Se perdre dans Palerme

by - jeudi, septembre 05, 2013

De la Sicile, je ne t'ai pas encore montré grand chose, je t'ai même carrément abandonné à Segeste en plein cagnard certes, mais surtout bien installé devant les vestiges de son superbe temple.
Après cette belle entrée en matière, nous avons repris la route en direction de Palerme où nous sommes arrivés pile poil à l'heure de la sortie des bureaux, à mon plus grand désespoir. Parce que je dois bien t'avouer, si j'ai survécu à la conduite romaine en des temps immémoriaux, si elle m'a laissé un souvenir impérissable, et pas dans le bon sens du terme, elle n'est rien comparée à la conduite sicilienne qui est quand même nettement un cran au-dessus en matière de non-respect du code de la route, de grand n'importe quoi option super dangereux. Notre hôtel étant situé en plein centre-ville, c'est avec des sueurs froides que j'ai abordé l'épreuve si si, c'est possible, même quand tu n'es que copilote. Fort heureusement, j'ai été formidablement aidée par l'exceptionnel gps du téléphone de mon Chéri.

Le temps de prendre possession de notre chambre et de son immense salle-de-bain, de nous remettre de nos premières émotions sous une bonne douche, de parer au plus pressé en terme de calmage de coups de soleil, nous avons chaussé nos chaussures préférées : celles de touristes errants. Oui parce que, ce que nous préférons et faisons pour ainsi dire systématiquement quand nous arrivons dans une ville que nous ne connaissons pas, c'est nous balader sans but, au gré de notre inspiration, avec tout de même une carte et un guide à portée de main en cas d'égarement. Mais sans prendre de note, sans s'inquiéter de rien, d'où l'absence de légendes sous les photos que tu vas voir plus bas.

Après nous être accordé une petite glace, faut quand même savoir vivre à l'heure italienne, nous être fixé comme vague but de la promenade les quartiers autour de La Cala, le port de plaisance de la ville, nous nous sommes lancés.
Au premier abord, Palerme est un choc à elle seule, tant elle est sale. Effroyablement sale. Entre les ordures à l'abandon, les vieux meubles qui pourrissent sur les trottoirs, les bâtiments inhabités à demi détruits, les tags qui fleurissent un peu partout... Mais très vite, et de façon tout ce qu'il y a de plus inexplicable, elle ravit ton cœur, son charme efface le noir et la saleté, elle est tellement pleine de vie, elle respire fort et tu sens son cœur battre, je n'imaginais pas pouvoir tomber sous le charme d'une ville de façon si évidente. Et les Palermitains sont probablement parmi les personnes les plus charmantes qu'il m'ait été donné de croiser en voyage : hyper souriants, toujours prêts à te renseigner même s'ils sont pressés, faisant attention à ne pas te gêner quand tu prends une photo...

Sur ces considérations dont j'espère qu'elles sauront éveiller ta curiosité quant à la capitale de la Sicile, je te laisse te perdre à ton tour dans ses rues. Et je te rassure, ça se termine bien puisqu'on a fini par s'asseoir à une très chouette table !















*

You May Also Like

8 commentaires

  1. Réponses
    1. C'est un peu fait pour ;-) !
      C'est plus fort que moi, quand un lieu me plait, j'ai envie de convaincre la terre entière !!!

      *

      Supprimer
  2. Malgré la saleté, cette ville dégage un charme énorme ! Je comprends ton coup de coeur :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et tu me rappelles que je te dois un mail sur le sujet !

      *

      Supprimer
  3. J'adore la Sicile, Palerme, j'aime bien visiter, mais c'est bien pire que Marseille pour y vivre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, il est vrai que je ne me vois pas du tout y vivre...!

      *

      Supprimer
  4. Ce qui fait oublier le côté cahotique des villes du sud c'est souvent l'ambiance qui s'en dégage et le fait aussi que ce sont des villes vivantes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très certainement, et tu es bien mieux placée que moi pour le savoir !
      C'est vrai que ça en fait des lieux terriblement attachants je trouve.

      *

      Supprimer

Et si tu me laissais un petit mot...?