Carnet de FIV, jour 13

by - jeudi, juillet 04, 2013

Voilà... Encore une bonne chose de faite, et pas la moindre !!!

Nous sommes partis pour le CHU aux aurores sous la pluie et un ciel digne du mois de novembre, ça devient une habitude. Le coeur léger et les cheveux puant la Bétadine ! Pas stressée à l'idée que la ponction soit effectuée sans anesthésie, mais alors pas le moins du monde.
Première surprise, je partage ma chambre. Je t'avoue que, sur le coup, j'ai moyennement apprécié l'idée. Le moment est hyper perso, on est forcément toutes logées à des enseignes différentes, ça m'a même choquée, oui, je suis une chieuse qui tient à son petit confort perso. Mais bon, c'est comme ça, y'a pire dans la vie.


8h30, les infirmières prennent ma tension, bien haute une fois n'est pas coutume, et me shootent à grand renfort d'anti-douleur et de morphine. Et quand je dis qu'elles me shootent, je suis on-ne-peut-plus près de la vérité : à peine un quart d'heure après avoir avalé mes comprimés et autres potions magiques, je m'effondre littéralement dans mon lit. Un repos le bienvenu mais de courte durée puisque deux heures plus tard, quand on m'emmène au bloc, je pète à nouveau le feu. Je pète le feu mais je suis contrariée : mon Chéri a dû me quitter pour aller déposer ses petits nageurs de combat au laboratoire et je n'ai pas pu le revoir avant d'aller moi-même effectuer mon don.

Au bloc, toujours aucune appréhension, ça fait marrer les soignants. Je retrouve le gentil infirmier qui s'était occupé de moi en janvier, toujours aussi souriant, c'est un vrai bonheur d'avoir affaire à des gens comme ça au moment de rentrer en salle d'op' ! J'ai aussi à mes côtés une chouette infirmière anesthésiste, qui porte un trop beau calot vert à fleurs rose. Elle me fait un mal de chien en me posant le cathéter, ce n'est pas de sa faute, il en a toujours été ainsi, mais je sens qu'on va s'entendre, elle a l'air bien marrante.
S'ensuit une énième toilette à la Bétadine, décidément, on m'en veut, on m'a au moins vidé deux flacons dessus avant de commencer à me torturer !
Là, pour être tout à fait honnête, surgissent les premières appréhensions : l'idée de la piqûre anesthésiante au fond du vagin puis de la sonde en traversant la paroi ne me rassurent guère. Et c'est là que ma top infirmière entre en scène : elle m'a gratifiée d'une bien sympathique expérience proche de l'hypnose, me parlant sans arrêt tout au long de l'acte en lui-même, m'occupant l'esprit de façon à ce que je ne reste pas concentrée sur ce qu'on était en train de me faire. Je me suis donc imaginée grâce à elle sur une plage de sable fin, sous les cocotiers, en train de bouquiner un mojito à la main, moi, dans des conditions pareilles, j'y passerais tous les jours, sur le billard !!!
Du coup, je ne me rends presque pas compte que la ponction est difficile. L'essentiel est qu'elle n'ait pas été douloureuse.

Une heure plus tard, je suis de retour dans ma chambre où on me sert enfin un petit-déjeuner. D'hosto évidemment mais j'ai tellement la dalle que je serais prête à manger n'importe quoi. Je discute un peu avec ma voisine de chambre qui se porte comme un charme pour une nana qui vient de subir une anesthésie générale. Pas longtemps parce qu'elle obtient le feu vert pour sortir. Et que son homme est là, ce qui n'est pas le cas du mien...! Il m'a fallu attendre une heure moins le quart pour le voir débarquer, mais en bonne compagnie puisque Mademoiselle A. a tenu à être du voyage.
Un dernier détour par le service des FIV pour récupérer et les ordonnances pour les médicaments, ça ne s'arrêtera donc jamais, et les consignes pour la suite. Oh et puis aussi le verdict : six ovocytes prélevés, deux mûrs, deux qui vont peut-être mûrir, et deux qui sont bons à rien. On les a présentés aux petits nageurs de mon Chéri et, si tout va bien, demain matin, nous aurons de bonnes nouvelles. A priori, nous n'irons pas jusqu'aux blastocystes pour l'implantation, vu leur nombre très faible. mais il vaut mieux en avoir peu mais des costauds, que beaucoup de fainéants !

Je suis rentrée à la maison, les effets de la ponction commencent à franchement se faire sentir, comprendre par là que je déguste grave, j'ai siesté tout l'après-midi mais le moral est toujours au top ! Vivement demain matin !!!


*

You May Also Like

18 commentaires

  1. A chaque fois que je lis ton carnet, j'ai une petite boule là. Plein de courage pour la suite.
    Kin

    RépondreSupprimer
  2. Des bises!!!! Des pensées pour vos petits nageurs, je croise pour vous!

    RépondreSupprimer
  3. J'ai découvert ton blog il y a 4 jours grâce à FB, après ton dernier article concernant la FIV et j'en ai tout de suite parlé à une de mes amies qui a sa ponction demain matin. Merci pour ce récit car non seulement il nous donne envie même sans te connaître que TOUT se déroule comme dans un rêve et que vous ayez très vite la joie que vous attendez, mais en plus, tu expliques très bien et donc tu informes très bien. Je pense que ton témoignage aidera beaucoup mon amie (je lui envoie le lien de ce billet dès ce soir et elle décidera de le lire avant ou après sa ponction demain) et il m'aide beaucoup aussi, puisque j'ai récemment appris que j'allais devoir en passer par là également ! Je viendrai te suivre régulièrement, plein de pensées et d'espoir pour vous !

    RépondreSupprimer
  4. 1000000 pensées pour toi et croisage de doigts intensif.... ^^ bisous

    RépondreSupprimer
  5. Purée, 2 beaux, c'est top ça !! Bravo !!
    Aller, on continue !! ♣ ♣ ♣

    RépondreSupprimer
  6. Bon il y a des mots compliqués ce matin mais je n'ai pas pris le dico puisque j'ai compris l'essentiel : vous avez ASSURE les amoureux
    Je vous embrasse fort

    RépondreSupprimer
  7. Comme dirait la chanson "ça va le faire" (ne me remercie pas) !! Je suis à 200% avec vous. Bises

    RépondreSupprimer
  8. yeah ! Chaque étape franchie est un pas de plus vers la victoire ! Et celle ci n'était pas des moindres..Repose toi bien..

    RépondreSupprimer
  9. Je pense à toi, à vous.
    Je croise les doigts et vous envoie toutes les meilleures ondes possible.
    Et des bisous, des bisous, des bisous <3

    RépondreSupprimer
  10. Je n'avais pas imaginé que ce parcours serait si difficile. Je t'admire de trouver la force de positiver! Je t'envoie toutes les meilleures ondes possibles, j'attends les nouvelles en croisant mes doigts (je ne les ai pas décroisé!).
    Bisous,
    Danièle

    RépondreSupprimer
  11. bravo, tu es vraiment courageuse , je pensais que l'anesthésie était générale , il faut vraiment que je cesse de me gaver de lecture et de statistiques sur le sujet , ton expérience est bien plus saine à lire
    allez on croise tous les doigts pour que les petits guerriers embrassent les princesses

    à demain, repose toi un max , bises

    RépondreSupprimer
  12. J'espère que les nouvelles seront bonnes aujourd'hui, on soutient fort les petits nageurs de ton homme pour qu'ils réussissent leur important boulot!
    Des bisous ma copine, plein de pensées :-)

    RépondreSupprimer
  13. J'admire ton courage! Je croise les doigts pour que ton billet du jour soit très positif! :-)

    RépondreSupprimer
  14. Je pense très fort à vous. Toute la blogo est derrière vous! Vivement le prochain point FIV!

    RépondreSupprimer
  15. Je croise tjs les doigts pour que les petits najeurs de ton chéri soient performants;) Plein de pensées positives pour vous!

    RépondreSupprimer

Et si tu me laissais un petit mot...?