En mai, j'ai lu et adoré...

by - lundi, juin 12, 2017


Seulement neuf lectures au mois de mai... Plus l'année avance et moins je lis. Je ne sais pas s'il s'agit là d'un dommage collatéral lié à l'arrivée des beaux jours, mais j'ai un peu l'impression d'être en train de tomber dans un puits sans fond. Imagine-toi, on approche dangereusement de la mi-juin, et je commence seulement (et très péniblement) mon troisième roman du mois. Ça sera un miracle si j'ai quatre coups de cœur à te présenter le mois prochain !

Il va pourtant falloir que ça change, vu le nouveau challenge littéraire dans lequel je me trouve embarquée, tu as dû voir ça passer sur IG.

Bref, on n'y est pas, alors pour l'instant, je te présente ce qu'en mai, j'ai lu et adoré...

***


Tous en chœur - Gill Hornby

Tout d'abord, si comme moi tu te poses la question, sache que Gill Hornby n'est autre que la sœur de Nick Hornby. Ça, c'est dit, au moins, tu le sauras !

Comme le titre et la couverture le laissent imaginer, ce roman est construit autour de la vie d'une chorale dans une petite ville anglaise en pleine période de mutation. En effet, à Bradford, un projet de supermarché est très froidement accueilli par la population, qui tient à ses commerces de centre-ville. Et pendant ce temps-là, la chorale locale perd son chef, blessé dans un accident de la route, et doit trouver à la fois de nouvelles voix et un nouveau répertoire afin de briller au prochain championnat régional.

La chorale est un prétexte pour dérouler l'histoire des multiples personnages qui la composent. Il y a Tracy, mère célibataire totalement réfractaire à la modernité, qui voit avec appréhension son fils unique se préparer à partir en mission humanitaire en Afrique. Bennett, ténor d'exception, et son encombrante ex-épouse, Sue, qui s'accroche encore désespérément à leur histoire passée, sans rien en dire bien sûr. Annie, la meilleure amie de Sue, qui a une fâcheuse tendance à jeter de l'huile sur le feu en règle générale, et dans ce cas-là en particulier : elle trouve à Bennett toutes les qualités et ne comprend pas ce divorce...

Du joli feel-good made in Great Britain. Tous ces personnages qui cherchent à se réinventer à l'aube de la cinquantaine sont terriblement attachants, même ceux qui, sur le papier, sont censés être les plus agaçants. Un roman drôle et tendre qui te dit que rien n'est jamais totalement perdu, qu'il suffit parfois de tourner un tout petit peu le volant pour se retrouver sur une route dégagée. J'ai beaucoup aimé.

***


Surtensions - Olivier Norek

Comme je te le disais le mois dernier, j'ai trouvé avec Olivier Norek un nouvel auteur de polar qui me plaît et j'ai fini, en mai, sa trilogie Victor Coste, dont Surtensions est le dernier tome. Bon, je ne te cache pas que cette nouvelle m'a quelque peu serré le cœur, tant je me suis attachée à cette équipe de flics au caractère bien trempé, efficaces et sympathiques.

L'action de Surtensions se déroule toujours dans le 9-3. Plusieurs histoires vont se téléscoper de façon à former une intrigue d'une impressionnante densité et d'une noirceur parfaite, ça tombe bien, c'est tout à fait ce à quoi nous a habitués l'auteur. Et, je le dis, ce que j'aime chez lui. En plus du fait qu'il sait de quoi il parle.

Il y a d'abord cette femme à qui l'on propose un marché pour faire sortir son frère de la prison la plus dangereuse de France. Puis une prise d'otage, façon home-jacking. Quatre prédateurs menacent une famille et la question est de savoir jusqu'où le père sera prêt à aller pour sauver les siens. Cinq criminels, n'ayant selon toute vraisemblance rien en commun, retrouvent alors leurs destins liés.

On ne sait, tout au long de ce roman haletant, qui des flics ou des voyous est le plus au bord du gouffre. Et j'aime autant te prévenir : pas de happy end. Bien au contraire, puisqu'on apprend dès les premières pages que les évènements ont très mal tourné pour Coste et son équipe.
Ce roman, qui vient tout juste d'être distingué au Grand Prix des Lectrices ELLE, est très bon, très éprouvant et laisse le lecteur hagard, avec une seule idée en tête : hâte de voir sortir un quatrième bouquin d'Olivier Norek ! À priori, ce sera à l'automne prochain.
 
***


L'Arabe du futur, tome 2 - Riad Sattouf

On avait quitté le petit Riad et sa famille peu après leur arrivée en Syrie à la fin du premier tome. La famille s'installe à Ter Maaleh, un village dans la campagne près de Homs, berceau des Sattouf.
Ce deuxième volet couvre la première année scolaire de Riad, en 1984-85 et c'est assez terrifiant, comme on peut s'y attendre venant de la Syrie d'Hafez El-Assad.

Riad, avec sa sensibilité et sa tignasse blonde, a du mal à trouver sa place à l'école. Apprendre à lire et à écrire l'arabe se révèle des plus ardus, les enseignements sont improbables et parfois d'une violence inouïe, l'institutrice fanatique et/ou folle...
À la maison, c'est guère mieux : il faut apprivoiser ce quotidien tellement différent. Le manque permanent de confort et de produits de la vie de tous les jours, le recours au marché noir, les bakchichs qui parviennent toujours à tout arranger, la façon dont les riches savent profiter du régime... Et cette famille syrienne, si différente avec ses encombrantes traditions.

On sent au fil des pages le père de Riad de plus en plus perdu, en proie à un questionnement permanent.
C'est tout à la fois terrible et vraiment très tendre. C'est fou tout ce que l'on peut dire lorsqu'on parle du point de vue d'un enfant, et c'est tant mieux. Et ce trait, tellement reconnaissable, que j'aime tant... 

J'ai bien évidemment adoré et j'attends avec impatience, mais pas trop, de pouvoir enfin découvrir le troisième volet de cette auto-biographie vraiment pas comme les autres.
 
***


Six mois d'abonnement - Gabriel Dumoulin

Tout est dans le titre : six mois, c'est le temps durant lequel l'auteur a fréquenté un site de rencontre. Une expérience qu'il a souhaité partager dans cette BD aux airs de traité sociologique, de façon non exhaustive bien sûr, on ne peut prétendre avoir vécu toutes les expériences possibles en si peu de temps, mais pour ce que j'en sais, assez fidèlement. Oui, parce que moi aussi, comme bon nombre de personnes de mon âge aujourd'hui, je suis passée par là. À cela près que je suis loin d'avoir le talent de Gabriel Dumoulin pour en faire un bouquin !

De discussions virtuelles en rendez-vous bien réels, il décrypte fort bien cette nouvelle façon de vivre la rencontre amoureuse. Bien sûr sur la base de sa propre expérience mais j'y ai bien retrouvé les espoirs déçus, les incessants questionnements existentiels, les atermoiements dont est fait le quotidien du célibataire 2.0.

Un seul (petit) reproche : j'ai trouvé que le livre se terminait de façon un peu abrupte. Mais ça ne m'a pas gâché le plaisir pour autant.

***

Et toi, aurais-tu un ou deux livres à me conseiller parmi ceux que tu as lus le mois dernier...?

*
Le premier ouvrage a été reçu en SP, les autres empruntés à la bibliothèque de Caen.

You May Also Like

2 commentaires

  1. Je vais lire le premier ♥ J'aime beaucoup son frère !!

    RépondreSupprimer
  2. Hello, alors en conseil lecture, je dirais Le Rêve de Ryosuke, le nouveau livre de l'auteur des Délices de Tokyo (je ne sais pas si tu l'avais lu ou pas), sinon j'ai adoré Nuits blanches et Gros Câlins, un très joli témoignage d'un papa.
    Sinon je lis en ce moment les Enfants de Venise et j'aime beaucoup, cela me sort de mes lectures types de d'habitude.

    Tu as plein d'autres idées sur mon blog :
    http://pause-the.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer

Et si tu me laissais un petit mot...?