Des petits riens et du grand tout


Une bonne heure que je suis bloquée sur cette photo en cherchant les mots parfaits pour l'accompagner. Que je louvoie entre "allez, l'inspiration, ne me lâche pas, pas maintenant" et la tentation de dire juste que certains spectacles se suffisent à eux-mêmes.

Et puis MariChéri a eu la bonne idée de rappeler à mon souvenir une sublimissime chanson de Miossec, Je m'en vais. Bonne idée étant là, tu l'auras deviné, un euphémisme taille XXL vu l'effet que ce titre a sur moi, ça va faire quinze ans que je chouine dessus à chaque fois que je l'entends.

Note bien qu'il a évoqué ça sans rapport aucun avec les photos que je venais de prendre dans les champs en pyjama.

Bref.

Tout ça pour dire que, parfois, des choses très belles peuvent te laisser sans voix.
Que, parfois, des choses très belles peuvent te faire venir les larmes aux yeux, instantanément, comme ça, sans prévenir, alors que tu te sens merveilleusement bien et que pleurer était le dernier des trucs au programme de ta journée.

Et que jamais, ô grand jamais, tu ne veux risquer de perdre cette capacité que tu as à t'émerveiller. À t'émouvoir d'un presque rien.

Parce que tu sais que tous ces presque riens mis bout-à-bout forment un grand tout. Le plus précieux de tous car il n'appartient qu'à toi.

*

CONVERSATION

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Et si tu me laissais un petit mot...?

Back
to top