Ma petite miraculée

by - jeudi, janvier 09, 2014

Cette photo a été prise hier soir. Elle n'a pas l'air, comme ça, mais elle tient du miracle. Dans le genre si on m'avait dit ça le matin-même, j'aurais à peine espéré y croire.

Dans la nuit de mardi à mercredi, Toupie a fait un AVC. Épileptiforme qui plus est, c'est mieux, c'est beaucoup plus flippant pour une maîtresse mémèràchats qui y assiste, tétanisée, entre impuissance et terreur. Dans le même temps, c'est aussi probablement ça qui lui a sauvé la vie : elle a dû tomber de son panier sur l'interrupteur de la lampe du salon, le bruit a réveillé mon Chéri, et comme la lumière allumée, ça l'a intrigué, il s'est levé. Pour la trouver en train de convulser, les pupilles dilatées, toute bavante...
Je ne te dis pas le bond que j'ai fait dans le lit quand il est venu me secouer avec des mots choisis : "Lève-toi. Viiiiite. Y'a Toupie qui est toute bizarre, là, j'ai peur."... Enfin, un truc dans le genre, j'étais pas suffisamment open à ce moment-là pour m'en rappeler. J'ai descendu l'escalier en volant littéralement et mon cœur s'est arrêté en découvrant ma bestiole dans un état vraiment impressionnant. Ni une ni deux, je l'ai prise dans mes bras, bêtement, pour la rassurer, anthropomorphisme quand tu nous tiens, et lui a appelé les urgences vétérinaires. Nous avons mis sans peine la Miss dans sa caisse de transport et avons sauté dans la voiture. Un quart d'heure plus tard, nous poussions la porte de la clinique. Une fois de plus la peur au ventre en me souvenant de la dernière fois que j'avais poussé cette porte en pleine nuit.

Le véto n'a pas eu besoin d'un examen approfondi pour diagnostiquer instantanément un AVC, il y avait des signes qui ne trompaient pas, notamment sa tête qui penchait mollement sur la droite et les pupilles ultra-dilatées. Très vite, il ne nous a pas laissé beaucoup d'espoirs. Vu son âge, vu son état, vue sa température extrêmement basse indiquant que son organisme ne luttait pas... J'ai tout de suite envisagé le pire.
Deux piqûres et un gros câlin plus tard, il a été décidé qu'elle resterait à la clinique au moins pour la fin de la nuit, qu'on ferait tout pour lui faire regagner les trois degrés qu'elle avait perdus, que des analyses de sang seraient pratiquées dès le lendemain matin et que je pourrai téléphoner dès 11 heures pour avoir des nouvelles d'elle. Inutile de te dire l'état dans lequel j'ai fait le trajet du retour, ni même à quel point ma nuit a été pourrie derrière. Le top du top, en plus, c'est que mon Chéri avait un déplacement de prévu, il a donc quitté la maison pour deux jours au matin, voilà qui ne pouvait pas plus mal tomber.
La journée de mercredi, je ne te la raconte pas, tu l'as vécue en direct sur FB, où tu as vaillamment supporté mes statuts pleurnichards, mes angoisses existentielles et mon impatience impuissante face à l'attente. Je profite d'ailleurs de ce billet pour te dire combien ta présence a été précieuse, tout le bien qu'elle m'a fait, et que je me demande encore comment je pourrai t'en remercier...
J'ai tenu jusqu'à 11h30 avant d'appeler à la clinique. Je suis tombée sur une assistante qui m'a juste dit que Toupie allait mieux, mais qu'il n'était pas encore certain qu'elle puisse rentrer à la maison, qu'on me proposait de passer en fin d'après-midi et qu'alors on en saurait plus, on m'en dirait plus. Évidemment, j'ai passé une après-midi de daube profonde et insupportable, à me dire que je soupçonnais des tonnes de non-dits derrière le peu de nouvelles concrètes que j'avais réussi à obtenir et, à 17 heures pétantes, je me pointais au cabinet vétérinaire.

Dans la salle d'attente, j'aurais été capable de me bouffer les ongles jusqu'au dernier et accessoirement aussi jusqu'à l'os tant il me tardait de la retrouver. De découvrir dans quel état son malaise l'avait laissée. Bon, la jeune femme qui m'avait reçue m'avait dit qu'ils avaient été obligés de sédater le fauve le temps de faire sa prise de sang, parce qu'elle avait leur clairement fait comprendre que ce serait elle ou eux, ça avait allumé en moi une lueur d'optimisme, je la retrouvais bien là, ma gracieuse ! Quand soudainement est monté du sous-sol de la clinique vétérinaire un bruit que je connais bien : des miaulements criards de protestation. Et là, je te jure, une mémèràchats, c'est exactement comme une maman, ça reconnaît instantanément son bébé. Enfermée dans une cage depuis plus de quinze heures, ô joie, ma Toup' était bien en train de râler, je ne l'avais pas encore vue que je savais déjà qu'elle allait mieux. Inutile de préciser que ça a instantanément enlevé un énorme poids de ma poitrine. Et vu que je ne respirais plus normalement depuis une heure du mat', j'aime autant te dire que j'ai adoré !
Quand est venu mon tour, je n'y tenais plus. J'ai à peine eu le temps de comprendre que rien n'était gagné quand j'ai téléphoné le matin pour avoir des nouvelles (tu vois, j'en étais certaine !), que l'amélioration de son état a été spectaculaire dans l'après-midi, d'entendre parler d'excellents résultats d'analyses, d'un traitement, probablement à vie, d'admettre qu'à son âge, il ne fallait plus que j'attende de miracle... Et puis, ma bête a été apportée dans la pièce où je me trouvais par deux assistantes : je ne te dis pas la fête intergalactique à laquelle j'ai eu droit !!! Le véto a eu beau me dire qu'elle avait des séquelles, qu'il pensait qu'elle avait beaucoup perdu au niveau de sa vue, de son audition et qu'il n'était pas certain qu'elle ait encore "toute sa tête", elle était sur pattes, et c'était bien là pour moi l'essentiel.

Nous sommes rentrées, elle a braillé tout le long du trajet et, à peine nous étions arrivées à la maison, elle a filé dans son panier, tout contre le radiateur. Elle a mangé, un peu, a ronronné, beaucoup, m'a regardée avec les yeux de l'amour pendant toute la soirée. Aujourd'hui j'ai compris une chose : l'avenir est très incertain mais j'ai décidé de prendre les choses comme elles viennent, au jour le jour, je suis déjà tellement heureuse qu'elle me soit revenue, et en bonne santé qui plus est.
Je n'ai pas d'enfant, je m'accorde donc tous les droits d'angoisser pour mes chats, mais le moins possible serait le mieux. Énorme avantage de cette histoire : je ne ferai aucune folie pendant les soldes, vu la somme astronomique dont cette aventure m'a allégée...!

*

You May Also Like

19 commentaires

  1. Cette photo est trop belle !! Je suis soulagée encore plein de câlins à Toupie !

    RépondreSupprimer
  2. Toute l histoire. J espère que maintenant tout est OK. Bisous à toute la famille

    RépondreSupprimer
  3. Contente d'avoir eu des nouvelles. Notre chatte a aussi fait une avc, elle a gardé en séquelles la tête de travers mais a continué son petit bout de chemin un peu plus d'un an avant de s'éteindre un soir. Elle avait 20 ans. Profite en au jour le jour. Je lui souhaite encore de beaux jours auprès de toi.

    RépondreSupprimer
  4. Quand j'ai vu ta photo l autre jour en pleine nuit je me suis imaginée ton angoisse..... heureusement que maintenant elle "va" bien.... des bisous à toi et caresses à elle

    RépondreSupprimer
  5. Bon retour ma Toupie !!Bravo a toi Super Memereachats ! t'a géré <3 !!!plein de bisous a vous deux

    RépondreSupprimer
  6. Je suis soulagée, tu n'imagines pas... Je suis vraiment contente qu'elle soit rentrée auprès de toi :)
    Fais lui des caresses pour moi (vu que MOI j'ai eu le droit de la toucher, héhé) et toi, je t'embrasse bien fort!!! ♥
    Et pis Potiron lui lèche le museau. C'est pas terrible mais il est expert en la matière...

    RépondreSupprimer
  7. Ah ben c'était la journée des emmerdes, alors, mercredi !!! Comme tu as compris, j'ai eu les miennes, pas du même genre ! Je suis bien contente que nos histoires finissent bien et surtout que ta Toupie soit en forme...
    Des bisous *

    RépondreSupprimer
  8. Ouf, c'est chouette que TOupie soit une battante :)
    Comme sa chère et tendre Môman :)

    Bisous les filles, vous êtes super fortes!

    RépondreSupprimer
  9. Touchant. Et depuis que j'ai Gérard je comprends parfaitement.

    RépondreSupprimer
  10. Ouf !
    c'est joli en tout cas, tu arrives bien à faire passer ce que tu as ressenti

    RépondreSupprimer
  11. Je suis bien contente que tout se soit bien terminé... Ils nous en font voir, nos poilus! Bises ;)

    RépondreSupprimer
  12. Toupie est extraordinaire mais comment pourrait-elle être différente avec une Mémèràchats aussi attentionnée....Je suis ravie d'avoir de ses nouvelles et en plus si joliment raconté...
    Bonne journée...
    Armelle

    RépondreSupprimer
  13. Fait d’énormes bisous à ta Toupie et comme tu dis, profites de ces bons moments avec elle <3

    RépondreSupprimer
  14. Soulagée pour ta beauté :) (moins pour ton porte-monnaie... :/)

    RépondreSupprimer
  15. Je lui souhaite d'aller mieux et tant pis pour le porte-monnaie elle est si mignonne !

    RépondreSupprimer
  16. Ouf ! Heureuse pour vous que vous puissiez prolonger votre vie ensemble, profitez-en bien !

    RépondreSupprimer
  17. ouf, une belle histoire, beaucoup d'émotions ! elle s'est battue presque contre l'avis médical.
    Je me doutais que la note risquait d'être encore salée, mais l'important c'est de réussir à les sauver.
    Heureusement que ton chéri ait eu l'oreille fine, et qu'il a fallu qu'elle tombe pile sur l'interrupteur : elle doit terriblement tenir à toi cette bébête !
    Je crois que même si tu as des enfants, la perte d'un animal affecte terriblement... c'est autre chose, voilà tout !
    bisous

    RépondreSupprimer
  18. Ouf...soulagée que l'aventure finisse bien, tu as un vrai talent d'écrivain parce je suis passée par tous les états et j'imagine ta joie de la voir revenir en forme. Chouchoute la bien et profitez en bien toutes les deux. Je ne pense pas qu'on aime plus son animal quand on a pas encore d'enfant, ma Maman disait que le cœur est comme un gâteau, il y a une part pour chacun. Bonne soirée.

    RépondreSupprimer

Et si tu me laissais un petit mot...?