Un vrai bec salé !

Si je me lève la nuit, tiraillée par une fringale, je suis capable de grignoter du fromage, du jambon, un morceau de poulet froid.
Si tu veux passer à la maison, je te recommande l'heure de l'apéro : je l'aime dînatoire et je ne manque jamais d'idées pour l'agrémenter.
Si tu me demandes de te parler pendant des heures d'une gourmandise de mon enfance, attends-toi à en bouffer, de la blanquette de ma grand-mère.
Si tu as besoin que j'apporte un truc à manger pour la super fête que tu organises, mise tout sur une quiche, un cake ou un clafoutis de légumes.

J'ai même déjà, de très nombreuses fois en fait, réussi à recevoir des gens à la maison en ayant totalement oublié le principe de base selon lequel un repas se termine théoriquement par un dessert !
Je suis heureuse quand revient l'hiver et son cortège de pot-au-feu, tartiflette, potée, blanquette et autre carbonnade.
J'aime l'à-peu-près, une notion qui n'a pas sa place en pâtisserie...
Je prends très rarement de dessert quand nous allons au restaurant : je préfère de loin finir un repas sur du fromage, le pire de mes péchés-mignons !!!

En gros, ce qui me fait triper, à l'approche de Pâques, tu l'auras compris Virginie, c'est l'idée de l'agneau, bien plus que du chocolat !


*

CONVERSATION

2 commentaires:

  1. moi aussi, c'est pareil, d'ailleurs si on m'invite et que chacun doit apporter un truc, j'emmène plutôt une tarte salée ! j'aime beaucoup comme tu as emmené les choses, il me plait bien ton billet !

    RépondreSupprimer

Et si tu me laissais un petit mot...?

Back
to top