đŸŽ¶ Nous ne nous parlerons pas đŸŽ¶

* Du virtuel et de tout ce qu'il a Ă  nous offrir *


Ça fait trĂšs longtemps que j'ai dans l'idĂ©e d'Ă©crire au sujet des rencontres virtuelles sans avoir rĂ©ellement d'idĂ©e quant Ă  la façon d'aborder le sujet. Et puis, il y a eu le renoncement de JJG et son arrivĂ©e sur les sites de partage de musique, ça m'a permis, au grand dam de MariChĂ©ri, de pouvoir faire tourner sa discographie en boucle Ă  la maison et de me replonger dans mes Ă©motions d'adolescente puis de jeune adulte. VoilĂ  qui ne nous rajeunit pas, ma Bonne Dame !

Bref, j'ai déterré cette chanson, incontestablement l'une de mes préférées de l'artiste, qui disait bien avant l'heure des tas de trÚs jolies choses au sujet du passage du virtuel au réel.

À l'heure oĂč nous passons tous de plus en plus de temps sur nos ordinateurs et surtout sur nos smartphones, on ne va pas se mentir, les contacts virtuels, malgrĂ© tout ce que l'on veut bien en dire, restent des contacts comme les autres. Peut-ĂȘtre Ă  plus forte raison pour des personnes comme moi trĂšs Ă  l'aise avec l'Ă©crit.
Je suis d'ailleurs à titre personnel l'exemple parfait que l'on peut aussi trouver le meilleur sur internet : j'y ai rencontré mon mari, ainsi que mes meilleures amies. J'y ai appris beaucoup, y ai retrouvé des personnes que je croyais perdues à jamais, y ai échangé avec passion sur tout un tas de sujets, et surtout y ai noué des relations précieuses.

ConcrĂštement, si on  y rĂ©flĂ©chit bien, il n'y a pas grande diffĂ©rence entre se rencontrer sur internet, dans une rame de mĂ©tro ou en boĂźte de nuit. Il y a juste une Ă©tape en plus, celle de la rencontre "en vrai".

Souvent, quand je pars en vadrouille ailleurs en France, je mets ces jolies rencontres au programme. Et je ne m'en lasse pas. Parce que oui, si j'en dresse un trÚs rapide bilan, elles ont toujours donné lieu à de jolis moments, que ce soit à Lyon, en Bourgogne, en Bretagne, à Montpellier, à Toulouse, à Bordeaux, en région parisienne ou sur mes terres à Caen, parce que oui, parfois les gens viennent jusqu'à Caen, ces aventuriers ! ;)
C'est chouette de pouvoir enfin se taper la bise, de voir des yeux pétiller en direct, d'entendre une voix, de se tenir les mains, de prendre la pause à deux en mode shameless selfie comme si cela tombait sous le sens. Chouette aussi de partager un resto, de déboucher une bonne bouteille ou de s'offrir une pùtisserie avec ces personnes que l'on apprécie mais dont on est éloigné au quotidien.

Et moi, j'adore ce petit frisson, ce moment suspendu oĂč le virtuel prend corps.
Parfois, on a tellement échangé avant de se rencontrer que tout a aussitÎt valeur d'évidence.
Parfois, on est encore plus bouleversé qu'on aurait jamais pu l'imaginer.
Parfois, trÚs rarement en fait, on est déçu. Personnellement, ça ne m'est jamais arrivé.

Le virtuel est un moyen, ce n'est en aucun cas une fin. Libre à toi aprÚs d'attendre deux jours, un mois ou quelques années avant de lui donner une réalité. Ma petite expérience en la matiÚre m'a juste appris deux choses, que j'ai eu l'occasion de vérifier à plusieurs reprises.
S'il s'agit d'une relation amicale, peu t'importe le temps. Il est parfois des amitiés qui mûrissent pendant des mois, des années avant de s'épanouir au grand jour. Cela dit, si toutefois tu peux éviter de faire comme Marie et moi qui, au bout de plus de 12 années d'échanges ne nous sommes toujours pas rencontrées, ça n'est pas plus mal !
En revanche, concernant les relations sentimentalo-amoureuses, je ne saurais que trop te recommander de sauter vite le pas. Parce que rien ne remplace la douceur d'un baiser, l'odeur d'une peau. Parce que t'installer dans le virtuel, c'est toujours prendre le risque d'idĂ©aliser et par consĂ©quent le risque d'ĂȘtre déçu au moment de la rencontre. AprĂšs, il n'y a rien d'Ă©crit, chaque histoire bat Ă  son rythme. Une chose est sĂ»re, quoi qu'il arrive, donne-toi la chance du rĂ©el, mieux vaut nourrir des remords que des regrets.

Enfin, au milieu de tout ça, qui sait, peut-ĂȘtre qu'il existe aussi des relations qui sont destinĂ©es Ă  ne jamais rester que virtuelles...



NOUS NE NOUS PARLERONS PAS
Jean-Jacques Goldman

đŸŽ¶ J'ai bien reçu tous vos messages
Je vous ai lu page aprĂšs page
Je sais vos hivers et vos matins
Et tous ces mots qui vous vont si bien

En quelques phrases, en quelques lettres
Il me semble si bien vous connaĂźtre
On Ă©crit bien mieux qu'on ne dit
On ose tout ce que la voix bannit

Mais vous désirez me rencontrer
Et moi, j'ai si peur de tout gĂącher
Nos confessions, nos complicités
Comment garder tout ça sans rien casser
đŸŽ¶


Et puis... il y a ces deux vers que l'on ne trouve jamais Ă©crits nulle part et pour cause, on les entend Ă  peine Ă  la toute fin de la chanson, moi, ils me serrent le cƓur Ă  chaque fois... Pas de mots rien que nos bouches, juste nos mains qui se touchent...

*

Commentaires

  1. Le virtuel a du bon... et le réel aussi ! Comme nos moments passés ensemble, chez toi, chez moi ou à l'autre bout de la France.
    Bisous Ma Copine !

    RĂ©pondreSupprimer
    RĂ©ponses
    1. Reprendre un identitĂ© que j'ai tendance Ă  laisser de cĂŽtĂ©, mais qui comme le rĂ©sume bien ton billet m'a beaucoup apportĂ©, et m'apporte encore aujourd'hui. MĂȘme si je suis aux abonnĂ©es absentes, je traĂźne encore trop sur ce fichu IG. Mais ça me permet de ne pas passer Ă  Ă  cĂŽtĂ© de ce billet et de vous @AnneLaure et @Lalydo. Des bises de l'est pour l'ouest ;)

      Supprimer
    2. Aaahh mes copines de la Team Risotto !!! <3

      Il y a une citation qui dit en substance : les bons amis sont comme les Ă©toiles, on ne les voit pas toujours mais on sait qu'ils sont lĂ . Ça nous va bien, vous ne trouvez pas...?

      Plein de bisous Ă  vous.

      *

      Supprimer
  2. Quelle jolie journée nous avons passées ensemble et quelle jolie rencontre. Je regrette juste de ne pouvoir traverser la France pour découvrir ton petit coin de Normandie. Mais on encore de nombreuses années devant nous, n'est-ce pas ? Prends grand soin de toi.
    PS je la connais par coeur et sais aussi ces petits mots murmurés à la fin, un délice

    RĂ©pondreSupprimer
    RĂ©ponses
    1. Aaaahh ça oui ! J'en garde un excellent et précieux souvenir, quel formidable moment nous avions passé avec vous, chez vous. <3

      Pour la Normandie, la porte est grande ouverte, tu le sais, et peu importe le temps que ça prendra. Bon, avant la retraite, hein, quand mĂȘme...!

      Je t'embrasse fort ma DaniĂšle.

      *

      Supprimer
  3. J ai rencontrĂ© plein de personnes qui ne seraient jamais entrĂ©es dans ma vie sans Ă©cran interposĂ© Ă©tant une grande timide. Et chaque rencontre mĂȘme amicale me fait un peu peur (vais je ĂȘtre Ă  la hauteur vais je dĂ©cevoir l autre) et puis je me lance et quelle joie quels beaux souvenirs ! D ailleurs j espĂšre que tu as prĂ©vu de revenir Ă  Lyon bientĂŽt ��

    RĂ©pondreSupprimer
    RĂ©ponses
    1. Oh je crois que j'aurais pu Ă©crire les mĂȘmes mots que toi. Parce que j'ai l'air d'avoir une grande gamelle, comme ça, mais en rĂ©alitĂ©, je suis une flippette de la relation humaine... Alors effectivement, souvent, se lancer est ce que l'on peut faire de mieux !!

      Quant à Lyon... ça va faire dix mois que je ne l'ai pas vue et elle me manque... alors trÚs vite, j'espÚre !

      *

      Supprimer
  4. Je suis bien d'accord, d'autant que j'ai eu le plaisir de te rencontrer en vrai il y a un petit moment déjà ! Gros bisous à toi et ton MariChéri !

    RĂ©pondreSupprimer
    RĂ©ponses
    1. ... et je garde un excellent souvenir de cette belle journée bien remplie !
      Il faut absolument que l'on se refasse ça. ;)

      Nous t'embrassons aussi.

      *

      Supprimer
  5. J'aime bien le cÎté reposant du virtuel, j'avoue.

    RĂ©pondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Et si tu me laissais un petit mot...?

Posts les plus consultés de ce blog

Rassurez-moi, vous dites bonjour Ă  vos voisins, vous...???

Oh purée... Eric Forrester va mourir...