vendredi 7 décembre 2012

Vis ma vie de chercheuse : la rencontre

Voilà, c'est enfin officiel, depuis le 27 novembre dernier, je ne suis plus libraire mais chercheuse. Chercheuse d'emploi, je pense qu'il est bon de le préciser. Alors si pour l'instant, je préfère passer sous silence le m*rdier dans lequel aura essayé de me mettre mon employeur-tortionnaire jusqu'au bout je fourbis les armes, j'organise mes idées, ça fera un chouette sujet de billet le moment venu, je me suis dit que tu aimerais peut-être me suivre dans cette nouvelle aventure qui va être la mienne pour les mois à venir.


Nan parce que, Pôle, j'ai entendais parler à droite à gauche, mais je n'avais jamais été confrontée à lui en personne. En plus, tu commences à me connaître, je me méfie toujours de l'avis des autres. Non pas que je ne fasse pas confiance, mais tout cela est tellement subjectif et en plus, dans mes rêves les plus fous, je tomberai sur un(e) conseiller/ère plein(e) d'empathie, sympa et hyper-compétent(e)... Oui, je sais, il est doux de rêver. Et, dans le même temps, les rêves, c'est aussi un peu fait pour être réalisé. Mais je m'emballe, faudrait quand même pas que je te dévoile la suite trop vite...!

Bref lundi dernier, j'avais mon premier rendez-vous avec Pôle. Un rendez-vous pris par téléphone une semaine auparavant. Un rendez-vous qui m'a été confirmé le matin par un mail, c'est là qu'ont commencé les ennuis... Ce doux mail se terminait par : merci de vous munir de tous les documents demandés dans le courrier que vous avez reçu. Euh... Mais quel courrier...???? Je n'ai reçu aucun courrier de Pôle, moi... Qu'à cela ne tienne, je vais l'appeler, Pôle. 8h30, je suis au taquet, ça sent la chercheuse en première semaine, ça, ça a encore la pêche, c'est mo-ti-vé !!! Pôle ou plutôt l'un de ses employés me répond, entre nous soit dit, il aurait pu essayer de se réveiller avant de venir travailler, celui-là. Pas affolé par le fait que je n'aie pas reçu ma lettre de convocation, il me spécifie donc la liste des documents à fournir et m'annonce qu'il faut que je me présente 20 minutes avant l'heure du rendez-vous. Ça me laisse perplexe mais bon, s'il me le demande, j'y serai à l'heure à laquelle il m'a demandé d'y être.

Je cavale toute le matinée pour tout réunir, je manque de jeter mon imprimante par la fenêtre du premier parce que cette c*nne ne veut pas imprimer en noir et blanc quand la cartouche de jaune est vide, et le moment venu, je saute dans Miss KK, direction la fameuse place de l'Europe du bled d'à côté. Je dis fameuse parce que c'est toute une histoire pour la trouver... Comment te dire...? Elle n'est pas au niveau du sol, mais bien au-dessus de ta tête, tu ne l'atteindras jamais en voiture et risqueras de mettre un temps certain à comprendre que tu viens de passer trois fois en-dessous... Je ne sais pas si c'est très clair. Forcément, ça ne l'est pas, sinon elle n'aurait pas cette réputation, cette place de l'Europe. Toujours est-il que je finis par y arriver heureusement, je prends toujours de l'avance dans ces cas-là. Elle est immense, cernée de multiples bâtiments mais, par chance, la municipalité a eu la bonne idée de poster à son entrée un plan où l'emplacement de chaque service/entreprise est numéroté et signalé. Enfin presque... Quelques uns sont oubliés. Dont, ça ne s'invente pas, Pôle Emploi. Paie ton tour de la place sous la pluie !

Je finis donc par pousser la porte de ma nouvelle résidence secondaire. J'ai bien fait de venir tôt, il y a une dizaine de personnes qui attendent devant moi. Ma première impression est bonne : les locaux ont dû être récemment rénovés, tout est clair, propre et lumineux. On ne peut pas en dire autant concernant le personnel ! Je m'exhorte intérieurement à rester calme et confiante mais je dois avouer que quand j'entends : "Ne vous montrez pas impatient, Monsieur, vous comprenez, on est en décembre, il faut impérativement que nous soldions nos congés avant la fin de l'année, alors il y a beaucoup de personnel en vacances, les choses prennent plus de temps" (sic)... Bref, quand j'entends des trucs comme ça, je me dis que nos relations vont être compliquées, à Pôle, ses gentils habitants et moi... Et je prie surtout pour que la gonzesse qui a osé proférer un tel truc à un chômeur qui n'a pas perçu ses indemnités en temps et en heure mais qui en a besoin pour vivre avec un minimum de décence, je prie pour que cette gonzesse-là reste le plus longtemps possible trèèèès éloignée de moi. Au moins le temps que le destin décide qui sera mon conseiller perso. Pitié, n'importe qui mais pas elle !!!

Je mets à profit la dizaine de minutes d'attente qui m'est allouée pour tout observer, mes oreilles grandes ouvertes. Dix minutes qui m'ont permis de constater que, s'il y a toute une batterie d'ordinateurs à la disposition des demandeurs d'emploi, il n'y a par contre aucun fax, et que, dans le même temps, l'employée qui veut dépanner un gentil monsieur en se servant de son fax perso pour faire parvenir un document important à un éventuel futur employeur se fait aussitôt rabrouer par son chef et se voit obligée de rendre au monsieur en question son document sans l'avoir envoyé... Qu'il ne doit y avoir à l'accueil que deux stylos, dont un rouge, que tout le monde se déchire, pour un peu qu'il y ait un étourdi qui le glisse dans sa poche après avoir rempli un formulaire, on ne serait pas dans la m*rde... Que jamais je n'ai autant entendu de "je ne sais pas" à la seconde... Que certaines fonctionnaires doivent être dans leur mauvaise période du mois, vu le ton sur lequel elles aboient sur les usagers, me demande bien d'ailleurs s'il y en aura un un jour qui se rebiffera, elles ne l'auraient pas volé... Que systématiquement et avant tout début de semblant d'explication, on met ta parole en doute, comme si ça ne suffisait pas d'avoir perdu ton boulot, il faut en plus que tu supportes d'être regardé comme un(e) menteur/se...

Heureusement, comme pour me tirer de mon cauchemar ma rêverie, mon nom retentit derrière l'accueil. Il a été prononcé par une jeune femme gironde et souriante, portant une bien jolie robe, et dont je me prends à rêver qu'elle va comme-qui-dirait me tenir la main le long de mon nouveau chemin professionnel, ou pas...!

La prochaine fois, je te raconte comment et pourquoi j'ai failli baiser les pieds de ma conseillère et je te parlerai aussi d'esp'OIR !

*

9 commentaires:

  1. Hâte de savoir comment ça se finit ! La fin est encourageante ! Bises

    RépondreSupprimer
  2. Anne Laure...je te le dis tout de suite : ça tourne chez Popol. Un jour tu as une gentille conseillère et 3 mois plus tard tu en as une autre...moins gentille ;-)
    Mais ils sont à la rue complets niveau effectifs et moyens (le coup du stylo c'est partout ;-))

    RépondreSupprimer
  3. ça existe donc, de "bons" conseillers Pôle Emploi? A la base, j'ai la même profession que toi. et je suis moi aussi "chercheuse" depuis maintenant 20 mois. J'ai galéré pour tout à Pôle Emploi: Inscription, demandes de rendez-vous (je n'ai pas vu mon conseiller depuis Mars dernier, demande de bilan de compétence.... Depuis un an je me bats pour que l'on m'accorde une formation:c'est un vrai chemin de croix. Quant à ma recherche d'emploi, le Monsieur qui paraît-il est mon "conseiller" m'a clairement dit qu'il n'était pas là pour cela! Alors je suis rassurée et réconfortée de lire les dernières lignes de ton billet: mon cas n'est pas une généralité.......

    RépondreSupprimer
  4. Bon courage, Anne-Laure ! Et tu as raison, le mieux, c'est encore d'en rire !!

    RépondreSupprimer
  5. Quand j'ai dû aller à pole emploi, j'ai débord eu une mégère que j'ai vertement envoyer paitre en exigeant une autre conseillère. On me l'a accordé, la seconde était adorable, et me faisait même des rendez-vous téléphoniques (je suis à la campagne). A la fin, elle m'a avoué qu'elle n'avait jamais compris pourquoi personne ne voulait mon dossier, parce que ça c'était très bien passé entre nous. Mais bon, la première me proposait un boulot de secrétaire d'école, et je suis enseignante chercheur à bac+8, alors pour un premier contact, c'était moyen :S

    RépondreSupprimer
  6. Bienvenue dans le monde magique de Paul, tu veux un conseil, je suis une pro !
    Heureusement mon nouveau conseiller est très sympa (ça me change de celle qui m'avait traitée de mytho quand je lui ai dit que j'avais une maladie incurable et qui m'a presque dit que c'était bien fait)

    RépondreSupprimer
  7. Tu as bien de la chance, car par ici l'expérience n'est pas très bonne jusqu'à présent...

    RépondreSupprimer
  8. Tu passes vraiment du coq à l'âne dans ce genre d'expérience... heureusement certaines personnes restent encore professionnelles et à l'écoute, ça fait du bien!

    RépondreSupprimer
  9. Bon, ça va, tu sembles être bien tombée! Hâte de lire la suite!

    RépondreSupprimer