jeudi 31 janvier 2013

FMSphotoaday / mon janvier 2013


Tous les mois, depuis un bon moment déjà, Chantelle, la belle Australienne, alias FatMumSlim, organise le #FMSphotoaday. Le principe : poster une photo par jour, sur Instagram, sur Twitter, sur Facebook, où tu veux en fait. Et, pour t'aider, elle te propose une liste de thèmes à suivre ou non, il n'y a aucune obligation. Vu le sombre échec qu'ont été mes différents projets 365 depuis 4 ans, j'ai adopté l'idée du thème et je dois reconnaître qu'elle m'aide beaucoup.

Voici donc mon mois de janvier 2013 vu à travers l'œil du #FMSphotoaday.

Lendemain de fête / Mes neuf nouveaux vernis reçus ce matin
Avoir enfin le sien autour du cou / Au volant de Miss KK
Le plongeon du Bamix dans le milkshake / Sa main, la mienne, des petites pattes, mon bonheur !
La mienne et ses quatre maisons sous le soleil de Normandie / Ma Toupie
Tomber sur son meilleur ami dans le journal du jour / Enfin !
Dans les champs / Un kangourou sur mon canapé
Mon œil / Des livres
Le café du matin / Boutons de porte
Prête à ronronner ! / Ma main gauche
Pizza maison / Un flocon de neige dorée dans l'herbe gelée
Lire un bon bouquin / Dans mes toilettes
Mon internet / Comme une évidence !
Jolie marine chez mes beaux-parents / Lui et moi, pour toujours !
Son californien / Bille de verre
Mon avocatier / Depuis le haut de l'escalier

Il ne t'aura bien évidemment pas échappé qu'il manque la dernière photo... Dès que je suis de retour de l'hôpital, je l'ajouterai en édit !

***

Edit du 28 février...

 
Oui, je sais, et d'une, j'avais oublié, et de deux, ça peut faire peur...!

*

mercredi 30 janvier 2013

Tu reprendras bien un peu de surströmming...? - Mercredi gourmand #88

La semaine prochaine à cette heure-là, Mademoiselle A. sera en partance pour une semaine en Suède. Du coup, je me suis mis dans l'idée de te faire découvrir une gourmandise absolument emblématique de ce beau pays du Nord. Et j'ai jeté mon dévolu sur le surströmming, le fameux hareng fermenté !

Crédit
Tu noteras que j'ai eu pitié de toi en te proposant une photo d'une boîte fermée et que, pour une fois oui, je sais, je change d'avis comme de chaussettes, je suis bien bien bien ravie que personne n'ait eu la bonne idée de créer une option odorama pour les blogs parce que, sinon, j'aurais réussi à faire fuir tout le monde avant même un semblant de début d'explication sur la bête ! Oui, parce que la première chose que l'on peut dire au sujet du surströmming, c'est que ça pue. Tu imagines la pire odeur de poisson pourri qui soit...? Et bien tu y es...! Du coup, c'est un truc qui se consomme exclusivement en extérieur, ne ris pas, c'est vrai !!!

Mais concrètement, le surströmming, c'est quoi ?
Il s'agit de petits harengs pêchés en mer Baltique au printemps. On les sale légèrement, on les laisse fermenter puis on les met en conserve. Conserve dans laquelle la fermentation va bien évidemment se poursuivre parce que sinon, c'est pas drôle, d'où le couvercle bombé.
L'ouverture de la boîte signe le début de l'aventure : du fait de la pression qui règne à l'intérieur, il convient de l'ouvrir plongée dans une bassine d'eau. Éventuellement, tu peux procéder à cette étape en ayant pris soin d'enfiler une bonne paire de gants en caoutchouc, rapport à l'odeur qui ne fait pas qu'attaquer le nez, elle se colle partout.
Côté dégustation, l'idéal, c'est avec du pain polaire, quelques rondelles de pommes-de-terre bien sucrées, et des oignons hachés... Le sandwich de-la-mort-qui-tue ! Question goût, les quelques témoignages que j'ai pu recueillir parlent d'acidité intéressante, de fort goût musqué, que des qualificatifs qui font envie en somme. Pour accompagner ce régal, tu boiras une bonne bière avec ton pote modération ou un grand verre de lait caillé. Mais, je te le rappelle encore une fois : à l'ex-té-rieur !!! Sous peine d'être obligée de changer tous les rideaux de la maison et de mettre ta nappe à la poubelle !

Pour info et sur décision de l'Union Européenne, sache quand même que le hareng fermenté est interdit à la vente hors de Suède. Impossible de l'exporter, même en loucedé, bien calé dans tes bagages dans la soute de l'avion : trop dangereux ! Mais bon, c'est tout de même 1 million de boîtes qui s'écoulent en Suède chaque année. N'empêche que, moi, même si c'est pas pour y goûter, j'irais bien faire une virée gourmande en Suède...

Et toi, ça te tente, la gastronomie des pays nordiques...?

***

Les gourmandes du jour sont :

- Petit Diable avec un chouette chili con carne.
- Bouboulette qui partage avec nous le secret de sa pâte à crêpes.
- Danièle avec un gâteau poires-chocolat, rapide et délicieux.
- Girly Mama et des petites crèmes gourmandes délicieusement régressives.
- Lucky Sophie en vadrouille au SIRHA, ça vaut le détour !
- SysyInTheCity et Mam'Zelle A qui nous confirment que, oui, la moustache, c'est tendance et qui nous lancent un super défi, à nous de jouer !!!
...


*** Ne t'inquiète pas si tu participes tardivement et que ton lien met du temps à apparaître : demain, je passe sur le billard et ça serait chouette si je pouvais bien dormir la nuit prochaine, je ne traînerai donc pas devant internet ce soir. Mais je ne t'oublie pas pour autant ! ***

*

lundi 28 janvier 2013

J 'aime la box... quand elle est gourmande ! - Un lundi parmi tant d 'autres #58

Évidemment, quand le phénomène "box" a débarqué, je n'ai pas pu m'empêcher de plonger. Tu penses que le concept de la boîte remplie de surprises qui t'est livrée à domicile chaque mois, il ne pouvait pas ne pas passer par moi !
Alors, un peu comme tout le monde, et parce qu'il y a un début à tout, je me suis abonnée. À une box beauté, la Jolie en l'occurrence. Je t'avoue, ça m'a amusée. Pendant trois-quatre mois. D'abord parce que les produits de beauté, finalement, je m'en contrefous, enfin pas complètement mais trois-quatre mois d'abonnement ont suffi à remplir les tiroirs de ma salle-de-bain pour que je puisse tenir un siège au moins jusqu'à mes 50 ans. Ensuite, le coup de la box adaptée à tes besoins, c'est quand même une énorme fumisterie. Et puis, Mademoiselle A. a très vite voulu la sienne aussi, du coup, nous l'avons abonnée en même temps que je me suis désabonnée !

Et c'est exactement à ce moment-là que le drame a eu lieu... J'ai découvert qu'il existait des box gourmandes...! Enfin, j'ai surtout découvert la box Gastronomiz. Un peu tard à mon goût puisque j'ai loupé son lancement, mais depuis la deuxième, je suis tous les mois fidèle au poste. Et à chaque fois avec la même joie !

Non, le chat, je ne l'ai pas trouvé dans une box !

J'aime cet instant où je la trouve dans ma boîte-aux-lettres, l'excitation au moment de l'ouvrir, qui ne me lâche pas avant que j'ai déballé chacun des produits qu'elle contient. Je n'utilise pas tout tout de suite, il y a beaucoup de produits que je conserve, mais je sais que je trouverai toujours un moment où les sortir. Certains sont même devenus des incontournables absolu, la Nocciolata pour ne pas la citer ;-) qui a pris la place laissée vacante par le boycott mis en place unilatéralement par moi-même et au grand dam de Mademoiselle A. de l'infâme pâte à tartiner aux noisettes bourrée d'huile de palme que tout le monde connaît. Même chose concernant le magazine Paprika, dont je suis devenue une inconditionnelle ! Et puis, je conserve précieusement toutes les fiches pour les adresses, les tours de main et surtout, les recettes.
Je ne m'en lasse pas, mon Chéri non plus. Parce qu'il s'agit bien entendu d'un petit plaisir mensuel que nous partageons à deux, en bons gourmands que nous sommes. Je lui ai même offert la box hors-série de Noyël, remplie de produits haut-de-gamme, il a a-do-ré !

Parfois, je me dis que tout ceci n'est pas vraiment raisonnable, mais que veux-tu, Zaza, je crois bien que je suis addict...! :/


*

dimanche 27 janvier 2013

Un rêve qui deviendra un jour réalité, de la jolie flanelle brodée et des pancakes pour le goûter...

Ma semaine en Instagram #18

Des joies mais aussi des pleurs, de la musique et de l'espoir, des jeux et des douceurs, une semaine parmi tant d'autres que je partage avec Madame Parle.

Dimanche

Le Stade n'ira pas en quart de finale... :/

Faire découvrir un immense classique du cinéma à Mademoiselle A.
Lundi

Le remède parfait quand j'ai le moral dans les socquettes...
Mardi

Heula, j'ai mis ma pomme dans un étui made in Normandie !!!
 
Poulet au massalé au menu ce soir.
Mercredi

Y'a des mots qui, associés à mes initiales, me rendent toute chose !!!
  
J'ai trouvé sur Etsy de jolis manteaux pour mon Kindle et mon téléphone.
Jeudi

Oh pinaise... Happy Street, j'aurais pas dû...!
Vendredi

Les courses, c'est 'achement plus agréable le vendredi que le samedi !!!
Samedi

On était censé se lever sous une neige abondante et qui allait tenir...

Mouais, je sais, c'est tout sauf raisonnable...!
Bonne semaine à tous et toutes !

*

samedi 26 janvier 2013

Le bel âge


... Celui où tout n'est qu'insouciance, biberons à têtouiller et couches à remplir, câlins à droite-à gauche, risettes qui font plaisir aux adultes, areuh pour tenter de communiquer...

Cette photo a quarante-et-un ans et je ne me lasse pas de la regarder.

Vivement que je puisse à mon tour en prendre quelques uns, de ce genre de clichés, n'est-ce pas, Virginie...?

*

jeudi 24 janvier 2013

En vrac #51


J'ai kiffé voir les battements de mon cœur sur papier hier !
Une tuerie, le petit salé aux lentilles de ce soir.
J'ai été contactée par une chaîne qui prépare une émission sur les gens qui aiment trop leurs animaux. :p
Le sourire et le regard de mon Chéri sont les deux choses les plus douces dans ma vie.
J'ai un peu l'énergie d'un bulot en ce moment.
J'aime pô Muse et je déteste Coldplay, comme ça, c'est dit.
Envie d'essayer de parler après avoir absorbé une goulée d'hélium...!
Les nuisibles, moi, je les écrase !!!
Ça y est : week-end lyonnais programmé à la mi-février.
Faites que je réagisse à mon anesthésie générale de la fin du mois aussi bien que Couscous à la sienne...
À partir du 8 février, finies les conneries sur le net : je serai à temps complet au centre de formation.
Demain soir, ici, on mange suédois.

*

mercredi 23 janvier 2013

#VivaCorsica ☞ Une soirée dans le Nebbiu ☜ - Mercredi gourmand #87

*** Attassion, âmes sensibles s'abstenir : billet avec pulenda inside !!! ***

Bon, c'est pas le tout, y'a eu les fêtes et tout et tout, un manifeste manque et d'énergie et d'organisation de ma part, mais nous n'avons toujours pas terminé notre petite virée en Corse. Pour celles qui prennent le train en route, y'a même moyen de le rattraper en cliquant ici ! Y'a eu de la neige, des bonnes tables, des expériences inédites, des paysages à couper le souffle et surtout, la rencontre avec ces îliens pas comme les autres, généreux et passionnés, une rencontre dont on ne se remet pas si facilement.

Notre soirée dans le Nebbiu n'a évidemment pas fait exception à la règle.
D'abord, le Nebbiu, qu'est-ce...? Et bien, il s'agit d'une microrégion de Haute-Corse qui s'étend autour de Saint-Florent. C'est notamment dans cette région que se trouve le fameux désert des Agriates.

Nous avons donc quitté notre hôtel il faudra absolument que je t'en parle d'ailleurs à la nuit tombée.
Première halte au Clos Clementi, un domaine viticole situé sur la commune de Poggio-d'Oletta. Nous y avons été accueillis par Antoine et Jean-Pierre qui ont partagé avec nous un morceau de leur histoire familiale.
Le vignoble a été fondé en 1936 par leur grand-père, puis repris par leur père. Au décès de ce dernier, en 2002, ses fils ont repris le vignoble et fondé l'appellation Clos Clementi. Le succès ne s'est pas fait attendre puisque, dès 2005, la cuvée Emma est remarqué et reçoit 4 étoiles au guide des vins. Cette réussite m'a d'autant plus émue que, tu le sais, je suis très sensible à la notion de famille, et que j'admire particulièrement les personnes parvenant à se reconvertir avec succès, oui parce que j'ai oublié de te le dire, mais ni Antoine, ni Jean-Pierre n'étaient du métier lorsqu'ils ont pris la tête de l'entreprise familiale.


Nous avons eu la chance de visiter les caves...





Et surtout de déguster plusieurs vins de leur production.


Je n'ai aucunement la prétention de m'y connaître en vin. J'aime ça, passionnément, mais c'est un domaine dans lequel je fonctionne principalement au coup de cœur et là, je dois avouer, je suis tombée sous le charme.

Crédit
 Mention spéciale pour cette cuvée Ange 2011 qui ne m'a pas laissée de marbre !

Crédit

La soirée s'est poursuivie dans la bergerie d'Andrée et de ses parents, qui a été reconvertie en restaurant. Le lieu est dans la montagne, éloigné de tout, fréquenté principalement par des Corses, ceci expliquant probablement cela.
Le feu brûle dans la cheminée, de grandes tables sont dressées...


Il fait bon, il fait chaud, on se sent instantanément bien, comme à la maison. Et le sourire d'Andrée n'y est pas pour rien.


Crédit
Il y a des figatelli qui cuisent, des côtes plates... Ça sent bon de chez bon, dommage qu'il n'y ait pas d'option odorama sur les blogs ;-) !


Le clou de la soirée, c'est la préparation de la pulenda. La pulenda, c'est ce qu'on pourrait qualifier de pain corse. Sur le principe, rien de plus simple : de la farine de châtaigne, de l'eau et du sel. Mais là où ça se complique, c'est qu'il faut travailler tout ça au bâton, le pulindaghju, sur le feu pendant une bonne quarantaine de minutes, un boulot d'hommes forts quoi !

Crédit

Crédit

Bon, je t'avoue, le résultat est un peu compact. Mais associé au brocciu, ça passe tout seul !


Évidemment, le repas s'est terminé sur une note acidulée avec des clémentines de Corse, absolument incontournables. D'ailleurs, le jour où tu auras goûté à ces fruits merveilleux, jamais tu ne pourras revenir en arrière et remanger d'autres clémentines.

Crédit

Une formidable ambiance de convivialité, des éclats de rire comme j'en ai rarement partagés... La soirée s'est achevée tard dans la nuit, dans la joie et les chants, la danse même pour certaines courageuses. Moi, ça faisait longtemps que mon esprit était parti ailleurs, à se demander quand je pourrais revenir ici...

Et toi, un souvenir comme ça, de soirée hors du temps et que tu ne pourras jamais oublier...?

***

Parmi les gourmandes du jour, tu trouveras :

- Maman@Home qui est tombée dans un gros paquet de M&M's mais, si tu la connais, ça ne t'étonnera pas !
- SysyInTheCity qui a ravi un petit gourmand avec un superbe arc-en-ciel.
- Lucky Sophie et son gros coup de cœur pour une pomme qui n'en est pas une.
- Evelyne qui me donne bien envie de retenter l'aventure "scones" !!!
- Covima avec un plat de grand-mère exactement comme je les aime et qu'on prend hélas rarement la peine de préparer.
- Maman Chat chez qui on a smashé le cake à l'occasion d'une première bougie.
- Sophie qui a préparé un dessert qui ferait tourner la tête à mon Amoureux, grand amateur de crème de marrons devant l'Éternel !
- Testinaute qui a mis tout plein de bonshommes dans son four...!
- Cricri chez qui on cuisine toujours sans gluten mais avec beaucoup de goût.
- Tortue qui nous dévoile tous les secrets d'une célèbrissime gourmandise aixoise.
- Ava, passée maîtresse dans le léchage de vitrines gourmandes !
- Les délices d'Anaïs avec une recette incontournable pour tout bec sucré qui se respecte.
- La Grenadine qui, grâce à l'Élu, est devenue la reine de la pâte maison et par conséquent, de la flammekueche du même nom !!!
- Pr@line Lyonnaise en virée gourmande à Strasbourg.
...

Et aussi celles que mon organisation foireuse de la semaine dernière m'a hélas fait zapper :

- Lune Rousse grâce à qui je découvre un bouquin de cuisine que je ne connaissais pas, honte à moi.
- Chocoladdict qui te propose de quoi occuper les enfants en cuisine les jours de pluie/neige/tempête !!!
- Arlette avec un très chouette repas agrémenté, comme il se doit, de frites belges.



*
Clos Clementi
AOC Patrimonio
20232 POGGIO D'OLETTA
04 95 39 16 63

Pagliaghju San Michele - Chez Victor
Bar-restaurant, cuisine traditionnelle
Église Saint-Michel lieu-dit Menta route de Murato
20232 VALLECALLE
04 95 46 09 49