Et si on inventait un mot pour dire ce dont nous ne voulons plus...?

by - mardi, mars 08, 2016

Aujourd'hui, 8 mars, c'est la Journée internationale des Droits des Femmes. *Petite mise au point pour le cas où tu aurais vécu jusqu'à très récemment sur une autre planète.* Une journée parfaite et symbolique pour lancer officiellement la plateforme internet NoGynophobie.org. Elle permettra d'informer bien évidemment, mais surtout de partager du contenu artistique, tels que des textes, des photos ou des vidéos, autour de la cause qu'elle met en avant, la lutte contre la gynophobie.

"La gynophobie, mais qu'est-ce donc ?", me diras-tu...

Et bien figure-toi que, si la langue française est merveilleusement riche, elle comporte aussi quelques lacunes. Dont une qui me paraît absolument incroyable : il n'existe aucun terme qui caractériserait l'ensemble des violences ou offenses faites aux femmes parce qu'elles sont des femmes. Une lacune qui n'est par ailleurs pas propre au français, aucune langue ne propose un tel mot. Alors, étymologiquement, tu fais appel à de vieux souvenirs de grec qui datent de l'école, tu mixes tout ça avec des mots que tu connais déjà, homophobie par exemple, et tu tombes sur le terme gynophobie.


L'association "Ensemble contre la Gynophobie", présidée par la réalisatrice Lisa Azuelos, souhaite aujourd'hui faire émerger ce terme, qui a l'avantage d'être neutre, exempt de toute idée de stigmatisation.
Au-delà de ça, son but est aussi de constituer un mouvement mondial afin de dénoncer les actes de gynophobie, de changer durablement les mentalités grâce à l'art et de créer un observatoire de la gynophobie. Il n'est pas question d'un nouveau combat à mener, juste de structurer une lutte ancestrale.

Et à l'occasion de la mise en ligne de son site internet, elle organise un concours international de courts-métrages soutenu par la Fondation Kering. Les participants devront produire des films de moins de cinq minutes traitant de la gynophobie, la dénonçant, la combattant ou même simplement en parlant. Si tu as une caméra, des convictions et quelques idées, je t'invite à y participer. La remise des prix aura lieu lors du 69e Festival de Cannes, en mai prochain.
Le mois de mai qui verra aussi la sortie en librairie aux Éditions Stock d'un ouvrage qui rassemblera des intellectuels autour de cette cause.
Autant d'initiatives qui porteront un nouveau regard sur cette lutte.

Pour qu'enfin la moitié de l'humanité cesse d'être une minorité.


*

You May Also Like

1 commentaires

  1. Un mot venu du grec - gyno = femme -phobie = peur qui veut bien dire ce qu'il veut dire. La peur amenant à mépriser l'autre pour la conjurer.

    RépondreSupprimer

Et si tu me laissais un petit mot...?