'un horrible mal de ventre les tiraille, vous les trouvez à quatre heures du matin dans la cuisine en train de dévorer tout ce qui leur tombe sous la main
- supporter tout au long du week-end les voix nasillardes des Simpson dans votre salon
- apprendre à imposer vos propres règles... Ici, on porte des chaussons, on n'envoie pas de textos pendant le repas, d'ailleurs, on ne garde pas son téléphone sur soi à table, on débarrasse sa table... Ce qui n'était pas évident quand l'aventure a commencé !
- ne jamais s'étonner quand, à peine votre lessive propre suspendue, on vous apporte un jean et une paire de chaussettes à laver
- découvrir à votre retour de vacances que la console de jeux que vous venez de vous acheter n'est ni à sa place, ni nulle part ailleurs dans la maison, découvrir qu'elle a été "abandonnée" chez un copain, à dix kilomètres de chez vous et, malgré l'envie, ne pas parvenir à vous fâcher tout à fait
- savoir dire "non" sans pour autant passer pour un monstre
- accepter de rabâcher sans s'énerver : "Baisse le son de la télé, remets le plaid correctement sur le canapé, arrête de traiter le chat de "r*clure", range ta chambre, ne jure pas comme un charretier, parle à ta sœur poliment..." et encore, ce n'est là qu'un échantillon !
- vous retenir en permanence d'exploser devant tout ce qu'ils font, que vous ne comprenez et surtout ne cautionnez pas : abandonner les études, sortir sans manteau par -10°, partir à l'école sans s'être douché
- supporter les coups de fil à deux heures du mat' sous prétexte qu'ils ont finalement décidé de ne pas dormir chez le copain avec qui ils ont passé la soirée et que ce serait sympa si vous pouviez venir les chercher
- prendre des cours accélérés de diplomatie et ainsi arriver à leur faire faire tout ce que vous voudrez, ou au pire enfiler votre casque bleu quand la situation dégénère
...

Il n'a pas de cours pour ça, pas plus que de méthode miracle.
Ça vient tranquillement, au fil du temps. Pour certaines choses parfois même naturellement.
J'aime leur père, je ne me suis donc jamais posé de question à leur sujet.
Je peux juste dire que, passer du stade "sans enfants", au stade "belle-mère de trois ados", ça a été un énorme changement dans ma vie.
Que je ressens encore plus maintenant que je suis tout le temps à Caen et que je les vois donc plus souvent.

Ce qui est "étrange", c'est cette façon que j'ai de ressentir leurs peines, leurs difficultés.
Que j'ai d'avoir mal quand l'un d'eux a mal.
Et ma fierté devant un bon carnet de notes, une médaille en compétition, un diplôme brillamment décroché.
Ce sont probablement les émotions de leur père qui m'atteignent ainsi, aussi intimement.

Et dans le même temps, quand, au moment de se coucher, on se glisse dans votre chambre pour venir vous embrasser et qu'on en ressort en vous disant "Je t'aime"... Comment voulez-vous ne pas craquer...?!?...
Comment ne pas vous dire qu'en tant que marâtre, vous êtes plutôt du genre à assurer...?!?...

*** Illustration, vous vous en serrez doutés, "empruntée" à Mister Walt et trouvée sur internet. ***

*

You May Also Like

13 commentaires

  1. ..... :o)

    Il est terriblement, profondément touchant, ton billet.....

    Et tu sais quoi ? J'vais t'dire un tit secret : tout c'que tu décris là, ce n'est ni plus ni moins que tout ce que doit faire une maman !!! ;o)

    Il est beau..... vraiment beau, ton billet !!!
    Je suis persuadée, à te lire, que tu es effectivement pour eux une merveilleuse deuxième maman ! ;o)

    RépondreSupprimer
  2. Très chouette billet, très drôle et très touchant.

    En effet cela ne doit pas être facile tous les jours, vivre avec des ados en général alors avec trois en étant belle maman, tu devrais recevoir la médaille de l'adaptation!!
    Un temps, j'ai été maratre de deux petites filles et ce n'était pas facile tous les jours! mais quels doux sentiments (quand même)...

    Je t'embrasse belle maman :)

    RépondreSupprimer
  3. ben, c'est ta famille, quoi ... ;)

    RépondreSupprimer
  4. rien que des problèmes d'ados standard... la difficulté est de ne pas les avoir "pris" dès les début. Bravo en tout cas de parvenir à cette forme de philosophie.

    RépondreSupprimer
  5. je le trouve très touchant ton billet tu devrais leur faire lire mais je ne sais si c'est possible parce que je trouve que c'est une belle façon de leur dire que tu les aimes, c'est évident !!!

    RépondreSupprimer
  6. Et oui.....humour et sensibilité....voilà pourquoi j'aime tant me balader sur ton blog quotidiennement ! Le ton y est tellement agréable ! Mais il n'y pas que la forme ! Le fond est tout aussi agréable !
    C'est vrai que tout ce que tu as écrit dans ce billet, c'est "ni plu ni moins" tout ce qu'une maman doit faire au quotidien. Il n'empèche que tu en as d'autant plus de mérite car tu n'es pas leur maman. Et j'avoue que je ne sais pas si je serais capable d'être aussi "cool" dans ta situation... J'ai déjà bien du mal à garder mon sang froid avec ma fille ado et mon fils pré-ado....
    Alors, je t'adresse toutes mes félicitations et tu mérites bien le super diplôme de la meilleure des "belle-maman" (il faut reconnaitre que "marâtre" a une sonorité moins agréable...) J'espère qu'ils savent tous les 3 combien ils ont de la chance. En tout cas, leur papa a l'air de le savoir !!!!
    Encore bravo à toi ! et merci pour ce magnifique billet !
    Bisous

    RépondreSupprimer
  7. J'avoue que j'espère que L'Hommme (oui avec un grand H) avec qui je ferai ma vie n'aura pas d'enfants, ça me ferait un peu peur de me lancer dans l'aventure. Tu a cependant l'air de t'en sortir haut la main

    RépondreSupprimer
  8. Tu es une sainte, j'ai déjà du mal à supporter mes enfants alors ceux des autres... (oui, je sais : ce que je viens de dire est horrible !)

    RépondreSupprimer
  9. perso, je ne pense pas que j'aurais pu, malgré tout l'amour que je pourrais porter à un homme, vivre avec ses enfants alors que je n'en veux pas, ça me paraitrait invivable. mais tu as l'air de les aimer ces 3 monstres, alors c'est pour le mieux!

    RépondreSupprimer
  10. @ Lelongdelaroute --> Tu sais que c'est bon de te retrouver ici... ;-) !
    C'est bien alors s'ils contribuent à m'entraîner au rôle de Maman !

    @ Alice --> Comme on dit, c'est du sport !!! Mais j'ai passé le stade du découragement et, outre le fait que j'ai réussi à trouver ma place, j'ai aussi su m'imposer. En douceur !

    @ Ptisa --> Il semblerait, oui :-D !


    @ BBflo --> Je me doute, mais quand on n'a pas le moindre point de repère en la matière, la tache paraît parfois ardue !!!

    @ Voyelle --> C'est très doux, ce que tu me dis, je ne sais pas s'ils liront ce billet, je ne sais pas si ça les intéresse, à vrai dire, tout du moins pour les garçons... Quant au fait que je les aime, ils le savent !!!

    @ Sandy --> Très très touchée par tes mots !
    La situation avec eux est d'autant plus appréciable aujourd'hui qu'ils ont su se faire leur idée sur moi par eux-même, malgré toutes les s*loperies que leur mère a pu dire sur moi, ou même faire...!
    Mais, si ça peut te rassurer, il y a des jours où je les jetterais tous les trois par la fenêtre :-D !!!

    @ Mlle Toutouille --> Je pensais comme toi au début, mais, le temps passant... Et puis, statistiquement, je n'ai plus 20 ans ;-), j'avais donc pas mal de chances de tomber sur quelqu'un qui avait déjà eu une vie avant...

    @ Leoetlisa --> J'aime bien quand tu dis des horreurs !!! Je te préfère "mère indigne" que politiquement correcte !

    @ Annick --> Effectivement, pour quelqu'un qui ne souhaite pas avoir d'enfant, ça devient carrément différent, comme situation :-S ...!

    Un grand merci à toutes pour votre présence ou vos mots.

    PS : Petite précision du père-poule : la console n'avait pas été "abandonnée", l'auteur du méfait était resté avec elle... Je corrige car ça avait l'air d'être important pour lui :-D !!!

    *

    RépondreSupprimer
  11. Tu as l'air malgré tout d'avoir trouvé un équilibre avec tes 3 ados et j'imagine, pour en avoir déjà un et une 2ème bientôt, que ça ne doit pas être rose tous les jours.

    Est ce que tu connais le blog de la marâtre joyeuse? Elle vient d'avoir un bébé à elle, avec deux beaux-fils encore petits et elle en parle très bien.

    http://maratrejoyeuse.wordpress.com/

    Bon courage et reste zen ;-)

    RépondreSupprimer
  12. je dirai juste que je ne suis pas surprise de ce billet...c'est tout simplement toi ma lilly...
    je t'embrasse très fort sans oublier petit C bien et ses 3 ados !
    bisousssss!

    RépondreSupprimer
  13. oohh c'est incroyablement touchant, c'est foncièrement des plus admirables. tu as tant à partager! Tu m'étonnes, tu doit être génial comme marâtre! ce billet est un si beau témoignage d'amour ;-) plein de bisoux

    RépondreSupprimer

Et si tu me laissais un petit mot...?