lundi 30 juillet 2012

Aaahhh la bonne blague !

Crédit
Je sais, vendredi, j'ai statué de façon tout à fait énigmatique sur FB qu'il existait des blagues qui étaient pire que mourir de façon violente dans d'atroces souffrances, un truc dans le genre en tout cas. Alors forcément, après l'avalanche de points d'interrogation reçus en commentaires, je pense que je te dois une explication !

Figure-toi qu'en ce moment, je n'ai qu'une envie, changer de téléphone portable. Même pas j'ose te dire la marque et le modèle du mien tant ça date d'un autre âge. Même pas non plus je te parle de mes finances qui ne feront jamais de moi une geekette de la communication, en tout cas en ce moment. Pour te la faire courte : il y a un monde entre ce dont je rêve et ce que je peux m'offrir. Alors, tu penses bien, je ratisse large pour trouver un truc pas trop pourri à petit prix.

Mon opérateur se foutant pour ainsi dire totalement de ma gue*le, il me propose des appareils au prix d'un lingot d'or. Ouais, parce que douze ans de fidélité, ça mérite au moins ça ! Alors j'ai envisagé de passer à la concurrence. Et j'ai commencé mes recherches du côté de notre FAI. Je sais, parfois, je peux faire preuve de logique. Je me connecte donc sur le portail mandarine, clique sur l'onglet "boutique mobile" et atterris directement sur notre compte client, ou plus exactement celui de mon Chéri. Là, je retrouve notre contrat internet, ainsi que les quatre téléphones des enfants... Mais p*tain de b*rdel de m*rde oui, je sais, le calme et la modération sont des notions très relatives me concernant... Des enfants, il n'en a que trois.............Mais qu'est-ce que c'est que ce chantier...?????????
Je me calme, je re-regarde le truc calmement. Effectivement, il y a le téléphone de Mademoiselle A., ceux de ses frères et un quatrième, qui est utilisé avec une carte prépayée. Mais à qui donc est ce p*tain de téléphone...........??????????

Comme aucune idée me vient, je vais jeter un œil dans la consommation du numéro en question et là, c'est le drame !!!

Je ne suis pas un perdreau de l'année alors, tu penses bien, un téléphone à carte, qui envoie des textos toujours au même numéro, à un rythme effréné de plus de douze par demi-journée, ça ne peut être que............ Beyrouth, Sarajevo, Grozny, Homs et j'en passe, tous ensemble et en même temps, c'est de la petite bière par rapport à ce qui s'est passé dans ma tête à ce moment-là...................... La terre qui s'ouvre sous mes pieds, l'air qui se raréfie comme si j'étais instantanément passée du niveau de la mer à l'altitude d'un double Everest, le monde qui s'écroule comme dans un ralenti formidablement cinématographique tout autour de moi................

Je te fais grâce de l'appel passé à mon Chéri, qui a mis deux bonnes minutes à assembler les mots que j'ai vaguement réussi à prononcer entre deux sanglots.
Je te passe sous silence l'effroi qui a été le sien quand il a compris ce dont je l'accusais, en italique parce qu'en toute honnêteté, je n'y croyais pas une seule seconde le truc 'achement facile à dire après-coup.
Pas non plus la peine de t'expliquer que, malgré tout ça, j'ai mis un temps fou à recouvrer mes esprits, à reconnecter tous les synapses qui n'avaient rien trouvé de mieux à faire que sauter en découvrant cette liste de textos dont le rythme laissait clairement entendre qu'ils avaient de fortes chances d'être illégitimes, enflammés voire carrément cochons.

Bref, quelques coups de fil plus tard, mon Cher & Tendre a finalement réussi à obtenir une explication à défaut d'excuses : ces imbéciles de chez O, quand ils ont réattribué l'ancien numéro de Mademoiselle A., ils l'ont systématiquement affilié au compte de son premier détenteur, à savoir son père, ces c*ns, je sais, je me répète, mais ils méritent au moins ça !

Entre temps, moi, tu me connais, enragée et parce qu'une certitude, je la préfère quand elle atteint les 300%, j'ai gougueulisé les deux 06 qui s'envoient ainsi en l'air des textos à longueur de journée sur NOTRE compte et je n'aurai qu'une chose à leur dire : Bernard et Nina, ce que vous faites là, outre le fait que ça m'a bien bien bien pourri mon vendredi après-midi, c'est pas joli joli !!!

*

dimanche 29 juillet 2012

Aussi bleu que le bleu de tes yeux...


Le homard de Carteret était juste magnifique sur les étals du marché vendredi, quel dommage que j'y sois allée sans Canon Boy !!!

Pour Magda.


*

mercredi 25 juillet 2012

L'École des saveurs - Erica Bauermeister - Mercredi gourmand #64


Un jour, la petite Lillian se lance un défi fou : si elle parvient à guérir sa mère de son chagrin en cuisinant, elle consacrera sa vie à la gastronomie.
La magie d'un chocolat chaud opère et, vingt ans plus tard, Lillian anime un atelier de chefs. L'École des saveurs réunit des élèves de tous les horizons, qui, au fil des saisons, vont partager leurs expériences culinaires, découvrir l'incroyable alchimie de la cuisine et des sentiments, le pouvoir miraculeux des épices, capables de révéler des ressources insoupçonnées, de guérir des peines anciennes, de retrouver des bonheurs enfouis, bref, de changer la vie !
Ce savoureux roman culinaire, ode généreuse à la gourmandise et aux sens, est resté plus de deux ans dans les listes de meilleures ventes aux États-Unis. À dévorer d'urgence.

"Un subtil et charmant hymne à la cuisine et à l'amitié. Dans la cuisine de Lillian où la lumière est nimbée d'or et où les odeurs enbaument, vous mourrez d'envie de vous installer dans un coin et de n'en plus bouger."
Marisa de los Santos.

***

Une fois n'est pas coutume, c'est un roman que je souhaite mettre en avant aujourd'hui, un délicieux roman découvert chez Val et qui méritait bien un Mercredi Gourmand à lui seul ! Parce que figure-toi que, cette histoire, au-delà de se lire, elle se goûte, elle se hume, elle te fait frétiller des papilles... C'est une douceur, comme un petit bonbon délicat, une petite bouchée raffinée, un macaron délicieux, un thé gourmand pris avec une copine, et j'en passe. Un moment de lecture tout en finesse, qui fait du bien, des jolis portraits de personnes non moins jolies, je ne peux faire autrement que te le recommander, c'est du bonheur en barre, de l'émotion à l'état pur, j'ai été transportée, emportée !

Et toi, un titre de roman gourmand qui te vient à l'esprit...?

***

De la gourmandise, tu en trouveras aussi chez...

- Kiara avec une jolie recette de tajine réalisée à quatre mains.
- Stussy qui improvise avec talent !
- Tortue qui s'est elle aussi plongé dans un roman aux accents gourmands.
- Nath Choco avec une gourmandise très enfantine.
- Evelyne qui mérite le titre de reine des gourmandes !
- Sophie avec des tartelettes à tomber par terre.
- Les délices d'Anaïs qui nous emmène au royaume parisien du cupcake.
- Lune Rousse et sa délicieuse soupe de fraise à la menthe.
- Ptisa avec une Madame Gâteaux juste à croquer !!!
- Ava qui vient aux Mercredis Gourmands comme on va à confesse.
- Maripolmi avec une photo pour nous mettre en appétit.
- Arlette en parfaite testeuse de spécialités locales.
- Chris qui a invité toute l'Angleterre à sa table.
- JujuTricote qui met des trucs totalement inavouables dans ses yaourts ;-) !



*** Je serais très peu présente et aujourd'hui, et les jours qui viennent, pour cause de truc trop chouette à vivre dans la vraie vie, ne t'affole donc pas si je tarde un peu à linker ta participation, je ne t'oublie pas pour autant ! ***

*

mardi 24 juillet 2012

9h06, c 'est le drame......


Aaaahhh que j'aime les journées de plein été, quand je me réveille aux aurores, et que j'ai abandonné dans le lit le dynamisme d'huître qui me caractérise les jours de grande chaleur !
9h05 : le petit-déjeuner est pris, et avec mon Amoureux qui plus est, c'est encore meilleur, le lave-vaisselle est vidé, la liste de courses attend sur un coin de la table que j'aie enfilé une tenue décente pour aller chez Carrouf', ma première lessive de draps est étendue en catastrophe pour cause de copain qui débarque demain et même que je ne suis plus joie et excitation depuis que je le sais parce que deux ans sans se voir, c'est vraiment trop trop long, les projets pour la journée sont clairement définis et d'une importance extrême, tu t'en doutes, du genre faire un couleur, changer de vernis à ongles sur mes petons potelés, aller taper quelques longueurs à la piscine cet après-midi si j'ai assez d'énergie pour ça, refaire une fournée de yaourts, y'a bien encore le bordel laissé par Mademoiselle A. dans le salon à ranger mais bon, j'en ai pas pour trois jours... La grande aiguille de l'horloge passe sur le 6 et là, c'est le drame !!!!!

Le clébard des voisins se met à aboyer !

Là, comme ça, je suis certaine que ça ne t'inspire rien, ou tout du moins pas grand chose, qu'un chien qui aboie, ben après tout, il se contente de faire ce que lui impose son boulot de chien, que c'est la vie et qu'il n'y a pas de quoi en chi*r une pendule... Ce en quoi tu n'aurais pas totalement tort.
Sauf que, vois-tu, le clebs en question, il va aboyer non stop jusqu'à ce que sa maîtresse rentre du boulot, c'est à dire jusque 17h30. Et encore, ça, c'est dans la version optimiste, celle où elle n'a ni besoin de faire des courses ou d'aller chez le coiffeur... À m'en faire regretter les jours de pluie, ces jours bénis où elle le laisse enfermé dans la maison, comme ça, il peut gueuler tout son soûl sans me pourrir la vie...!
Je te laisse imaginer des petits aboiements bien aigus, genre de bichon ou de westie, je ne sais même pas à quoi il ressemble, ce petit con, à hauteur d'une trentaine par minute, pendant 8 heures. Quand tu sais qu'en plus, ce n'est même pas une maison proche de la nôtre mais une qui se trouve dans la rue d'à-côté, il y a de quoi halluciner.

Deux ans que j'habite ici, deux ans que ça dure...
Au départ, j'étais pleine d'espoir, je me disais que, vu comment ça me pourrissait la vie, à moi, il y avait fort à parier que ça pourrisse encore plus celle de leurs voisins directs. Penses-tu, ceux-là doivent être sourds. Ou bien aboyophiles je sais, ça n'existe pas, mais il me faut absolument leur trouver des excuses plutôt que de me dire que je suis une chieuse patentée...
Alors j'ai bien pensé aller sonner chez eux pour leur expliquer gentiment que leur chien était malheureux quand ils n'étaient pas là mais que, forcément, comme ils n'étaient pas là, ils ne pouvaient pas s'en rendre compte. Mais, je l'avoue, je me suis dégonflée. Bah ouais, j'ai peur qu'ils le prennent mal, de ne pas trouver les mots pour m'exprimer de façon pondérée, à force d'énervement on ne pourrait pas franchement m'en vouloir... J'aime les animaux, tu le sais depuis le temps, mais vraiment, là, trop, c'est trop...

Ou alors, on pourrait toujours essayer de le bouffer en brochettes, le chien... Mais bon, vu la carne que ça a l'air d'être, j'aurais trop peur de m'empoisonner !

*** Précisions : contrairement à ce que l'illustration de ce billet suggère, mes chats n'y sont pour rien, je m'en suis assurée avant de râler... Elles aussi, ça les saoûle, les aboiements : ça perturbe la sieste ! Et puis pas non plus la peine de venir râler au sujet des brochettes de chien, c'est de l'humour !!!! ***

***

PS : Dans la série je suis partout, je me suis fait la belle chez Virginie aujourd'hui ;-) !

*

vendredi 20 juillet 2012

Coco bel œil


C'est un surnom que me donnait ma grand-mère, qui n'a rien à voir ni avec la choucroute, ni avec le thème du jour, mais il me fallait bien un titre...!

Pour Zaza et Magda.


*

Des jeux olympiques pas comme les autres !

Depuis plusieurs étés maintenant, Ptisa joue les GO et nous organise des jeux au long cours, histoire de ne pas laisser nos neurones s'endormir alors que nous sommes allongé(e)s sur des transats au soleil. Et crois-moi, en la matière, elle est vraiment redoutable.
Cette année, elle n'a pas eu à chercher bien loin pour dénicher LE thème puisqu'il est sur toutes les bouches, dans toutes les têtes, à la télé toussa toussa, encore plus à mesure que le temps passe et nous rapproche du 27 juillet : il s'agit, tu l'auras deviné, des Jeux Olympiques !
Mais les Jeux Olympiques à la sauce Ptisa, je t'assure, ça a vraiment quelque chose d'unique. À tel point qu'il m'a bien fallu deux bonnes semaines à mon retour de vacances pour mettre mon cerveau en ordre de marche et pour rentrer dans l'esprit du jeu. À tel point que la championne qui avait sommeillé en moi les années précédentes fait figure de lanterne rouge cette année mais tu connais l'adage : y'a pas pire qu'une fainéante qui se met au boulot !!!!!

Avant toute chose, il m'a fallu choisir une mascotte.
Mon choix s'est tout naturellement porté sur Mishka, l'adorable ourson de Moscou 1980.

Pour plusieurs raisons. La première étant que mon Papa a fait un voyage à Moscou peu avant que les jeux ne commencent et nous en avait rapporté à ma sœur et à moi chacune un petit ourson en marbre, le truc parfait à glisser dans une valise. J'ai oublié à quoi ressemblait celui de ma frangine mais le mien était un petit haltérophile, je ne pense pas qu'il y ait eu quelque message que ce soit derrière ce choix, du moins je l'espère ! Évidemment, l'idéal aurait été pour moi de pouvoir te montrer la bête, mais tu penses bien, dans mon bordel, un truc qui a plus de 30 ans, il va me falloir au moins autant d'années avant de parvenir à remettre la main dessus !
Ensuite, il se trouve que Mishka a pour papa Victor Chizhikov, un illustrateur de livres pour enfants. Je doute que ces œuvres tout ce qu'il y a de plus soviétiques aient traversé les frontières jusqu'à moi quand j'étais petite, je te rappelle qu'on était alors en pleine guerre froide, mais toujours est-il que ces dessins me parlent, éveillent en moi un je-ne-sais-quoi au bon goût de l'enfance et j'adore ça !!!
Et puis, je dirais que Moscou a marqué pour moi l'éveil de ma conscience politique, et oui, il n'est jamais trop tôt : le boycott américain a suscité chez moi pas mal de questions et a été le déclencheur d'une inextinguible soif de savoir qui ne me lâche pas aujourd'hui encore.
Pour finir, et sur un plan purement sportif, ces jeux ne m'ont pas laissé un souvenir impérissable, hormis le légendaire affrontement Ovett/Coe sur 800 et 1500 mètres. Mis à part ça, on n'est quand même pas loin de la vaste fumisterie quand les autorités sportives prétendent qu'aucun athlète n'était dopé, et quand tu sais, en plus, que les nageuses est-allemandes étaient en fait des nageurs... :p

Après la mascotte, j'ai dû me creuser la tête sur ce qui me fascinait au Royaume-Uni... Tu me connais maintenant, je suis une éternelle indécise alors je n'ai pu choisir entre deux choses : l'humour et le flegme...


Pour le deuxième, je dirais que les Britanniques n'ont quand même pas leur pareil pour ne jamais s'affoler, et ça, non seulement j'adore, mais je dois avouer que je les envie beaucoup également moi qui démarre au quart de tour dès le moindre prémisse de semblant de contrariété... Je ferais bien de prendre exemple sur eux ;-) !

Quant à l'humour, c'est pour moi une référence absolue, je t'en avais déjà parlé . Et même que, pour la peine...



Oui je sais... Mais je n'y peux rien... J'adôôôre !!!!!
Et puis, entre nous, ça ne peut pas faire de mal, un peu de légèreté à l'approche du plat principal...

Plat principal qui consiste à choisir les disciplines sur lesquelles je vais me risquer à établir des pronostics.
Alors, là, comment te dire... Je ne me suis pas cassée la tête, j'ai fait dans la facilité ultime et j'ai choisi celles où le nom du vainqueur avait valeur d'évidence même si l'annonce hier du forfait de Rafael Nadal m'a coupé l'herbe sous le pied en ce qui concerne le tennis... Je suis bien consciente que, dans toute compétition sportive, rien n'est jamais joué mais quand même, y'a des mecs, je ne vois pas comment ils ne rentreraient pas chez eux avec une médaille d'or autour du cou !
Tu noteras au passage que j'ai le plus grand respect pour le sport : je m'y connais énormément en la matière et la modestie est ma meilleure amie, je passe des heures à le regarder que ce soit à la télé, sur les circuits, dans les stades, et j'en passe, mais jamais je ne lui ferai l'affront de le pratiquer, il ne faudrait pas qu'il commence à se ridiculiser en accueillant en son sein des gens comme moi...!

Bref, le gros de mes pronostics ira à l'athlétisme...


Va pour le 100 mètres, le 200 mètres et le 400 mètres, aussi bien chez les hommes que chez les femmes. Même chose pour les relais 4x100 et 4x400.
Je prends aussi la perche, masculine et féminine.
Le 50 kilomètres marche parce que je suis une fan de Yohann Diniz, et que si je suis capable de marcher 10 bornes d'affilée, c'est bien tout, alors j'admire...!
Je prends aussi l'heptatlon.

Côté natation, même si je nage comme un fer à repasser mais on s'en fout car de toute façon je n'ai pas la prétention de nager après quelque médaille que ce soit, je me sens capable de trouver les podiums du 100m nage libre, du 100m et du 200m dos, du 200m 4 nages, et des relais 4x100m 4 nages, 4x100 m nage libre et 4x200m nage libre... Tout ça pour les mecs, parce que bon, moi, hein, les filles en maillot de bain, je m'en fous pas mal !!!!
En sports co', je tenterai de trouver les vainqueurs des épreuves de football, handball, et basket masculins, pour le même genre de raisons que précédemment, la gambette qui dépasse du short m'excite 'achement plus chez un homme... Allez, soyons fous, prenons aussi le foot féminin !
En vélo, je me contenterai du cyclisme sur route masculin (course en ligne + contre la montre) ainsi que du VTT, toujours masculin.
Et puis, pour finir, en judo, les + de 100 kg...

Je ne dis pas que je n'en ajouterai pas mais tu vois, là, rien que de l'écrire et de commencer à réfléchir, je suis déjà fatiguée !!! Du coup, je te laisse, je vais vérifier que mon installation sportive, à savoir mon canapé, ma table basse et ma télé, est bien OK... Chez moi, le réconfort, c'est bien avant l'effort... :p !

Logo officiel, customisé façon Union Jack, je suis fan !
*

jeudi 19 juillet 2012

mercredi 18 juillet 2012

Mon chef à moi - Mercredi gourmand #63

Mon Chéri, Scook et le saint-Pierre côtier... Un grand moment !
Mon Amoureux, je te l'ai déjà dit, c'est un as de la cuisine. Il passe son temps libre à traîner sur la blogo gourmande, à feuilleter livres et magazines de cuisine, à rêver bonnes tables, ustensiles de-la-mort-qui-tue...
Notre escapade à Valence, à la fin du mois de juin, c'était à l'origine pour lui. L'an dernier, pour son anniversaire, je lui ai offert une journée de cours chez Scook, l'école de cuisine d'Anne-Sophie Pic. Et puis, le temps passant, on s'est dit qu'à deux, ça serait quand même bien plus amusant, alors finalement, je me suis lancée moi aussi et je ne regrette pas, voilà pour l'apparté ! Pour le récit complet de cette belle journée, il te faudra patienter jusqu'à la rentrée !

Bref, tout ça pour dire que la cuisine est une très jolie passion que nous partageons... Passionnément !!!
Mais surtout, que je suis en totale admiration devant mon Homme dès lors qu'il franchit le seuil d'une cuisine. Parce qu'il a un incroyable don pour ça. Parce qu'il est capable de transformer le moindre repas en une véritable fête. Parce qu'il n'a peur de rien et va s'attaquer en toute confiance à des recettes de grands chefs qu'il admire. Parce qu'il est patient et appliqué, connaît des gestes techniques qui m'impressionnent, a en permanence une soif d'apprendre qui me fascine, a une connaissance des produits qui me nourrit...
Je me damnerais pour un de ses risottos, personne ne cuisine le poisson comme lui, il a réussi à me réconcilier avec le gigot et j'en passe...!

Ce n'est pas un chef, au sens où il n'a pas fait de sa passion son métier, c'est juste mon chef à moi, et c'est très bien comme ça !

Et toi, il y a un de tes proches que tu admires en cuisine...?

***

Aujourd'hui, tu trouveras aussi de la gourmandise chez...

- Evelyne qui te propose de préparer un paillasson de pommes de terre, si si !
- Arlette qui se pose une question existentielle quant à son marbré au chocolat.
- Bouboulette en totale admiration devant ceux qui manient aussi bien l'appareil-photo que les casseroles.
- P'tite Fée avec une pizza maison fort appétissante ma foi !
- Sophie en parfaite disciple de Christophe Felder.
- Chocoladdict qui brave les fortes chaleurs pour te servir un délicieux cheesecake.
- Chris qui te propose une recette de crème glacée hyper-rapide et inratable.
- J'adore J'adhère et son golden ticket qui lui a donné accès à un paradis de la gourmandise.
- MamanChat avec un gâteau d'anniversaire qui ne peut que me ravir !
- Maya Lou qui a préparé un clafoutis aux douces saveurs des étés de mon enfance.
- Estelle et de divines panna cotta qui ont l'air aussi bonnes qu'elles sont belles.
- Ava avec une nouvelle dégustation, en Charente Maritime cette fois-ci.
- Covima avec une glace délicieusement régressive.
...


*

mardi 17 juillet 2012

Ne tirez pas sur l 'oiseau moqueur - Harper Lee


Dans une petite ville d'Alabama, à l'époque de la Grande Dépression, Atticus Finch élève seul ses deux enfants, Jem et Scout. Avocat intègre et rigoureux, il est commis d'office pour défendre un Noir accusé d'avoir violé une Blanche.
Ce bref résumé peut expliquer pourquoi ce livre, publié en 1960 - au cœur de la lutte pour les droits civiques des Noirs aux États-Unis - , connut un tel succès.
Mais comment ce roman est-il devenu un livre culte dans le monde entier ?
C'est que, tout en situant son sujet en Alabama dans les années 1930, Harper Lee a écrit un roman universel sur l'enfance. Racontée par Scout avec beaucoup de drôlerie, cette histoire tient du conte, de la court story américaine et du roman initiatique.
Couronné par le prix Pulitzer en 1961, Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur s'est vendu à plus de 30 millions d'exemplaires dans le monde entier.

"Ce livre est magique. D'une tendresse, d'un humour, d'une mélancolie sans pareils."
Frédéric Vitoux, Le Nouvel Observateur.

"Un phénomène comparable à L'Attrape-Cœurs de Salinger, et donc l'un des plus beaux livres jamais écrits."
Femina.

***

Il y a des questions qui, une fois que je me les suis posées, n'ont pas fini de tourner en boucle dans ma petite tête. Celle que m'évoque la lecture de cet incroyable roman fait assurément partie de celles-là : mais comment ai-je bien pu faire pour passer à côté de ce chef-d'œuvre pendant tant d'années...???? Avec en plus des pelles de circonstances aggravantes : mon amour pour la littérature sudiste américaine, mon statut d'ancienne étudiante en littérature anglophone, d'ex-libraire et j'en passe, la situation est assez désespérée pour ne pas m'enfoncer d'avantage !

Le souci, c'est que, les livres qui me bouleversent comme ça a été le cas de celui-là, j'ai envie de les faire découvrir à la Terre entière mais je ne trouve jamais les mots pour le dire...

Alors, en vrac, j'ai aimé les personnages principaux, plus que de raison, ces deux gamins pleins de ressources, ainsi que leur père qui a choisi de les élever de la plus libre des façons qui soit, en les laissant vivre leurs propres expériences, probablement le plus merveilleux des apprentissages qui soit...
J'ai trouvé à ce roman une véritable connotation cinématographique, dans le sens où j'ai, dès les toute premières pages, eu l'impression de ressentir l'action, de la voir dans ma tête sans avoir besoin de la moindre description, comme si je connaissais les lieux et les acteurs...
J'ai repensé tout au cours de ma lecture à Mark Twain, à Carson McCullers évidemment, à certains romans de Vautrin, Lansdale ou Philippe Besson, à chaque fois de grandes émotions littéraires, du domaine de l'inoubliable, des mots qui m'ont prise aux tripes.
J'ai adoré l'idée qu'a eue Harper Lee de raconter l'histoire à travers le regard de Scout : le monde vu à hauteur des yeux d'un enfant a pour moi quelque chose de tout à fait fascinant. Il est à la fois teinté de naïveté, et brut de décoffrage : il va toujours à l'essentiel, sans s'embarrasser du qu'en-dira-t-on, de la morale, il est rempli de pureté et ça fait un bien fou !
J'ai, une fois de plus et à distance, loué tous les hommes et les femmes qui un jour, ont su dire "non" et se dresser contre l'opinion à la seule force de la leur, d'opinion. À mes yeux la preuve d'un courage qui me bouleverse, à travers les temps, à travers l'histoire.

Bref, tu l'auras compris même si mes idées s'embrouillent et si les mots me manquent, ce roman est un bijou, ne passe surtout pas à côté !!!

*

lundi 16 juillet 2012

Tack ! - Un lundi parmi tant d'autres #50


Si tu dis "jaune et bleu", chez nous, le premier truc qui nous viendra à l'idée, c'est la Suède.

Cette photo, c'est absolument sans raison, juste pour le fun !
Pas parce qu'on chante du Abba à tue-tête dans la voiture, pas parce qu'on s'est régalé à dévorer les romans de Stieg Larsson, pas parce que j'ai trouvé Mats Wilander trôôôp beau quand il a remis la coupe au vainqueur du dernier Roland Garros, pas parce que je range mes centaines de livres dans des bibliothèque achetées chez Ingvar Kamprad, pas parce que mon Chéri surkiffe manger des harengs marinés à toutes les sauces... Non, chez nous, le suèdois a une place à part parce que Mademoiselle A. l'apprend au lycée !!!

Et moi, depuis septembre dernier, je fais tout ce que je peux pour me familiariser avec cet étrange idiome ! Penses-tu, non contents d'avoir un a, il a fallu qu'ils l'affublent de cet adorable rond qui n'est pas que décoratif mais ne me demande pas du coup comment il faut le prononcer une fois qu'il l'a sur la tête, je n'ai toujours pas réussi à fixer ça dans mon cerveau récalcitrant... N'empêche, ça a de la gueule, je te laisse constater : å...!
Pis, tant qu'on en est à parler prononciation, je ne saurais que te recommander une virée chez Le Suédois avec la Demoiselle : si tu ne meurs pas de rire dans les cinq premières minutes, c'est qu'on ne peut vraiment plus rien pour toi. Elle traverse les rayons en lisant à voix haute chacun des noms qu'elle trouve sur les étiquettes des meubles, lampes et autres accessoires, je te jure, ça vaut le détour, bon, tout le monde te regarde, mais pour le plaisir d'une bonne tranche de rigolade, que ne supporterait-on pas...?!?...

Bref, tout ça pour te dire qu'en suédois, je suis nulle. Totalement nulle mais j'ai au moins retenu une chose : tack... Tack, ça veut dire merci, et ça, ça peut toujours être utile, je suis sûre que tu es d'accord avec moi Zaza...!


*

dimanche 15 juillet 2012

Serre tropicale

Thème du mois : La vie en vert
La Photo du Mois, c'est aussi chez :100driiine, A&G, Agnès, Agrippine, Akaieric, Alban, Alexanne, Alexinparis, Alice Wonderland, André(eric)Fernandes, Anita, Anne, Anne-Cécile, Annick, Aparça, Arwen, Aude, Ava, Babou, Batilou, Bestofava, Blogoth67, Cara, Carnets d'images, Caro, Carole In England, Cathy, Cekoline, Céliano, Céline in Paris, Cessna, oui !, Champagne, Cherrybee, Chris et Nanou, Clara, Coco, Cocosophie, Cricriyom from Paris, Cynthia, Dan, David et Mélanie, DNA, Dorydee, Dr CaSo, Dreamteam, E, Elapstic, Emi London, Emma, Escapade en Tunisie, Fanfan Raccoon, Filamots, Flo, florianL, François le Niçois, Frédéric, Galinette, Gilsoub, Gizeh, Guillaume, Hibiscus, Isabelle, J'adore j'adhère, Jean Wilmotte, jen et dam, Karrijini, Kob, Krn, Kyn, Kyoko, La Fille de l'Air, La Flaneuse, La Nantaise, La Papote, La Parigina, LaGodiche, Laure, Laurent Nicolas, Lauriane, Lavandine, L'Azimutée, Le Mag à lire, Le-Chroniqueur, Les petits supplices !, Les voyages de Lucy, Les voyages de Seth et Lise, Les zinzins, Lesegarten, Leviacarmina, Lhise, Lost in London, Louiki, Louisianne, Lyonelk, M, M.C.O, magda627, Maïder, Mamysoren, Manola, Marie, Marion, M'dame Jo, Melting Pot, Mgie les bons tuyaux, Misscarone, Mistinguett, Muni57, Narayan, Nataru, Nathalie, Nelcie, Nicky, Nomade57, Nora, Olivier, Ori, Oryann, Otaku, Où trouver à Montréal ?, Petite Marie, Pilisi, Quelbazar, Renepaulhenry, Sébastien, Sephiraph, Sinuaisons, Skipi, Stephane08, Stéphie&lesCacahuètes, Super Lisa, Tam, Tambour Major, Terhi Schram, Testinaute, The Mouse, Titem, Typh', Un jour une rencontre, Une niçoise, Vanilla, Véro Beramelo, Violette, Viviane, Xavier Mohr, Xoliv', Zaromcha.

  Tu désires participer toi aussi ? Rien de plus simple : connecte-toi à Facebook et rejoins-nous. Une question ? Contacte Olivier.

*

vendredi 13 juillet 2012

Légère !!!!!


Enfin, légère, c'est pour le titre, concrètement, un peu moins lourde, ça suffira !

Je suis montée hier soir sur ma balance, après plus de trois semaines de séparation. Un moment que je repoussais de jour en jour, un moment que je redoutais. 
Bah oui, il faut être honnête, depuis tout ce temps, ma vie n'a été faite que de petits-déjeuners pantagruéliques, de pauses pique-nique made in Wales, de petits gâteaux pleins de beurre, de lemon curd, de saucisson et d'apéros, et j'en oublie certainement, bref, que de trucs pas forcément homologués dans le cadre d'un régime !
Dans le même temps, j'ai totalement zappé la seule contrainte que j'avais : compter les points correspondant à tout ce que je mangeais. Oui, parce que, pour ceux qui ne le savent pas ou ne s'en rappellent plus, la méthode que j'ai choisie pour me délester de mes 35 kilos en trop au bas mot, c'est WW, et force est de croire que ce choix n'était pas mauvais !

Bon, toujours est-il qu'à l'approche de mon retour en réunion, lundi en l'occurrence, il fallait bien que j'affronte le verdict du pèse-personne. Alors oui, me peser le soir n'était pas la chose la plus intelligente que je pouvais faire, mais il y avait urgence ! J'ai pris mon courage à deux mains et c'est avec stupeur que j'ai constaté le chiffre qui s'affichait au bout de mes orteils... Oh pinaise, c'est peut-être encore un nombre à trois chiffres, mais c'est en tout 9 kilos de moins depuis que je me suis lancée dans cette aventure.

Pourtant, je ne me sens pas véritablement mieux. Bien au contraire, depuis une quinzaine de jours, mon corps me fait horreur, je crois que rarement je me suis sentie aussi grosse et moche qu'en ce moment... Je me sens bouffie, grasse, comme engoncée dans une enveloppe trop grande, ridicule... C'est pas top pour la confiance que je suis censée avoir en moi... :-S
Mais bon, c'est comme ça. Espérons que la bonne nouvelle d'hier soit à même de chasser ces quelques ombres !

Cela dit, il faut bien l'avouer, je suis super fière de moi !!!!!!!

*

So girly - Clic-clac #22, saison 2


Vue sur le parking d'un centre commercial gallois. 
Ne la trouves-tu pas mignonne, Cricri...??? 


*

jeudi 12 juillet 2012

Dans mon coin, il y a... des cieux parfois changeants...


Et ceux de la photo datent de l'année dernière.
Pas encore eu en 2012 la moindre opportunité de se balader sur la plage pour y admirer le coucher du soleil... Mais on garde espoir, ça va venir !!!

Pour Fais-toi la Belle !


*

mercredi 11 juillet 2012

Instant T. #14


Une image de cet été normand qui, entre pluie et froid, commence vraiment à devenir désespérant...

Pour Nikit@.


*

Souvenirs de vacances - Mercredi gourmand #62

Il y a ceux que l'on m'a rapportés...


Comme ces terribles Gavottes au caramel au beurre salé que mes beaux-parents ont trouvées en Bretagne et que, miraculeusement, je n'ai pas encore attaquées.


Mon beau mug anglais et les shortbreads dans leur boîte double-decker , cadeau de mes parents à leur retour du Pays-de-Galles.


À vrai dire, les shortbreads, je ne suis pas fan, loin de là même... Mais leurs boîtes, elles me font juste craquer.


Heureusement, j'ai à la maison deux gourmands qui auront tôt fait de les vider, du coup, j'en ai racheté une boîte pendant notre séjour !


Et la bière que ma tante a comme qui dirait grattée au resto, 76 ans, la tatie, elle ne perd pas le nord, elle m'a trop fait marrer !!!

Enfin, du Sud, nous n'avons pas pu résister à revenir avec des épices...


Des baies de voatsiperifery, un genre de poivre malgache au goût tout simplement incroyable, et des baies de Szechuan vertes, renversantes elles aussi.


Des colorants qu'on en a pour des années à manger des cupcakes rouges ou verts !


Mon gros coup de cœur : ces touillettes libellules qui tiennent en équilibre sur le bord de ton verre, magique et élégant !

Et puis un joli magnet qui dit des choses comme je les pense et comme nous les partageons avec mon Chéri et qui, depuis notre retour, nous le rappelle tous les jours...


Bon, on a aussi rapporté du lemon curd, de la pork pie, mais y'en a plus !!! Il reste bien du bacon mais c'est moyennement photogénique ;-) !

Et toi, tes souvenirs de vacances, ils sont gourmands...?

***

Le mercredi est aussi gourmand chez...

- Arlette qui s'offre une pause couscous entre filles.
- Nath Choco et des tartares des îles dégustés dans un cadre de rêve.
- Bouboulette avec des bonbons glacés à la fraise faits maison !
- PetitDiable qui déguste une glace bio à la saveur délicieuse.
- Les délices d'Anaïs qui teste l'atelier cuisine in english my dear... Trop forte !
- Kiara qui cuisine avec amour de multiples délices pour sa Mamoune.
- Chris qui cultive son bronzage à coups de tarte aux abricots et à la cannelle.
- Chocoladdict et ses cupcakes girly en rose et blanc, mais avec du chocolat quand même !
- Ptisa et ses impressionnants restes de gâteau.
- Sophie avec des cake-pops salés à servir à l'apéritif, je m'inviterais bien, moi ;-) !
- Voyelle qui partage avec nous une bonne adresse lilloise.
- Lucky Sophie qui nous présente d'adorables kits à cupcakes, je suis sous le charme.
- Evelyne et son délicieux gâteau à la pêche à déguster à l'heure du thé.
- Alice qui a versé dans la déraison de l'autre côté du Channel.
- Ava avec sa gourmandise légendaire, qui se fait testeuse de pâtisserie !
- Maya Lou dont la tarte au fromage blanc a juste l'air d'être un régal.
- Covima qui a trouvé une super recette pour utiliser ses poires un peu trop mûres.
- Tortue avec une jolie recette d'enfance et une petite pâtissière très appliquée !
...


*

mardi 10 juillet 2012

Rêverie en vert


"Nous sommes faits de la même étoffe que les rêves et, notre petite vie, un somme la parachève."
William Shakespeare

Une citation qui me touche et que je partage avec Val. Elle fête les 4 ans de son petit monde virtuel, est une fée formidablement douée de ses dix doigts, aime le vert et les mots, pourquoi ne pas aller toi aussi, lui souhaiter un merveilleux blog'iversaire...! ;-)


*

Ode à la paresse

Comme mon énergie et mon envie sont proches du néant aujourd'hui, j'ai le plaisir de te laisser en compagnie de la douce Val, qui nous offre un petit bout de son Sud ensoleillé et de jolis mots empruntés fort appropriés !

***


Ode à la paresse

Paresse est une forme de sagesse
Et même si elle ne côtoie jamais liesse
Fasse qu'en ce jour béni juste débuté
Elle taquine quand même félicité

Paresse est une forme de sagesse
Certes elle demande peu de hardiesse
Mais à force de flirter avec la ligne
On finit souvent par provoquer la guigne

Paresse est une forme de sagesse
Qui ne fait appel à aucune bassesse
Toi mon adorable toute de franchise
Ô ma bien belle si aisément conquise

Paresse est une forme de sagesse
Si elle n'apporte point son lot d'ivresse
Trop de débordements font tourner la tête
Et la douceur soudain fuit et ne s'entête

Paresse est une forme de sagesse
Langueur inconnue à celui qui se presse
Et lorsqu'un vent de fureur soudain m'essouffle
J'enfile vite ma paire de pantoufles

Paresse est une forme de sagesse
À ce jour elle est devenue ma maîtresse
Je goûte aux joies de la bonne conduite
Tel excès honni à ce point que j'exulte

Paresse est une forme de sagesse
Tout à conquérir mes lettres de noblesse
J'apprends à interpréter ses nombreux signes
Qui font qu'à ses volontés oui je m'assigne...

Mr Richar

*

lundi 9 juillet 2012

Du cochon, deux chevaux, une caravane... Le bonheur !

Il ne t'aura pas échappé que mercredi dernier, j'étais comme qui dirait aux abonnés absents sur la blogo. Et pour cause, je me suis retrouvée embarquée dans une bien drôle d'histoire un peu cochonne, bouge pas, je te raconte !


Sur la route du retour de mon chouette séjour gallois, après une semaine passée très loin de toute technologie, il m'est venu la bonne idée de me connecter à ma boîte-mail alors que je sirotais un café infect dans le terminal Eurotunnel en attendant mon heure. Bien m'en a pris parce que, dans ladite boîte, il y avait un message bien sympa, quoi que quelque peu saugrenu, c'est pas moi qui le dis, c'est son auteur : Thibault, blogueur de son état, aux commandes pour la septième année de Cochonou et Vous, le blog à l'imprimé vichy rouge et blanc qui te fait vivre les coulisses du Tour de France et de sa caravane, me proposait de venir passer une journée avec lui sur le Tour justement... Enfin, ça, c'est la version light parce que, tu vas voir, ça a été une journée d'enfer, je vais essayer de ne rien oublier !!!
Bref, tu me connais, les bons coups, j'adore en être, alors l'idée ne m'a pas effleurée une seule seconde de ne pas accepter cette proposition, aussi farfelue puisse-t-elle paraître.

Me voici donc partie pour Abbeville, oui, j'ai oublié de te dire, l'étape du jour, c'était entre Abbeville et Rouen, une aubaine pour la Picarde d'origine et la Normande d'adoption que je suis.
À la gare d'Abbeville, je suis accueillie par Thibault et Raphaël, et très vite rejointe par Laura, journaliste parisienne invitée elle aussi pour la journée. Autre invité du jour : le soleil, lui, inutile de te préciser qu'on ne l'attendait plus mais qu'on a tous été ravis de constater qu'il envisageait sinon de nous accompagner tout au long de la journée, tout du moins de fêter le départ de cette belle étape comme il se doit !

 Arrivée au parking de la caravane. Thibault nous présente l'équipe Cochonou, presque au complet sur la photo...


Pour le reste, c'est à la fois la stupeur et l'émerveillement : le lieu tient à la fois de la ruche hyperactive et du parc d'attraction géant. 180 véhicules, près de 600 personnes, pour plus de 35 marques représentées, je ne m'en rendais pas compte mais c'est énorme. Et en quelques minutes, je passe de 41 à 10 ans, je me sens comme une gosse, j'ai envie de tout voir, d'ouvrir mes yeux le plus grand possible pour ne rien louper, de tout photographier même si, dans ma précipitation à quitter la maison la veille, j'ai trouvé le moyen d'oublier Canon Boy ! Ça tombe bien parce que, Laura, elle aussi, elle a gardé son âme d'enfant, du coup, le parking caravane, à deux, c'est encore mieux.

Et voici LE carrosse, notre carrosse !!!


Une superbe 2CV limousine comme il n'en existe que très peu dans le monde, trois en l'occurrence, et là, tout de suite, tu prends la mesure du privilège ;-) !
Nos compagnons de voyage du jour : Thibault, harnaché comme il se doit, sécurité oblige...


Et Damien, notre super chauffeur made in Sud-Ouest !


10h25, après un briefing destiné aux équipes et la pesée des véhicules, oui oui, avec moi à l'intérieur, je te laisse imaginer le chiffre affiché sur la balance par notre limo ;-) , bref, nous voici enfin traversant Abbeville, sous un soleil timide mais néanmoins bien présent et les vivats de la foule en délire.


Et c'est parti pour 214 kilomètres de folie !!!
Je ne suis pas remontée dans une deuch' depuis des années, une bonne vingtaine en l'occurrence, depuis celle de mon copain Clément alors que nous venions de décrocher notre permis de conduire, et on en a vécu, des aventures, avec elle, jusqu'à ces vacances en Corse dont on a bien cru qu'elle ne reviendrait jamais ! Et avant, il y avait eu celle de mon grand-père paternel, autant te dire que ça date encore plus...!
J'adore !!! En 2CV, le moindre virage s'apparente à une véritable aventure. Je te rappelle qu'il fut un temps, il n'existait ni direction assistée, ni aide au freinage d'urgence, que les amortisseurs faisaient ce qu'ils pouvaient, un temps que mon grand âge m'autorise à appeler le bon vieux temps ! Alors, avec Laura, à l'arrière, on est ballottées, c'est le moins que l'on puisse dire, la pauvre, à chaque virage à droite, je dois littéralement l'écraser contre la portière, mais elle ne semble pas s'en plaindre, mieux que ça : qu'est-ce qu'on se marre !!!
Tout ceci se faisant au rythme des lancers de saucisson, parce que c'est aussi ça, ce qui fait le charme de la caravane publicitaire : se dire qu'on va pouvoir attraper au vol un stylo, des bonbons, une casquette, tu me crois ou pas, mais ça motive les troupes !


Direction la mer, que nous découvrons en arrivant au Tréport : juste magique ! Les belles falaises blanches, la mer à l'eau claire, et j'insiste, je sais, mais c'est assez rare pour que je me plaise à le répéter, le soleil.


S'ensuit alors une longue descente le long de la côte, aux allure de promenade estivale, qui nous révèlera bien des trésors normands, comme les champs de lin baignés de lumière, ou les incontournables vaches de nos campagnes...

Effrayées par le klaxon de la deuch' !!!
Petit clin d'œil à Alice, ma voisine du dessus, avec son pont Colbert.


J'ai cherché la tête blonde de Pouic dans la foule dieppoise car je savais qu'il y était, accompagné de son papa, mais je n'ai pu le retrouver...
Par contre, j'en ai vu, des choses, sur les bas-côtés, à l'image de ces deux super héros bien perchés...!


Une très belle journée où rares ont été les moments où nous étions seuls sur la route...


Et c'est devant une foule impressionnante que l'aventure s'achève à Rouen, on a même passé la ligne d'arrivée de l'étape comme jamais je n'aurais pu m'imaginer la passer.


 De cette journée, je sais que je garderai à la fois un excellent souvenir, des images gravées en moi et de bien agréables et inédites sensations.
J'ai eu l'impression de passer un moment hors du temps, ou plus précisément dans un autre temps, c'est assez difficile à expliquer, un peu comme si le contact avec la France profonde et populaire, au beau sens du terme et sans la moindre once de moquerie de ma part, tu me connais, bref, comme si ce contact avait réussi à calmer cette effrénée course vers l'avant dans laquelle nous évoluons tous, souvent bien malgré nous...
Je repenserai souvent à ces papys, dans les petits villages, qui avaient revêtu leurs habits du dimanche pour venir nous voir passer, ces enfants handicapés qui avaient préparé des pancartes pour dire leur joie sur le trottoir devant leur institut, les caissières du supermarché regroupées devant le magasin et immortalisant le passage de la caravane avec leurs smartphones, les saluts des sauveteurs en mer sur leur embarcation dans le port de Fécamp, la liesse, les sourires et les cris, les yeux des petits garçons qui brillaient comme s'ils avaient vu le Père-Noël en personne...
Moi qui aime les gens, j'ai été servie, chaque regard croisé m'a nourrie, chaque sourire aperçu m'a émue, mille fois mon cœur a bondi dans ma poitrine. De joie, d'émotion. Je n'ai que deux yeux, j'en aurais souhaité mille, pour ne rien rater, pour tout emmagasiner, pour voir devant, derrière, partout où mon regard n'a pu porter.
J'ai passé une merveilleuse journée, mille mercis Thibault pour cette formidable idée que tu as eue de m'inviter !!!

Et si, toi, tu veux en voir un peu plus, j'ai posté quelques photos sur FB. Thibault a lui aussi rédigé un billet sur son blog, avec photo-dossier inside, va voir, ça vaut le détour ! D'ailleurs, n'hésite pas à lui rendre visite régulièrement : chaque jour, il partage avec toi à-côtés et anecdotes de cet autre Tour, qui vaut vraiment le détour.
N'hésite pas non plus, si le tracé de la Grande Boucle passe vers chez toi, à aller squatter le bord des routes pour leur faire, à lui et à toute l'équipe, un coucou en vrai, je sais que ça leur fera plaisir, et pit'être même que tu rentreras chez toi avec des pitits saucissons ou un bob en vichy rouge...
Une chose est sûre, moi, c'est, en plus de tout ça, avec de superbes coups de soleil et des étoiles plein les yeux que je suis rentrée à la maison... Elle est pas belle, la vie...????

*
Blog Cochonou et vous
Page FB Cochonou et vous