dimanche 31 octobre 2010

Habits de lumière - Happy Sunday Evening


Première compétition de l'année pour Mademoiselle A à Lyon la semaine prochaine et surtout, une grande première pour moi... J'ai hâte !
Elle est revenue à la maison après l'entraînement hier avec ses habits de lumière...

Pour celles qui sont curieuses de savoir dans quelle discipline brille la fille de Petit C, deux fois championne de France quand même ;-) , un petit clic ici.

Et pour la récap' des HSE, c'est chez Poppy !

*

Un peu d'respect pour les Vieux ;-) !


Double sacrilège au petit-déjeuner ce matin...

Manger du quatre-quarts fait-maison-avec-amour en quantités plus que déraisonnables devant deux malheureux qui sont au régime depuis des semaines...
Et le gâcher en le tartinant de Nut', ce truc ignoble bourré d'huile de palme, qui a le don de te descendre directement dans la culotte de cheval... :-S

Vraiment, y'a plus d'jeunesse, ma Bonne Dame !!!

*

vendredi 29 octobre 2010

jeudi 28 octobre 2010

Au secours, j'ai froid !!!

Bon, je crois qu'il faut se rendre à l'évidence : l'été est terminé... :-S

Non non, cette constatation tardive n'a rien à voir avec le fait que mes deux ou trois neurones restants fonctionnent au ralenti, c'est juste qu'ici, en Normandie du Bas, octobre nous a offert quelques belles surprises à base de ciel bleu, de soleil et, dans le pire des cas, de "pas de pluie"... Nous avons savouré !

Mais là, depuis quelques jours, on rentre dans le dur.
On a eu le droit à tout, y compris aux gelées matinales... Brrrrrr...

Et, dans ces cas-là, il faut savoir se réchauffer...!
Oui, nous y venons, nous allons rentrer dans le cœur du sujet !!!

Avec Petit C, on a un truc imparable...
Ça consiste à... BIIIIIIIIIIIIIIIIIIIP...


Mais non... N'allez pas imaginer le "pire"...
Ça consiste juste à acheter des pulls, à se blottir l'un contre l'autre emmitouflés dans un plaid sur le canapé, à filer sous la couette dès le dîner terminé, à se la péter top-classe en pyjama - grosses chaussettes, et même peignoir par-dessus si les températures l'exigent...
Alors, pour le classé X, vous repasserez... :-D !!!

Sinon, il y aussi l'option "fourrure"... ;-)
Oh non, pas de panique, je ne suis pas de celles qui prennent du plaisir à revêtir la peau d'un animal mort pour se tenir chaud...
Non, moi, mes animaux, ils sont vi-vants... Gnark gnark gnark !!!


Bon, ce n'est pas très évident là, parce qu'elles sont "au repos", mais en guise de chaufferettes, elles assurent grave, ça serait comme un genre de bouillotte.
À poils, certes, mais bouillottes quand même !!!
L'avantage, c'est qu'elles s'adaptent à toutes circonstances : vous pouvez les porter directement sur vous, sur les genoux, le ventre, les épaules, vous pouvez les combiner à l'option "couette", dessus ou dessous, collées contre vous... Im-pa-rable !!!

Dernière possibilité : le tricot !


Mes dons en la matière étant des plus limités, je tricote des écharpes... C'est tout droit, c'est facile, bref, à ma portée, quoi !
Le seul problème, c'est que je suis la championne du "je-commence-tout-et-je-ne-termine-rien", j'ai donc dans mes placards des tas de "débuts d'écharpes"...
Vous me direz, je pourrais peut-être toutes les relier bout-à-bout, ces ébauches d'écharpes, ça m'en ferait une qui tiendrait vaguement la route... Moche, oui, mais longue pour le coup :-D !

Si avec tout ça, je ne passe pas l'hiver au chaud, moi... :-S !!!

***

Clic-clic
 Ceci est ma participation au concours "Un peu de douceur contre le froid", organisé par Me, Myself and I.
Un petit clic sous sa bannière pour jouer vous aussi !

*

mercredi 27 octobre 2010

Monster - Patrick Bauwen


Mon nom est Paul Becker. Je suis médecin.
Je vis dans une petite ville, en Floride.
J'ai une femme, un fils, un boulot que j'aime. Une existence ordinaire.
Jusqu'au jour où je découvre un téléphone portable. Un patient l'a perdu pendant une consultation. Un homme étrange. Dangereux.
Soudain, ce téléphone sonne. Et ma vie bascule.
Complots. Meurtres. Disparitions.
Toutes mes certitudes vont s'effondrer.
Pourquoi je vous raconte tout ça ?
C'est très simple... Votre vie va basculer aussi.

***

J'avais beaucoup aimé le premier roman de Patrick Bauwen, L'Oeil de Caine, un huis clos super prenant et surprenant sur fond de télé-réalité.
C'est donc sans hésitation que j'ai acheté celui-ci, dès sa sortie en poche.

Ma conclusion après une lecture express, 600 pages en une grosse journée...?
Pas mal... Sans plus.
Je dois avouer que je suis un peu agacée par le côté "auteur français qui écrit à l'américaine"... Même si Patrick Bauwen vit en partie aux États-Unis... Bon, il faut reconnaître que l'histoire serait plutôt difficilement transposable en France.
À croire qu'on n'a pas les mêmes fêlés qu'outre-Atlantique :-S !
J'ai été dérangée par la perversion, la portée de certains actes, et puis, la pédophilie, car c'est de cela qu'il est question sur le fond, je crois qu'actuellement, c'est beaucoup plus que mon petit esprit ne peut en supporter...

Ce qui n'empêche que j'ai trouvé certains personnages intéressants, notamment celui de Connie Lombardo, l'infirmière avec laquelle travaille Paul.
Que ce roman va à cent à l'heure et que ça, c'est bien agréable.
Non, finalement, c'est plutôt un bon bouquin.
Peut-être que je n'étais pas vraiment dans les bonnes dispositions pour en affronter certains aspects...!

*

mardi 26 octobre 2010

Avec le temps...









Avec le temps, les enfants grandissent...
S'envolent du nid pour établir ailleurs leur propre nid...
Puis, les enfants ont des enfants, les parents deviennent des grands-parents...
Les grandes sœurs, des "Tatie Nanoute"...

La seule chose qui ne change pas, avec le temps, c'est l'amour...
Non... C'est faux... L'amour, il grandit !

Clic-clic
Ceci est ma participation au concours lancé par Chrys.
Et, pour la couleur, Chrys, je dis "Rouge !" ;-) !

*

lundi 25 octobre 2010

Encyclopédie capricieuse du tout et du rien - Charles Dantzig


Voici, par l'auteur du Dictionnaire égoïste de la littérature française, un tour du monde et de la vie en huit cents pages de listes. rangées par thèmes (les lieux, les gens, les corps et le sexe, les arts, les mots, l'histoire...), elles nous permettent de retrouver son érudition, son esprit, et même des confidences. on rit, on est caressé ou griffé, on l'écoute avec passion parler gravement de choses légères et légèrement de choses graves...
Un livre sans équivalent.

"Mieux vaut le savoir : les listes du Docteur Dantzig sont parfaitement subjectives, sinon fantaisistes. Ce sont de purs prétextes pour parler de choses et d'autres. Tout cela donne bel et bien une œuvre littéraire. Au fil des pages, on s'insurge, on s'indigne, on sourit, on applaudit." Robert Solé, Le Monde.

"Le dandy retrouve ici son génie de la pointe, son art de l'entrechat et du triple salto. C'est merveille de voir ce Tristram Shandy du XXIe siècle, débordant de verve et d'opinions tranchées, sortir sans relâche de sa manche d'éblouissantes colombes, et des kilomètres de pense-bêtes artistement noués les uns aux autres." François Dufay, L'Express.

***

Si on m'avait dit qu'un jour, je dévorerais 844 pages à une telle vitesse, je suis certaine que je n'aurais pu le croire... Et pourtant !!!

Ce livre m'a beaucoup intriguée du temps où j'étais libraire : il se vendait comme des petits pains, à toutes sortes de lecteurs et ce, malgré son classement au secteur "Lettres", un secteur pour le moins élitiste et dans lequel, je dois l'avouer en toute franchise, je n'ai jamais eu pour habitude de choisir mes lectures, hormis quelques biographies d'auteurs ou traités sur la langue.
Le temps a passé, je l'ai oublié.
Et puis, j'ai presque honte, c'est un article dans un magazine féminin qui m'a donné envie de le lire... Pas dans Lire, ni dans Transfuge, des trucs un peu intellos auxquels je suis abonnée, non non... Dans un "simple" magazine pour filles ;-) ! Ce qui a retenu mon intérêt en me laissant penser que ça ne devait pas être si indigeste que le titre à rallonge le laissait craindre...!

Et bien m'en a pris : je me suis ré-ga-lée !!!

Ce livre est à la fois un monument d'érudition et un merveilleux objet de détente.
Il y a un petit côté "miscellanées" dans cet ouvrage qui m'a particulièrement plu.
Personnellement, je l'ai lu tout d'une traite, tant le propos m'a happée et le contenu m'a fascinée, mais on peut aussi se contenter de picorer de-ci de-là, à son rythme, en fonction des envies.
J'y ai appris des tas de choses, dans des domaines aussi différents que l'art, l'histoire, la politique, des futilités aussi et c'est ça qui fait le charme de ce bouquin !

Tout n'y est que subjectivité et, par conséquent, on ne peut pas y rester insensible.
Seuls points sur lesquels je ne suis prête à faire aucun effort : Charles Dantzig aime Proust et la corrida autant que moi, je trouve le premier indigeste et la seconde cruelle et inutile...  :-S !
Mais Proust et la corrida sont bien peu de chose comparé au plaisir pris à cette lecture !

*

dimanche 24 octobre 2010

"An apple a day..." - Happy Sunday evening


C'est l'histoire d'un petit proverbe britannique qui dit que manger une pomme par jour éloigne le docteur : "An apple a day keeps the doctor away."...
D'aussi loin que je me souvienne, je l'ai entendu à la maison, depuis ma plus tendre enfance...
Je ne sais pas si elle me protège de quoi que ce soit, cette pomme, mais toujours est-il qu'elle m'aide à me débarrasser de mes kilos en trop... Mais ça, chut, je vous en parlerai certainement la semaine prochaine ;-) !
En plus, quand c'est Petit C qui va les acheter, les pommes, il s'éclate à choisir des tas de variétés différentes... Si c'est pas mignon, ça !!!

Happy Sunday Evening à vous et une belle semaine derrière !

PS : Chez Poppy, les enfants sont sages... Comme des images !

*

samedi 23 octobre 2010

Mais de quoi j'me "mail"...???


Dans la série "je reçois des mails à la c**", je dois avouer que celui-ci dépasse l'entendement :-D !

Je fais tout ce que je peux pour zapper les mails publicitaires, voire ne pas en recevoir du tout.
Je me désabonne régulièrement de tout un tas de newsletters auxquelles, accessoirement, je ne me suis jamais abonnée...
Mais j'arrive quand même à recevoir ce genre d'âneries :-S !

Alors, ma chère Hélène, figurez-vous que vous vous mettez le doigt dans l'œil jusqu'au coude, et même encore plus loin si c'est possible, parce que ma vie sentimentale, elle va bien, mais alors bien, vous n'avez pas idée !
Je dirais même que, si tout, dans mon existence allait aussi bien, mes pieds ne toucheraient plus terre tant le bonheur soulagerait mes jours qui, il faut le reconnaître, sont bien mornes ces temps derniers...

Oui oui, Hélène, mon Petit C et moi, nous sommes heureux... Ensemble !
Pas le moindre début de nuage en vue dans notre ciel...
Même si rien n'est véritablement facile quand l'un des deux est souffrant, ce n'est pas ça qui viendra perturber notre "association" ;-) !

Et vous affirmez faire dans la voyance... Laissez-moi rigoler !!!
J'ai effectivement quelques problèmes... De santé, de boulot...
Mais sentimentalement, c'est le pied, je vous remercie de vous en être inquiétée... :-D

Non mais, sérieusement, y'a vraiment des gens qui tombent dans le panneau...???

*

vendredi 22 octobre 2010

Soleil du matin - Clic-clac #4


... Vu de ma fenêtre hier aux aurores...

Pour le clic-clac de Cricri !

*

Un amour de sac !

J'ai longuement hésité à participer à cette dernière journée du Défi de Virginie...
Non pas que je n'en avais pas envie, car c'est bien là un rendez-vous que je ne raterais pour rien au monde...
Non, tout simplement parce que je n'ai pas de cartable, moi... Et que mon sac n'a rien de très original... :-S


Mais je l'aime tellement, je l'ai tant rêvé, j'ai été si heureuse quand mon Père Noël de Petit C a fait de ce rêve une réalité que je n'ai, finalement, pas longtemps hésité ;-) !

Alors, maintenant, préparez vos yeux parce que, chez Virginie, ce n'est que cartables en crochet, pochettes d'ordinateur tricotées, valises en carton customisées et autres merveilles aujourd'hui !!!

J'en profite pour te remercier, Virginie.
Cette semaine a été particulièrement intense.
J'ai eu la chance d'avoir beaucoup de temps pour me balader et ainsi parcourir toutes les participations (ou presque !) et je dois reconnaître que le niveau était particulièrement élevé ;-) !!!
Vivement le prochain Défi !

*

jeudi 21 octobre 2010

Mon carnet... Mon précieux...!

 Quatrième jour de défi aujourd'hui, chez Virginie.
Et elle veut voir un album, un carnet, un bloc ou un cahier...


Mon petit carnet est sans prétention mais j'y tiens comme à la prunelle de mes yeux puisque j'y note tous les titres, toutes les références des livres à côté desquels je ne veux pas passer.
Il est vilain car publicitaire, ne ressemble à rien, est bourré de petites notes dans tous les sens mais c'est ma Bible;-) !
Il contient les livres que je veux lire, les titres de ceux que je croyais avoir oubliés mais qui me sont revenus comme dans un éclair.
Des romans, des albums jeunesse, des beaux livres...
C'est MON carnet, mon précieux !!!

Et je file de ce pas chez Virginie, je suis certaine que son chez-elle a des airs de papeterie aujourd'hui ;-) !

*

Le jeudi, c'est citation #10

"La campagne est une lecture. La ville est une écriture. C'est dire l'agitation, le mouvement, l'action. La ville est bruyante. La ville est mouvante. La ville est vulgaire. L'une des qualités de la vulgarité est qu'elle est énergique. Ce sont les villes qui font que les pays ne s'endorment pas."


Extrait d'un passionnant pavé que je suis en train de dévorer : L'Encyclopédie capricieuse du tout et du rien de Charles Dantzig.


Et c'est ma participation au jeu du jeudi de Chiffonnette !

*

mercredi 20 octobre 2010

Relic - Preston & Child


Le Muséum d'histoire naturelle de New York prépare une grande exposition sur les croyances mystiques des peuples primitifs. Mais une série de meurtres sauvages sème la panique... D'où vient cette présence mystérieuse qui semble hanter les recoins du musée ? C'est ce que Aloysius Pendergast, expert du FBI, est bien décidé à découvrir. La réponse pourrait-elle se trouver dans les sous-sols, là où ont été oubliées ces mystérieuses caisses, derniers vestiges d'une expédition en Amazonie dont personne n'est revenu ?

Douglas Preston, rédacteur en chef des publications du Muséum d'histoire naturelle de New York, et Lincoln Child, éditeur, ont écrit à quatre mains une dizaine de thrillers à succès, dont Ice Limit, La chambre des curiosités, Danse de mort, Le Livre des trépassés et Croisière maudite.

"Jurassic Park en plein Manhattan !" Publishers Weekly

***

Quelle excellente lecture que cette lecture-là... ;-) !

Du suspense, du mystère, de la peur...
C'est vrai, on n'est pas dans un genre véritablement très littéraire mais ça va à cent à l'heure, il est impossible d'en décrocher, on veut savoir. À tout prix.
Le page-turner idéal !

Scientifiquement bien documenté, du moins pour une personne comme moi ;-) , haletant, avec une fin à glacer le sang !
Je suis d'autant plus émerveillée que le principe du roman écrit à quatre mains me sidère littéralement !!!

Une première lecture de ces auteurs qui ne me donne qu'une envie : recommencer !

*

Sur une feuille blanche...


Et oui, la feuille que je préfère est la feuille blanche.
Rien de bien étonnant pour celles et ceux qui me connaissent ;-) !

Car une feuille blanche, c'est la plus merveilleuse des promesses...

On peut la couvrir de tout ce que l'on souhaite...
De la liste de courses à ces petites choses dont on sait qu'elles vont échapper à notre mémoire...
D'un courrier important ou de chouettes idées qui vont nous faire avancer...
De mots tendres destinés à l'être aimé avant de partir travailler...

La mienne, ce matin, on ne le voit pas bien sur la photo mais elle n'est plus tout à fait blanche puisqu'il y a, dessus, marqué "Pour Virginie"...
Et oui, c'est déjà la troisième journée de son défi et, pour les autres feuilles, c'est par ici !

*

mardi 19 octobre 2010

À taaaaable ! Euh... Non... Au Travail !!!

Mon petit bureau... Tout ce qu'il y a de plus ordinaire...


Enfin, pas si ordinaire que ça puisqu'offert par Petit C pour mon anniversaire, après que je l'aie longuement, mais alors très longuement, reluqué dans une vitrine ;-) !

Mais bien sage, bien conventionnel, bien éloigné de certains très beaux univers de créatrices que vous pourrez découvrir chez Virginie, en cette deuxième journée de défi !

*

lundi 18 octobre 2010

Zut... J'ai encore paumé mon crayon... :-S

Pour le premier jour de ce nouveau défi de Virginie, j'aurais aimé vous montrer ça...


Un superbe cadeau que m'a fait mon Papa, lui qui est toujours en train de s'extasier sur ma belle écriture !
Mais, à croire que le propre des stylos, c'est de les perdre... Je ne l'ai pas sous la main...
Il ne reste qu'à espérer qu'il se trouve chez mes parents...

À la place, je peux vous proposer ça...!


Oui, je sais, il a nettement moins de classe mais, finalement, je l'aime bien aussi !
Et puis, c'est un bon vieux classique de mon enfance revisité flashy, il me fait marrer...
Enfin, surtout, ça me fait marrer que ma soeur ait pensé à moi en le voyant !
C'est qu'il ne vient pas du supermarché du coin, Mesdames... Elle l'a acheté chez Colette ;-) et, quand on sait à quel point je ne suis pas trendy, c'est juste tordant !!!

Pour vider vos trousses ou juste voir les trousses des autres se vider, passez faire un tour chez Virginie !

*** Vous l'aurez évidemment compris, la photo de la "pièce maîtresse" n'est pas de moi, je l'ai chipée sur le net... :-S ***

*

dimanche 17 octobre 2010

Liberty Land - Happy Sunday Evening


Dans la droite lignée du trip "liberté" qui me titille depuis jeudi dernier, j'ai beaucoup apprécié ce panneau placé à l'entrée du Jardin des Plantes de Caen !!!

Rendez-vous chez Poppy pour découvrir tous les autres HSE.

En vous souhaitant une délicieuse semaine !

*

Purge - Sofi Oksanen


En 1992, l'Union Soviétique s'effondre et la population estonienne fête le départ des Russes. Mais la vieille Aliide, elle, redoute les pillages et vit terrée dans sa maison, au fin fond des campagnes.
Ainsi, quand elle trouve la jeune Zara dans son jardin, qui semble en grande détresse, elle hésite à lui ouvrir sa porte. Mais finalement ces deux femmes vont faire connaissance, et un lourd secret de famille se révèlera, en lien avec le temps de l'occupation soviétique. Aliide a en effet aimé un homme, Hans, un résistant. Quarante ans plus tard, c'est au tour de Zara de venir chercher protection, et la vieille dame va décider de la lui accorder jusqu'au bout, quel qu'en soit le prix.

"Un vrai chef-d'œuvre. Une merveille. J'espère que tous les lecteurs du monde, les vrais, liront Purge." Nancy Huston

"Si vous ne devez lire qu'un seul livre cette année, lisez Purge." ELLE Danemark

"Dans une tonalité qui rappelle Expiation d'Ian McEwan et le meilleur du polar scandinave, ce joyau amer annonce d'autres chefs-d'œuvre, de la plume de la talentueuse Oksanen." Kirkus Reviews (États-Unis)

***

Parfois (rarement en fait), j'ai l'impression que je ne vais pas sortir indemne d'une lecture...
Et ça a été assurément le cas avec Purge : une lecture longue, lente, éprouvante, bouleversante, passionnante. Je viens tout juste de refermer le livre et, je dois l'avouer, j'ai bien du mal à trouver les mots... Et j'ai peur d'en parler d'une façon qui trahirait mon ressenti.

Avant toute chose, j'ai trouvé ce roman merveilleusement bien écrit. Le style est tout à la fois riche et très pur, sans un mot de trop, les phrases bien tournées, la construction bien pensée. J'ai eu, tout au long de ma lecture, une véritable sensation de caresse... Enfin... Comment expliquer... Comme si ce que je lisais était une caresse adressée à mon amour des mots... Une sensation plutôt inédite.

L'histoire, elle, est pesante. Elle s'inscrit dans la grande histoire, celle avec un grand H, l'histoire de l'Union Soviétique de l'immédiat après-guerre jusqu'à son démantèlement, et donne du coup sa vraie puissance au récit. Je ne sais si ce roman est inspiré de faits réels ou non, mais je l'ai lu comme si tous ces personnages avaient réellement existé. D'où un impact d'autant plus fort, des émotions d'autant plus difficiles à gérer au fil de ma lecture. Les thèmes abordés sont sensibles, particulièrement le secret, le mensonge, la trahison...

J'ai été prise comme dans un tourbillon et, même si j'ai très vite perçu la nature du secret sur lequel repose le récit, ça ne m'a en rien empêchée de dévorer ce magnifique roman. À mon rythme, je me répète, car j'ai réellement été très éprouvée par cette lecture, j'ai connu des moments pour le moins poussifs... Je crois que j'ai été impressionnée par la noirceur de certaines âmes croisées dans ces pages...

Ce roman est un bijou, un vrai, ne passez surtout pas à côté !!!

Petite précision pour les Normands du bas, Sofi Oksanen sera, elle aussi, présente dans ma bonne ville de Caen à l'occasion des Boréales le mois prochain.

*

samedi 16 octobre 2010

Non Toupie...!


Ça ne sert à rien d'attendre comme ça dans un carton, nous ne déménageons pas...!
Oui, je sais que tu adores ça, mais là, trois fois en deux ans et demi, ça va aller, on va se calmer... ;-)

Je ne pars pas... Nulle part... Je ne t'abandonne pas... Je suis juste en train de vider des cartons de livres, histoire de changer un peu !
Sois tranquille, ne t'inquiète pas...

Et, accessoirement, calme-toi, c'est saoûlant, à la fin, la fête du slip dans les cartons :-D !!!

***

Edit de 12h53...

 Voyez comme je sais être persuasive... ;-)


Le temps d'écrire cet article en bougonnant, la Demoiselle avait finir par m'entendre...!

*

Le loup dans la bergerie - Gunnar staalesen


Varg Veum, ancien salarié à la protection de l'enfance de la ville de Bergen en Norvège, est devenu détective privé après avoir été remercié pour avoir eu la main lourde sur un type qui prostituait une gosse en perdition. Les affaires ne vont pas fort. la police officielle ne l'aime pas. Divorcé, il refuse toutes les affaires sentimentales et s'en console à l'aquavit. jusqu'au jour où un avocat de renom lui demande de suivre son épouse pour constat d'adultère. ce que Veum refuse,il l'accepte le lendemain quand un autre homme se présente avec le même portrait de femme en lui demandant de retrouver sa soeur perdue de vue...

Gunnar Staalesen est né à Bergen, Norvège, en 1947. il s'inscrit, en renouvelant le genre avec son personnage de Varg Veum, dans la lignée des grands auteurs tels que Chandler, Hammett ou Henning Mankell.

***

Après la Suède, l'Islande ou le Danemark, me voici embarquée pour la première fois dans un polar qui se déroule en Norvège.
Pourquoi la Norvège me direz-vous, et pourquoi Staalesen...?
Parce qu'il fera partie des auteurs invités lors de la dix-neuvième éditions des Boréales, un festival sur la création nordique ayant lieu tous les ans en novembre à Caen et que je vous invite à découvrir ici.
Et que, tant qu'à faire, j'aimerais bien connaître un peu avant d'éventuellement le voir "en vrai" !

Et je ne regrette pas d'avoir eu cette idée !!!

Pour le coup, j'ai essayé de me montrer intelligente : comme c'est toujours le même enquêteur qui revient dans ses romans, j'ai fait en sorte de commencer par le premier... Un truc qui a l'air tout simple comme ça, mais que je ne me suis pas donné la peine de faire pour tout un tas d'autres auteurs, chose que je regrette aujourd'hui...

Bref, venons-en là où je voulais en venir en commençant cet article : j'ai a-do-ré !
Je pourrais être lassée du polar nordique, depuis le temps, et bien non !
Staalesen a réussi à me tenir en haleine tout au long de son roman, une intrigue machiavélique à souhait, pleine de rebondissements et, par conséquent, de surprises.
J'ai trouvé la personnalité du héros hyper intéressante, il n'est pas, malgré les apparences, un flic déprimé et limite alcoolo de plus. J'ai aimé la façon dont son vécu influe sur l'histoire, par petites touches.
Et ça ne m'a donné qu'une envie : persévérer dans la lecture de cette série !

Accessoirement aussi, Staalesen est natif de Bergen, ville dont il a écrit une histoire romancée en six volumes que j'ai maintenant 'achement envie de lire aussi...
Mais bon, c'est un "coup" à plus de 120€ et mon porte-monnaie hurle "au secours" rien qu'à l'idée ;-) !

Voilà... Si vous vous demandez comment on fait pour devenir ainsi incapable de résister, demandez-moi, je me ferai un plaisir de vous expliquer :-D !

*

vendredi 15 octobre 2010

Garde-manger - Clic-clac #3


Visiblement Miss Huit-pattes n'est pas au régime, elle... :-D !!!

Pour le clic-clac de Cricri.

*

Mes petits bocaux d'ail confit


Parce que j'aime bien faire des petites bidouilles en cuisine...
Parce que j'adore offrir des petits cadeaux qui se mangent...
Parce qu'il n'est jamais trop tôt pour préparer les fêtes...
Parce que ça changera des truffes ou des rochers à la noix de coco...
Et surtout, parce que mon père adore l'ail confit...
Je me suis amusée un peu ce matin ;-) !

Ou comment faire quelque chose dans la cuisine de façon on-ne-peut-plus raisonnable !!!

Si vous voulez en faire autant, la recette se trouve .

*

jeudi 14 octobre 2010

Le jeudi, c'est citation #9

"Être libre, ce n'est pas seulement se débarrasser de ses chaînes, c'est vivre d'une façon qui respecte et renforce la liberté des autres."


Nelson Mandela, Un long chemin vers la liberté.

Après un gros loupé de deux semaines (quand même... :-S), me revoici participant au petit jeu du jeudi de Chiffonnette avec ces quelques mots dont certains feraient bien de s'inspirer !


Pour participer vous aussi ou pour retrouver tous les bons mots choisis, c'est par ici !

*

Mes nouveaux meilleurs amis...


Bon, je ne vous ai pas mis ni mon vélo, ni mon maillot de bain sur la photo, mais vous avez compris le principe...
Manger moins, sainement surtout et puis, se bouger le popotin.
Qui, selon toute logique, devrait finir par passer d'énorme à juste très gros, puis de très gros à juste gros etc etc... Jusqu'à ce qu'il atteigne une taille acceptable, disons, un 42-44, ça m'irait bien !!!

Allez... Je file... Y'a du boulot... ;-) !

*

mercredi 13 octobre 2010

Merci No !!!


Ptisa organise des jeux qui remuent les méninges exactement comme j'aime.
Et, chaque semaine, elle nous donne l'occasion d'échanger des petits cadeaux.

Voici donc les jolies merveilles reçues de la part de No ce matin.

Mille mercis à toi, No, c'est adorable !!!
J'espère qu'un jour, les tirages au sort de Ptisa me donneront l'occasion de t'envoyer moi aussi un petit présent ;-) !

*

Le jour où je suis devenue éditrice


Une bien belle surprise m'attendait lundi matin dans ma boîte aux lettres : un exemplaire dédicacé par l'auteur, en avant-première (je sais, c'est comme le Port-Salut... ;-) !), du premier roman que j'édite...!

*** Oui, j'me la pète... Mais vous commencez à me connaître maintenant, vous savez que ça me fait du bien !!! ***

Vous avez forcément entendu parler de la belle aventure de Grégoire, premier chanteur produit par le public.
Fort de ce succès, qui n'est pas le seul puisque d'autres sont venus depuis, tels que Joyce Jonathan, My Major Company s'est associé à la maison d'édition XO pour appliquer le même principe aux romans : ça s'appelle l'édition participative. Le principe est décrié, certes, puisque certains accusent les éditeurs d'en profiter pour faire payer par les lecteurs l'investissement initial sur un roman...
Mais, vous me connaissez, quand j'ai appris ça, j'ai plongé !!!

Si mes souvenirs sont bons, nous sommes 388 à avoir misé sur le polar d'Erik Wietzel.
"Miser" est le mot juste puisque, vous vous en doutez, il est question d'argent, évidemment.
Bref, nous avons été 388 à y croire, à espérer que ce livre rencontrera du succès !

Alors, si vous aussi, vous voulez vous amuser à jouer à l'éditeur, c'est ici que ça se passe...
Vous y découvrirez des tas d'auteurs espérant être publiés, des écrits de tous les styles, pourrez lire les premières pages, les premiers chapitres de leurs romans et ainsi vous aider dans votre choix.
Allez... À vous de jouer !!!

*

Il paraît que c'est la semaine du goût... Le retour !


Semaine du goût... Non... Ici, c'est la semaine de la lucidité !!!
Voici donc à quoi ressemble l' "autre dimension" dont je vous parlais hier...

Pour faire d'une pierre deux coups, et restaurer l'image que j'ai de moi-même...
Parce que j'en ai marre de ressembler à un éléphant en tutu...
Que je ressens le besoin de reprendre la main et d'entamer ma remontée maintenant que j'ai l'impression d'avoir bien touché le fond...
Et surtout, parce qu'il y a du boulot... :-S

Mais bon, dans l' "épreuve", je me sens soutenue puisqu'on s'y est mis à deux, avec mon Petit C...

*

mardi 12 octobre 2010

Il paraît que c'est la semaine du goût !


Une chose est sûre : la semaine dernière, c'était le début de la saison pour la coquille Saint-Jacques...
L'occasion pour Petit C de mettre, une fois de plus, les petits plats dans les grands... Une tuerie inter-galactique !!!


Dimanche, c'est Mademoiselle A qui s'est, une fois n'est pas coutume, mise aux fourneaux pour nous offrir ces délicieux cookies.

Et cet article est juste une façon de me faire un peu plaisir parce que, depuis lundi, on est entrés dans une autre dimension ici.
Mais chut... Je vous en dirai plus demain... ;-) !

*

Quand je serai grande...

Virginie... Quand je serai grande, je serai...






Écrivain, évidemment !!!
À succès... Forcément... ;-) !

Aussi loin que je regarde derrière moi, j'ai toujours écrit. Dès que j'ai été capable de le faire.
C'est certain, pas au point d'en faire un roman...
J'y ai pensé, je ne peux pas le cacher, mais c'est un Everest qui me paraît juste impossible à gravir.
Heureusement, j'ai trouvé le mois dernier, chez Anuyka, un générateur de titres avec lequel j'ai passé des heures à m'amuser et qui me permet aujourd'hui un peu de me la péter... :-D

***

Chocoladdict... Quand je serai grande, j'aurai...


Un téléphone !!!

Parce qu'une pipelette, sans téléphone, qu'est-ce qu'elle devient...?!?...

***

Vous l'aurez compris, ceci est ma participation à "Quand je serai grande..."...


... Un joli concours organisé à quatre mains par deux super blogueuses !
*