La forêt des ombres - Franck Thilliez

by - mardi, novembre 30, 2010


Paris, hiver 2006. Arthur Doffre, milliardaire énigmatique, est sur le point de réaliser un rêve vieux de vingt-cinq ans : ressusciter un tueur en série, le Bourreau 125, dans un livre. Un thriller que David Miller, embaumeur de profession et auteur d'un premier roman remarqué, a un mois pour écrire contre une forte somme d'argent.
Reclus dans un chalet en pleine Forêt-Noire, accompagné de sa femme et de sa fille, de Doffre et de sa jeune compagne, David se met aussitôt au travail. Mais il est des fantômes que l'on ne doit pas rappeler, et la psychose saisit un à un tous les occupants de la ténébreuse demeure cernée par la neige...

"Huis clos oppressant, suspense diabolique, plongée violente dans les tréfonds de l'âme humaine, Franck Thilliez réussit l'impensable : prendre d'emblée son lecteur au fond des mailles de son filet romanesque."
Olivier Delcroix - Le Figaro

***

Un grand Thilliez, oppressant, dérangeant, haletant...
On passe par toutes sortes de sentiments, pas toujours très agréables il faut bien l'avouer.
Les personnages ne peuvent laisser indifférent, d'une façon ou d'une autre.
Disons que ça m'a un peu vaccinée de l'ambiance chalet perdu au milieu de nulle part, une image qui, juste là, était plutôt idyllique pour moi... J'ai comme-qui-dirait mal dormi pendant cette lecture, après aussi !

Je ne cesserai jamais de me demander comment un tel roman peut sortir d'un esprit sain... Avec tous le respect et l'admiration que j'ai pour vous, Monsieur Thilliez, c'est quand même hallucinant !!!

*

You May Also Like

3 commentaires

  1. On se le demande parfois, c'est clair! ;)

    RépondreSupprimer
  2. Même constatation.......... pareil que pour Messieurs Chattam et Grangé d'ailleurs...........
    Mais vu qu'on est fan........ a-t-on nous aussi un esprit sain ?????
    *Bisous*

    RépondreSupprimer
  3. J'ai lu un Thillez et je me suis rendue compte que je n'étais pas fan mais je reconnais que côté action et suspense, on est servi chez lui!

    RépondreSupprimer

Et si tu me laissais un petit mot...?