samedi 31 mars 2012

Dans ma cuisine, forcément, des mugs de mémèràchats !


Ça ne t'étonnera pas ;-) !
J'ai acheté moi-même les premiers et puis, petit à petit, connaissant mon amour pour les petits félins, les gens autour de moi se sont mis à m'en offrir. Et peuvent continuer : je trouverai toujours de la place pour les ranger !



*

vendredi 30 mars 2012

Fine lame


Pour Zaza et Magda.


*

Un vrai bec salé !

Si je me lève la nuit, tiraillée par une fringale, je suis capable de grignoter du fromage, du jambon, un morceau de poulet froid.
Si tu veux passer à la maison, je te recommande l'heure de l'apéro : je l'aime dînatoire et je ne manque jamais d'idées pour l'agrémenter.
Si tu me demandes de te parler pendant des heures d'une gourmandise de mon enfance, attends-toi à en bouffer, de la blanquette de ma grand-mère.
Si tu as besoin que j'apporte un truc à manger pour la super fête que tu organises, mise tout sur une quiche, un cake ou un clafoutis de légumes.

J'ai même déjà, de très nombreuses fois en fait, réussi à recevoir des gens à la maison en ayant totalement oublié le principe de base selon lequel un repas se termine théoriquement par un dessert !
Je suis heureuse quand revient l'hiver et son cortège de pot-au-feu, tartiflette, potée, blanquette et autre carbonnade.
J'aime l'à-peu-près, une notion qui n'a pas sa place en pâtisserie...
Je prends très rarement de dessert quand nous allons au restaurant : je préfère de loin finir un repas sur du fromage, le pire de mes péchés-mignons !!!

En gros, ce qui me fait triper, à l'approche de Pâques, tu l'auras compris Virginie, c'est l'idée de l'agneau, bien plus que du chocolat !


*

Comme sur des montagnes russes...


Des semaines que je me dis qu'il serait bien que je le rédige, ce billet... Des semaines que je renâcle, que je n'arrive pas à entrevoir par quel bout prendre les choses, que je me demande si le jeu en vaut la chandelle... Des semaines que je me retiens parce que ça me gonfle aussi d'être lue par des gens que j'exècre et que tout ceci ne regarde en rien...
Et puis, il y a eu hier, et l'évidence née de la déferlante de mots tendres que tu m'as laissés à la suite de mon billet sur la famille Bras : ma vérité, elle est là, pas chez les néfastes !

Ma santé, je l'ai un peu évoquée hier, sinon je n'en parle pas ici. Pas de façon détaillée tout du moins, tu comprends pourquoi. Mais c'est elle qui explique que, depuis un certain temps, je peux te paraître différente, un peu absente, moins capable d'altruisme, ayant perdu mon sens de l'empathie, certainement moins joviale aussi... J'ai la sensation que mes perceptions sont totalement brouillées. Ce n'est pas désagréable à proprement parler, juste vraiment déstabilisant : c'est compliqué d'avoir du mal à se retrouver dans ses réactions, et même dans son être tout entier.

Au quotidien, ça se traduit par du silence. Beaucoup de silence. Un silence assourdissant. Le truc dont je suis bien peu coutumière. Parce que je ne trouve pas les mots, là où d'ordinaire je piapiaterais pendant des heures et des heures... Une chose est sûre, si les mots ne sortent pas, ça ne veut absolument pas dire que je ne ressens rien, bien au contraire. Mes sensations, elles, en plus d'être chamboulées, sont décuplées, non, même pas, ça n'est pas assez fort comme terme, démultipliées à l'infini...
En résumé, je suis capable de pleurer devant un simple documentaire, de ne pas donner de nouvelles à ma famille pendant des jours et des jours, d'hurler de rire pour une blague vaseuse, de rester de marbre devant un truc qui émeut la Terre entière : c'est le Bronx intégral là-dedans !

Sur la blogo, il y a mille petits signes qui peuvent te dire que les choses ne sont pas tout à fait comme d'habitude. Que tu auras peut-être remarqués. Ou pas !
Bon, je ne laisse pas de commentaires, ça, je m'en suis déjà longuement excusée : les mots ne viennent pas, je n'y peux rien. Comme je l'écrivais hier, je lis toujours, je furète toujours à droite à gauche, mais réagir, c'est compliqué.
Si tu attends un heureux évènement, il y a fort à parier que je ne m'en mêle pas, que je n'ai même pas fait partie de la cohorte de personnes qui sont venues te laisser des messages de félicitations : ne m'en veux pas, le sujet est hyper sensible pour moi, non que je ne m'en réjouisse pas pour toi mais, au moment de te le dire, je m'effondre parce que c'est un truc qui continue de se refuser à moi... Du coup, je me tiens éloignée de ce bonheur-là chez les autres.
Je suis aussi incapable de trouver les mots pour dire aux personnes qui n'ont pas le moral, qui traversent des moments compliqués, que je les soutiens d'où je suis, comme je peux. Ça me fend le cœur, je lis de la détresse, des histoire de galères de boulot, d'amours qui se terminent mal... Et je ne sais pas comment donner un moment, quelques mots, un sourire, des trucs qui ne changeront fondamentalement rien mais dont je suis bien placée pour savoir combien ils sont précieux quand on traverse une période de turbulences.
Les rendez-vous hebdo, je fais ce que je peux. Parfois, je reste bloquée devant Monsieur Mac pendant des heures alors qu'à priori, le sujet m'interpelle et même bien pire, que je me suis engagée à participer. Et ça m'énerve, si tu savais comme ça m'énerve. Même ici, il y en a un que j'ai lâché, Ma semaine sur la Blogo pour ne pas la citer. Ça, c'est suite à un gros coup de colère, que j'expliquerai certainement dans les jours qui viennent, quand l'énervement sera retombé...
Et les mails, n'en parlons pas... J'en ai comme qui dirait une pile astronomique à éplucher et auxquels répondre...

Tout ça pour te dire, alors que j'attaque facilement la cinquième heure passée devant ce billet (pas non-stop, je te rassure !), à réfléchir, à chercher mes mots, à tenter de trouver le moyen le plus juste de formuler mes sensations... Bref, en résumé, même si je suis différente aujourd'hui, je suis au fond toujours exactement la même.
Et c'était important pour moi de te le dire aujourd'hui !

*

mercredi 28 mars 2012

Orchidée, mode d'emploi


J'ai bien senti, quand je t'ai montré hier ma vieille phalænopsis en train de refleurir, que ça soulevait tout un tas d'interrogations en toi, du genre Mais comment fait-elle...? ;-)

Avant toute chose, je préfère t'affranchir : y'a pas plus nulle que moi en la matière. Je ne compte plus le nombre de plantes qui ont décédé en deux temps trois mouvements à partir du moment où elles se sont retrouvées entre mes mains. Même les cactus n'ont pas résisté, c'est te dire... La plante, elle survit dans les plus inhospitaliers des déserts, tu me la confies et elle cane à la vitesse de l'éclair... C'est te dire si je partais sur une mauvaise base, avec mes orchidées !
Une chance, un jour, je suis tombée sur une émission télévisée où une fleuriste experte partageait ses trucs et astuces. Grâce à elle j'ai réussi à faire refleurir ma première orchidée et à maintenir la seconde en pleine santé pendant plus de 5 mois après qu'on me l'ait offerte. Alors, comme la générosité n'est pas la moindre de mes qualités, j'ai décidé, devant tes commentaires désespérés d'hier, de tout te dire pour que tu puisses, comme moi, te la péter !!!

Laquelle choisir ?
Certaines variétés sont plus faciles à entretenir que d'autres. Parmi celles-ci, la phalænopsis, comme les miennes. Cambria et phragmipedium sont, elles aussi, d'un entretien plutôt aisé. Après, on grimpe en gamme et donc, en difficulté !
Une orchidée dans la maison
Tu l'installes dans une pièce à vivre, ici, elles sont au salon.
La pièce doit être lumineuse mais la plante ne doit pas y être exposée de façon directe.
La température idéale est de 18 à 20°C, ne jamais descendre en dessous de 10°C.
Surtout, ne cède pas à la tentation de la rempoter, achète-lui un joli cache-pot et laisse-la dans son petit contenant transparent dans lequel tu l'as achetée, tu verras plus loin, il a sa raison d'être !
Le secrets de l'arrosage
Il doit être peu fréquent, en moyenne une fois par semaine.
L'indicateur idéal, la couleur des racines : plus elles sont grises, plus la plante a soif.
Une orchidée se baigne plus qu'elle ne s'arrose : installe-la dans une bassine ou un cache-pot, verse à son pied de l'eau à température de la pièce, jusqu'à ce qu'elle arrive à la hauteur du pot, tu la laisses ensuite ainsi pendant une dizaine de minutes. Tu t'apercevras, quand tu la sortiras de l'eau, que ses racines auront viré au vert très vif, signe qu'elle a assez bu. Après, tu n'as plus qu'à surveiller la couleur des racines.
Une fois pas mois, tu peux utiliser un engrais adapté. Personnellement, je ne l'ai jamais fait.
Et après...?
Avec ces bons soins, finalement tout simples, il suffit de les connaître, ton orchidée te donnera satisfaction pendant plusieurs mois.
Quand toutes les fleurs d'une tige sont fanées, je la coupe à la base, je ne sais pas si c'est ainsi que l'on doit faire mais visiblement, ce traitement a été supporté.
La règle d'or, c'est que, tant qu'il y a des feuilles, il y a de la vie. Après, tout n'est qu'affaire de patience...!

Du coup, je me suis fait un cadeau, je me suis offert ma troisième orchidée ! Et toi, tu te lances...???

*

D 'un père à son fils - Mercredi gourmand #47

Lundi soir, nous sommes allés au cinéma, mon Chéri et moi. Te marre pas, c'est une expédition pour moi, le cinéma : quand tu sais que, 9 fois sur 10, je m'endors au bout d'une demi-heure et que, du coup, je préfère ne plus y aller plutôt que de gâcher le prix de mon billet, tu te demandes quel est le film qui a bien pu me motiver ET me garder éveillée pendant toute la projection...? Allez... Je ne te laisse pas mariner plus longtemps...


Le film en question, c'est Entre les Bras.
Comme l'indique son sous-titre, La cuisine en héritage, il est ici affaire de transmission : celle de la mythique maison familiale, triplement étoilée au Michelin, par Michel à son fils Sébastien, un héritage complexe, lourd, qui pose bien des questions, Sophie le raconte merveilleusement bien dans le billet qu'elle a consacré au film.

J'ai été bouleversée par cette heure trente partagée avec la famille Bras.
Avant toute chose parce que, depuis plus de vingt-cinq ans, je voue une admiration sans borne à Michel, LE chef qui me fait rêver. Il existe assez peu de chefs qu'on peut associer spontanément à des plats qu'ils ont créés, Michel Bras est de ceux-là : il est le créateur du coulant au chocolat. Et surtout, du gargouillou, cette incroyable association de légumes, d'herbes fraîches, de plantes et de fleurs locales, qui est à la carte tout au long de l'année tout en variant au gré des saisons : un véritable tableau, toute la nature de l'Aveyron dans ton assiette.


Ensuite, parce que ce film nous offre de plonger au sein de l'intimité d'une famille, de découvrir les personnages qui la composent, tellement uniques, et aussi tellement liés les uns aux autres : il est beaucoup question d'amour, dans le film, d'amour filial, paternel, maternel, d'amour entre hommes et femmes, d'amour pour une région, magnifique et rude, d'amour-passion pour ce si beau métier de chef... Et tant d'amour, forcément, moi, ça me prend à la gorge...!

Quelques scènes qui resteront gravées aussi : Michel qui retire un à un les souvenirs d'une vie de travail, punaisés aux murs de son bureau, pour laisser la place à son fils... La composition du gargouillou, en gros plan, sur une assiette blanche... La fête des vendanges à Gaillac où la famille Bras est rejointe par trois immenses chefs, mon Dieu, le regard d'Olivier Roellinger, que l'on sent tellement soulagé d'avoir tourné le dos à cette existence étoilée en 2008 pour entamer une seconde vie... Sébastien, seul face à lui-même, seul face à l'assiette, et sa concentration extrême lors des phases de création... La grand-mère, Mémé Bras, celle par qui tout a commencé, un personnage haut en couleur qui a longtemps tenu sa place dans les cuisines de ses héritiers, qui préparait encore il y a peu plus de 140 portions d'aligot par jour pour satisfaire aux deux services du restaurant... Et puis l'humilité, la générosité, la simplicité de ces chefs qu'on appelle par leur prénom dans leur cuisine, la complicité qui est la leur... Le générique de fin enfin, sur fond de caramel qui brunit : gourmand jusqu'au bout... Je pourrais t'en parler pendant des heures, mais le mieux, si tu as la passion de la cuisine, que tu aimes les gens, c'est que tu ailles te faire une idée par toi-même : ce film est un bijou, ne passe surtout pas à côté !

Bon, évidemment, tu ne le verras peut-être pas dans les mêmes conditions que moi, à savoir suivi d'une rencontre avec l'un des producteurs et du chef opérateur du film, avec des chefs étoilés normands : Anthony Caillot du restaurant À Contre Sens qui est devenu le troisième étoilé caennais il y a à peine un mois de cela après seulement deux ans d'activité, et d'Alexandre Bourdas, chef du très réputé Sa.Qua.Na d'Honfleur, qui a beaucoup travaillé avec la famille Bras, notamment en ouvrant leur restaurant à Toya, au Japon, qui nous a régalés de tout un tas d'anecdotes savoureuses, c'est le cas de le dire !
Un moment absolument passionnant qui nous a confortés dans notre idée, mon Petit C. et moi : il faut absolument que nous nous offrions le voyage jusqu'à Laguiole ! Parce que, bon, là, ça fait deux nuits que je ne rêve que de ça, je ne te dis pas l'atterrissage quand tu réalises que ce n'est pas au Suquet que tu vas prendre ton petit-déjeuner... ;-) !!!

Allez... Pour prolonger le partage...


Film Annonce Entre Les Bras (VF) from jour2fete on Vimeo.

Et toi, il y a des chefs qui te font rêver...?

*** Je sais que je ne commente pas toutes vos participations depuis quelques semaines, je les lis toutes, avec la plus grande attention, soyez-en assurées, mais oui, parfois, souvent même pour être tout à fait honnête, je ne laisse pas trace de mon passage. J'ai longtemps hésité avant d'en parler mais j'ai des soucis de santé, qui se traduisent notamment par un gros déficit d'attention, du mal à organiser mes mots et mes pensées, voilà le pourquoi du comment. Je me suis beaucoup demandée si, dans de telles conditions, je devais maintenir ce rendez-vous, ne voulant surtout pas que vous vous imaginiez que je vous manquais de respect avec cette absence de commentaires... J'ai fait le choix de poursuivre : les Mercredis Gourmands, c'est un peu mon bébé, je ne peux pas l'abandonner. Et surtout, je ne veux pas que vous vous fassiez du souci pour moi, tout va bien aller, c'est juste que je vous devais une explication. La plus honnête possible. Merci à vous de votre fidélité, vous n'avez pas idée à quel point elle me touche ! ***

***

De la gourmandise, il y en a aussi chez...

- Evelyne qui est allée au cinéma, elle aussi... ;-) !!!
- Magda qui nous présente une gourmandise diabolique de son enfance.
- Arwen et de jolies assiettes, très bien présentées, ça a tellement d'importance !
- Bouboulette qui a trouvé bien des idées pour une très jolie table d'anniversaire.
- Marie-Do avec 11 astuces géniales pour ne pas passer pour une tarte !
- Stussy qui nous présente le canard dans tous ses états.
- Chris35 qui nous sert un dessert décadent que je n'ai jamais eu la chance de goûter...
- Memy et ses créations gourmandes qui ne se mangent pas. Et qui, du coup, ne font pas grossir non plus !
- Armelle qui a mis le coeur du Sud-Ouest dans son assiette... Miam !!!
- Valentine qui prépare des gourmandises pour ses collègues.
- Tiny la Souris et un superbe dessert glacé : une réalisation parfaite !
- P'tite Fée avec une tarte aux délicieuses saveurs de l'été.
- Laurence dont la recette de mousse au chocolat à la fève tonka est tout à fait surprenante.
- Ptisa qui partage avec nous sa visite d'un salon des loisirs culinaires à Toulouse.
- Sandy et son premier risotto : une réussite !
- Kiara qui dévoile enfin le secret de son cake à la banane.
- Sophie et de divins petits choux qui se prennent pour des fleurs.
- Ava, entre glace à la pistache et tarte aux pommes.
- Tortue et de bien belles quenelles lyonnaises.
- Arlette avec de petites tartelettes pomme-raisin des plus gourmandes !
- Nath qui nous présente sa madeleine de Proust perso.
- Maripolmi qui se fait dorloter par son Chéri, sous le regard intéressé des chats de la maison.
- Lucky Sophie qui nous dévoile une info : Hello Kitty s'installe chez Ladurée...!
- Estelle avec la plus gourmande des crêpes.
- Chocophile qui a ressenti une furieuse envie de cookies et l'a assouvie.
...


*

mardi 27 mars 2012

Instant T. #5


À force de bons soins, ma vieille orchidée a refait des pousses et refleurit même depuis dimanche dernier : ma-gique !

Pour Nikit@.


*

... +11=33 !

Le Tag des 11 Questions, le retour ! Nan, parce que faut pas que tu t'imagines que je t'ai oubliée, toi qui m'a taguée et qui te demandes dans ton coin si je vais m'y mettre un jour ou l'autre ! Aujourd'hui, c'est à Virginie B que je me dévoile...

***

Quel est ton écrivain préféré ?
Ça commence fort : je crois qu'il n'y a pas pire question à laquelle tenter de répondre...!
J'ai une passion sans limite pour le roman américain du XXe siècle, ils sont donc nombreux, les écrivains à m'avoir fait rêver. Il y a un chouette trio : Paul Auster, Jim Harrison, et John Irving que je ne me lasse pas de lire... J'allais dire "de lire et de relire" sauf que la vie est courte et le temps précieux, relire, je ne le peux donc pas.
Mais celle qui m'a probablement le plus bouleversée, c'est Carson McCullers. Si tu ne la connais pas, je t'invite à combler rapidement cette lacune. Et si tu n'as de temps à consacrer qu'à la lecture d'un de ses romans, choisis Le Cœur est un chasseur solitaire : un bijou !


Thé ou café ?
En ce moment, ni l'un, ni l'autre... C'est par période.

Es-tu plus magazines déco/féminins ou romans ?
Romans sans hésiter ! Les magazines, je les feuillette, jamais je ne parviens à les lire en entier, ce qui ne m'empêche pas d'en acheter pour autant, ni même d'être abonnée à certains !


As-tu une peur ? Si oui, laquelle ?
De perdre ceux que j'aime. Parfois, dans les moments un peu plus down, ça devient obsessionnel, ça doit être pénible pour eux.
Sinon, j'ai aussi terriblement peur qu'on ne découvre un jour que la connerie humaine est contagieuse... On ne serait pas dans la m**** ;-) !!!

Comment occupes-tu généralement tes dimanches ?
Il n'y a pas de règle. Ou plutôt, il n'y en a qu'une : avec mon Amoureux et sa fille. Après, question programme, c'est selon les humeurs, ou la météo : balades, cocooning, cuisine etc etc... Ce sont toujours des journées agréables, toutes douces et remplies d'amour.

Quel est ton jour préféré dans la semaine ? Pourquoi ?
Pourquoi, je ne saurais pas l'expliquer mais je surkiffe le jeudi ! C'est depuis que je travaille, j'adore le jeudi !!!

Es-tu amoureuse ?
Ouiiiiiiiiii et j'adore ça !!!

Quel job fais-tu ? Te plaît-il ?
Joker ! J'ai le droit au moins...?
Bon, OK, je fais un effort, le job, c'est libraire et bien sûr qu'il me plait. Beaucoup plus en tout cas que les conditions dans lesquelles je suis obligée de le faire... 


Es-tu ciné ou DVD ?
DVD, le ciné étant devenu beaucoup trop cher pour ma bourse. Et puis, avec mes soucis de santé, je ne tiens pas le choc et ai toujours tendance à m'endormir devant les films, alors à 10€ la sieste, tu comprends pourquoi je ne vais jamais dans les salles obscures. Par contre, c'est vrai que rien ne remplace l'ambiance du cinéma ! 

Quand tu pars en vacances, est-ce de vraies vacances... ou location ?
Nous profitons des grandes vacances pour rendre visite à ceux que nous aimons et qui vivent loin, on se fait inviter en quelque sorte ! Et puis, ma sœur et mon beau-frère ont un superbe chalet dans le Jura et la gentillesse de souvent nous en laisser les clés. Du coup, on connaît bien la région. Pour les toutes petites vacances, à l'étranger notamment, c'est à l'hôtel.

Quelle est ta région préférée ? Pourquoi ?
Je n'ai pas de région préférée, c'est impossible quand on habite un pays magnifique comme le nôtre. Une chose est sûre : j'aime plus que tout la Normandie, cette région qui m'a si bien accueillie quand j'ai décidé de venir y vivre...!

***

Maintenant, vu le délai mis à répondre à ce tag, je ne ferai l'affront à personne de le lui repasser : il a déjà eu le temps de faire dix tours de blogo !!! Mais bon, je ne t'empêche pas, si tu veux, vraiment, tu prends ;-) !!!

*

lundi 26 mars 2012

Fenêtres nasrides - Un lundi parmi tant d'autres #45





L'Alhambra de Grenade est très certainement l'un des plus beaux endroits qu'il m'ait été donné de voir, l'un des plus époustouflants. Cette forteresse, une ville surplombant la ville, témoigne du règne des dynasties arabes dans le Sud de l'Espagne jusqu'au XVe siècle. Au sein de cet ensemble architectural à nul autre pareil se niche un véritable trésor : les palais nasrides où les azuléjos le disputent aux mocárabes, dans un raffinement inégalé.

Cette visite est un émerveillement de tous les instants. Chaque salle, chaque palais est d'une telle richesse qu'on ne sait où donner de la tête, ni de l'objectif d'ailleurs ! Un seul regret : la discrétion dont a fait preuve le soleil ce jour-là...

Un merveilleux souvenir de vacances que je partage avec Zaza !


*

dimanche 25 mars 2012

Lumière du matin


Le matin en question, c'était mercredi dernier : un lever de soleil magique dont j'aurais voulu qu'il ne cesse jamais.

Pour Magda.


*

samedi 24 mars 2012

Dans ma cuisine, des souvenirs d 'Andalousie


Certes quelque peu racornis : un citron et trois olives qui, si ça continue comme ça, vont finir par mourir de leur belle mort !

Le citron vient des jardins de l'Alcazar à Séville et rien qu'en le regardant, il me semble sentir à nouveau ces effluves d'agrumes chauffés par le soleil de décembre qui ont achevé de me faire comprendre que mon rêve andalou était devenu réalité... Les olives, elles, ont été ramassées sur le bord de la route entre Jaén et Alcalá-la-Real, dans la première région productrice d'huile d'olive au monde : les récoltes étaient en cours lors de notre passage et ça avait quelque chose de magique.

Un petit bout d'Espagne que je partage avec toi ce matin, Chocoladdict !


*

vendredi 23 mars 2012

Le blanc à mes pieds


C'est, aussi sûrement que la floraison des primevères ou l'apparition de feuilles vert tendre aux branches des arbres, le vrai signe que le printemps est là ! Oui oui, même en Normandie du Bas !!!

Pour Zaza et Magda.


*

mercredi 21 mars 2012

Le con du jour #10


Cette question te fout la gerbe...??? Je te rassure, moi aussi !
Elle a été posée ce midi sur le site du magazine Marie-Claire, agrémentée d'une tribune à Marine Le Pen à faire froid dans le dos, un article bâclé qui plus est : le piètre journaliste qui l'a écrit doit bien être le seul Français à ne pas avoir retenu le nombre de victimes de la tuerie de l'école Ozar Hatora à Toulouse, c'est te dire la qualité de ce torchon...

Je ne leur ferai pas l'honneur de linker une telle m*rde, de toute façon, le sondage a été retiré alors que je suis en train de rédiger ce billet, tout comme la signature de l'article. Par contre, juste pour info, Marc Desgorces-Roumilhac, le DRH du groupe Marie-Claire soutient ouvertement le Front National, à titre personnel certes mais quand même... Ouais, t'as raison, ça pue et moi je te le dis tout net : il va couler de l'eau sous les ponts avant que je le rachète, ce magazine !!!

***

Edit de 19h40...
Tu l'auras compris, le con du jour mérite un tarif de groupe aujourd'hui ;-) !

***

Edit du 23 mars, 8h25...
Marie-Claire, en plus de véhiculer des idées abjectes, n'assume pas ses actes : le billet et le sondage polémiques ne sont plus en ligne... C'est trop facile de retirer de la vue les "choses" qui fâchent. Et surtout, ça ne change rien !

*

Instant T. #4


Pour Nikit@.


*

Tradition oblige - Mercredi gourmand #46

Chaque année c'est la même chose : Pâques approche et tu te demandes qui choisir, de l'œuf, de la poule ou du lapin... Y'a des dilemmes pires dans la vie, mais avoue que celui-là vaut son pesant de chocolat !
Alors, comme je te l'ai proposé l'année dernière, voici une sélection de ce qui se fait cette année.

Chez Christophe Michalak tout d'abord, un très bel œuf aux allures de lanterne ancienne, inspiré des éclairages de la façade du PlazzaAthénée.
Si tu es brestois(e), chez Emmanuel Hamon, tu trouveras des œufs d'inspiration new-yorkaise.


Les prochains, il faudra aller bien plus loin pour les trouver puisqu'ils sont signés d'un chocolatier espagnol : Oriol Balaguer.

Le célèbrissime Café Pouchkine s'est installé au Printemps Haussmann à Paris, propose une sublime poule de Pâques, au design étonnant. Elle est disponible en deux tailles, en chocolat noir, au lait ou blanc, et garnie d'une foule de délicieuses gourmandises, friture, œufs, fleurs etc etc...


Chez Patrice Chapon, mon coup de cœur de cette année : cet œuf aux papillons, spectaculaire et printanier...


Les plus petits sont bien alignés, joliment décorés, peints avec finesse...


La friture a pris des couleurs...


De même que ce petit chat trop rigolo.


Catherine Cluizel a signé Choco Lalala, que tu trouveras chez Monoprix, une collection de sept notes de musique déclinées en lie de vin, marron clair et marron foncé, violet, rouge, blanc et rose bonbon, adorable !



Beaucoup de belles choses aussi chez Vincent Guerlais. J'ai particulièrement craqué pour Freddy la Grenouille...


Et ce mignon petit ourson.


Jean-Paul Hévin, lui, hésite entre poule et zèbre...


Et poule et poisson...


Chez Lenôtre, on a pensé aux petits...


Et aux grands aussi !


Pour la Maison du Chocolat, c'est ChoCoriCo !!! Une collection pensée par Gilles Marchal dont je te présente ici la plus belle pièce... Il va tout de même te falloir bien casser ta tirelire si tu souhaites l'acquérir puisqu'il t'en coûtera 590€ !


Sinon, tu peux toujours te rabattre sur ce superbe entremets pascal dans lequel le chocolat est associé au citron.


Et, pour finir, un très bel escargot rempli de poésie chez Jean-Charles Rochoux
Je te l'avoue, tout ceci me laisse plutôt de marbre, vu mon amour pour le chocolat, proche du degré zéro... Mais bon, je commence à te connaître, et je sais que tout ceci te plaira !

Une préférence, comme ça, à vue d'œil...?

***

Le mercredi est aussi gourmand chez...

- Tortue qui nous emmène déguster du riz au fin fond de la Chine.
- Sophie Turbigo chez qui le goûter est dînatoire et c'est tant mieux !
- Chrys qui se demande s'il faut, oui ou non, fêter les anniversaires en classe.
- Kiara qui se prête au jeu du tag, mais attention : avec du miam dedans !
- Arwen, toujours plongée dans "Un goûter à New York", pour le plus grand plaisir de nos papilles.
- Magda qui fête à grands coups de gâteau hyper-calorique un retour sur la blogo qui nous fait chaud au cœur.
- Laurence, entre États-Unis et Russie.
- Evelyne chez qui la tarte est toute verte.
- Bouboulette avec de délicieux petits feuilletés chèvre-poireau à déguster avec une salade.
- Arlette qui a trouvé le réconfort après son mardi agité.
- Djoul qui customise ses œufs mimosa avec du pamplemousse et de l'avocat.
- Chocoladdict avec qui je serais bien partie en Corse, moi !!!
- Lali Clafoutis en mère indigne comme je les aime ;-) !
- Nath qui nous propose une sélection de ses thés préférés.
- Marie-Do avec des œufs pas comme les autres.
- Ptisa qui me propose de partager le repas de Nelly.
- Covima qui nous sert une délicieuse salade sucrée-salée.
- Mili qui nous dit tout sur la saisonnalité, une notion importante en cuisine.
- Ava depuis un fast-food à la déco très soignée.
- Maman Poussinou avec un dessert classique mais ô combien délicieux !
...



*