lundi 7 janvier 2013

Vis ma vie de chercheuse : apprendre à se connaître

On s'est quittés la dernière fois, je m'apprêtais à serrer la main de ma désormais conseillère attitrée-pour-combien-de-temps-personne-ne-le-sait Pôle-Emploi, Véronique de son petit nom. Là, je suis en mode "pince-moi, je rêve", parce que c'est de très très loin la personne qui m'a fait la meilleure impression depuis une demi-heure que j'ai mis les pieds dans la fourmilière... J'y peux rien, quand le hasard se met à jouer en ma faveur, même rien qu'un tout petit peu, je ne peux pas m'empêcher de flipper...!


 Bref, nous nous installons dans son chouette mais petit bureau, à Véro, et elle entreprend d'éplucher toute la paperasse avec laquelle je suis venue, celle qu'on m'a expressément demandée, et celle que j'ai eu le bon sens d'apporter, subodorant à juste titre que ça m'épargnerait un aller-retour, un truc non négligeable au prix où on te vend l'essence actuellement !

Première chose, elle a l'air très agréablement surprise que j'aie compris comment remplir le document qui m'a été remis à l'accueil. Parce que, visiblement, y'en a pour qui rien que nom, prénom, date de naissance, ça s'apparente visiblement à une face nord himalayenne. Alors je te laisse imaginer quand, en plus, derrière, on te demande ton adresse, ton téléphone, voire des détails sur tes expériences professionnelles... Bref, elle survole tout ça, ne trouve rien à y redire. Bon, ça, c'est jusqu'à la découverte du motif de mon licenciement. Autant te dire que je n'en mène pas large avec mon abandon de poste dont je me demande s'il va longtemps me coller comme une vieille m*rde au cul d'un chien galeux. Finalement, en un éclair, je décide de jouer carte sur table. Pas par envie de faire pleurer dans les chaumières, ce n'est pas maintenant que tout ça est derrière moi, que je vais me complaire à m'y vautrer, qui plus est en entraînant des inconnus avec moi. Non, simplement parce que je suis convaincue que, de tout cela, il peut sortir quelque chose de positif. Je me plie donc aux aveux : harcèlement, dépression, burn-out, abandon de poste, licenciement... Et me voilà devant vous ! Mais vous savez, je veux travailler !!!! Cool, elle a pas l'air de tiquer, Véro.

Enfin, si elle ne tique pas sur ce que je lui raconte, il n'en est pas de même quand elle se plonge dans les papiers fournis par mon employeur afin que je puisse prétendre à une indemnisation chômage. Je t'avoue que, comme j'avais déjà du mal à comprendre leurs fiches de paie trois pages pour un salaire de 969€ à temps complet et en travaillant le dimanche je te rappelle, ça m'avait vaccinée de l'envie de mettre mon nez dans ces documents-là. Heureusement que Véro était là parce que, si elle accusait réception de mon dossier en l'état, j'allais me retrouver avec 2 ou 300€ par mois pour vivre, je pense que ça m'aurait refilé une p*tain d'incontrôlable envie d'aller foutre le feu chez ces gros c*nnards, ce que je ne parviens à réprimer qu'au prix d'énormes efforts depuis trois ans.
Du coup, on repart de zéro, à savoir, on va refaire tous les documents sur la base de mes fiches de salaire de ma dernière année travaillée. Ça va être gratiné, dans la mesure où je n'arrive pas à remettre la main sur toutes, au point où je me demande s'il n'y en a pas qui sont restées dans mon vestiaire au magasin avant ce funeste jour d'août 2010... Mais bon, je suis déjà bien heureuse que l'erreur ait été relevée, c'est toujours mieux que rien ! Et la miss Véro, pour le coup, je la sens atterrée et à deux doigts de m'avouer que, dans des conditions pareilles, elle compatit, voire elle comprend que je me sois enfuie.

Puis, très rapidement, elle me parle d'esp'OIR, un dispositif fort bien nommé mis en place par la région Basse-Normandie et qui permet d'accéder à une formation professionnelle qualifiante et surtout compatible avec le marché de l'emploi. Un genre de bilan de compétences mais en mieux, pour te la faire courte et surtout, si j'ai tout bien compris.
Tu t'en doutes, il ne m'aura pas fallu dix minutes de réflexion pour parvenir à la conclusion que c'est exactement ce qu'il me faut... Je plonge ! On fait la paperasse, on prend rendez-vous avec un centre de formation qui s'occupe de ça et roule ma poule, une bonne chose de faite.

Je ressors donc de là sous le coup de l'émotion du premier rendez-vous, le rose aux joues, convaincue que je rentre dans une chouette nouvelle période de ma vie, pressée que demain arrive, et surtout par la porte de service : oui, figure-toi qu'à 17 heures, le rideau est baissé chez Pôle et que, pour un peu, les collègues de Super-Véro me jetteraient presque des cailloux pour que je déguerpisse plus vite !

La prochaine fois, je te raconte ma première réunion au centre de formation et comment, pour une histoire de stylo, je me suis sentie au-dessus du dessus du panier... un peu à la place de l'anse, quoi...!!!

*

11 commentaires:

  1. Quand on tombe sur une bonne personne au PE, cela peut s'avérer très positif.
    Moi aussi j'ai eu une personne compétence et motivée, ça fait du bien!

    RépondreSupprimer
  2. Extra super ça c'est du bon contact et du programme positif, je suis enchantée pr toi...

    RépondreSupprimer
  3. 2013 : l'année de la chance... ça a l'air bien parti ! Bisous ma belle

    RépondreSupprimer
  4. pourvu que ça dure....je le souhaite!

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour ! Je vois que tu as eu de la chance dans ton malheur de tomber sur une personne professionnelle et humaine qui semble t'avoir proposé des bonnes solutions. Finalement on va le croire que 2013 13 13 c'est une année porte-bonheur ! Allez courage ! bises à bientôt. Pascaline

    RépondreSupprimer
  6. Quelle chance de tomber sur une conseillère compétente et compréhensive (semble-t-il)!
    J'ai dû annuler mon premier RDV avec un conseiller la semaine dernière pour cause de grippe, et je suis bien dégoutée car c'est reporté, si tout va bien...au mois prochain!

    RépondreSupprimer
  7. Une nouvelle aventure qui s'ouvre à toi, j'espère que tu trouvera ton graal professionnel ;-)

    RépondreSupprimer
  8. Je suis contente pour toi que tu sois tombée sur une perle qui se fait rare !
    Moi, j'ai renoncé au Pôle Emploi, je préfère attendre un miracle, une intervention divine, mais cela ne m'empêche pas de chercher ce qui peut être compatible avec ma situation assez exceptionnelle.
    De toute façon, les agents du Pôle Emploi ont tout fait pour refuser même de m'inscrire.
    Donc, pour moi, donc acte !
    Mais tu as plus d'années que moi à faire, et il faut absolument que tu travailles quand même po assurer tes "vieux jours", c'est indispensable.
    Tu sembles bien partie, j'y crois, et nous savons que tu as plein de quelités, de talent, de culture, de passions !
    Donc, tu trouveras !

    RépondreSupprimer