La famille, mon oxygène

by - mardi, septembre 09, 2014


Ma sœur a eu une géniale idée : venir fêter le sixième anniversaire de Lilly en Normandie. Je ne sais pas comment ça lui est venu, l'envie de voir la mer probablement, mais toujours est-il qu'il ne nous a pas fallu bien longtemps pour organiser ça.

Mes parents ont donc débarqué vendredi en fin d'après-midi. À peine le temps de prendre un thé que mon hyperactive de mère trouvait un sécateur pour aller régler leur compte aux branches indisciplinées du jardin pendant que mon père s'abîmait dans la lecture de la PQR, ça le dépayse. Mon niéçou et ses parents ont choisi, eux, de n'arriver que le samedi midi, la journée promettant d'être longue.
Moi, je t'avoue que, jusqu'au repas d'anniversaire, le soir, je n'ai pas vu grand chose passer, j'étais comme qui dirait coincée en cuisine. Entre les repas pour la tribu à préparer, le gâteau de Miss-6-Ans, le lapin aux figues pour dix, les salades, l'apéro et j'en passe, j'ai eu la sensation de ne pas pouvoir me poser une seule seconde. Tout juste me suis-je accordé une pause sept familles avec Lilly une fois qu'elle a eu fini sa sieste, et pendant que tous les autres, excepté Super-Mamie, prolongeaient la leur.
Le soir, mes beaux-parents nous ont rejoint, j'avais préparé une jolie table, la fête pouvait commencer.

Et tu vois, le plus drôle dans tout ça, c'est que j'étais épuisée, que j'avais un mal de dos à peine gérable, mais j'étais bien, incroyablement bien. Comme je le suis toujours quand j'ai tous ceux que j'aime autour de moi.
Entendre leurs voix, leurs rires, pouvoir les toucher, les embrasser, voir leurs sourires... Piquer un fou rire avec mon père et mon Chéri à cause de ma frangine, entendre ma belle-mère se marrer avec mon beau-frère, savourer la complicité entre Mademoiselle A. et mon niéçou, voir mes parents si bien s'entendre avec les Siens... Du bonheur à l'état pur, exactement comme je l'aime.
La soirée s'est terminée dans la cuisine où tout le monde a mis la main à la pâte au torchon pour essuyer la vaisselle que je faisais. Dans les pia-pias.

La journée de dimanche s'est étirée paisiblement. Après un petit-déjeuner pris tous ensemble, nous avons chacun vaqué à nos occupations : la patinoire pour certains, le marché pour d'autres, le jogging le long du canal pour Papa. Et puis, les parents de mon Chéri sont revenus et nous avons un peu remis ça avec un barbecue le midi, seulement le second depuis le début de l'été, c'est te dire si nous l'avons savouré ! L'après-midi, plage ou jardinage, c'était au choix, de toute façon, c'était sous le soleil, et c'était bien là le plus important.

Quand tout le monde a été reparti, le soir, nous nous sommes retrouvés tous les trois, avec mon Petit C. et Mademoiselle A., dans un grand silence, avec l'impression que la maison était toute vide. Et depuis, on n'a pas encore eu à cœur de décrocher les ballons de la fête. Histoire de garder encore un peu avec nous toutes les bonnes ondes emmagasinées au cours de ces deux-trois jours...!

*** Ma douceur pour Maman@Home. ***

*

You May Also Like

2 commentaires

  1. Un we extra et sacrement rempli dis donc, le lapin aux figues miam slurp ça doit être terrible ça !!! Je serais bien incapable de recevoir chez nous comme ça, ne sachant pas faire aussi bien à manger... des bises

    RépondreSupprimer
  2. Comme je te comprends! La famille, malgré tous ses défauts ;), il n'y a que ça de vrai!

    RépondreSupprimer

Et si tu me laissais un petit mot...?