Cet été, j'ai lu et adoré...

by - samedi, septembre 30, 2017


Mieux vaut tard que jamais... Voici enfin mon récap' lecture de mon été !
Un été qui s'est avéré studieux, quoique très inégal.

Je pense l'avoir déjà évoqué par ici, j'ai la chance de faire cette année partie du jury du Grand Prix des Lectrices de ELLE. Pour le coup, cela a accaparé une grande partie de mon activité de lectrice, avec il faut bien le reconnaître plus ou moins de bonheur. Plutôt plus que moins, vu que les deux premiers des quatre livres dont je m'apprête à te parler sont issus de la sélection de mon jury d'octobre. Ils sont d'ailleurs l'un comme l'autre toujours en course pour le prix, j'en suis plus que ravie.

Pour le reste, j'ai enfin réussi à mettre la main sur quelques pépites qui se refusaient à moi depuis des mois : les listes d'attente de la bibliothèque semblaient ne jamais vouloir fondre jusqu'à arriver à moi. Mais ma patience a été récompensée.

Voici donc les livres qui m'ont marquée cet été. Et que je te recommande par conséquent.

***


Gabriële - Anne et Claire Berest

Si, comme moi, tu es fasciné(e) par le début du XXe siècle, notamment en matière d'art et d'évolution de la société, cette biographie de Gabriële Buffet-Picabia te ravira.
Elle se dévore comme un roman. Elle est riche comme un livre d'histoire de l'art. Comme un livre d'histoire tout court.

Écrite à quatre mains par les arrière-petites-filles de la première épouse de Francis Picabia, elle nous propose de lever le voile sur celle qui fut plus qu'une égérie, un véritable guide pour les précurseurs de l'art abstrait. Une femme indépendante et brillante, mais avec ses zones d'ombre.

Tu croiseras en ces pages pour ainsi dire tout ce que l'époque a compté de génies. En matière de peinture bien évidemment, mais aussi de littérature, de photographie, de danse, de mode, d'architecture...
Tu vivras la crue de la Seine en 1910, les débuts de l'aéronautique, la Première Guerre Mondiale bien sûr. Tu assisteras à la légendaire première du Sacre du Printemps. Tu iras de Paris à New York, du Jura à Barcelone en passant par Saint-Tropez ou l'Amérique Latine.

C'est tout à la fois foisonnant et absolument passionnant. J'ose à peine imaginer le travail de recherche que cela a demandé quand on sait qu'avant de se lancer, les auteures ignoraient pour ainsi dire tout de leur aïeule, partie sans rien laisser, pas même le plus petit lien familial.

***


Nulle part sur la terre - Michael Farris Smith

Je t'en ai déjà longuement parlé ici même lundi dernier. C'est un bijou, n'hésite pas à le lire si tu en as l'occasion.

***


Pukhtu Primo - DOA

DOA est un auteur majeur du roman noir français. Trop méconnu à mon sens mais qui mérite le détour. Pukhtu, c'est une plongée implacable dans la guerre d'Afghanistan. Primo, parce que c'est le premier des deux tomes qui composent cette fresque monumentale. Ça a l'air logique, comme ça, mais je préfère le préciser.

On est en Afghanistan, en 2008. La situation politique est particulièrement instable, le gouvernement d'Hamid Karzai peinant à imposer sa légitimité, les talibans sont de retour.
Militaires de la coalition dépassés, chef de clan pachtoune, mercenaires en tous genres, conseillers occultes, journalistes prêts à tout, tout ce monde se croise et s'entrecroise en tissant une intrigue extrêmement dense, parfois difficile à suivre mais tellement passionnante qu'on s'accroche sans peine.

Il y est question de terrorisme, de drogue, de guérilla anti-gouvernementale, de corruption, d'avidité et de perversité de l'âme humaine, des limites qu'on cherche sans parfois jamais les trouver.

DOA signe là plus qu'un roman, une fresque époustouflante, d'une incroyable noirceur, qui nous permet de découvrir un visage de la guerre bien plus complexe que celui qu'on imagine quand on est assis dans son canapé devant le journal de 20 heures.
Et moi qui suis toujours remplie d'interrogations devant le processus créatif, j'ai été bluffée par l'aspect ultra-documenté de cet ouvrage. J'avais à ce propos beaucoup apprécié d'entendre l'auteur en parler lors d'une de ses trop rares apparitions publiques, c'était dans La Grande Librairie en octobre dernier.

Quant à la scène d'attentat qui ouvre ces 650 et quelques pages intenses, elle revient encore régulièrement hanter mes rêves.

***


Culottées - Pénélope Bagieu

Je crois que là, nul n'est besoin de présenter ni cette incontournable BD, ni son auteure.

C'est tout à la fois distrayant, enrichissant et, je ne vois pas comment le dire autrement, d'utilité publique.

Des femmes qui ne font que ce qu'elles veulent... Que j'aime ce sous-titre !
Oui, elles font ce qu'elles veulent, elles ne s'en laissent pas compter et à mes yeux, c'est exactement ça, le féminisme : cette multitude de petits détails dont il est question tout au long de ces quinze portraits à la fois touchants et hauts en couleurs.

Revendiquer, c'est bien, agir, c'est encore mieux. Et ces femmes en sont la plus belle des preuves. Un  livre à mettre entre absolument toutes les mains.
Note pour toi-même : le second tome est tout aussi brillant.

***

Et sinon, toi, tu as des lectures à me suggérer...?

*
Les deux premiers ouvrages ont été reçus dans le cadre du Grand Prix des Lectrices de ELLE, les deux autres ont été empruntés à la bibliothèque de Caen.

You May Also Like

0 commentaires

Et si tu me laissais un petit mot...?