Versus - Antoine Chainas

by - mardi, octobre 04, 2011


Si le major Paul Nazutti n'a pas la réputation d'être un tendre, c'est qu'il est en guerre. En guerre contre les tueurs d'enfants, les satyres, les pervers. Une guerre sans merci qui s'est étendue, dans son esprit, à tous et à toutes. une guerre contre le monde entier.
Mais combien de temps peut-on vivre rongé par la haine ?
C'est ce qu'Andreotti, jeune inspecteur idéaliste, va découvrir à ses dépens, tandis qu'au sortir d'une affaire longue et douloureuse il reprend du service au côté de Nazutti.
Rose Berthelin, quant à elle, a tout perdu. Sa fille, son mari, ses amis, sa famille. Elle trouvera la force, lentement, de se reconstruire et de dompter ses propres démons. Le passé ressurgira en force un jour, tandis qu'elle croyait avoir trouvé la paix, sous la forme de lettres anonymes. Jusqu'au bout, cette fois, Rose devra reprendre son combat. et retrouver, peut-être, la lumière qui vient d'où on ne l'attend pas...

Antoine Chainas mène une vie de famille et travaille dans le sud de la France. Versus est son deuxième roman à paraître à la Série Noire.

***

Il est parfois des lectures dont je peine à me remettre, celle-ci en fait partie, sans la moindre once d'hésitation. Le souci, dans ces cas-là, c'est que j'en perds aussi mes mots tellement mes sensations de lectrice sont fortes et prennent le pas sur tout le reste...

Pour commencer, rarement je n'ai autant eu la sensation d'être plongée dans le noir. Noir comme la société dans laquelle évoluent les personnages de ce roman, noir comme les crimes sordides dont il est question, noir comme l'âme de Nazutti, fascinant et complexe personnage principal de cette descente aux enfers.

Ensuite, j'ai d'emblée été frappée par le style : quel bonheur que de sentir un auteur se régaler ainsi de toutes les merveilles de notre langue ! Quelle maîtrise !!! Au niveau du vocabulaire, j'ai trouvé ce texte époustouflant : cela faisait bien longtemps que je n'avais pas dû sortir mon dictionnaire au cours d'une de mes lectures, un mal pour un bien. Chaque mot est utilisé avec une précision pour-ainsi-dire chirurgicale, ça en devient très vite excessivement troublant et on comprend alors combien l'auteur a choisi de fuir la facilité. Il jongle en permanence entre argot et vocabulaire très soutenu, j'ai trouvé ça brillantissime.
Le style ensuite... Ce qui m'a frappée, ce sont les longues listes qui émaillent le récit, énumérations nerveuses qui traduisent tour à tour l'incompréhension, la confusion, le malaise qui s'amplifie. À les lire, on se sent oppressé, perdu, impuissant, subissant une insoutenable torture, un peu comme si quelqu'un nous maintenait de force la tête sous l'eau.

Pour le fond, sois bien accroché(e) car tu vas plonger dans l'affreux, le sordide... Dans ce que l'âme humaine peut avoir de plus terrifiant... Je peux difficilement t'en dire plus...
Nazutti est très certainement l'un des personnages les plus incroyables qu'il m'ait été donné de croiser au cours de ma vie de lectrice. Complexe et fascinant comme je te le disais en début de billet, terriblement torturé, parfois détestable, toujours à la limite, de l'honnêteté, de la légalité, mais étonnamment, je me suis vraiment attachée à lui.
Par ailleurs, sans que je puisse vraiment expliquer pourquoi, j'ai aimé le fait que l'action se situe dans une ville et une région fictives. Je me suis tour à tour imaginée dans l'Est, au Sud, dans un coin pourri de banlieue parisienne... J'ai trouvé que ce détail donnait encore plus d'intensité à l'histoire, en la rendant en quelque sorte universelle et intemporelle.

Tu l'auras compris, j'ai été envoûtée par ce roman, j'avoue, je l'ai pris comme une grande claque dans la gue*le. Aujourd'hui, cela fait une bonne dizaine de jours que j'ai tourné la dernière page mais je suis certaine que cette histoire et Nazutti me hanteront encore longtemps... Je ne saurais donc faire autrement que te conseiller cette lecture, au risque que tu en sortes complètement ébranlé(e) !

*

You May Also Like

4 commentaires

  1. Tout à fait d'accord, ce roman m'a fait découvrir ce qu'était le "roman noir": une grande découverte, un grand roman!

    RépondreSupprimer
  2. @ AnnaPoubelle --> J'espère que tu te régaleras autant que moi !!!

    @ Alice --> Un immense merci à toi, c'est toi qui m'a donné envie de le lire !

    Des bisous, les Filles !

    *

    RépondreSupprimer
  3. Non tu n'as pas perdu tes mots, c'est vrai que c'est un exercice difficile de transcrire le ressenti d'un livre très fort. En matière de français, as-tu les polars d'Yvonne Besson ?

    RépondreSupprimer

Et si tu me laissais un petit mot...?