L'avortement n'est pas un moyen de contraception.

by - mercredi, mai 18, 2011


Bah voilà, j'aurais pas dû allumer la télé pour bouffer du DSK au journal de 13 heures. J'aurais surtout dû l'éteindre au plus vite avant de me retrouver devant l'émission à la c*n du début d'après-midi. Mais si, tu sais, celle qui est présentée par Sophie Davant, la blonde la plus blonde du paf, que parfois tu te demandes si elle comprend tout ce qu'elle dit...

Bref, je suis atterrée de découvrir qu'en 2011, on peut encore entendre dans la bouche d'une adolescente un truc aussi énorme que : "Je me disais que, de toute façon, si je tombais enceinte, ça ne serait pas très grave, je pourrais toujours avorter."... Non non, tu ne rêves pas, y'a encore des gamines qui, en France, de nos jours, comptent sur un IVG pour réparer les conneries que leur inconscience les a amenées à faire. C'est à la fois inconcevable et affolant.
Quelle crasse peut-il donc y avoir dans certains esprits pour qu'ils ne soient pas choqués par de telles idées...??? Dans quel monde grandissent "nos" enfants pour qu'ils ne soient à ce point au courant de rien...??? Comment peut-on seulement imaginer que cette solution radicale et violente soit acceptable...???

Bien évidemment, l'avortement, je suis pour. Enfin, je t'assène ça, là, comme ça, mais le propos mériterait largement d'être nuancé. Il existe des tas de circonstances, tout à fait légitimes, dans lesquelles on ne peut obliger une femme à garder la vie qui grandit en elle.
Mais jamais, ô grand jamais, on ne doit envisager l'IVG comme un moyen de contraception...

Celles qui font ça, celles qui pensent ça, j'ai envie de les secouer... De leur expliquer que, faire un enfant, ce n'est pas un hasard, encore moins un caprice. De leur rappeler qu'on a une chance inouïe de vivre à l'époque à laquelle on vit, et qu'il existe mille et une façon de se protéger. De leur faire comprendre que oui, parfois, les vieux proverbes ont du bon, parce que c'est vrai, "mieux vaut prévenir que guérir"...

Parce que moi, c'est dans la douleur et bien contre mon gré qu'il m'a fallu renoncer à mon rêve d'enfant.
Parce que, la dernière fois que je me suis allongée pour une échographie chez mon gynéco, c'était pour confirmer que j'étais bien en train de faire une fausse couche.
Parce qu'il m'a fallu cacher mes larmes dans une salle d'attente pendant de trop longues minutes, coincée entre une famille heureuse car venue découvrir le sexe du bébé tant attendu et une maman énorme (car probablement à terme) au sourire "ravi de la crèche".
Parce qu'aujourd'hui, mois après mois, je ne peux que constater que la vie refuse de s'installer en moi.

Alors tu comprends mieux pourquoi elles me mettent en colère, ces mômes inconscientes qui prennent l'avortement pour un moyen de contraception comme un autre...?

*** Illustration "empruntée" sur le net. ***

*

You May Also Like

24 commentaires

  1. Je comprends ta colère (surtout qu'il y a des chances qu'avec ma maladie...bref).
    Cette désinformation est effrayante, un acte chirurgical est banalisé.
    Ce qui est regrettable c'est que l'aspect psy de cette intervention ne soit pas abordé par les familles ou à l'école. Car, si les gamines prennent ça à la légère, c'est qu'elles ne réalisent pas combien ça bousille psychologiquement, combien c'est douloureux et difficile à effacer de la mémoire...

    RépondreSupprimer
  2. Très touchant, ton billet.
    (ça plus celui de mon amie Hedacoum, je vais finir la journée en larme moi! :) )

    RépondreSupprimer
  3. Tu devrais pas regarder Sophie Davant, après t'es énervée pour la journée!!!!

    RépondreSupprimer
  4. Quelle que soit son histoire, je pense qu'on DOIT être révoltés par de tels propos...
    Mais l'inconscience est partout... Tu sais que ma marraine (la soeur de ma mère, pourtant !) n'a jamais pris la pilule et n'a jamais expliqué à mes cousines ce en quoi ça consistait ? Que malgré le fait que ma petite cousine ait fait des études supérieures en psycho, elle s'est retrouvée enceinte à 19 ans parce qu'elle ne la prenait pas ?
    Ca m'a fait halluciner...
    Bref.
    Je ne veux plus regarder les infos, ni les émissions à la con de pseudo information, et bien souvent quand je tombe dessus, je finis comme toi, énervée.

    RépondreSupprimer
  5. Tu as tellement choisi le dessin à propos... je sais que tu as raison de pousser ces cris de colère mais tu ne peux pas empêcher la démission de certains parents par ignorance ou par bêtise je ne sais pas. En tout cas je dis moi-même souvent qu'avec tous les moyens de contraception actuels je suis sûre qu'il y a autant d'avortement qu'avant et c'est inadmissible !

    Tu as encore un peu de temps Anne-Laure, tu sais je crois aux miracles pour ça...

    Allez va chercher ma recette, Je te fais de gros bisous :)

    RépondreSupprimer
  6. Je comprends ta colère et ton indignation! Ce genre de témoignage me touche toujours profondément!
    Des bisous!

    RépondreSupprimer
  7. Je partage ta colère ... ce qui me révolte le plus, c'est que dès qu'on essaie de faire de l'information en collège ou lycée, tout de suite des hordes de "bien pensants" hurlent qu'on corromp nos enfants, ces petits êtres innocents et purs (innocent et purs à 14 ans, mon cul, oui !)
    bref, tant que l'information sur la contraception sera bloquée et restreinte à des plaquettes débiles pour bisounours, ce sera difficile, helas...

    RépondreSupprimer
  8. Je suis tout à fait d'accord avec vous donc je ne vais pas en rajouter une louche...
    Ceci étant, je pense le problème encore plus grave dans la mesure où ces jeunes filles négligent également l'impact psychologique (et physique!!) d'un avortement dont un jour ou l'autre, elles réaliseront l'importance..et qui les laissera peut être meurtries à jamais...

    RépondreSupprimer
  9. Tellement d'accord avec toi... Quand j'entends ça, je pense à toutes mes amies qui n'y arrivent pas, ou galèrent tellement... Ça me bouleverse aussi :(

    RépondreSupprimer
  10. Le dernier paragraphe me touche beaucoup...

    RépondreSupprimer
  11. Je comprends ta colère mais... les choses ne sont pas aussi simples que ça dans la tête d'une adolescente. Oui peut-être que de façon légère elle va dire ça.... Mais elle ne le pense pas forcément.

    Chrys

    RépondreSupprimer
  12. Y'a encore ce tabou avec la sexualité.
    Quand je me vois en train d'expliquer à mes grands gaillards de 25 ans, en parlant justement de l'actu et de la contraception, ce qu'est la grossesse, la maternité, l'allaitement et qu'ils me regardent ébahis, je me dis que certaines infos ne passent pas!!

    J'y crois aussi à l'espoir... si tu savais comme je pense fort, très fort à toi...

    RépondreSupprimer
  13. En plus de la télé qui t'en met plein les oreilles de DSK, si après tu regardes la plus blonde que blonde, alors là ta journée est bien fichue...Bonne soirée...

    RépondreSupprimer
  14. Profondément touchée, moi aussi, par ton coup de gueule.....
    Pas grand chose à ajouter à tout ce qui a déjà été dit..... juste te rappeler qu'une fausse couche ne signifie absolument pas "plus jamais", alors surtout ne perds pas espoir ! (Plus facile à dire qu'à faire, je m'en doute bien..... mais quand même !!!)

    Des bisous tout plein.

    RépondreSupprimer
  15. Je l' ai vu moi aussi et j' ai réagi comme toi. parce que je me suis deja fait avorté et que presque 10 ans apres j' y pense encore. Parce que j' ai fait une fausse couche et que j' en voulais a ce genre de nanas. Parce qu'il y a toi et d' autres comme toi et que c'est juste pas possible d' entendre des choses comme ça.
    Je pense à toi, je suis KO apres ton article

    RépondreSupprimer
  16. oui, c'est clair que c'est du n'importe quoi! l'avortement, oui, je suis pour aussi mais il devrait être beaucoup moins facilement accessible.

    RépondreSupprimer
  17. Je comprends absolument ce que tu dis, malheureusement ces gamines n'ont certainement aucune éducation à ce sujet, d'où la raison de leurs propos... Ça n'excuse en rien de telles débilités, bien sûr... Ayant un beau papa gygy obstétricien, je peux te garantir que ça fait mal au coeur de se dire qu'en 2011, que des gens puissent encore croire qu'une IVG se fait en un claquement de doigt sous prétexte qu'on décide de ne prendre aucun contraceptif.
    Bref, je m'associe à ta révolte et t'envoie plein de pensées positives !

    RépondreSupprimer
  18. Ton histoire est touchante, et je comprend tout à fait ton post qui fait suite à cette émission. je ne l'ai pas vue, mais je pense qu'elle m'aurait également faite bondir!
    Mais il faut garder espoir ma belle, peut être qu'une belle surprise peut arriver quand on ne l'attend plus, et alors elle est encore plus belle!
    Bisous à toi et bon courage...

    RépondreSupprimer
  19. Je déteste Sophie Davant (pas la personne, juste le pantin de cette émission) et cette émission.
    Je pense bien à toi.
    Je crois que les filles qui parlent comme ça ne soupçonnent absolument pas la douleur qu'elles peuvent engendrer chez les autres et pire (pour elles) : elles ne savent pas non plus qu'avorter n'est pas un acte anodin qui ne laisse pas de séquelles. C'est tout le contraire.

    RépondreSupprimer
  20. J'imagine que ces gamines n'entrevoient pas la douleur que représente un avortement; Elle voit le côté technique, comme une dent qu'on arrache. Tes mots m'ont beaucoup touchés. Merci.

    RépondreSupprimer
  21. 100% d'accord avec toi, et très touchée par ton dernier paragraphe....;
    Surtout , ne perds pas espoir.... je pense très fort à toi... et je t'embrasse

    RépondreSupprimer
  22. Faut reconnaitre qu'elle est d'une bêtise rare...
    Je suis moi aussi écoeurée par cette banalisation et cette facilité.
    Plus tard quand comme toi elles voudront à leur tour enfanter, peut être seront elles surprises t'entendre un diagnostic alarmiste de la part de leurs médecins... Et oui ce n'est pas toujours sans conséquences..
    Bravo encore un très bel article...
    je t'embrasse
    Sylvie

    RépondreSupprimer
  23. Je te souhaite juste beaucoup de bonheur, bientôt j'espère...

    RépondreSupprimer
  24. Je suis TELLEMENT d'accord. Ceci dit malheureusement, il n'y a pas que des gamines qui le pensent, des personnes adultes aussi. Et puis au-delà, j'ai envie aussi de parler de ces maladies qui peuvent porter atteinte à notre vie et dont on ne se protège pas. La question de la sexualité est souvent traitée avec bien trop de légèreté !

    RépondreSupprimer

Et si tu me laissais un petit mot...?