Utu - Caryl Férey

by - mardi, juillet 26, 2011


Quatrième de couverture :

D'origine maorie, Jack Fitzgerald s'était engagé dans la police suite aux disparitions inexpliquées de son épouse et de sa fille sur une île de Nouvelle-Zélande. L'annonce de son suicide, après la mort d'un chaman indigène aux pratiques occultes effroyables, ne convainc pas son ancien bras droit. Osborne, spécialiste de la question maorie, revient sur les traces de son ami et par la même occasion sur son propre passé. Hana, celle qu'il appelle "ma femme" et qu'il connaît depuis l'enfance, croise de nouveau sa route. Les disparitions continuent. Une réalité glaçante se dessine. Au pays du utu, la vengeance, comme les gènes, se transmet dans le sang...

"L'intrigue, violente, ficelée avec dextérité, et l'écriture, ciselée comme un coutelas, font de ce Utu un roman explosif : une autopsie radicale de l'enfer humain."
Martine Laval, Télérama.

Caryl Férey, né en 1967, s'est imposé avec la publication de Haka et Utu, enquêtes consacrées aux Maoris de Nouvelle-Zélande, comme l'un des espoirs confirmés du thriller français. Utu a reçu le prix Sang d'Encre 2005, le prix Michel Lebrun 2005 et le prix SNCF du Polar 2005.

***

Mon avis :

Utu, c'est la suite de Haka, que j'avais encensé . Enfin, la suite sans l'être puisqu'il semblerait que les deux romans puissent être lus indépendamment, et même dans n'importe quel "ordre". Je maintiens quand même, il est préférable de commencer par Haka.
Bref, ces considérations mises à part, l'immense claque prise à la lecture du premier volet des enquêtes maories de Caryl Férey n'a pas été renouvelée... Hélas !

J'ai d'abord été déroutée pas le style, et la construction. Le premier mot qui me vient à l'idée pour les qualifier, c'est imbitable, je sais, ça manque indéniablement de classe, mais c'est bien la sensation que j'ai eu au cours des premiers chapitres : un peu comme si je ne comprenais rien, comme si je ne retrouvais pas le style flamboyant de cet auteur que j'aime tant, comme si j'avais un mal fou à faire le lien entre le roman qui m'avait enthousiasmé et celui-ci... Je me suis sentie terriblement déstabilisée, au point de me demander si j'allais pouvoir aller au bout de cette lecture. Finalement, je me suis accrochée et j'ai bien fait.

Les personnages sont, certes, moins charismatiques. Les faits quelque peu plus embrouillés. Mais l'immersion dans la culture maorie toujours aussi intense, tellement intense même que ça te donne l'impression de partir très très loin au fil de ces pages, bien plus loin que tu ne pourrais l'imaginer. Mais une évasion qui n'est ni de tout repos, ni à mettre entre toutes les mains : certaines scènes décrites sont particulièrement insoutenables, avoir le cœur bien accroché te permettra à coup sûr de mieux apprécier.

Sans atteindre le niveau de perfection de Haka (si si, j'insiste, je persiste et signe), Utu est, malgré tout, une nouvelle preuve du talent de Caryl Férey. Hyper-documenté, ce roman d'une noirceur rare t'emmène à la découverte, à la fois, de lieux, d'une culture, de traditions inconnus. Et finalement, quand tu le refermes à la fin de ta lecture, tu te surprends à espérer un troisième volet.

Ma deuxième lecture pour le Challenge Thriller organisé par Cynthia.


*

You May Also Like

7 commentaires

  1. J'ai beaucoup aimé celui-là aussi. Moins violent mais tout aussi dur

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour, que de lectures qui paraissent vraiment fort intéressantes, merci a toi. Bon mardi collègue normande du bas

    RépondreSupprimer
  3. C'est sans doute pas classe imbitable, mais on comprend de suite de quoi il retourne :)

    RépondreSupprimer
  4. un auteur assez déroutant... mais bien aimé ces deux livres.

    RépondreSupprimer
  5. @ Angélita --> C'est étonnant, j'ai été plus dérangée par la violence de celui-ci que par celle du premier... Et pourtant, c'est toi qui as raison...! ;-)

    @ Thierry --> Je t'en prie ! Passe un excellent mardi aussi, en haut ;-) !

    @ Eve --> Hi hi ^_^ ! En fait, c'est une expression de mon père que j'aime beaucoup et je m'étais dit qu'il fallait à tout prix que je la case sur le blog... ;-))))) !

    @ Mazel --> Déroutant, c'est un chouette qualificatif, je trouve ! Et très juste qui plus est.

    @ Chrys --> À découvrir, vraiment !

    Une belle journée à vous tous !

    *

    RépondreSupprimer
  6. Dis moi ... j'ai laissé deux messages à Cynthia et je n'ai pas de réponse pour le challenge, tu crois que c'est mort ?

    RépondreSupprimer

Et si tu me laissais un petit mot...?