Meurtres pour rédemption - Karine Giébel

by - mardi, juillet 15, 2014


Quatrième de couverture :

Marianne, vingt ans. Les barreaux comme seul horizon. Perpétuité pour cette meurtrière.
Indomptable, incontrôlable, Marianne se dresse contre la haine, la brutalité et les humiliations quotidiennes.
Aucun espoir de fuir cet enfer, ou seulement en rêve, grâce à la drogue, aux livres, au roulis des trains qui emporte l'esprit au-delà des grilles. Grâce à l'amitié et à la passion qui portent la lumière au cœur des ténèbres.
Pourtant, un jour, une porte s'ouvre. Une chance de liberté.
Mais le prix à payer est terrifiant pour Marianne qui n'aspire qu'à la rédemption...

"Karine Giébel signe un suspense implacable et brosse, avec Marianne, un portrait de femme écorchée digne de la Lisbeth de Stieg Larsson." 24 heures.

***

Bien longtemps que ce roman squattait dans ma fameuse "bibliothèque à lire", je crois que j'étais impressionnée par ses presque mille pages. Et puis, Karine Giébel, pour le peu que j'en avais déjà lu, elle m'avait laissé un souvenir noir, excellent mais vraiment très noir.
Finalement, je me suis lancée la semaine dernière, en me disant que, comme c'était déjà bien sombre dans ma tête, le moment était peut-être opportun.

Et pour le coup, du noir, j'en ai bouffé. Que dis-je, je l'ai même dévoré puisque je n'ai mis que deux jours à le terminer. Une lecture qui m'a ébranlée. Très sûrement. Bon, je ne te cache pas qu'il ne va pas être simple de te donner mes impressions sans m'emmêler les pinceaux, tant j'ai été secouée.

Avant tout par l'implacable précision avec laquelle l'univers carcéral est décrit : il m'a semblé percevoir chacune des sensations évoquées, sentir toutes les odeurs, souffrir de l'absence de lumière... un peu comme si j'étais moi-même enfermée. Ça a rendu ma lecture très éprouvante. Et moi qui ai un réel problème avec l'injustice, j'ai souvent bondi, en découvrant les traitements infligés aux détenus notamment.
Étonnamment, je me suis incroyablement attachée au personnage de Marianne, meurtrière certes, mais surtout écorchée vive, bien plus victime que bourreau au bout du compte. Un grand personnage comme le laisse entendre la quatrième de couverture.
Pour ce qui est de la trame narrative, je n'ai pas imaginée qu'elle puisse être truffée d'invraisemblance, après tout, je n'y connais rien, moi, à la prison, au système judiciaire, au monde des flics, pourris ou pas. Il y a bien quelques ficelles un peu grosses mais elles n'ont en rien terni le plaisir que j'ai eu à lire ces 988 pages, c'est l'essentiel.

Bon, avec Karine Giébel, il y a fort à parier que les choses se terminent très mal, c'est d'ailleurs ce que j'aime particulièrement avec cet auteur, la noirceur assumée, jusqu'au bout. Un très grand roman que je te recommande vivement !

*

You May Also Like

5 commentaires

  1. je crois que ce livre est l'un de mes souvenirs de lectrices les plus violents
    ce roman est une claque
    mon frère, une fois l'avoir lu m'a textoté: "je suis tombé amoureux de Marianne"

    Giebel oui c'est noir de noir. Là je fais une pause car cela m'a plombé (en toute modération) mes vacances au Maroc!
    ha le pouvoir des mots!!

    RépondreSupprimer
  2. Je ne lis plus beaucoup de romans noirs... Mais ton avis pourrait me donner envie d'ouvrir celui-ci!

    RépondreSupprimer
  3. tu me donnes très envie mais je vais éviter les romans qui plombent en ce moment...plus tard )

    RépondreSupprimer
  4. Tu tombes à pique avec ce livre toi, allez je commande (mais pas sur le site de la fnac), bisettes

    RépondreSupprimer
  5. J'ai aussi adoré ce roman!! Attention si tu veux continuer chez Giebel: Purgatoire des Innocents est encore pire!

    RépondreSupprimer

Et si tu me laissais un petit mot...?