Si je regarde trente-cinq ans en arrière...

by - mardi, septembre 04, 2012


Je me souviens des jolies vestes en laine irlandaise tricotées par ma grand-mère, nous avions chacune la nôtre. Des chaussures vernies qui faisaient mal aux pieds, et que c'était non négociable, on les portait avec des socquettes bien blanches. Des séances d'essayage chez Mamie, avec les kilts et les chemisiers à col claudine. Du beau cartable tout neuf, que je ne quittais pas des yeux en m'endormant la veille au soir.

Je me souviens de la séance de coiffure du matin et des couettes tellement serrées qu'elles me donnaient mal au crâne mais il fallait qu'elles tiennent toute la journée. De l'atmosphère, déjà automnale, y'a plus de saisons ma bonne dame. De ma mère qui se pomponnait comme si elle allait à l'Opéra, et qui nous escortait dans un nuage de Rive Gauche, ça nous donnait envie de vomir, on avait déjà bien assez d'émotions à gérer sans qu'elle en rajoute !

Je me souviens de cette petite rue qui existe toujours mais qui, à l'époque, me paraissait tellement longue, et de la remonter presque en courant ces matins-là. De ma sœur, si petite elle aussi, qui faisait un peu moins la fière à chaque pas qui la rapprochait de ce qu'elle considérait comme le bagne. Du dernier bisou fait à Papa avant qu'il ne reparte travailler, de sa moustache qui piquait.

Je me souviens des retrouvailles avec les copines, que je n'avais jamais vraiment quittées puisqu'on habitait toutes dans un périmètre très restreint et qu'on s'était vues pendant les vacances. Des interrogations au sujet de la maîtresse, parce que c'était hyper important de savoir si elle était belle ou gentille, si elle était les deux, on atteignait le nirvana. Des garçons, ça a toujours été important aussi, les garçons, même dans les petites classes, histoire de savoir si on allait se marrer ou non.

Bien sûr, je pourrai te dire qu'il me tarde de connaître la même chose, mais du côté des parents, mais ça ne t'apprendrait pas grand chose. Ou alors que j'adorerais être avec ma Lilly ce matin, au moment où elle découvrira sa nouvelle école, sa nouvelle instit', ses nouvelles copines, mais je suis sûre qu'elle n'a aucunement besoin de moi pour que cela se passe très bien.

J'espère que vos enfants garderont de cette journée des souvenirs aussi doux que moi et qu'ils les chériront précieusement comme je le fais.
Bonne rentrée à tous, à toutes, et à toi, Maman@Home...!


*

You May Also Like

5 commentaires

  1. Quel beau souvenir ! c'est curieux mais moi je ne me rapelle pas de mes rentrée en primaire par exemple ...Bisous

    RépondreSupprimer

  2. J'ai pas trop de souvenirs de rentrée... Bien souvent, c'était le jour de mon versaire ;)
    Des bisous !

    RépondreSupprimer
  3. Pour ma part, mes souvenirs les plus forts sont ceux de la veille des rentrées. Quand on pose son cartable tout neuf au pied de son lit et que l'on prépare ses vêtements sur la chaise du bureau. Qu'on a du mal à s'endormir et qu'on croise les doigts pour que la future maîtresse soit "cool". Et les parents qui nous envoient à 20h30 au lit alors que depuis deux mois on s'est couché relativement tard! Du coup on n'arrive pas à s'endormir et on lit un livre à la lueur de la lampe torche jusqu'à une heure tardive... Tes posts sont toujours très beaux, je suis ravie d'avoir trouvé le chemin de ta Normandie.

    RépondreSupprimer
  4. On te reconnaît bien je trouve sur cette photo... aaah les couettes serrées quelle horreur et sous pull électriques grrr ce qu'on a pu nous faire subir quand même hein ! Joli ton texte, bises Anne-Laure

    RépondreSupprimer

Et si tu me laissais un petit mot...?