jeudi 31 mai 2012

Dans mon coin, il y a... une gare maritime transatlantique mythique.


Mythique mais aussi Art-déco, sa monumentale et majestueuse salle des bagages vient tout juste de finir d'être rénovée afin d'accueillir une partie du nouvel espace permanent que la Cité de la Mer, à Cherbourg, consacre au Titanic. Une exposition sur laquelle je ferai en sorte de revenir en ces pages tant elle m'a émue.



*

mercredi 30 mai 2012

À celles qui sont deux...


Les belles nouvelles et les annonces de grossesse fleurissent sur la blogo, sur FB, un peu partout en fait. On n'y peut rien, c'est cyclique et rarement isolé, parfois, dans la même soirée, c'est deux ou trois fois que tu te retrouves devant le bonheur des autres étalé là, aux yeux du monde... Et surtout à mes yeux, à moi qui n'en finis plus d'attendre.
Alors, selon l'humeur, selon le moment, je vais avoir la force de venir te féliciter. Ou pas. Parfois même, mais ça, tu ne le sauras pas, apprendre que tu es enceinte me file un bourdon du diable, à pleurer pendant des heures sans pouvoir m'arrêter.

Et puis après, tu constateras probablement que tu me verras un peu moins chez toi, surtout ne m'en veux pas. Il n'est en rien question de te jalouser. C'est juste que la notion d'empathie, si forte chez moi, elle devient horriblement douloureuse quand il est question de porter en soi un petit être dont l'arrivée va t'offrir le plus beau rôle de ta vie, celui de maman. Un rôle que je désespère de pouvoir endosser un jour...

Ne t'étonne pas non plus si je deviens particulièrement silencieuse une fois que la merveille sera là. C'est juste la faute des mots. Ceux que je ne parviens pas à trouver pour te dire que je partage ta joie.
Tu sais, je n'aime pas être comme ça. Parce que ce n'est pas moi... D'ordinaire, je ne renâcle pas devant une difficulté, mais c'est juste que celle-ci a des allures d'insurmontable à mes yeux, elle génère une douleur que je suis bien en peine de gérer...

Bref, je pourrais passer des heures à essayer de me justifier.
Sache juste que le silence n'empêche pas les pensées.
Celles qui m'animent ce soir vont à Faustine et à Cla. Du fond du cœur.

*
Photo : WeHeartIt.

La collection - Yves Dauteuille ☞ Grosse marrade, super bon mots et top cadal inside ! ☜


C'est une collection étonnante, éphémère, vouée à se défaire. Une collection de petites annonces, toutes plus loufoques les unes que les autres. À saisir littéralement et dans tous les sens, sans modération.
Avec un humour décalé, Yves Dauteuille bouscule notre rapport aux choses ; il nous convie à un voyage dans le gag, le bizarre, l'absurde (ses lecteurs évoquent volontiers Raymond Queneau ou Pierre Dac), transformant le plus banal objet domestique en matière poétique.
On ne se lasse pas de le lire. Et d'en rire.

"Dans cette Collection coruscante et paradoxale, Yves Dauteuille explore notre relation cognitive au réel. À l'évidence, on dénonce ici, en sous-texte, l'insignifiance d'un matérialisme paradigmatique de notre époque post-moderne. L'auteur convoque une poétique du dépouillement, de l'effacement, qui, de Bartelby à Perec, est le signe des plus grands."
Pif Gadget

"Ce bouquin, il est grave trop fun !"
Les Nouveaux Cahiers de sémiotique paratextuelle

Yves Dauteuille vit à Annecy, où il loue un garage pour entreposer un tas de vieilleries.
Le jour où, pour s'en débarrasser, il décide de poster des petites annonces sur leboncoin.fr, il y met une touche personnelle... qui lui vaut aussitôt des lecteurs assidus. C'est le début d'un véritable buzz.

***

Amateur de notre langue et de ses trésors, de énième degré, d'humour décalé et de plaisirs simples, ne bouge pas et écoute bien ce que j'ai à te dire : ce livre est fait pour toi !!!

Tu me connais, je t'ai ultra-rarement trompé(e) sur la marchandise en matière de bouquin, si je l'ai fait, c'était bien malgré moi. Alors je t'invite à me faire totalement confiance, de celle que l'on qualifie d'aveugle va savoir pourquoi, quand je te dis que le contenu de celui-ci confine au génie...!
Le postulat de départ, tu l'as compris : il s'agit d'un recueil de petites annonces publiées par l'auteur sur leboncoin. Mais pour avoir déjà maintes fois parcouru ce site en quête de la perle rare, je puis t'assurer que ces annonces-là n'ont véritablement rien à voir avec celles que tu as pour habitude d'y croiser...

C'est bien simple, quand l'ouvrage est arrivé dans notre boîte-aux-lettres, nous avons passé, mon Chéri et moi, la journée à nous écharper, gentiment s'entend, chacun tentant tour-à-tour de subtiliser le bouquin à l'autre, la maison ne cessant de retentir de nos rires gras/enjoués/démoniaques, vas-y, raye la mention inutile ;-). Et même si c'est pas très classe, je peux bien te l'avouer ici, vite fait, on est entre nous : à chaque page j'ai failli me faire pipi dessus tellement ce que je lisais me fendait la poire.
Ce recueil est un véritable antidote à la morosité ambiante, il vaut toutes les plaquettes de Zoprac de la Terre ! Et, au-delà du rire provoqué, du bien-être éprouvé à cette lecture, j'ai été touchée par la grande tendresse qui se dégage de ces écrits, je ne saurais t'expliquer ça avec des mots simples et intelligibles, c'est une question de ressenti.
C'est bien simple, je n'ai eu qu'une envie, une fois la dernière page refermée, c'est de demander à Yves Dauteuille de vite s'atteler au Retour de la Revanche de la Collection parce que, moi, j'en veux encôôôre !!!

Allez, juste pour que tu te fasses une idée et un peu pour le fun aussi, l'une de mes préférées...

Robe courte pour longue soirée.
Vos enfants sont malades ? Profitez de cette fièvre du samedi soir : confiez-les à leur père et partez danser avec vos copines, vêtue de cette scintillante petite robe.
Attendez-vous à être harcelée sur la piste, car les milliers de paillettes métalliques dont l'ont saupoudrée ses créateurs, messieurs H et M, vont décupler votre magnétisme naturel.
Mais soyez rassurée, vous danserez sous haute protection : c'est une véritable cotte de mailles à l'épreuve des bals. Son attrait réside aussi dans son dessin original, qui évoque immédiatement un passage piéton scintillant sous la pluie. Les hommes resteront en arrêt devant vous, les plus timides en rougiront.
Enfin, en vous raccompagnant, ils apprécieront la facilité avec laquelle la robe se retire, découvrant vos courbes lascives. À propos de lascive, je conseille de la laver séparément. À froid.

Mais ce n'est pas tout... Figure-toi que, grâce aux éditions Flammarion, tu vas toi aussi pouvoir te gondoler grâce aux annonces du Sieur Dauteuille, puisque je te propose de gagner un exemplaire de son ouvrage. Mais, pour ce faire, il va te falloir bosser un peu, oh, juste un tout petit peu, rien de bien grave, ni de bien épuisant, je te promets.
Je te donne jusque dimanche soir, 18 heures, pour me dire ici-même, en commentaire, quel objet insolite tu aimerais vendre ou trouver sur leboncoin, genre un peigne pour chauve ou une chaise percée à porteurs, enfin t'as compris l'esprit ;-) ! Et puis, comme j'en ai envie et que je trouve légitime de privilégier les fidèles des lieux, ta participation comptera double si tu es de ceux-là. Allez, à toi de jouer !!!

***

Edit du 3 juin, 20h05...

And the winneuse is... Camille !!!! J'attends ton adresse par mail.

Merci à vous toutes pour vos participations et vos propositions, toutes plus insolites les unes que les autres : vous nous avez bien fait rire ici !
Et à nouveau un grand merci aux éditions Flammarion, pour cette découverte qui fait du bien !!!

*

Un tian vaut mieux que deux tu l 'auras ... - Mercredi gourmand #56

*** Mouais, je kiffe les jeux de mots pourris ! ***

Ce week-end, il ne t'aura pas échappé que l'astre solaire nous a honorés de sa présence. À priori, si j'ai bien tout suivi, où que nous nous soyons trouvé(e)s dans notre beau pays.
Et, pour moi, un week-end au soleil, et à plus forte raison s'il se passe chez mes parents, c'est synonyme de repas pris au jardin, de barbecue, de grandes salades composées et de légumes du Sud. Un plaisir que nous avons partagé en famille, et surtout dévoré à pleines dents, on ne sait jamais de quoi demain sera fait...!



Du coup, dans mon élan le-soleil-brille-j'aime-tout-le-monde-la-vie-est-belle, je t'ai même concocté une nouvelle bannière toute fruitée, elle aussi aux couleurs de l'été qui est en train de s'installer. N'hésite surtout pas, sers-toi, sers t'en !!!

Mais bon... Toi, tu as mangé au jardin ce week-end...?

***

Un Mercredi Gourmand aussi chez...

- Arlette qui nous a gardé une part de tarte framboises-fromage blanc.
- Maman@Home qui a des fringales de glace au caramel au beurre salé.
- Anita avec de superbes escargots au chocolat faits maison.
- Evelyne, entre le vert de son jardin et une chouette recette de brousse.
- Tortue avec une belle assiette emplie d'appétissants desserts.
- Sophie qui te fera manger de la soupe pour le dessert !
- Bouboulette et son flan de légumes au roquefort, qui me fait grâââve envie !!!
- Valoutyne qui a mangé sushis et makis faits maison.
- Lucky Sophie avec de belles idées si tu veux fêter ton anniversaire en rose.
- Nikit@ qui nous présente le roi de son jardin et de sa cuisine aussi !
- Petit Diable et un bon resto en terrasse entre copines.
- Chris35 et son délicieux smoothie banane-gingembre-lait d'amande.
- La Grenadine qui t'offre une chouette idée pour cuisiner les oeufs.
- Estelle qui nous dévoile les secrets d'une boîte bien gourmande !
- Marie-Do et ses sablés régressifs qui mettent à mal ma volonté de régimeuse ;-) !
- Covima et un délice de gaspacho glacé aux fraises.
- Melly qui a mis l'été dans son assiette, on n'attendait que ça !
- Ptisa et les souvenirs gourmands d'un week-end au soleil.
- Sandy qui évente le secret de la recette des cookies du bonheur.
- Ava entre yaourt au citron et chrononutrition !
- Juju Tricote avec une recette très légèrement caramélisée !!!
...


PS : Je te rappelle qu'en guise de gourmandise ultime, y'a la pistache aussi... ;-) !

*

mardi 29 mai 2012

Mauvais genre

Je suis du genre à adorer l'idée de me sentir vivante. Et ça tombe bien : l'excès est comme une seconde nature chez moi. À croire que j'ai été livrée sans bouton OFF...! Avec moi, le rire, c'est très fort, la bouffe, c'est beaucoup et très bon, les amis, c'est très peu mais excellents... Sur le papier, comme ça, ça peut avoir l'air amusant, mais je t'assure qu'au quotidien, c'est épuisant. D'autant plus que c'est valable pour les bonnes comme pour les mauvaises choses...


Je suis du genre à dormir avec mon chat. Oui, je sais, c'est nase mais j'assume totalement.

Je suis du genre bordélique à l'extrême. Mais je maintiens : mon bordel est or-ga-ni-sé !!! Personne n'est obligé de savoir que parfois, je ne m'y retrouve pas...!

Je suis du genre à vivre ma vie sans me mêler de celle des autres. Je ressens la plus profonde pitié pour ceux qui sont incapables de se contenter de ce qu'ils ont ou qui passent leur temps à lorgner chez leurs voisins, à envier leurs amis, à traquer ceux qu'ils jugent être leurs ennemis. Ta vie, c'est ce que tu en fais, tout le temps que tu passes à te mêler des affaires des autres, c'est du temps que tu pourrais utiliser à construire ton bonheur, du temps que tu perds...


Je suis du genre à ne pas être rassurée quand je suis sur un bateau, l'eau n'étant pas véritablement mon élément préféré.

Je suis du genre à fondre d'amour devant Lilly et Mademoiselle A. : ces deux-là peuvent me demander ce qu'elles veulent, je me débrouille toujours pour le faire, pour le donner, pour l'acheter... Elles me feraient marcher sur la tête que j'en redemanderais encore !!!

Je suis du genre à adorer faire la sieste.

Je suis du genre à ne pas pouvoir faire deux choses en même temps. J'ai beau essayer, ça se termine toujours en eau de boudin... Et c'est malheureusement valable pour absolument tout, le futile comme le plus important. J'aimerais tellement y arriver !


Je suis du genre à regarder de bonnes grosses c*nneries à la télé avec ma gamelle à commentaires grande ouverte. J'y peux rien, ça me détend...

Je suis du genre à m'émerveiller de petits riens, c'est tellement important à mes yeux de savoir apprécier ces minuscules choses, ces menus plaisirs qui rendent la vie plus belle !!!

Je suis du genre à adorer recevoir des leçons par des personnes hyper bien placées pour le faire... Genre des leçons de savoir vivre par une personne experte en sans-gêne, des leçons de lessive ou de repassage par une souillon, des leçons de culture par des gens dont le seul horizon littéraire est un roman de Marc Lévy, des leçons de santé dispensées par des hypocondriaques notoires... Pauvres d'eux...!

Je suis du genre à manger du saucisson au petit-déjeuner. Mais je te rassure, d'une part, je ne passe plus pas systématiquement à l'acte, et de l'autre, je me soigne !


Je suis du genre à toujours remettre au lendemain ce que j'aurais pu faire la veille. Du coup, je me retrouve souvent obligée de cavaler à la dernière minute pour tout ce qui fait appel à une date buttoir. La fille qui, à 23h50, cherche ses identifiants pour se connecter au site des impôts pour déclarer ses revenus alors qu'elle a jusqu'à minuit pour le faire, ne le cherche pas, c'est moi !!!

Je suis du genre à être capable de prendre trois douches dans la journée.

Je suis du genre à aimer les gens que j'aime plus que je ne m'aime moi-même... C'est clair...?!?...

Je suis du genre à ressembler à l'eau qui dort, tu sais, celle dont on dit toujours dans le proverbe qu'il convient mieux de s'en méfier. Sous mes airs rigolards, j'aime autant te dire qu'il ne vaut mieux pas me faire chi*r. Les quelques uns qui s'y sont risqués s'en souviennent encore. Parce que si je répugne à faire le mal, je ne suis pas la dernière pour me défendre, ne t'inquiète pas pour moi.



Je suis du genre à rêver à tout ce que je pourrai m'offrir si je gagnais au Loto. Mais à ne pas y jouer...!

Je suis du genre à radoter. Mon grand âge probablement ! Je me répète beaucoup, souvent, énormément. Mais bon, je me rassure en me disant que j'ai grandi dans une famille de sourds et que ça doit être la crainte de ne pas être entendue qui m'a rendue comme ça.

Je suis du genre à fuir les conflits. Je trouve qu'il y a bien assez de choses auxquelles on ne peut échapper dans la vie sans devoir en rajouter.

Je suis du genre à ne pas être une vraie fille. Je n'ai jamais joué à la poupée, je n'aime pas me mettre en robe ni en jupe, je ne me damnerais pas pour des crèmes de soin... Mais, là encore, je me soigne : maintenant, je me démaquille avant de me coucher le soir !

Je suis du genre à pleurer devant Cold Case... Je t'assure, ça marche presque à chaque fois !


Je suis du genre à acheter des livres de façon tout-à-fait compulsive et, par conséquent, déraisonnable. Ma PàL se chiffre en bibliothèques entières, oui, avec des S à la fin. Et je ne me calme pas pour autant. Si je te dis que j'en ai acheté 27 rien que la semaine dernière...

Je suis du genre à me sentir submergée chaque jour chaque jour par l'amour que j'ai pour Lui : sans réserve, magnifique et absolu, la plus merveilleuse des sensations qu'une femme puisse ressentir !

Je suis du genre à adorer les rituels : ils donnent à ma vie un genre de cadre de référence sur lequel j'aime à m'appuyer. Mais t'inquiète, juste des rituels, pas des TOC ;-) !


Je suis du genre à adorer recevoir des fleurs.

Je suis du genre à nous encombrer, moi, mon Chéri, mon espace, ma maison, de milliards de petites choses inutiles mais dont je ne peux me passer. C'est plus fort que moi : accumuler doit me rassurer quelque part ! Rien que là, au moment où j'écris ces lignes, j'ai sous les yeux des chats en porcelaine, des coquillages, un hérisson en peluche, quelques pièces, des fiches-recettes, une multitude de stylos, une carte postale, des autocollants, un collier, des cartes-mémoire pour mon téléphone, une clé USB, un carnet d'adresses, trois vernis à ongles, des aiguilles à tricoter, un papillon de bois, une boule à neige avec une vache dedans, des cartes de visite, une pince à linge, des boîtes Hermès vides, un repose-sachet de thé, un tournevis, des échantillons de tissus, un porte-clés, deux tout petits poissons en bois peint, une pince à cheveux, un joli timbre... Et mon bureau doit mesurer à peu de chose près 70 centimètres par 40.......!

Je suis du genre à être tellement généreuse que je me fais plumer... Je ne compte plus ce que j'ai prêté et qu'on ne m'a jamais rendu, de l'argent, des livres, des fringues, des DVD, des services et j'en passe... Et j'attends encore que ça me serve de leçon...!

Je suis du genre à arriver à l'heure aux rendez-vous. Très à l'heure. Excessivement à l'heure. Bon... OK... Hyper en avance !!!


Je suis du genre à avoir gardé mon âme d'enfant. Et même mieux que ça, à l'entretenir précieusement !

Je suis du genre à surkiffer être la conne de bien plus con que moi, et crois-moi, en la matière, j'ai de l'expérience !!! Quand quelqu'un que j'exècre me traîne dans la boue, je prends juste ça pour un honneur. Manquerait plus qu'il/elle me trouve sympa...!

Je suis du genre à ne pouvoir m'endormir sans avoir lu au moins quelques pages. Parfois ce ne sont que quelques lignes...

Je suis du genre à aimer le matin. Plus que n'importe quel autre moment de la journée. Il est à mes yeux comme une page blanche sur laquelle tout reste à écrire.

Je suis du genre à adorer quand je trouve une bonne idée sur la blogo. Celle-ci vient de chez Marie, les mamans testent, je te conseille d'aller y jeter un œil : non seulement tu découvriras quel est son genre, à elle, mais en plus, elle fait le lien vers des tas d'autres copines qui se sont prêtées au jeu !

*
 Photos : WeHeartIt.

Le week-end selon Lilly

Quand j'ai laissé traîné ma petite caméra sur une chaise au jardin dimanche, je n'imaginais pas que ma Lilly s'en emparerait. Ou plutôt, je me doutais bien qu'elle serait attirée par la chose, mais j'étais à des lieues de penser qu'elle saurait comment s'en servir... Pinaise, ma nièce est une enfant 2.0...!

Voici donc un résumé du dernier week-end chez mes parents, vu à hauteur de ses petits yeux coquins de même pas quatre ans.

Il y avait des tables installées dans le jardin...


Une trottinette garée n'importe comment entre deux virées...


Le barbecue de Papy... 


Le délicieux gâteau de Mamie... Qui avait mis son joli chemisier à fleurs. Mamie, hein, pas le gâteau... ;-) !


Un parasol peinant à contenir les assauts de l'astre lumineux...


Des fleurs aux couleurs magnifiques...


Un ciel bleu de chez bleu...


Des chaises-longues orange...


Une mini photographe s'auto-immortalisant, hyper fière d'elle qu'elle était...


Et une Tatie complètement gaga d'amour... Et tu sais quoi, Maman@Home...? J'adore ça !!!!!!!


*

lundi 28 mai 2012

Instant T. #10


L'oncle et sa nièce en balade dans les jardins de l'ancien Hôtel Baudy à Giverny cet après-midi.

Pour Nikit@.


*

dimanche 27 mai 2012

Et de trois !!!


J'aime les week-ends chez mes parents aussi parce qu'ils me donnent l'occasion de partager un moment et quelques photos avec ma petite dissidente...

Un moment tout tendre de mémèràchats que je partage avec toi, Magda !


*

vendredi 25 mai 2012

Tête à galurin


La question aujourd'hui, ne se pose presque pas, Virginie ;-) ! Parce que tu n'as pas vu ma tête quand je porte une casquette : j'ai l'air tellement ridicule que je réserve ce couvre-chef aux situations où je ne peux faire autrement : le sport, le bricolage au soleil, le jardinage... 

Le reste du temps, c'est le chapeau qui l'emporte... Ah oui, parce qu'avec un chapeau, j'ai belle allure, crois-moi !
Du coup, avec lui, mon petit bitos sans prétention acheté une poignée de queues de cerises un jour de canicule en Charente l'année dernière, je fais mon marché, je m'attarde devant un verre en terrasse, je me balade sur la plage si le vent le permet, je déjeune au jardin, j'arpente ma Normandie du Bas, je bouquine au soleil... Et ça tombe bien qu'on en parle parce que le soleil nous accorde aujourd'hui une météo d'exception. Hop hop hop... J'éteins Monsieur Mac et je file au jardin...!


La question de la semaine prochaine : appartement (de rêve) ou maison (de rêve)...?

*

jeudi 24 mai 2012

Dans mon coin, il y a... une mini-mairie, toute rikiki !


Ce n'est pas la plus petite de France, même si, dans mon souvenir, cette dernière se trouve aussi en Normandie, dans l'Eure plus précisément... Mais reconnais qu'elle est vraiment mignonne, non, Virginie...?


*

mercredi 23 mai 2012

Comme un premier bilan - Mercredi gourmand #55

Ça fait à peu près cinq semaines que ma vie de gourmande a fondamentalement changé.


Cinq semaines que je dévore des pommes ou des radis quand une fringale me prend, que je taille des tagliatelles de courgettes, que j'ai fait mes adieux aux croissants du week-end, que mon poissonnier me voit plus souvent que mon boucher (à qui je fais quand même coucou en passant !), que je passe des heures à éplucher des épinards, que je goûte à coups de yaourts, que je ne mange plus de fromage, que j'expérimente sans grand succès la réalisation de desserts homologués WW mais tous plus dégueux les uns que les autres, que mon congélo est rempli de légumes surgelés, que j'ai banni le grignotage...

Mais surtout, en cinq semaines, je n'ai pas renoncé au plaisir, je me suis toujours aussi souvent trouvée derrière les fourneaux, je ne me suis pas angoissée parce que j'étais invitée à prendre l'apéro, j'ai même fêté mon anniversaire, à plusieurs reprises qui plus est, j'ai continué à aller au resto de temps en temps, et à me régaler chaque semaines des gourmandises que tu as eu la gentillesse de partager avec moi, si si, même si j'ai failli à ma tournée de commentaires la semaine dernière...

Et tu sais quoi...? La balance m'a même gratifiée hier d'un très encourageant -5,6 kilos... Ça le fait, tu ne trouves pas...?

***

Et, parmi les gourmandes du jour, tu trouveras...

- Maripolmi qui recycle boîtes à gâteaux et pots de confiture.
- Evelyne  avec la preuve qu'on peut faire simplissime et délicieux.
- Arwen qui se lance dans des expériences périlleuses !
- P'tite Fée que la météo pousse à faire encore de bons petits plats chauds.
- Djoul avec un gâteau au yaourt mais sans oeufs.
- Tortue qui nous livre les secrets des petits pâtés de courgette de son fils.
- Sophie qui fait dans l'enfantin, le régressif, le fastoche !!!
- Lucky Sophie qui a mis toute une prairie dans son assiette.
- Petits Diables avec des spaghetti aux fruits de mer, je ne te dis que ça !
- Juju Tricote qui essaie de nous convaincre que sa recette du jour est diététique ;-) !
- La Grenadine avec une divine adresse glacée sur Lyon.
- Marie-Do qui met des bonbons en bocal et même que, chez elle, y'a du cadal !
- Chocoladdict et un cake très original, plein de saveurs et de parfums.
- Les délices d'Anaïs qui partage avec nous des gourmandises de la région nantaise.
- Arlette qui s'octroie une récompense, super bien méritée, moi je dis !!!
- Valoutyne chez qui les pizzas toquent à la porte le soir ;-) !
- Maya Lou qui mange sur la terrasse et qu'est-ce que c'est joli !
- Melly avec ses verrines tête-en-l'air.
- Chocophile avec un délicieux wok sucré-salé.
- Ava, en repérage gourmand dans un bien bel endroit.
- Regard de Femme avec une magnifique tasse très déraisonnablement remplie ;-) !
- Bouboulette qui nous livre son rapport à la gourmandise.
- Anita avec une délicieuse crème au kiwi, je ne te dis que ça.
- El qui se la joue gourmande et paresseuse et elle a bien raison !
...


*

mardi 22 mai 2012

lundi 21 mai 2012

Wonderful™ la vie !

Ferme les yeux oublie la pluie et le froid et imagine... Un samedi soir, ou n'importe quel autre soir d'ailleurs, il fait beau, tu as des copains qui débarquent à la maison à l'heure de l'apéro, on s'installe dehors, pour profiter des derniers rayons du soleil, exactement le genre de moment qui fait du bien, simple et sympa...
Et qu'est-ce qui est indispensable à un moment de convivialité et de partage...?


Des pistaches évidemment. Mais pas n'importe lesquelles ! Parce que, depuis que j'ai découvert les Wonderful Pistachios, je ne jure plus que par elles, je n'imagine pas ne pas en avoir d'avance dans mes placards...
Pour être tout à fait honnête, des pistaches, je n'en achetais plus. Ça avait pour moi un intérêt moyen sur le plan gustatif, et puis, la vraie galère, c'était de les ouvrir : parce que devoir attaquer la coque au marteau ou y laisser une dent, tout de suite, ça enchante un peu moins et, de là à ce que l'apéro se transforme en galère, il n'y a qu'un pas. Mais ça, c'était avant que je ne découvre ces merveilles ! Et comme une photo vaut souvent mieux qu'un long discours, tiens, je t'en ai gardé un peu...


Franchement, elles ne te font pas envie...? Bien grosses, bien belles, bien ouvertes, et bien vertes, ce qui n'est pas pour déplaire à l'un de mes vieux copains.



Et le goût, mon Dieu, le goût... Franchement, là, tu rentres dans une autre dimension ! Et parce que ce n'est pas qu'au goût qu'elles sont excellentes, mais aussi pour ta santé. Je ne saurai que trop te conseiller d'aller traîner sur le site de la marque, ou sur leur page FB, histoire de découvrir les différentes variétés, de voir les incroyables vergers où elles poussent sous le soleil de la Californie et de t'assurer de pouvoir les trouver dans ton supermarché, sur ce dernier point, maintenant que je t'ai bien fait envie, ne t'affole pas, il y a de grandes chances que la réponse soit oui !

Et puis, si j'ai un seul conseil à te donner : goûte-les !!! Pendant ce temps-là, moi, je m'en retourne rôder autour du paquet que je suis sensée n'ouvrir que vendredi prochain, pour une soirée entre amis... S'il me résiste jusque là...!

*

Article sponsorisé

Les survivantes - Lalie Walker


Anne Boher, la très sérieuse et réputée légiste de la morgue de l'hôpital de Strasbourg, est harcelée et acculée, au bord du gouffre. Lettres anonymes et poupées ensanglantées déposées à son domicile sont sur le point de la rendre folle... Qui lui en veut ? Pour quelles raisons ? Serait-ce lié à sa volonté de demander l'exhumation des corps des victimes du fou de Blauelsand, affaire pourtant brillamment résolue, grâce à elle, deux ans plus tôt ? Y a-t-il un rapport avec le dossier 242 ? La maladie de sa mère ?
Son amie Laure Bellanger, psychologue, et Franck Albertini, un ancien flic tourmenté, tentent de voler à son secours. De son côté, Enzo Marquèz, l'assistant de la légiste, cherche ce mystérieux dossier dans les labyrinthiques archives de l'hôpital, un lieu sur lequel courent d'étranges rumeurs parlant d'expériences médicales...
En toile de fond, la canicule sévit, la capitale alsacienne connaît un été effroyable. L'hôpital est débordé, les décès se multiplient, la morgue est saturée. Les citoyens volontaires, militants d'un ordre nouveau, veillent tandis que dans l'atmosphère saturée de la ville, jaillis de nulle part, retentissent les grands airs de La Traviata.

Lalie Walker, née en 1964, est écrivain et psychothérapeute avec une spécialisation en sophrologie analytique et psychogénéalogie. Elle est l'auteur de : Aux malheurs des dames (éditions Parigramme, 2009), À l'ombre des humains (éditions l'Atelier In8, 2008), L'Appel du barge ("Le Poulpe", éditions Baleine, 2007), et des aventures du commissaire Jeanne Debors (Folio, 2005-2008).

***

Aaahhh... Enfin...! Oui, enfin car cela faisait bien longtemps que je n'avais rien ressenti au cours de mes lectures, tout du moins rien d'aussi tangible que ce que j'ai ressenti à la lecture de cet excellent roman noir, très noir.

Dès les premières pages, j'ai été happée, comme prise à la gorge par l'atmosphère décrite : il m'a semblé brûler dans la canicule strasbourgeoise alors qu'ici, il fait plutôt des températures de novembre, et, je ne sais par quel ressort stylistique et je ne cherche surtout pas à savoir, c'est aussi ça la magie de la lecture, Lalie Walker est parvenue à me faire entrer dans la peau du personnage d'Anne Boher, au point de me sentir tout aussi oppressée qu'elle, de me sentir moi-même traquée.
Des personnalités nombreuses, complexes, multiples, névrosées chacune à leur façon, une galerie de portraits inquiétante qui se plait à nous malmener : on ne sait jamais où est le bien, où est le mal, qui fait le bien, qui fait le mal. De même qu'on devine l'impensable derrière l'intrigue principale, un impensable tellement effrayant qu'on peine encore à y croire une fois le mystère dévoilé.

Je lis pour recevoir, pour ressentir des émotions, et c'est certainement aussi pour cela qu'il m'est toujours difficile de parler de mes lectures. Trop souvent dernièrement, quand bien même ce que j'avais sous les yeux me plaisait, il n'y avait pas ce petit truc en plus, celui qui fait que tu as peur, que tu trembles pour le héros, que tu as envie de pleurer, de rire, de crier ta joie à la Terre entière... Ce roman a réussi à réveiller un truc endormi en moi.
Et accessoirement à me donner envie de me plonger dans les enquêtes de Jeanne Debors, personnage disparu évoqué dans cet ouvrage.

*

dimanche 20 mai 2012

Sushi party


Soirée à deux, en amoureux, hier. Du coup, on a fait péter les sushis à la maison, tranquilles. Et puis, pas n'importe les quels... Juste les meilleurs de la galaxie ;-) !!!

Je t'en offre, Magda...?


*

samedi 19 mai 2012

Dans ma cuisine, des herbes


Qui attendent patiemment que je sois décidée à les rempoter... Basilic, persil, cerfeuil et céleri qui viendront ravir nos papilles tout au long de l'été.

De vertes saveurs que je partage avec toi, Chocoladdict.


*

Ma semaine sur la blogo, le retour ! Et accessoirement #35

Voui, je sais, mais ne dis rien... Y'a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis !

Tiens... Faudra que je songe à changer cette bannière aussi...!
Bref... Avec vous cette semaine, et même un peu au-delà...

Je suis restée en arrêt devant le vaisselier de mes rêves.
J'ai noté une idée shopping pour quand j'aurai crossé le channel !
J'ai mangé dans une boîte à bento à la mode danoise.
J'ai eu plein de pensées pour un rêve devenu réalité.
J'ai adoré une fille avec un drôle de genre.
J'ai trouvé aussi accro que moi en matière de jeux à la c*n.
J'ai constaté que les pharmaciens mettent chaque jour à mal le serment de Galien.
J'ai surkiffé une foufoune pas comme les autres.
J'ai eu envie de fraîcheur en relevant un bien sympathique défi.
J'ai partagé la difficulté d'être sans enfant au milieu de certaines mamans.
J'ai littéralement craqué pour de divins cocktails bullés.
J'ai eu envie de me prendre une grande claque moi aussi.

Et surtout, surtout, surtout, j'ai collecté ici et , une foultitude d'adresses romaines et gourmandes qui ont réveillé en moi une envie jamais vraiment éteinte : retourner au plus vite dans la capitale italienne !!!

*

vendredi 18 mai 2012

Mémèràchats !


Forcément !!!

Pour Zaza et Magda.


*

Ramène ta fraise !


 À la sortie de l'hiver, je n'ai qu'une envie : délaisser les pommes, les oranges et les kiwis pour me jeter sur les fraises. À ta question, Virginie, je ne peux donc que donner une réponse de saison !

Je les choisis françaises, ça semble tomber sous le sens mais ça ne l'est visiblement pas pour tout le monde. Jamais de fraises espagnoles à ma table : non seulement elles sont bourrées de saloperies, pesticides et autres produits nocifs pour la santé, mais en plus leur culture est un véritable désastre pour l'environnement. Pour couronner le tout, elles n'ont aucun goût si ce n'est celui de flotte.
Alors que, chez nous, nous avons des produits exceptionnels : je me souviens notamment des fraises de Phalempin qui constituaient l'inoubliable dessert dégusté à La Laiterie l'été dernier. De même, j'adore imaginer des desserts autour : charlotte, verrines, vacherin... Un délice !

Mais ma préférence ira toujours à celles du jardin de mes parents, cueillies à même le parterre, et croquées alors qu'elles sont encore toutes chaudes d'avoir passé leur après-midi au soleil... Toujours mon insatiable goût des plaisirs simples ;-) !


La question de la semaine prochaine : chapeau de paille ou casquette...?

*

Un éléphant, ça trompe énormément - Clic-clac #19, saison 2


Ce curieux éléphant qui louche est en fait un refuge à insectes. Il fait partie d'un projet réalisé par les élèves de 3ème d'un collège horticole de la région.

Pour Cricri.


*