dimanche 30 septembre 2012

Pleine et ronde


Pour Magda.


*

Un panier bien garni, une soirée passée au lit et un ordi tout petit, tout mimi !

Ma semaine en Instagram #2

Sept petits morceaux de ma semaine que je partage avec Madame Parle.

Dimanche

Toupie serait bien allée au marché avec son maître.

Lundi

Une soirée comme je les aime : silence, lit, lecture et chats !

Mardi

La besace qui va bien, des fois que j'aie des escapades de prévues ;-) !!!

Mercredi

Une phénoménale flemme de cuisiner, la malbouffe s'est du coup invitée à notre table ce soir.

Jeudi

Hiiiiiiiiiiiii... Mon Précieux est arrivé...!!!!

Vendredi

Le livre fantôme, enfin retrouvé par la bibliothécaire !!!

Samedi

Une écharpe pour moi, vite tricotée.

Une belle semaine à vous !!!

*

samedi 29 septembre 2012

En vrac #28


Pfffff... 1.667 actualités en retard sur HC... Je crains... :-S
Petit C. a cédé : on va avoir un nouveau chat !!!
L'ingratitude est un truc qui me file la gerbe.
Génial, la bibliothèque a enfin retrouvé le tome 2 d'Hunger Games !
5 colis en 5 jours, je crois que le facteur va devenir fou.
Et hop, une chouette écharpe tricotée en une paire d'heures !
Je viens de découvrir The Big Bang Theory, je surkiffe !!!
J'aime pas quand j'arrive sur un blog, qu'il y a de la musique et que je ne trouve par où l'arrêter...
J'ignore quand les gens comprendront qu'une attitude de m*rde attire la m*rde...!
213 bouquins à lire rien que sur les étagères près de mon lit, je préfère ne pas compter les autres.
Aujourd'hui, c'était l'été indien comme j'aime en Normandie du Bas.
Mademoiselle A. vient de réaliser LE gâteau au chocolat qui tue et qui me donne super envie.

*

vendredi 28 septembre 2012

Effeuilleuse


Ne me dis pas que tu t'attendais à autre chose...??? ;-)

Pour Zaza et Magda.


*

La trilogie Twain - Martin Winckler

Un pour deux


Comme tant de grandes villes françaises, Tourmens peut s'enorgueillir de sa magnifique cathédrale médiévale, de sa rivière pittoresque, de ses quartiers difficiles, de son hôpital public sinistré et... de son maire tout-puissant, Francis Esterhazy. Ancien policier, nouveau riche et futur député, le maire de Tourmens braque sur ses administrés une batterie de caméras vidéo et... attire sur lui l'attention des paparazzi depuis qu'il a épousé Clara Massima, l'ancien mannequin vedette.
Alors que plusieurs top models viennent de mettre mystérieusement fin à leur carrière, Clara Massima, qui se sent menacée, fait appel à "Twain Peeks", une petite agence assurant la protection de célébrités et autres people.
L'un taciturne et réservé, l'autre extravertie et séduisante, Renée et René Twain, les jumeaux propriétaires de l'agence, ne se doutent pas que l'affaire Massima, en apparence très simple, va les mêler à plusieurs assassinats, leur révéler un sinistre complot médico-chirurgical et menacer l'incroyable secret qui les lie, tous deux, depuis leur naissance...

Roman choral, dont la forme évoque Manhattan Transfer de Dos Passos et Tous à Zanzibar de John Brunner, Un pour deux - premier opus de la trilogie Twain - est non seulement un hommage chaleureux aux séries télé et aux comédies policières, mais aussi une réflexion personnelle sur l'amour fraternel, la différence des sexes et les mystères de l'identité.

Médecin et écrivain, Martin Winckler est entre autres l'auteur de La Maladie de Sachs (POL, 1998), Mort in Vitro (Fleuve Noir, 2003), Les Trois Médecins (POL, 2004), Camisoles (Fleuve Noir, 2006) et Le Numéro 7 (Le Cherche Midi, 2007).

***

L'Un ou l'Autre


- L'Un ou l'Autre... Qu'est-ce que c'est ?
- Vous n'avez pas entendu parler de la Trilogie Twain ?
- Euh, non...
Les jolis yeux de la libraire pétillent.
- C'est une série policière à l'américaine. René et Renée Twain, des jumeaux un peu... spéciaux, vivent à Tourmens, une ville complètement fliquée par un maire mégalomane, Francis Esterhazy. Pendant la première saison, Un pour deux, ils déjouent un complot abominable. Au début de la deuxième, l'horrible Esterhazy leur demande d'enquêter pour lui. Et comme il connaît leur secret... Non, je ne vais pas vous le révéler, ça serait un crime... Il faut que vous regardiez !
- Dites-moi, j'ignorais que vous vendiez des séries télévisées...
- Seulement quand ce sont de bons romans, répond la libraire avec un sourire charmant.

Après Un pour deux, ce deuxième volet de la Trilogie Twain (qui se conclura avec Deux pour tous...) se joue des codes de la narration pour raconter les aventures d'un frère et d'une sœur hors du commun, en quête de leurs origines et du plus vieux rêve de l'humanité.

***

Deux pour tous


Revenu à Tourmens après avoir connu le succès à Hollywood, Jack Cutter, jeune et brillant scénariste, est contacté par un producteur de télévision : la Trilogie Twain, série romanesque et télévisée à succès dont Un pour deux et L'un ou l'Autre constituaient les deux premières saisons, est en panne. Les extraordinaires aventures de René et Renée, les jumeaux parfaits, ont été interrompues par l'explosion du Centre multimédiatique Michel-Houellebecq. Les deux héros ont-ils survécu à la catastrophe ? Qu'est-il advenu de leurs adversaires : le fourbe maire Esterhazy, la venimeuse Anastacia Volkanova et la diabolique Bénédicte/Bunny, P-DG de WOPharma ?
Le public de la Trilogie Twain attend impatiemment la troisième et dernière saison de sa série culte. Mais son auteur, le mystérieux Raphaël Marker, reclus et invisible, ne parvient pas à l'écrire. Jack Cutter doit relever un triple défi : convaincre le scénariste de terminer son œuvre, raconter avec lui l'affrontement final entre René/e et l'abominable Bunny et, pour couronner le tout, élucider le "mystère Marker".

***

Oui, peut-être fais-tu partie des gens qui m'ont entendue m'extasier sur le sujet ici-même ou sur les rézossocio, figure-toi que Martin Winckler écrit aussi des polars ! Et même si, après cette lecture, je le trouve moins convaincant dans cet exercice que dans celui du roman blanc, je suis heureuse d'avoir lu cette facette de lui.

Évidemment, on retrouve la bonne ville de Tourmens, un peu comme on retournerait dans un lieu de villégiature qu'on connaîtrait déjà. Évidemment, l'action se déroule plus ou moins dans le milieu médical. Évidemment, la galerie de portraits est savoureuse, on ne peut que sourire en découvrant le personnage du maire de la ville, petit homme politique nerveux et ambitieux, mais bon, toute ressemblance avec des personnes existant ou ayant existé... Tu connais la suite...!

J'ai eu un peu de mal à rentrer dans le premier tome, à m'accoutumer au secret de René et Renée, qui n'a rien d'un truc anodin et qui a soulevé tellement d'interrogations en moi que je pense être passée à côté d'un bon tiers du bouquin. Pour tout te dire, une fois que j'ai eu compris, j'ai trouvé ça un peu tiré par les cheveux. Mais le style étant plaisant, les personnages attachants, c'est sans peine que je suis parvenue à le terminer.
Mention spéciale pour le deuxième tome : j'ai beaucoup aimé sa construction qui renforce l'effet "série télévisée". J'ai vraiment eu la sensation d'être installée sur le canapé avec les deux couples qui regardent cette deuxième saison. Pour ce qui est de l'histoire en elle-même, j'ai un peu plus accroché que le premier. Probablement parce que j'avais eu le temps d'intégrer deux ou trois bricoles et que, du coup, c'est avec l'esprit libre que j'ai pu poursuivre ma lecture !
Et, autant j'ai aimé la structure du deuxième, autant j'ai détesté celle du troisième. C'est bien simple, je n'ai pas du tout accroché. À un tel point que ça m'a perturbée dans ma compréhension de l'intrigue. Je suis allée au bout parce que je n'aime pas abandonner mais je sais que je n'en garderai pas un souvenir impérissable.

Mais cette expérience avec la face noire de Martin Winckler ne m'a pas vaccinée pour autant, puisque je me suis empressée d'en emprunter un nouveau à la bibliothèque. Car je continue d'aimer cette façon qu'il a de glisser de l'humanité dans ses personnages, même les plus antipathiques, et que, du coup, je n'ai pas eu envie de m'arrêter là !

*

jeudi 27 septembre 2012

En vrac #27


Pas encore la grande forme aujourd'hui...
C'est pas de saison mais j'ai très envie de dormir à la belle étoile.
Les enfants de mon Chéri sont les rois de la paire de chaussettes dépareillées.
Les filets de hareng, c'est bon mais t'as quand même l'impression d'en bouffer encore, encore et encore...
Faut que je m'occupe de la pression des pneus de Miss KK.
Jonathan du service technique SFR, you made my day !
Je m'éclate bien bien avec mon nouveau jouet.
Je trouve le temps long, je suis vraiment très pressée d'être enfin libérée et effectivement licenciée.
Pourquoi ma seule chatte qui a des puces est celle qui est traitée à l'anti-puces...???
J'ai enfin terminé l'écharpe de Mademoiselle A. !
La littérature jeunesse contemporaine a vraiment quelque chose de magique.
J'espère que je vais tenir jusqu'au bout de Masterchef sans m'endormir devant la télé.

*

Mes rires machiavéliques

Oui oui, c'est bien moi !!!
Je suis le genre de personne qu'on entend avant de voir. J'ai beau ne pas aimer me faire remarquer, parler à un niveau de son plus que tolérable, y'a un truc que je n'arrive pas à maîtriser, c'est le rire. Je ris fort, pas forcément de façon communicative, mais en tout cas tout sauf discrètement. En plus, je ne fais pas les choses à moitié : j'ai un éventail de rires assez complexe qui me permet de moduler en fonction de l'humeur, des besoins et j'en passe, mon préféré étant mon fameux rire "2CV qui refuse de démarrer", celui-là, en principe, il fait son effet ! :p

Rire est un truc indispensable à ma vie. C'est de mon père que je tiens ça, il avait beau être super sévère, très strict en matière d'éducation, y'a une chose sur laquelle il n'a jamais lésiné, c'est la grosse marrade. Et c'est tant mieux parce qu'aujourd'hui, quand je me retourne, ça me fait de très chouettes souvenirs, de ceux que je chéris précieusement.
Cela dit, il me fait toujours autant marrer aujourd'hui.

La caricature que j'ai choisie pour illustrer ce billet est chère à mon cœur. Déjà car elle a été réalisée par l'une des très belles personnes que j'ai eu la chance de rencontrer par mon métier si si, le tout pourri dont je viens de me faire dégager sans gloire mais avec soulagement, rassure-toi, en l'occurrence Dikeuss, auteur de BD aux multiples talents. Et puis, surtout parce que je me dis que j'aime ce que je lui ai inspiré, comme ça, au tout premier contact.
Et elle me fait aussi penser à un joli moment vécu il y a quelques années.
C'était à mes tout débuts de libraire, j'étais occupée avec une cliente, à quatre pattes devant une bibliothèque pour lui attraper le bouquin qu'elle cherchait désespérément. Quand je me suis relevée, il y avait deux dames qui étaient là, visiblement en train d'attendre que j'en aie terminé. Et au loin, deux ou trois de mes collègues très occupés. À discuter. Entre eux. Ni une, ni deux, je propose aux clientes de s'adresser à eux. Leur réponse m'a étonnée : "Non merci, on n'est pas pressées, on va attendre que vous ayez terminé.". Tu sais moi, des mystères de la nature humaine, j'en ai vu des tonnes en vingt ans de commerce alors un de plus, un de moins, je n'ai pas cherché à comprendre. L'explication est venue plus tard, et je l'ai a-do-rée : "Vous savez, ma journée a mal commencé. Et quand je suis rentrée ici et que j'ai entendu votre rire, ça m'a fait un bien fou. Comme j'ai tout mon temps, je me suis dit que j'allais attendre, que ce serait génial si c'était vous qui me serviez !". J'ai tellement souvent pensé à ce moment, quand tout a commencé à aller mal, après...!

"Le rire désarme, ne l'oublions pas."
Pierre Dac, L'Os à moelle - avril 1939

Pour le rendez-vous du jeudi de MaCyMa et SysyInTheCity.


*

Instant T. #21


Je ne me lasse pas de ces moments magiques...

Pour Nikit@.


*

mercredi 26 septembre 2012

En vrac #26


Un coin de ciel bleu et je revis !
Hier matin, j'ai trouvé un mystérieux CD dans ma boîte aux lettres.
Mademoiselle A. m'a donné un des bracelets que ses grands-parents lui ont rapportés de Turquie.
C'est fou cette manie qu'ont les gens de se mêler des affaires des autres.
Mioum le plaisir simple des œufs à la coque !
Je ne trouve pas de Converse violette, ça m'éneeeeeerve...
Éric-Emmanuel Schmitt n'a vraiment pas la voix de son physique.
Je me suis couchée hier soir, ma cuisine était nickel.
Dernière invention en date : Toupie a dormi sur la table de la salle à manger.
Aller à la bibliothèque exprès pour un bouquin fantôme, ça, c'est fait !
Les manteaux, les blousons, on n'attend pas qu'ils puent la mort pour les laver ou les déposer chez le teinturier.
J'ai passé une journée d'horreur en terme de santé, mais ça va mieux ce soir.

*

De l 'amour dans la cuisine - Mercredi gourmand #73


D'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours vécu de très belles choses en cuisine, autour de la cuisine.

Je me souviens de mon grand-père paternel, de la salade qu'il apportait tous les soirs à la maison, des bananes que je mangeais avec lui, de ses incroyables flans, aussi jaunes que les jaunes des œufs de ses poules et dont il n'a jamais voulu nous donner le secret.

Je me souviens des mercredis et des vacances chez mes grands-parents maternels. Des pâtes Rivoire et Carret, toujours trop cuites, que Mamie nous cuisinait le soir, des après-midi passés à préparer le pâté ou à faire de la pâtisserie, des virées au marché d'où on revenait toujours en grignotant un bout de saucisson à l'ail offert par le charcutier, de la bougie qu'elle allumait avant de nous faire des crêpes, paraît que ça absorbait les odeurs, du gâteau que je lui réclamais pour chacun de mes anniversaires, le "gâteau de ma grand-mère" qu'il s'appelait, ça ne s'invente pas, elle avait trouvé la recette dans Modes & Travaux, Maman l'a toujours aujourd'hui. Si je ferme les yeux, je revois sa cuisine, avec précision, je pourrais te la dessiner. Mieux que ça encore : je n'ai oublié aucune des odeurs. Celle de ces petits gâteaux au citron dont nous n'avons jamais retrouvé le secret, du biscuit à l'ananas qui embaumait la maison quand nous arrivions pour le déjeuner dominical, de sa blanquette, l'un des rares plats qui a réussi à traverser les générations et que je m'emploie à perpétuer encore et encore, malgré les désaccords que sa préparation réveille entre mon Chéri et moi, des questions purement techniques qui ne changent rien au résultat !

Je me souviens des repas de mon enfance, en tête-à-tête avec ma sœur, parce que Papa rentrait du boulot trop tard pour que nous l'attendions. Des ruses pour échapper, elle aux épinards, et moi au chou-fleur, des bêtises et des grimaces dès que Maman avait le dos tourné, des grands pots de yaourt de 800g aux fruits exotiques, du gratin dauphinois, des œufs à la coque, plaisir simple dont je me régale encore aujourd'hui, des grillades en plein hiver, dans la cheminée, au salon. Plus tard du traiteur italien où on achetait des lasagnes au saumon à tomber par terre, de la découverte des spaghetti à la carbonara et des quiches lorraines qui, comme toujours chez ma mère, finissait par virer à l'obsessionnel : on en mangeait toutes les semaines, au bout d'un moment, on ne pouvait plus les voir en peinture, tu penses bien.

Je me souviens des Noël et de leur cortège de gourmandises, toujours les mêmes, nous aurions probablement espéré échapper à certaines ! Des huîtres, du saumon, des crevettes, du foie gras, une dinde, le Christmas pudding, les mince-pies... Et ça non plus, ça n'a pas changé !

Aujourd'hui, la cuisine de mon enfance s'est agrandie, un peu à l'image du plaisir que j'ai à m'y retrouver. C'est devenu un lieu de papotage, où les filles de la famille se retrouvent, les grandes comme les petites, où mon Chéri parle avec ma mère dans mon dos, et où tout le monde adore mettre la main à la pâte. C'est le royaume des tajines, des poêlées de cèpes frais, des pommes de terre à la sarladaise, des pâtes à la Boudoni de mon père, des grandes salades composées d'été, de ses vinaigrettes élaborées et secrètes elles aussi, décidément, c'est de famille ! Cette cuisine, c'est un repaire, un repère aussi, comme un phare, un endroit de paix et d'amour, probablement la pièce de la maison de mes parents où bat le plus fort le cœur de la famille.

Et puis, il y a la mienne, celle sur laquelle modestement je règne. Celle où je m'éclate avec mon Chéri, où il m'apprend des tas de choses, où nous passons de merveilleux moments autour d'un amour commun de la bonne chère et de l'idée de partage, une valeur essentielle liée à notre vie à deux, que j'aime cultiver au-delà de tout. Celle que je repeins régulièrement lors de mes expériences pâtissières avec Mademoiselle A., mais bon, ça ne nous arrête pas ! Celle où rien ne se fait sans la présence de mon assistante fidèle et dévouée, ma Toupie, qui espère probablement que mes mains laisseront échapper un petit morceau de viande, ou n'importe quoi d'autre qui lui plaira et dont elle pourra se régaler. Un endroit tout simple, à mon image, mais où je sais que toujours, quoi qu'il arrive, je me retrouverai.

Et toi, de l'amour, il y en a, dans ta cuisine...?

***

Tu trouveras aussi de la gourmandise chez...

- Chocoladdict avec de jolis muffins très raffinés.
- Kiara chez qui la cuisine a des airs d'Angleterre.
- SysyInTheCity dont les cookies sont tout mignons.
- Reb et ses muffins marbrés, rigolos et très bons !
- Bouboulette avec une tarte qui a tout de la tuerie intergalactique.
- Memy qui fait dans le déraisonnable, voire dans l'extrême !!!
- Maripolmi dont les copines ont beaucoup d'imagination.
- Sophie qui nous invite pour le goûter.
- Tiny la Souris en mode pique-nique gourmand avec ses collègues.
- Les délices d'Anaïs qui nous emmène découvrir la cuisine de rue thaïlandaise.
- Lucky Sophie avec LE gâteau kawaï qui tue et qui ravirait ma nièce !
- Chris, de retour avec une superbe recette pour mercredi après-midi gourmand.
- Magda qui a mis une véritable œuvre d'art dans son assiette.
- Mili avec un wok rapide et plein de saveurs.
- Arlette qui partage avec nous son frugal souper.
- Ava avec de jolis paniers garnis de saveurs franciliennes.
- Armelle qui a dressé une jolie table colorée pleine de gaité.
- Virginie B chez qui le cheesecake a un délicat parfum de pêche.
- Nath Choco et ses madeleines, de Proust, de Lorraine ou de Commercy ;-) !
- Covima chez qui on a fêté un bel anniversaire en douceur et en couleurs.
...


*

lundi 24 septembre 2012

En vrac #25


Faut voir le ramassis de conneries qu'on trouve parmi les commentaires sur les sites d'info.
Oh pinaise, qu'est-ce que j'aime le camembert !!!!
Ça y est, on a rallumé le chauffage...
Je veux un bébé chat !
Je fais marrer mon Homme, j'adore ça.
J'aime pas quand Mademoiselle A. est malade.
J'ai abattu un boulot de titan ce matin, je ne me reconnais pas...!
Je suis très très fan des commerçants qui ont le sens du... commerce.
Mon Amoureux est le maître incontesté de la crème anglaise !
J'ai une furieuse envie de me coller devant ma PS2.
J'aimerais vraiment aller passer quelques jours dans le Jura cet automne.
Il règne un silence dans la maison ce soir, c'est épatant...

*

Le Prince des Marées - Pat Conroy


Tom, Luke et Savannah ont grandi au paradis, dans le sud faulknérien, sur la petite île de Melrose où leur père pêchait et leur mère régnait par sa beauté. Comment survivre à tant de bonheur et de poésie ? Leur enfance éblouie et perdue préfigure les drames inévitables de l'âge adulte. Parce qu'ils refusent de mûrir, de vieillir, leurs rêves d'art, d'exploits, de justice vont se heurter à la brutalité du monde réel. La géniale et tragique Savannah et ses frères affrontent l'amour, la solitude et la peur de vivre avec une ironie désespérée. De leurs blessures inguérissables naissent des fous rires sans fin et une immense tendresse.
Entre l'émotion et la vivifiante intelligence, Le Prince des Marées est un de ces livres magiques qui peuvent vous briser le cœur, un de ceux que l'on oublie jamais.

"Incontestablement, un grand livre."
Jean-Luc Jeener - Le Figaro magazine

"Avec ce roman, on touche un des sommets de la grande littérature sudiste, dont Faulkner et Tennessee Williams ont montré la voie (...)."
André Clavel - L'Évènement du jeudi

***

Il y a parfois des lectures dont je voudrais qu'elles ne se terminent jamais. Parce que l'histoire m'a emportée, parce que les personnages m'ont touchée au cœur ou pour des raisons que je suis bien en peine d'expliquer mais que je sens battre en moi, impérieuses. Le Prince des Marées est incontestablement l'une de celles-là.
Longtemps je lui ai tourné autour, j'ai eu très peur de ses 1.070 pages et puis, je me suis lancée...

 Mais quelle merveille que ce roman !!!

Un récit flamboyant où se côtoient l'amour, la violence, la poésie, la haine, les secrets et les drames. Un récit qui te fera sans cesse passer en un éclair du rire aux larmes et inversement. Un récit tout en sensibilité qui semble s'écouler lentement mais puissamment, comme un fleuve du Sud, et emmener doucement Tom vers la maturité. Un récit autour de la question de la construction personnelle, de l'histoire familiale et de la façon que chacun a de vivre avec.
L'écriture aussi m'a bouleversée, elle est juste, délicieuse et riche. Vocabulaire, tournures de phrases, descriptions, tout a ravi l'amoureuse de la langue que je suis.

Et puis, le Sud, ce Sud que j'aime tant depuis que j'ai commencé à le parcourir à travers les livres, véritable personnage à part entière. J'ai depuis longtemps cessé de m'interroger sur cette attirance. Mais je n'en reviens pas, à chaque fois, de ces émotions, intenses, immenses, de cette sensation de fouler une terre que je connais par cœur, de cette propension que j'ai à m'identifier aux personnages. D'ailleurs, à l'heure qu'il est, quelques jours après avoir tourné la dernière page de leur histoire, Tom, Luke et Savannah sont toujours là, tout près de moi. Et je n'ai absolument pas envie de les voir partir...

*

dimanche 23 septembre 2012

En vrac #24


Non, je ne participe pas aux Golden Blog Awards !
Mater Confessions Intimes avec Mademoiselle A., c'est des barres de rire assurées.
J'ai offert à mes cheveux un masque au monoï, ils sont tout doux et sentent délicieusement bon.
Six oreillers dans le lit, je crois que mon Chéri va devenir fou !
Y'a vraiment des grands poètes sur FB...
Hiiiiiiiii... Martin Winckler écrit aussi des polars...!
J'adore quand mon Amoureux prépare à manger.
Barack Obama est vraiment un incroyable communiquant.
Le bruit de la pluie sur les Velux, ça me berce.
Je pense qu'avec Toupie, on va rendre visite au véto la semaine prochaine.
Mygale numéro 4 tout juste neutralisée : je préfère largement ce mois de septembre à celui de l'an dernier.
Grosse grosse foirade en cuisine ce soir, peut-être que je t'en reparlerai !!!

*

Des chaussures pour tout petits pieds, un chat rose très énervé et un tea-time au pays des sorciers...

Ma semaine en Instagram #1

Sept photos, sept petits bouts de ma semaine, sept éclats de rire, ou sept jolis moments que je partage avec Madame Parle.

Dimanche

La Normandie fête ses jeunes mariés ! :p

Lundi

Mes beaux-parents sont rentrés de Turquie.

Mardi

Virée shopping avec Mademoiselle A., j'ai eu un coup de foudre !

Mercredi

Pochette reçue, je n'attends plus que l'ordinateur qui va dedans.

Jeudi

Décrocher la Une avec un billet qu'on a adoré écrire, c'est le pied !!!

Vendredi

J'ai pris le thé à Poudlard.

Samedi

La sérénité dans toute sa splendeur.

Une belle semaine à vous !!!

*

samedi 22 septembre 2012

Mes demoiselles d 'honneur

Oh ne t'emballe pas, rien n'est fait, c'est juste que je suis tombée sur deux adorables robes en surfant sur le net cet après-midi ! Et comme, malgré tout, le jour approche où nous pourrons convoler, je me suis quelque peu prise à rêver.

Pour mon niéçou...


Et pour Mademoiselle A. ...


À choisir dans la même couleur évidemment !!!

Il est bien doux de rêver, n'est-ce pas Lucky Sophie...?


*

Dans ma cuisine, une tuerie intergalactique


Depuis que je suis entrée en guerre contre le Nut' et que je l'ai banni de mes placards, je vivais très bien sans. Et puis, un beau jour, j'ai découvert la Nocciolata...

Aaahhh, si seulement je t'avais écoutée plus tôt, Chocoladdict...! ;-)


*

vendredi 21 septembre 2012

En vrac #23


Le ciel est bien grisouille aujourd'hui... 
Pas de facteur une fois de plus ce matin, ça commence à être vraiment lourd.
J'ai envie de steak tartare, merci Masterchef !
Recevoir un commentaire bouleversant et pleurer, ça, c'est fait.
Mon porte-monnaie a peur : une boutique OPI va ouvrir tout près de chez moi.
Le vendredi, c'est jour de bain pour mes orchidées.
J'avais oublié combien il était bon de tricoter devant la télé !
Monsieur Mac fait parfois des bruits plus qu'inquiétants.
Oh pinaise, Confessions Intimes, va y'avoir encore du lourd ce soir !!!
J'ai rien suivi aux tendances automne-hiver, mais j'ai très envie de violet.
Mes minettes sont vraiment des effrontées.
Au dîner, on conjure le froid et on mange une bonne soupe maison, c'est Mademoiselle A. qui va être contente !

*

Docteur, je voudrais un bébé ! - Dr Martine Philippe & Claude-Annie Duplat


Faire un bébé, ce n'est pas si facile ! Néanmoins, quelques démarches suffisent parfois à débloquer la situation. Ce guide vous propose de les découvrir pour bénéficier d'une solution adaptée. vivant, il balaye les idées reçues, répond aux questions les plus fréquemment posées et s'appuie sur des exemples vécus. Entièrement à jour, il fait le point sur les différentes formes d'assistance médicalisée, des simples traitements à la FIV. Rassurant, ce guide vous accompagne pas à pas dans votre projet, de la première consultation à l'intervention finale.

Martine Philippe est gynécologue, spécialiste de l'assistance à la procréation. Collaboratrice du Professeur Jacques Salat-Barroux pendant plus de 25 ans, elle exerce aujourd'hui en cabinet et en milieu hospitalier.
Claude-Annie Duplat est l'auteur de plusieurs guides pratiques à succès.

***

Voilà, nous avons franchi un pas, nous nous sommes lancés dans l'aventure de la PMA. Je m'étais jurée que jamais mon horloge biologique ne me mènerait par le bout du nez, mais il y a un moment où il faut savoir se rendre à l'évidence : j'approche à grand pas de certaines échéances légales dira-t-on. Oui, parce que, si tu ne le sais pas, en France, la PMA est acceptée jusqu'à 45 ans, même si elle n'est plus prise en charge au-delà de 43. Alors, pour moi, ça urge...
Et ça reste malgré tout un choix difficile à faire. Même si on n'en a pas vraiment d'autre, même si on a autour de soi de très beaux exemples de réussite, même si on y croit.

Mais ça y est, nous connaissons la date de notre premier rendez-vous, ça sera à la mi-octobre.

J'ai beau être confiante, j'ai beau savoir que toutes les épreuves à venir ne sont là que pour le meilleur, il y a quand même au fond de moi des questions, des appréhensions, des angoisses. Peur de l'inconnu un peu aussi. Parce que même si j'ai des proches qui sont passés par là, je ne m'autorise pas à leur demander leur ressenti sur leur expérience, j'aurais l'impression de violer leur intimité, c'est peut-être idiot mais c'est comme ça. Je suis comme ça.
Et puis je suis tombée sur ce livre...

C'est une mine d'explications, de conseils, de mises en garde, d'exemples concrets. De réponses à mes questions en sorte. Je le recommande à toutes les femmes dans mon cas. Moi-même, je ressors de cette lecture avec une idée un peu plus précise de ce qui m'attend, de ce qui nous attend. Certaines craintes ont été écartées, certains mystères ont été dévoilés. Je me sens mieux armée aujourd'hui et surtout, j'ai refermé ce livre dans un grande bouffée d'optimisme : je suis certaine qu'on va y arriver !

*

À chacun le sien - Clic-clac #2, saison 3


C'est pas parce qu'il y a 2.228.153 habitants de moins ici qu'à Paris qu'on n'a pas le droit, nous aussi, à notre périph' !!!

Pour Cricri.


*

Aller au boulot comme on irait au Prix de Diane...


J'étais jeune, belle et mince. J'ai, à chaque fois que je la regarde, l'impression que cette photo date d'un autre âge ce qui n'est pas faux en soi. Mon employeur de l'époque avait organisé un concours de chapeaux. J'avais fait le mien moi-même, j'y avais passé des heures, il était intégralement recouvert de boutons de rose, pesait un âne mort et je l'ai gardé sur la tête toute la journée... Je n'ai pas gagné.
Un joli souvenir quand même qui est toujours en bonne place sur l'étagère à photos de ma chambre.

Pour Zaza et Magda.


*** Les Filles, je viens de réaliser un truc : je poste toujours ma photo avec une semaine de retard... Je suis une bille. Promis, la prochaine fois, je m'applique ! ***

*

jeudi 20 septembre 2012

En vrac #22


La vie avec Lui est tellement douce !
Il s'est passé un drame ici : la nouvelle petite minette du quartier a osé entrer dans la maison.
Je crois que je vais ressortir mon tricot.
J'adore observer les gens et leur imaginer une vie.
Faire la Une sur HC, je ne blogue pas pour ça, mais quand ça arrive, c'est quand même un bon gros trip !
Je tente une nouvelle expérience home made, les yaourts au café.
À ton avis, je les range, mes robes et les jupes d'été ?
Trois quarts d'heure au téléphone avec ma sœur ce midi, trop bon !!!
J'aurais pas dû regarder Des Racines & des Ailes hier, j'ai une furieuse envie de fromages auvergnats maintenant.
Le chausson en polaire, c'est sympa mais ça fait les pieds qui puent quand même...
Je me suis endormie sur mon livre tout à l'heure.
Le jeudi soir, je cuisine, pour pas que mon Chéri déprime devant Masterchef après...!

*

Méli-mélo


Me régaler de mini-tomates multicolores pendant que mon maraîcher en propose encore...!

Pour Magda.


*

Patte d 'ours et céladon - Mercredi gourmand #72... Oui, on est jeudi, je sais !!!!

 Lors d'une de nos dernières escapades parisiennes, nous sommes allés, mon Chéri et moi, au musée du quai Branly. Musée que je n'avais jamais visité, oui, je sais, j'ai parfois de graves lacunes, mais celle-ci, je l'assume totalement quand tu sais que je n'ai jamais mis les pieds au Louvre... Oui, tu peux me jeter des cailloux, je t'y autorise expressément !
Bref, en bons gourmands qui se respectent, nous étions très tentés par l'expo Les Séductions du Palais et nous n'avons pas été déçus.
 

Viens, je t'emmène.


Cette exposition présente les traditions de table chinoises à travers les siècles et suivant plusieurs directions : vaisselle, inventions, aliments, géographie, chronologie. Elle présente une centaine d'objets prêtés par le Musée national de Chine et le musée Guimet pour la plupart.

J'ai été particulièrement touchée par la vaisselle. En poterie, en cuivre, en laque, en argent, en or ou en porcelaine, j'ai découvert de véritables trésors, à la fois de raffinement, d'inventivité et de modernisme. J'aurais aimé pouvoir tout prendre en photo mais c'était plutôt compliqué avec les reflets des vitrines.








Un émerveillement !

J'ai aussi beaucoup aimé cette fascinante installation signée Pleix, un collectif parisien d'artistes digitaux. Elle met en scène sous forme d'animation un objet emblématique de la table chinoise, le Lazy Susan, qui n'est autre que le plateau tournant que l'on trouve souvent au centre des tables rondes dans les restos et sur lequel sont déposés les plats.


Ces deux petits films sont magiques, j'aurais pu rester devant pendant des heures !!!


Tout le parcours est émaillé de panneaux présentant des recettes traditionnelles : chien braisé dans un bouillon de tortue, fondue de faisan, oie farcie rôtie dans l'agneau. Un peu effrayant je te l'avoue.
Je ne résiste pas à partager avec toi l'une de ces perles, elle date de la dynastie Shang (1570-1045 av. J-C), il s'agit d'une chouette façon d'accommoder la patte d'ours, xiongzhang dans le texte. Y'a plus qu'à équiper ton homme pour la chasse au plantigrade...!

PATTE D'OURS

Ingrédients :

1 patte d'ours
60 g de miel
5 gr de sel
600 cl de bouillon de poule
10 g de gingembre
20 cl de vin de céréale

Préparation :

Peler et nettoyer la patte.
Enrober la patte dans une épaisse couche de miel.
Placer la patte dans une marmite et mouiller à l'eau froide à hauteur, puis cuire à feu doux pendant 1 heure.
Rincer la patte afin d'ôter l'excédent de miel.
Mettre la patte et le bouillon de poule dans une marmite. Mijoter.
Mettre les assaisonnements.
Laisser frémir pendant 3 heures sous la braise.

Mode de pré-préparation :

La patte d'ours ne peut être directement consommée après avoir été coupée.
Il est nécessaire de la laisser rancir durant une à deux années oui, tu as bien lu avant de la mettre en cuisson.
Nettoyer la patte avec un papier, ne pas utiliser d'eau qui risquerait de la contaminer.
Mettre la chaux dans un bassin et recouvrir d'une couche épaisse de riz rissolé.
Mettre la patte d'ours sur le riz, et recouvrir d'une autre couche de riz rissolé.
Fermer l'ouverture du vase avec la chaux et conserver ainsi pendant 1 à 2 ans je répète, oui, tu as bien lu.

Appétissant, non...?

Si tu souhaites toi aussi manger de la patte d'ours visiter cette très belle expo, il n'est pas trop tard, elle se poursuit jusqu'au dimanche 30 septembre. Si tu t'intéresses à l'histoire, aux civilisations lointaines, aux arts de la table et aux coutumes culinaires, tu y passeras comme moi un excellent moment.

Et toi, une expo gourmande dont tu gardes le souvenir...?

***

Voici donc les gourmandes du mercredi ET du jeudi :

- Evelyne qui nous emmène manger à la ferme.
- Magda qui répond à notre curiosité avec une nouvelle fournées de lunch-boxes.
- Memy avec une chouette recette de chili sans viande.
- Stussy qui se fait un petit plaisir très raisonnable.
- Sophie et son pain de viande maison qui me fait terriblement envie !
- Choupie dont le chéri se prend pour un chef étoilé.
- Alice qui s'est lancée dans la fabrication de sablés maison.
- Armelle avec une très surprenante bouchée salée qui fleure bon le Sud-Ouest.
- Covima chez qui on a soufflé 8 jolies bougies dans la joie et sur du chocolat.
- Mam'Zelle A avec un gâteau qui aurait enchanté ma nièce !
- Maya Lou qui partage avec nous la recette de son cake au saumon.
- Tortue dont le roman du jour met la noisette à l'honneur.
- Ptisa dont la recette facile et rapide à tourné au ratage, mais bon, le ratage...!
- Arlette avec un très appétissant repas d'anniversaire.
- Ava, entre hamburger normand ;-) et café liégeois.
- Kiara qui nous offre un peu de douceurs angevines.
- Tiny la Souris avec un brownie chocolat-amandes à tomber par terre.
- SysyInTheCity qui a testé une prestigieuse adresse.
- PetitDiable qui a mis des figues dans son tajine de poulet.
- Lucky Sophie chez qui ça fait Pop !!!!
- Mili qui a trouvé un petit coin d'Angleterre en terre toulousaine.
- Nadège et son premier flan pâtissier couronné de succès.
- La Grenadine avec des rillettes de saumon faciles et rapides à préparer.
- Les Délices d'Anaïs qui te propose une très belle activité pour dimanche prochain.
...

*** Si, par le plus malencontreux des hasards et malgré l'application mise à retrouver toutes les participations, je t'ai oubliée, laisse-moi ton lien dans les commentaires, je ferai en sorte de l'ajouter rapidement à ce billet ! ***


***

Ah oui, la bannière qui a remporté la partie haut la main suite à mon petit sondage de la semaine dernière est "Le souvenir de vacances", mais, ça va faire plaisir à Sophie, je l'ai quelque peu repensée. C'est donc désormais la nouvelle image officielle des Mercredis Gourmands oui, des fois j'adore me la péter. Mais comme je t'aime très fort, pour te remercier de ta fidélité et pour me faire un peu pardonner du cafouillage de cette semaine, je t'autorise à te servir et à prendre celle que tu préfères, tu les trouveras toutes ...!

*