Par amour - Valérie Tong Cuong {Coup de ♥︎}

by - samedi, avril 08, 2017


Quatrième de couverture :

"Tout comme mes grands-parents, ma mère parlait peu de la guerre. Ou bien seulement avec d'autres Havrais. Je devinais pourtant qu'ils avaient vécu l'enfer. Un jour, j'ai saisi les raisons de ce silence. La ville n'avait pas seulement été occupée par les Allemands. Nos propres alliés, les Anglais, l'avaient bombardée sans relâche, puis détruite, assassinant nombre de ses habitants. Ce n'était pas une chose à dire.
Alors, j'ai voulu comprendre. Il a fallu retrouver des témoins du drame. Exhumer les archives. Ce que j'ai découvert m'a éclairée sur ce qu'est le courage, l'abnégation, et sur l'amour, qui était demeuré leur seul carburant."

Voici donc l'histoire de deux familles havraises emportées dans la tourmente de la Seconde Guerre mondiale. D'un côté, Joffre et Émélie, concierges d'école durs au mal, patriotes, et leurs enfants ; de l'autre, le clan de Muguette, dont l'insouciance sera ternie par la misère et la maladie.

Du Havre à l'Algérie où certains enfants seront évacués, des chemins de l'exode au sanatorium d'Oissel, ce roman choral met en scène des personnages dont les vies secrètes s'entremêlent à la grande Histoire, et nous rappelle qu'on ne sait jamais quelles forces guident les hommes dans l'adversité.

***

Mon avis :

Quand on vit comme moi sur la côte normande, on pense, à tort bien évidemment, tout savoir sur la Seconde Guerre mondiale. Et puis, en fait, le temps passant, on s'aperçoit que ce que l'on sait, c'est essentiellement ce qui a affecté notre petit lopin de terre. Non pas qu'on ne s'intéresse pas à ce qui s'est passé au-delà, non, mais peut-être que, comme ça affecte moins l'histoire de nos familles, ça reste plus distant.
Je ne suis pas normande de naissance, je le suis devenue par amour. Et si je considère aujourd'hui que vivre chaque jour sur une terre aussi chargée d'histoire est pour moi un cadeau, la lecture de ce dernier roman de Valérie Tong Cuong en a aussi été un. Immensément précieux.

L'histoire du Havre pendant la guerre, je l'ai apprise à l'école. Comme tout le monde, c'est-à-dire succintement. Il n'y a qu'à voir le visage de cette ville aujourd'hui pour comprendre à quel point elle a souffert de cette période noire.
Et ce roman constitue une formidable plongée dans ce qu'a pu être le quotidien des Havrais à l'époque. On sent que l'auteur a effectué énormément de recherches pour étayer son propos, sans pour autant que celui-ci tourne à la leçon d'histoire.

Le roman débute au printemps 40. L'exode jette les Havrais, comme beaucoup d'autres Français, sur les routes. Cap au Sud, mais sans savoir ni où aller, ni encore moins ce que l'on va devenir. Émélie et Muguette, deux sœurs aux caractères très différents, quittent Le Havre chacune accompagnée de ses deux enfants, leurs maris sont, eux, au front.

Le 22 juin, l'Armistice est signée. Les deux femmes ainsi que Joffre, le mari d'Émélie, reviennent au Havre. Commence alors une vie au contact de l'occupant allemand, puis sous les bombes des Alliés. Émélie ne reconnaît plus son époux, son attitude étant aux atipodes des convictions qui étaient siennes au début du conflit. Muguette, elle, tombe malade et se voit contrainte d'envoyer ses enfants en Algérie afin de les préserver au mieux des dangers.

À la fois saga familiale faisant la part belle aux sentiments et roman historique hyper documenté, Par amour est LE bijou de ce début d'année.
Que d'émotions j'ai ressenties avec cette lecture ! J'ai tremblé, me suis insurgée, eu le ventre noué, ai pleuré... Entre autres. Valérie Tong Cuong m'a totalement embarquée, jusqu'à me donner l'impression que je faisais moi-même partie de l'histoire.
Et ces personnages...! Mélange de délicatesse et de profondeur, aucun d'eux ne peut laisser insensible.

Sur un plan plus littéraire, j'ai particulièrement apprécié sa construction, chaque chapitre donnant la parole à un personnage différent, une forme chorale qui, je trouve, convient particulièrement à ces histoire très denses et étendues dans le temps.
L'écriture est, elle, fluide, tout à la fois simple et précise, c'est un vrai bonheur.

Et si l'amour était tout ce qu'il nous restait quand tout le reste s'effondre autour...? Et si l'amour était la plus grande de nos forces...?

Des questions qui trouvent bien évidemment leur réponse dans ce très joli roman. Incontestablement mon coup de cœur du premier trimestre !

Merci à NetGalley et aux Éditions JC Lattès pour cette bouleversante lecture.

*



You May Also Like

0 commentaires

Et si tu me laissais un petit mot...?